Category Archives: Soumission

  • 0
jean escort boy bdsm soumission fessée femmes soumises

Soumission – Fessée – BDSM

Category:bdsm,Experience,Femmes,fessée,Soumission,soumission Tags : 

Soumission – Fessée – BDSM: Expérience de soumission avec un gentleman pour femmes ou couples. Laissez moi être votre maître le temps d’une soirée.

Lorsque Madame ouvrit la porte de son appartement plongé dans la pénombre, elle sentit que quelque chose clochait. 

Elle n’eut pas le temps d’appuyer sur l’interrupteur. Une main gantée de cuir atterrit rapidement sur sa bouche pour l’empêcher de hurler, puis l’homme commença à la traîner de force vers le premier étage du duplex.

Son mari adorait les jeux de rôle, et il lui avait déjà fait ce genre de surprise quand elle était rentrée chez elle après une dure journée de travail.

Titillée, elle décida de jouer le jeu. Une fois arrivés dans la chambre au 1er étage, l’homme la prit dans ses bras puis la jeta violemment sur le lit. Madame était étonnée par la force de son chéri. Il était grand et costaud, mais elle n’aurait jamais imaginé qu’il serait capable de l’envoyer valdinguer de la sorte.

A sa droite, les stores de la baie vitrée laissaient filtrer les faibles rayons du soleil de cette fin de journée. Madame tenta de deviner les traits de son mari dans le noir, en vain.

Soumission – Fessée – BDSM: Son agresseur se précipita sur elle et retira sauvagement son débardeur, sa jupe et son string en dentelle. Ensuite, il prit deux écharpes et attacha ses poignets aux barreaux du lit.

Madame poussa un petit cri. Plongée dans le noir, nue et vulnérable, elle se mit à mouiller tandis que les mains gantées de cet intrus qu’elle ne pouvait voir se promenaient sur son corps, caressant le moindre millimètre de sa peau douce et souple. Elle sentait le souffle ardent de l’homme sur sa peau, et devinait son désir pour elle.

Elle gémissait, maintenant.

– Je vais faire de toi ce que je veux, lâcha-t-il.

Sa voix était très grave et elle se rendit compte que le parfum de son agresseur était différente de celui de son mari.

Et si ce n’était pas son mari ? se demanda-t-elle 

Elle frissonna de façon incontrôlable lorsque l’intrus se pencha entre ses cuisses et fit glisser sa langue sur son sexe en feu 

Son corps se raidit. Elle était plus qu’excitée.

-Tu es toute mouillée, dit l’homme.

Madame se mit à trembler de désir et de peur. Et si cet homme n’était pas son mari ? Et s’il était entré dans son appartement pour abuser d’elle ?

Cette idée était à la fois terrifiante, et excitante. Elle aimait la soumission.

L’homme explorait le moindre recoin de son sexe, dardant sa langue chaude et humide sur son clitoris en feu et suçotant ses petites lèvres avec gourmandise. La bouche de l’intrus, l’obscurité presque totale et l’adrénaline qui se déversait dans le corps de Madame lui procuraient un plaisir indescriptible, comme si elle avait consommé une substance illicite. Elle se mit à miauler comme une chatte. 

-Je… je vais jouir, fit-elle.

L’homme s’arrêta net, puis elle sentit qu’il se releva.

-Pas tout de suite. Je veux encore m’amuser avec toi.

Il détacha les liens entourant les poignets de Madame, puis la fit s’allonger sur le dos avant de la rattacher aux barreaux du lit.

-Maintenant, c’est l’heure de la fessée.

Comme pour ponctuer ses paroles, l’homme s’assit juste à côté d’elle, puis il lui asséna une fessée retentissante qui la fit crier.

Crier de douleur, et de plaisir. Elle rêvait depuis longtemps d’une expérience de soumission BDSM.

-Tu aimes recevoir des fessées? demanda l’homme assise à côté d’elle.

-Je… je…

-Réponds, ordonna-t-il en la fessant à nouveau.

Madame serra les dents… Elle mouillait plus que jamais.

– Oui… j’aime me prendre des fessées.

Il frappa son derrière une nouvelle fois, et le bruit de la fessée retentit dans la pièce.

-Dis, « Oui, maître. »

-Oui, maître, j’aime que vous me donniez la fessée.

-Très bien, dit-il.

Au fil des minutes, Madame se demandait s’il s’agissait bien de son mari. Il lui avait déjà donné une petite fessée de temps à autre, mais il n’avait jamais élaboré un scénario aussi élaboré. Et puis cette voix, si grave et sexy…

Soudain, l’homme approcha tout près de son visage, et elle sentit la texture chaude et souple de sa queue contre ses lèvres 

-Suce-moi, ordonna-t-il.

-Mais…

Soumission – Fessée – BDSM: La main en cuir s’abattit une nouvelle fois sur les fesses rebondies de Madame, l’envoyant un peu plus au 7e ciel. La sensation délicieuse d’être punie comme une enfant pas sage l’excitait au plus haut point.

-Quand je te donne un ordre, tu dois l’exécuter.

-Bien, maître.

Madame ouvrit les lèvres, puis elle engouffra le pénis de l’intrus dans sa bouche. Il lui sembla incroyablement large. Bien plus gros que celui de son mari.

-Allez, montre-moi ce que tu sais faire, susurra-t-il 

-Bien maître.

Elle se mit à le sucer, lentement, très lentement, afin de faire durer son plaisir. Attachée au lit, le cul offert au vice de cet homme et son sexe dans sa bouche, elle se sentait souillée et humiliée…

Ce qui décuplait encore plus son plaisir.

Madame sentait sa queue grossir dans sa bouche au fur et à mesure qu’elle le suçait. Elle aimait faire glisser sa langue sur son gland et l’embrasser avec gourmandise. Elle se prit même à souhaiter qu’il s’agisse d’un autre homme que son mari.

-Tu suces très bien, commenta-t-il tout en haletant. Si ton mari savait que tu suces d’autres hommes que lui, je ne crois pas qu’il serait très content 

-C’est vrai, maître. Il serait très en colère.

-Tu aimes ma queue 

-Votre queue est délicieuse.

-Tu veux la sentir au fond de ta chatte?

-J’adorerais ça, maître.

Lentement, l’intrus retira son pénis de sa bouche, puis il se posta directement derrière elle et saisit ses fesses. Le simple fait de sentir ses gants en cuir prendre son cul de la sorte mena Madame au bord de l’orgasme.

-J’ai envie que vous me baisiez, maître, souffla-t-elle.

-Je vais m’occuper de ton beau petit cul. Ne t’en fais pas 

Elle sentit son corps chaud s’allonger sur elle. Il était toujours habillé, tandis qu’elle était nue. Et puis finalement, l’inconnu prit le temps d’enfiler un préservatif puis il plaça la masse chaude de sa queue énorme contre son jardin secret et s’enfonça délicieusement en elle, par derrière 

Sa virilité était véritablement massive, mais Madame mouillait tellement qu’il entra en elle comme dans du beurre.

Elle gémit de plus belle.

-Je te fais mal? demanda-t-il.

-Non… C’est juste que… votre queue est bien plus grosse que celle de mon mari… J’adore ça… 

L’homme éclata de rire. 

C’était vrai: la barre de fer qui s’enfonçait en elle lui semblait bien plus imposant que celui de son mari. En réalisant cela, Madame se dit qu’elle aurait dû se méfier, lui demander de la détacher et de rallumer la lumière pour qu’elle voit enfin son visage… Pour être rassurée… 

Mais elle n’en fit rien. Les gants de cuir de l’intrus et son sexe dur comme la pierre lui donnaient trop de plaisir. Elle aimait le côté interdit et dangereux de cette situation 

-Montre-moi ce que tu sais faire, ordonna-t-il. Montre-moi comment tu baises 

Toujours allongée, Madame se mit à onduler des hanches, baisant ainsi sa queue comme une bonne fille qu’elle était.

-Oui, comme ça, fit-il 

-Vous aimez ma chatte, maître 

-C’est la meilleure que j’ai jamais connue 

Madame continua sa petite danse, enfonçant ainsi plus profondément le sexe de l’homme dans son intimité chaude et humide. Ce sexe la remplissait comme elle n’avait jamais été remplie et lui procurait un plaisir foudroyant. L’homme qu’elle ne pouvait voir l’utilisait comme bon lui semblait; elle était sa chose, son jouet.

Il la massait tout en la baisant. Il faisait glisser ses mains gantées sur ses fesses, son dos et sa nuque, ce qui la faisait frissonner de volupté. On aurait dit qu’il avait fait ça toute sa vie. Et puis soudain, l’homme agrippa ses longs cheveux pour tirer doucement sa tête en arrière afin de l’embrasser. Il enroula sa langue autour de la sienne, comme s’il faisait l’amour à sa bouche.

-Maintenant, je vais te faire jouir, lui chuchota-t-il à l’oreille 

Toujours allongé sur le dos de Madame, l’intrus serra un peu plus ses mains gantées autour de ses fesses et accéléra son va et vient dans son vagin tout en continuant à l’embrasser.

Soumission – Fessée – BDSM: Il la baisait avec force maintenant, l’utilisant comme son esclave sexuelle. A chaque coup de rein, Madame sentait toute l’étendue de son désir sauvage. Elle devinait à quel point son corps de femme l’excitait, à quel point il avait besoin de jouir dans son intimité.

Soudain, elle poussa un hurlement déchirant. A l’instant même où l’inconnu jouissait en elle, Madame fut submergée par un orgasme prodigieux. Son vagin se contracta autour de la queue de l’homme inconnu, et elle fut prise de spasmes incontrôlables.

L’intrus l’avait fait grimpéerau rideau. Elle avait l’impression de vivre un rêve, et elle ne voulait pas se réveiller. Elle se fichait de savoir si l’homme était son mari ou pas. Elle se fichait de savoir ce qu’il allait faire d’elle. Tout ce qui comptait à cette seconde précise, c’était cet orgasme incomparable.

Fourbue, elle retomba sur le ventre tandis que l’homme déposait un tendre baiser sur son front.

-C’était délicieux, dit-il. A bientôt, peut-être.

Il s’éclipsa rapidement, descendant promptement les escaliers, la laissant là, allongée sur le ventre, ivre de bonheur. Elle l’entendit ouvrir la porte d’entrée, puis la refermer.

Cinq minutes plus tard, et alors que Madame était toujours allongée dans le noir, son mari entra dans la chambre.

-Bonjour ma chérie, dit son mari. J’espère que tu as aimé mon cadeau, joyeux anniversaire.

Madame ne peut s’empêcher de frissonner. Et puis elle resta silencieuse durant un instant.

-Oui beaucoup

Ils firent alors l’amour comme des bêtes toute la nuit, tellement excitées de l’expérience érotique qu’ils venaient de vivre avec un escort boy gentleman inconnu pour femmes exigeantes ou couples

Soumission – Fessée – BDSM: Si cette histoire vous a plu et que vous aimeriez la vivre, contactez moi au plus vite. Ecrivez moi comment vous voulez vivre votre fantasme ou celui de votre couple.

Au plaisir de vous faire soumettre pour vous faire hurler de plaisir.

Jean

☎ +33755186013 SMS/WHATSAPP
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org

 

Gentleman au service des femmes dominantes

Gentleman au service des femmes dominantes

Gentleman au service des femmes dominantes est un service pour femmes dominantes. L’escort boy trouvait Madame très charmante. sa partenaire était une petite brune aux yeux bleus avec des formes, le genre de femme de 38 ans bien sous tous rapports mais qui avait envie de dominer un homme en prenant du plaisir. Et Jean ...
Essayer le plug anal

Bondage domination discipline et soumission

Bondage domination discipline et soumission voilà ce que Madame cherchait sur Google quand elle découvrit le site escortboy.org. Quand Madame entra dans la chambre d’hôtel que l’escort boy avait préparé pour elle, Madame frissonna de plus belle, elle regardait dans la chambre tout autour d’elle et ne pouvait s’empêcher de reculer. Elle voulait partir mais ...
Rencontres discrètes sans lendemain

Rencontres discrètes sans lendemain

Madame voulait une Rencontres discrètes sans lendemain avec un escort boy. Arrivés dans la chambre de l’hôtel qu’elle avait réservé, les murs bleus clairs et les chaises en soie rayées beiges et bleues, eurent un effet apaisant sur elle. Hélas cela ne dura pas, car la simple vu du lit à baldaquin, fit accélérer son ...
Soumise à son maître escort boy

Expérience de soumission totale pour femmes

L’heure était enfin venue de retrouver cette femme qui voulait vivre une expérience de soumission totale pour femmes avec un escort boy. Elle avait laissé la porte de son appartement légèrement ouverte comme convenu dans son message. Après avoir refermé derrière moi, je pris mon temps pour monter l’escalier intérieur de son appartement, désireux de ...
Quatre mains pour explorer tous les secrets de votre corps - Escort Boy Paris

Offrir sa femme à un inconnu en toute sécurité

Offrir sa femme à un inconnu en toute sécurité. Madame ne put s’empêcher de frémir en passant la porte de l’hôtel, le palace où elle se rendait régulièrement pour satisfaire ses fantasmes. Le cœur battant, elle appuya sur le bouton du vaste ascenseur devant l’amener au dernier étage, à la suite. Elle était nue sous ...
seance de soumission avec un homme

Séance de domination pour femmes soumises

Madame avait commandé une séance de domination pour femmes soumises. Madame se rapprocha lentement de son escort boy avec des yeux remplis de désir et l’embrassa. Ils s’embrassèrent langoureusement, ce qui fit monter l’excitation auprès de la belle. Madame s’arrêta un instant puis dit à son escort boy qu’elle allait le rejoindre dans cinq minutes ...
Gigolo male escort boy voyage dans le monde

Découvrez la parfaite alchimie du plaisir

Découvrez la parfaite alchimie du plaisir à domicile avec votre serviteur. A 19 heures, Madame était en train de se sécher les cheveux après être sortie de la douche quand elle entendit le bruit de pneus roulant sur le gravier de son allée. Elle se précipita à la fenêtre de sa chambre au deuxième étage ...
Découverte de plaisirs extraordinaires

Découverte de plaisirs extraordinaires

L’escort boy ne sait jamais quelle découverte de plaisirs extraordinaires il va faire quand il frappe à la porte d’un appartement parisien. Madame ouvrit quelques secondes après, et Jean découvrit une jeune asiatique d’environ 25 ans, avec de longs cheveux bruns aux reflets légèrement auburn. Elle était assez petite, mince, et portait une veste et ...
rendez-vous soumission avec un escort boy

Rendez-vous de soumission

Pour son rendez-vous de soumission, Madame avait choisi un hôtel parisien qui louait des chambres à l’heure pour des « pauses amoureuses ». C’était la première fois qu’elle pénétrait dans ce type d’établissement, et elle jeta un regard curieux autour d’elle en entrant dans le vestibule.  Elle s’était à moitié attendu à découvrir un endroit ...
jean escort boy bdsm soumission fessée femmes soumises

Soumission – Fessée – BDSM

Soumission – Fessée – BDSM: Expérience de soumission avec un gentleman pour femmes ou couples. Laissez moi être votre maître le temps d’une soirée. Lorsque Madame ouvrit la porte de son appartement plongé dans la pénombre, elle sentit que quelque chose clochait.  Elle n’eut pas le temps d’appuyer sur l’interrupteur. Une main gantée de cuir atterrit ...

Expérience de soumission

Expérience de soumission avec un gentleman escort boy pour femmes exigeantes. « Tu as l’impression de ne plus être responsable de ton corps. Cette manière que j’ai de te donner des ordres t’excite tellement que tu ne te reconnais plus. Je viens de te donner un bain pour la seconde fois ce soir et je t’ai ...

Soumission pour femmes exigeantes

Madame voulait vivre une expérience de soumission avec une homme en qui elle aurait confiance pour pouvoir vraiment lâcher prise et vivre son fantasme en toute sécurité. Elle contacte Jean un gentleman escort boy qu’elle avait trouvé sur internet et qui proposait des services d’escorting aux femmes exigeantes comme elle. Madame lui expliqua son désir ...

La pièce était sombre. Une femme était debout, grande et mince, son visage encadré par des cheveux clairs.

La pièce était sombre. Une femme était debout, grande et mince, son visage encadré par des cheveux clairs. Elle était totalement nue, sa mince poitrine était gonflée, ses tétons tendus par l’excitation. La pièce était silencieuse. Mais ce silence était chargé d’un érotisme électrique. Assis confortablement sur des sièges en cuir, un homme observait la ...

Elle m’a demandé d’apporter tout ce qu’il faut pour l’immobiliser

J’emmène la jeune femme dans la chambre d’hôtel que j’ai réservé à sa demande pour la journée. Elle m’a demandé d’apporter tout ce qu’il faut pour l’immobiliser. Elle va se souvenir de ce rendez-vous toute sa vie. Nous arrivons dans la chambre. Elle l’a choisie en fonction de critères bien précis. Une tête de lit, ...

Son escort boy jouait le rôle d’un professeur

  Comme convenu dans le scénario de sa partenaire, son escort boy jouait le rôle d’un professeur, Jean prit sa main et la conduisit vers le fauteuil. Il lui demanda d’écarter les jambes et de se pencher en posant ses mains sur les bras du fauteuil. Sa voix était basse et profonde. Elle jeta un ...

  • 0

Expérience de soumission

Category:escort boy,Experience,Femmes,Soumission Tags : 

Expérience de soumission avec un gentleman escort boy pour femmes exigeantes.

« Tu as l’impression de ne plus être responsable de ton corps. Cette manière que j’ai de te donner des ordres t’excite tellement que tu ne te reconnais plus. Je viens de te donner un bain pour la seconde fois ce soir et je t’ai enveloppée dans une serviette chaude avant de te porter jusqu’à ta chambre et de te déposer sur le lit.

Tu es complètement alanguie au milieu du lit, en train de contempler le plafond pendant que j’enfile un caleçon avant de m’installer à tes côtés. Tu m’as contacté comme escort boy pour une séance de soumission. Tu as envie de prendre du plaisir sous mon contrôle.

Tu n’arrives toujours pas à prononcer un mot. Ma main a abandonné tes cheveux pour mieux trouver ton sein que je m’amuse à titiller. Ton corps réagit automatiquement à mes caresses et se cambre sous mes mains, ce qui te fait gémir de satisfaction.

Je t’installe à quatre pattes sur le lit. À partir de maintenant, tu n’es plus autorisée à parler, à part si je te le demande expressément. Et tu dois m’appeler Maître.

Tu te mords les lèvres. D’un geste lent et léger, ma main remonte de ta cheville à tes fesses, puis le long de ta colonne vertébrale jusqu’à ta nuque pour finalement te passer un foulard autour des yeux. Privée de la vue, tu te concentres sur ton audition pour essayer de deviner ce qui va suivre. Mes mains caressent tes fesses.

Je mets ma main dans tes cheveux et je les tire pour t’obliger à te tourner vers moi. Mes lèvres se posent sur les tiennes dans un baiser autoritaire.

Mes mains et ma bouche parcourent chaque centimètre de ton corps. J’en apprends chaque courbe et je veux savoir comment ton corps réagit à mes caresses d’escort boy.

Puis tu sens de fines lanières tracer des cercles dans ton dos, sur tes fesses, tes jambes. J’écarte tes cuisses. Les lanières chatouillent tes lèvres humides.

Tu es dans un état d’excitation extrême. tu es mouillée et déjà prête pour moi. Les lanières continuent de jouer avec tes lèvres et ton bouton gorgé de désir. Tes jambes tremblent intérieurement. tu es une bombe à retardement sur le point d’exploser.

Quand les caresses s’arrêtent et qu’un coup de fouet s’abat brusquement sur tes fesses, tu ne peux retenir un cri de surprise. Mes mains caressent doucement l’endroit endolori quelques secondes et un autre coup tombe rapidement entre tes omoplates, t’arrachant un second cri que tu étouffes en enfonçant ta tête dans l’oreiller.

Etant privée de la vue et de l’ouïe, tes sensations s’en trouvent amplifiées. Je continue mon petit jeu. Tantôt je te caresse, tantôt je fais claquer le fouet sur ton corps, puis, sans crier gare, je t’administre un dernier coup vif et beaucoup plus fort que les autres sur ta vulve offerte déclenchant un orgasme.

Lorsque tes spasmes s’estompent, tu sens ma queue dure et tendue recouvert de latex à l’orée de ta chatte. Je te pénètre d’un grand coup de reins sans rencontrer la moindre résistance. Tu pousses un soupir de contentement de sentir ton escort boy au fond de toi.

Tu ne t’es jamais sentie aussi libérée et vivante qu’en cet instant où nos corps fusionnent pour ne faire qu’un. J’attrape tes mains et les fait reposer sur la tête de lit, puis j’empoigne tes seins et tire sur leurs pointes érigées pendant que je donne tout ce que j’ai en te besognant avec force.

Une main toujours sur un sein, l’autre trouve ton clitoris, alors que je te baise avec frénésie. C’est l’explosion. Tu as l’impression de t’envoler quand un nouvel orgasme s’empare de toi et que je te rejoins en t’embrassant le cou.

                                                                🎩🎩🎩

Avez-vous envie de vivre vos fantasmes ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un homme et sentez vous soumise, vibrante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de soumission, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Je suis ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de soumission unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org

Website:https://escortboy.org


  • 0

Soumission pour femmes exigeantes

Category:lâcher-prise,Soumission Tags : 

Madame voulait vivre une expérience de soumission avec une homme en qui elle aurait confiance pour pouvoir vraiment lâcher prise et vivre son fantasme en toute sécurité. Elle contacte Jean un gentleman escort boy qu’elle avait trouvé sur internet et qui proposait des services d’escorting aux femmes exigeantes comme elle. Madame lui expliqua son désir de devenir la soumise d’un maître comme lui, le temps d’une soirée afin de vivre un expérience de domination dans un respect mutuel et avec protection.

Madame se rendit à l’hôtel qu’il avait réservé pour elle et frappa à la porte de la chambre où il lui avait donné rendez-vous. Son maître ouvrit la porte, lui fit signe de s’asseoir. Madame croisa les jambes en les dénudant jusqu’à mi-cuisses, croisa ses mains à la jointure du genou, se tint de façon à bomber le buste.

Madame lui dit-il: “Levez-vous et déshabillez-vous !”

Elle se leva, déboutonna fébrilement son corsage. Son cœur battait la chamade, sa respiration s’oppressait. Son maître, ne la quittait pas des yeux. Elle ôta son corsage en le faisant glisser le long de ses bras. Elle passa ses mains dans son dos pour dégrafer son soutien-gorge, qu’elle laissa choir, dévoilant des seins. Puis s’attaquant à la fermeture de sa jupe, elle se tourna sur le côté, ce qui offrit à son gentleman une vue de sa poitrine sous un angle différent et se débarrassa du vêtement. Elle se redressa en string.

Son visage était en feu, une chaleur envahissait son ventre ; ses mains tremblaient en abaissant le dernier paravent de sa pudeur. Nue, vaincue, elle se figea au garde-à-vous, le corps droit, les bras le long du corps, la poitrine haute.

Son maître lui ordonna d’écarter les cuisses. Elle les desserra ; Son maître avait le regard braqué sur la fine toison du pubis, l’amorce de la fente soyeuse.

Vous mouillez lui dit-il ?

Horriblement gênée, elle fit oui du menton, puis baissa la tête afin de cacher sa honte. Son maître se leva, s’approcha d’elle. Madame ne recula pas quand il lui posa les mains sur les seins, les palpa, les soupesa, mais elle frissonnait ; ses tétons durcissaient au contact des doigts qui les effleuraient. Il les tordit, les étira en comprimant ses seins pour en apprécier la fermeté ; il les pinça jusqu’à la faire grimacer, puis geindre.

Il lui ordonna de croiser ses mains sur la tête.

Elle obéit ; dans le mouvement, sa poitrine se souleva. Son maître la caressa en épousant ses rondeurs, empaumant ses volumes. Son regard allait des seins fermes, doux au toucher, aux yeux dans lesquels il lisait de l’émotion et de la docilité.

Son maître fit glisser ses mains le long des flancs de sa soumise, les ramena sur son petit ventre rond. Il passa ses doigts dans les poils frisés de la toison, puis entre les cuisses moites, effleurant la fente, le petit bouton du clitoris, le rebord des lèvres vaginales. Il titilla les reliefs trempés des nymphes. Madame se tendit, laissa échapper un soupir, assura son équilibre en écartant davantage les pieds au sol.

Elle n’y tenait plus, se fatiguait, s’agaçait de devoir garder les mains croisées sur le crâne. Elle aurait voulu enlacer l’homme qui la jaugeait sans vergogne, se jeter dans ses bras, se donner à lui sans plus attendre.

Elle attendait avec impatience qu’il introduise ses doigts dans son vagin brûlant. Elle crut qu’il allait le faire, quand il ordonna sans élever la voix : “Retournez-vous.”

Madame se retourna en lâchant un soupir de frustration. Il ausculta son dos, sa colonne vertébrale, ses omoplates, de nouveau ses flancs, puis s’attarda longuement sur ses fesses. Elle cambrait les reins, la croupe, tendait les fesses vers lui. Elle frétilla quand il introduisit ses doigts dans le creux de sa raie, tâtant les abords de la rosette anale.

Alors, son maître prit dans sa main un sein palpitant, puis pointa le majeur de l’autre main sur l’anus de la soumise.

Avec une lenteur calculée, forçant l’étroitesse des sphincters, il lui enfonça le doigt dans l’orifice. Comme Madame serrait les fesses, il lui administra une claque retentissante. Surprise, elle s’ouvrit de nouveau, accepta en geignant faiblement l’intromission qui violait son intimité rectale.

Son maître la tenait toujours par un sein, qu’il ne cessait de peloter. Retirant son majeur, il lui enfonça son pouce dans l’anus : le petit trou s’ouvrait, se dilatait. En même temps, son maître fouillait le vagin détrempé.

Jean accéléra les mouvements de ses doigts, pressa sa main contre la vulve. Pliant son pouce comme un crochet dans son rectum, il la besognait sans ménagement.

Elle gémissait sans pouvoir se contrôler, son corps tremblait, ses sens s’emballaient, la tête lui tournait. Elle poussa un cri rauque, explosa en se convulsant.

Madame se trémoussait frénétiquement dans sa posture indécente. Son maître la tenait fermement, pinçant plus sévèrement le téton du sein qu’il malaxait, faisant coulisser ses doigts dans ses orifices en fusion. Il la lâcha d’un coup ; elle s’effondra sur les genoux, le corps plié en deux, secouée de tremblement extatiques.

La soumise demeurait prostrée au sol, hébétée. Son délire charnel avait été d’une intensité inouïe. Elle continua à râler faiblement, jusqu’à ce qu’elle recouvre son souffle et ses esprits. Elle se redressa sur les genoux, le regard vitreux, les lèvres entrouvertes, le visage marqué par la violence de l’orgasme. Portant la main à son mamelon, celui qu’il avait pincé très fort, elle le massa.

Cet homme, qui venait de la faire jouir de façon démentielle, la subjuguait. Elle était sous sa coupe comme elle ne l’avait jamais été avec aucun autre. Elle découvrait avec effarement qu’elle était troublée par sa manière autoritaire de la traiter. Elle adorait être sa soumise.

Son maître lui ordonna de le sucer maintenant. Alors, elle avança sur les genoux pour se rapprocher de la braguette qu’il abaissait tranquillement, extirpant de son pantalon et de son boxer une longue verge à moitié tendue, qu’il agita sous son nez. Madame la saisit délicatement, la prit dans sa bouche, en l’aspirant très fort. Serrant les lèvres autour du gland, elle entama ses mouvements de succion.

Les effets de sa fellation administrée avec conviction furent rapides. Elle sentait le sexe durcir, gonfler dans sa bouche, appréciant sa saveur, sa consistance prometteuse, son volume aussi. La queue de son maître la remplissait bien, et sa longueur qui dépassait la moyenne de ce qu’elle avait déjà connu. Dès que la verge fut dressée au maximum, elle sortit sa langue, lécha copieusement toute la surface, du gland aux couilles, qu’elle lapa comme une gourmande.

Madame aimait sucer cette belle queue ; elle la trouvait tout particulièrement à son goût. Elle découvrait que son maître avait du répondant : il se laissait honorer plus longtemps que la plupart des autres hommes qu’elle avait connu, sans pour autant perdre sa maîtrise de soi. Et elle jugeait plus prudent de ne prendre aucune initiative. C’est lui qui la releva en tirant sur ses cheveux ; il la fit grimper à quatre pattes sur le lit. Soumise dans cette posture bestiale, Madame écarta ses cuisses, tendit sa croupe. Elle offrait sa chatte de soumise luisante de mouille, dont les lèvres palpitaient encore.

Son maître enfila un préservatif et  l’embrocha en levrette avec une lenteur qui raviva les sens exaltés de la femme. Elle se cabra en vidant l’air de ses poumons. Jean la tenait toujours d’une main ferme par les cheveux, et de l’autre il lui caressait les fesses, en propriétaire. Madame, gémissant de contentement, accompagnait ses va-et-vient en elle d’ondulations voluptueuses du bassin. Son impatience était enfin récompensée, sa frustration initiale comblée. Il la baisait bien, la remplissait entièrement, chaque mouvement de sa part faisait naître dans ses entrailles des ondes de jouissance.

Son maître tira sur ses cheveux, lui renversa la nuque en arrière, l’obligeant à cambrer davantage le dos et les reins. La douleur lui faisait monter les larmes aux yeux. Elle poussait des gémissements de souffrance de plus en plus sonores, mais elle était bien obligée de s’avouer que les manières brutales de son maître la ravissaient. Comment résister à un amant qui vous baisait si bien et vous faisait jouir si fort ?

Ainsi qu’elle s’y attendait, Son maître se montrait d’une endurance peu commune : il savait la mener au bord d’un nouvel orgasme, puis changer de rythme pour le retarder, ou même le contrarier. Cela allait du retrait brutal de son vagin à des pincements très vifs des tétons, ou à une amorce de fessée. La soumise subissait un tourbillon de sensations contradictoires. Elle râlait, soufflait, gémissait, se convulsait, coincée au bas-ventre par la queue puissante et à la nuque par la main refermée dans ses cheveux.

Son maître faisait d’elle ce qu’il voulait : il l’embrasait ou la refroidissait, et il la maintenait sous pression en la besognant en levrette. De temps à autre, tout en continuant à la limer à sa guise, il tâtait son orifice anal, y fourrait son doigt. Madame rêvait d’être sodomisée afin de se donner complètement à son maître et lâcher prise totalement..

Son maître la fit jouir au moment où il le décida. Sous l’effet de la pression sans cesse maintenue aux limites de l’explosion et de la durée exceptionnelle du coït, Madame connut l’orgasme le plus démentiel qu’elle ait jamais eu. Sa jouissance extatique se prolongea de longues minutes, durant lesquelles elle cria en s’ébrouant sur la queue profondément fichée dans son vagin devenu fontaine…

Son maître se retira lentement, sa virilité toujours aussi raide. Il claqua dans ses doigts en la tirant une nouvelle fois par les cheveux. Madame comprit, se remit à genoux, lui retira le préservatif et reprit son énorme queue dans sa bouche, la suça avec toute la ferveur de la reconnaissance. Son regard était flou de plaisir, tout embué de larmes de bonheur et de douleur. Elle avait les fesses rougies, très chaudes, les bouts de sein tuméfiés, mais son extase ne s’apaisait toujours pas. Devoir sucer son maître dans la posture de soumise qu’il lui imposait intensifiait son excitation.

Son maître lui ordonna de tout avaler en se répandant dans sa bouche. Elle découvrait que c’était jouissif d’obéir aux ordres. Elle se régala de son sperme épais, très abondant, qu’elle avala aussi lentement qu’elle put. Puis elle le lécha consciencieusement, lui fit sa petite toilette intime et lui rendit une verge rendue propre par sa salive de femme comblée.

Son maître, qui ne s’était pas déshabillé, rajusta sa braguette et se rassit dans son fauteuil, aussi détendu que si rien ne s’était passé.  Son maître lui ordonna de se rhabiller et de partir. Madame quitta la chambre heureuse d’avoir vécu cette expérience. Elle rêvait déjà à leur prochaine rencontre où il lui ferait vivre une soumission encore plus intense.

***

Voulez vous vivre un expérience de soumission ? Dans un moment de pure lâcher prise avec un maître gentleman. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir en compagnie d’un homme dominant qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de soumission et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de soumission pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous dominer, de vous faire séduire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir sur la soumission et comment je peux vous aider à vivre cette expérience de jouissance.

Au plaisir de faire de cette rencontre. Maître Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org
website: https://escortboy.org


  • 0

La pièce était sombre. Une femme était debout, grande et mince, son visage encadré par des cheveux clairs.

Category:Soumission

La pièce était sombre. Une femme était debout, grande et mince, son visage encadré par des cheveux clairs.

Elle était totalement nue, sa mince poitrine était gonflée, ses tétons tendus par l’excitation. La pièce était silencieuse. Mais ce silence était chargé d’un érotisme électrique.

Assis confortablement sur des sièges en cuir, un homme observait la femme aux cheveux clairs, tandis qu’elle, suivant les instructions qu’il lui avait données, écartait ses longues jambes et commençait à passer ses doigts entre ses cuisses.

Son souffle devenait plus audible à mesure que son excitation montait, et son corps commença à trembler. Ses grands yeux s’agrandirent alors qu’elle approchait de l’orgasme. Presque imperceptiblement, elle changea le rythme qu’elle imprimait à ses doigts, et son corps relâcha de la tension.

Aussitôt, les doigts de la dame se firent plus rapides et, bientôt, elle arqua son corps, poussant sa poitrine vers l’avant alors qu’elle approchait le point de non-retour.

La dame poussa un petit soupir. Elle luttait désespérément pour retarder son plaisir, mais, comme ses doigts continuaient à stimuler la chair humide et réceptive entre ses cuisses, cela s’avéra impossible.

Avec un léger cri de désespoir, elle atteignit l’orgasme. Son corps tremblait de la tête aux pieds.

Jean garda le silence, mais on entendait clairement sa respiration intense, tandis qu’elle attendait que Jean décide de la suite des évènements.

Se mettant debout, il se dirigea ensuite vers elle. Il mesurait un bon mètre quatre-vingt, et la femme était beaucoup plus petite, et il posa une main légère sur son épaule.

Il sentait son corps trembler sous sa main. Jean lui annonça qu’il allait lui mettre un bandeau. La dame se raidit et se retira de sous la main de son amant, mais elle n’émit aucune protestation. Au lieu de cela, elle baissa la tête en prenant un air résigné et soumis.

Elle détestait le bandeau, ce que Jean savait très bien, raison pour laquelle il l’avait choisi. Il lui était arrivé tant de choses dans l’obscurité du bandeau de velours noir que sa peur était aussi intense que l’incroyable plaisir qu’elle en avait tiré.

Un plaisir plein de douleur qui s’était emparé d’elle au cours des longues et étranges séances d’initiation sexuelle qu’elle avait demandé à Jean.

Jean tira le bandeau noir de sa poche, l’attacha fermement autour de ses yeux et fit courir un doigt sur la colonne vertébrale de la jeune femme, lui griffant la peau de son ongle au passage.

Elle se tenait là, incapable de voir quoi que ce soit, et attendait que Jean décide de s’occuper d’elle.

Malgré sa peur, elle était excitée, son corps avait appris à jouir des plaisirs sombres. Parfois, elle se demandait jusqu’où irait Jean et si elle choisirait jamais de refuser ce qu’il lui demandait.

Jean bougea légèrement le corps de la femme, lui donnant un angle qui lui permettait de s’agenouiller entre ses jambes. Il empoigna les chevilles de sa proie et commença à remonter tout en massant ses mollets.

La femme tenta un mouvement de recul, tâcha de se libérer des caresses insidieuses et excitantes qui allaient venir. Jean attrapa fermement ses jambes, et, comme ses mains s’insinuaient dans l’entrecuisse, La femme commença à gémir de désespoir.

Les doigts de Jean ouvrirent les lèvres de son intimité, et il approcha sa bouche au plus près de la vulve exposée, respirant doucement tout contre, afin que la femme comprenne bien ce qui allait lui arriver.

L’anticipation de ce qui allait se produire ajoutait à l’excitation de la femme. À nouveau, ses tétons se transformèrent en petits pics, la peau de son ventre ondula légèrement.

Après quelques secondes d’une attente insupportable, la langue de Jean frappa avec une précision incroyable, s’enroulant autour du clitoris excité de la dame, afin que le volume des gémissements de détresse et de plaisir mélangés augmente.

Jean sentit queue durcir, excitée qu’il était elui aussi de voir cette femme batailler encore une fois contre un plaisir interdit qui allait de nouveau la vaincre.

Ce fut ce moment que Jean choisit pour aspirer le petit morceau de chair dans sa bouche et le sucer avec force. Il imaginait très bien les sensations qui en ce moment même submergeaient le ventre de cette femme.

Comme il continuait à sucer le centre du plaisir de la belle, il enfonça trois doigts en elle et commença à les bouger dans des allers-retours puissants, rapides. Au bout de quelques secondes à peine, la femme rejeta sa tête en arrière, et les tendons de son cou ressemblèrent à des cordes de violon.

À mesure que la tension sexuelle montait, chacun de ses muscles se contracta, jusqu’à ce que, poussant un cri, elle succombe à un nouvel orgasme d’une intensité et d’un plaisir insupportables.

Jean tendit les mains et pinça fortement les têtons. Le corps de la dame convulsa encore une fois de plaisir.

La chevelure de la dame, habituellement si ordonnée, était devenue une crinière sauvage ; les racines de ses cheveux dégoulinaient de sueur. Ses joues étaient rouges, tout comme sa poitrine.

Elle avait l’air merveilleusement désorientée et humiliée. L’érection qui se forma dans le pantalon de Jean était si intense qu’elle en devint douloureuse.

Malgré cela, il n’avait aucune intention de se donner du plaisir avant un certain temps. C’était un amusement pour lui, et une expérience de plus pour la femme.

Puis Jean tira les mains de la femme derrière elle et les attacha rapidement avec des menottes de cuir. Il la poussa ensuite sur ses genoux, mais, comme elle se baissait trop, il la tira par les cheveux jusqu’à ce qu’elle ait pris la position qu’il désirait.

La femme laissa échapper un petit cri de douleur, mais Jean comprit qu’elle était encore plus excitée à mesure que le jeu avançait. Il sourit intérieurement.

D’un coup de poignet rapide, il cingla les seins de la femme avec un fouet en latex. Le coup fit crier sa victime, et Jean l’observa attentivement.

Une petite larme coula de sous le bandeau, et Jean s’aperçut que les tétons de la femme étaient encore durs et que son entrecuisse était humide. Il comprit que son plaisir était bien plus important que sa détresse.

Jean lui ôta les menottes et la poussa sur le dos. Il s’agenouilla près de ce corps étendu, fit brièvement courir sa main sur sa poitrine, englobant cette chair tendre, avant de descendre plus bas et commencer à masser son ventre avec ces mouvements circulaires qu’elle affectionnait tant.

Elle ne put réprimer un gémissement dû au désir qui montait en elle. Bien qu’elle luttât contre l’orgasme, ses lèvres commencèrent à remuer, augmentant le plaisir qu’il lui donnait.

Soudain elle cessa de bouger, mais la science de Jean était si grande que cela ne changeait rien. Même totalement immobile, elle savait qu’elle serait incapable de résister au plaisir que son gentleman allait lui donner.

Avec précaution, il appuya fortement sa paume contre le bas de son ventre, et la pression sur sa vessie ajouta une stimulation supplémentaire à toutes les terminaisons nerveuses qui regorgeaient dans la région pelvienne.

Elle murmura une légère protestation qu’il ignora complètement. Il continua à appuyer de la paume de la main gauche, tandis que sa main droite s’insinuait entre ses cuisses trempées, jusqu’à atteindre son clitoris qui était à moitié rétracté.

Il le titilla avec son doigt, jusqu’à ce qu’il s’épanouisse et émerge de son capuchon protecteur une nouvelle fois. Ses doigts s’approchaient en faisant des cercles autour du petit bouton.

Puis Jean entendit le souffle de la femme se coincer dans sa gorge comme il commençait à appuyer doucement, puis plus fort, jusqu’à ce qu’elle geigne d’inconfort, mais cet inconfort la conduisait toujours à un mélange fracassant de plaisir et de douleur, et l’envoyait au paroxysme de l’extase.

Il observa son corps mince, ses petits seins, sa peau olivâtre et, soudain, Jean ne put plus attendre. Ses doigts pincèrent fort son clitoris, tandis que sa main appuyait plus profondément sur son ventre.

Ses terminaisons nerveuses surstimulées furent incapables de se retenir. Elle explosa d’un orgasme si intense que son corps fut pris de convulsions. Elle poussa un cri de plaisir horrifié.

Ses bras et ses jambes étaient agités de spasmes. Jean se pencha sur elle et lui donna un baiser fougueux sur la bouche. Ainsi se termina la séance de domination que la dame avait demandé à son gentleman.

*

Avez-vous des fantasmes à explorer ? Beaucoup de femmes rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivre. Vous êtes toutes en droit de profiter de la domination d’un gentleman qui vous aidera à vivre vos envies et ne jugera pas votre désir de soumission pour le plaisir.

Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous divertir, de vous donner du plaisir lors d’une séance de domination ou vous pourrez souffrir de plaisir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement ou vous me direz tout sur votre fantasme afin que je le réalise dans les moindres détails en toute sécurité.

Au plaisir de faire votre connaissance. Maître Jean – Dominant pour femmes exigeantes et soumises.

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org


  • 0

Elle m’a demandé d’apporter tout ce qu’il faut pour l’immobiliser

Category:Soumission

J’emmène la jeune femme dans la chambre d’hôtel que j’ai réservé à sa demande pour la journée. Elle m’a demandé d’apporter tout ce qu’il faut pour l’immobiliser. Elle va se souvenir de ce rendez-vous toute sa vie.

Nous arrivons dans la chambre. Elle l’a choisie en fonction de critères bien précis. Une tête de lit, avec des barreaux. je l’ai cherché pendant des jours. Il ne remarque rien.

Je l’embrasse, l’enlace. Mes mains parcourent son corps par-dessus ses vêtements. Je m’aventure sous sa robe, caresse ses fesses laissées à l’air par son string. Elle passe sa main sur mon pantalon. Ma virilité est érigée dans l’attente de la prendre. Elle déboutonne ma chemise et caresse mon torse. J’embrasse son cou, ses oreilles.

Je la déshabille. Elle est nue devant moi. Je suis moi-même en partie dévêtue. Je la dirige vers le lit. La manœuvre pour qu’elle s’installe comme il faut.

Elle porte tout ce que j’aime. Un bustier pigeonnant, un string transparent et des bas accrochés à des porte-jarretelles, le tout parfaitement coordonné. Elle a gardé ses escarpins à talons.

Je me place à califourchon sur elle. Étends ses bras au-dessus de sa tête. Je lèche l’intérieur de ses poignets, de ses bras, je poursuis par le sein, je m’attarde sur ses tétons, descends vers son nombril. Elle s’attend à ce que je m’occupe de son jardin secret.

Je passe à côté, je vais mordre le haut de sa cuisse. Puis je remonte encore, j’évite soigneusement de toucher son intimité. Je frotte mon corps contre le sien. C’est le seul contact que je lui octroie.

J’attrape sous un oreiller la fine corde que j’y ai placée avant qu’elle n’arrive. J’attache sa main droite à un barreau.

Je fais d’habiles nœuds pour m’assurer qu’elle est bien prisonnière. Je déroule le reste de la corde pour attacher sa main gauche.

Je me penche sur sa bouche, que j’embrasse avec volupté et lenteur. Ma queue trépigne et chatouille son ventre. Je m’éloigne. Quitte le lit. Je me place à ses pieds. Debout. Je passe mes mains sur son corps. Je glisse quelques doigts dans ma bouche, je les lèche, les suce.

Je passe mes doigts humides sur mes tétons pointus. Les triture, les pince. Je fais glisser ma main jusque sur sa chatte, je la fais passer sous son string. Je fourre le majeur dans son vagin. Elle est vraiment mouillée. Qu’est-ce qui l’excite le plus ? De me voir bander pour elle, de me voir la dévorer des yeux ? Ou de se savoir à ma merci ?

Je dégrafe lentement son bustier. Puis je m’attaque au string, que je fais glisser avec la même lenteur sur ses hanches, ses cuisses. Je peux maintenant attacher ses jambes au bas du lit. Elle a maintenant les cuisses écartées et ne peut fermer les jambes. Je vais pouvoir abuser de son corps selon mon bon plaisir. Et la faire jouir sans limites comme elle me l’a écrit.

Pour compléter le tableau, je la bâillonne et lui place un bandeau sur les yeux comme elle me l’a demandé dans son scénario. Elle veut être totalement soumise à son maître sans pouvoir échapper aux supplices sexuelles qu’il va lui infliger.

Je continue et la caresse,elle aime cela. J’écarte ses lèvres intimes dans lequel je faufile un doigt plein de salive.

Je ne parle plus. J’avance ma bouche vers sa chatte ruisselante de désir. Elle est heureuse, je vais enfin la lécher. Mais finalement je change de destination pour la faire languir.

Je décide de caresser son clitoris avec ma verge raide et turgescente. Elle est sensible à ce premier contact. Sa respiration s’accélère. Puis finalement je chemine sur son clitoris avec le bout de ma langue. Je me faufile entre ses lèvres, dans son antre d’où j’espère faire bientôt sortir une giclée de cyprine. elle ferme les yeux. Souffle.

Ma langue devient plus épaisse. Je salive abondamment. Je la lèche avidement avec ma langue. En pressant mes lèvres. Je fais glisser ma langue, avec lenteur et légèreté. Je sais que le plaisir monte en elle. Je m’amuse à la faire attendre pour faire monter son envie.

Je glisse un doigt en elle, j’explore tous les recoins de son jardin secret et elle se met à gémir. Je lèche encore un de mes doigts et le dirige vers son anus, que je titille sans y entrer.

Je la lèche. Plus vite et fort. Elle respire vite. Elle ne peut que gémir plus fort et me demande de continuer plus fort et plus vite.

J’alterne les cadences. J’accélère, un moment, puis tout d’un coup, stop. Elle ne sait jamais à quoi s’attendre.

Son chatte coule de plus en plus. Il me faut une volonté phénoménale pour ne pas la prendre.

Elle va bientôt jouir. Son visage rougit, son clitoris plus dur que jamais. Son souffle court. Elle imagine sans la voir ma queue prête à faire ce pourquoi elle est là.

Pour elle, c’est la première fois qu’un sexe inconnu au préalable, un sexe sans visage de plus, va prendre possession de son corps, s’introduire. Elle ressent alors une palpitation entre ses cuisses, incontrôlée et incontrôlable.

Son sexe semble se contracter et se décontracter de manière marquée, produisant cette réelle sensation de palpitation comme un cœur autonome. Celui de son anus reprend le rythme, moins marqué. La palpitation s’accélère.

Une pression sur l’entrée de son vagin la fait sursauter. Alors, sans plus un mot, mon gland emballé dans le latex  entre brusquement dans sa cavité secrète. La pression pour m’introduire lui donne une décharge de plaisir.

Je marque un arrêt, et, passant ma main gauche sur son épaule pour prendre un appui solide, donne un coup de rein sec pour m’enfoncer enfin dans ses profondeurs.

Je commence alors un mouvement de retrait de ma queue, et de retour. Mon membre frotte fort contre sa paroi vaginale et elle se sent chauffer à ce niveau. La muqueuse s’irrite vite.

Mon gland est comprimé à souhait. Ma virilité  comble tout son orifice et trouve une facilité nouvelle dans mes poussées. Je m’enfonce alors réellement à fond dans un soupir de contentement.

Le rythme de mes secousses va en s’amplifiant tandis que je la  tiens par les hanches. Elle est emportée dans une ivresse jouissive face à l’excitation et l’ardeur amplifiée de mes assauts. Je la sens vibrer, trembler, sous ma pénétration de plus en plus sauvage. Me voilà de plus en plus fébrile, de plus en plus effréné, de plus en plus violent dans mes bourrades.

Des impulsions la prennent d’office, qu’elle ressent fortement et cruellement. Ces ondes lui remontent dans tout le corps. Elle hurle à travers le bâillon de mes assauts et des décharges de son clitoris survolté. Je me retire et sa cyprine jaillit comme une fontaine entre ses cuisses. La jouissance l’a emporté. J’arrache mon préservatif et je jouis sur elle quelques secondes plus tard.

Je lui enlève son bandeau et le bâillon, la détache et la prends dans mes bras pour la réconforter en l’embrassant doucement. Elle vient de réaliser son fantasme comme jamais elle n’aurait espéré le faire.

🎩🎩🎩

Chères lectrices, je suis Jean, Gentleman pour femmes exigeantes  et je suis à votre disposition pour vous faire vivre des moments d’extase comme vous n’en connaîtrez peut-être jamais.

Lancez vous dans l’expérience de vivre votre fantasme quel qu’il soit,  dans un respect de la femme et avec protection. Au plaisir de vous montrer combien vous comptez pour moi.

Au plaisir de faire votre connaissance et de vous transporter. Jean

☎+33755186013

@ man.jean@yahoo.fr

🌐 http://escortboy.org


  • 0

Son escort boy jouait le rôle d’un professeur

Category:Soumission

 

Comme convenu dans le scénario de sa partenaire, son escort boy jouait le rôle d’un professeur, Jean prit sa main et la conduisit vers le fauteuil. Il lui demanda d’écarter les jambes et de se pencher en posant ses mains sur les bras du fauteuil.

Sa voix était basse et profonde. Elle jeta un petit coup d’œil vers lui et vu le feu dans ses yeux. Elle écarta donc ses jambes et posa ses mains à plat sur chaque bras du fauteuil.

Elle leva ses fesses en l’air pour lui. Elle baissa la tête en bas et attendit de voir ce qu’il comptait faire d’elle dans cette position. L’escort boy se positionna derrière elle et commença à soulever l’ourlet de sa jupe. Cette fois, L’homme exposa ses fesses en l’air et replia sa jupe sur ses hanches.

Avec sa main, le gigolo traça la courbe de sa hanche et de ses fesses. L’escort boy caressa sa peau douce et plongeât sa main entre ses jambes, taquinant les lèvres humides de son sexe.

Elle pouvait entendre les sons doux et humide de ses doigts à l’intérieur de son jardin secret. Ça la faisait gémir d’envie. Elle essaya d’appuyer de nouveau sa main pour qu’il s’enfonce plus au dedans.

Le gigolo retira sa main et par ce fait termina son tourment. Un soupir plaintif échappa de ses lèvres, comme la perte de son toucher, mais elle savait que ce ne serait pas pour longtemps. Bientôt, elle aurait beaucoup plus de lui, et pour beaucoup plus longtemps. Il prolongeait son agonie maintenant, mais elle savait que ce ne serait pas pour toujours. Elle devait juste patienter un peu plus longtemps.

Bientôt, elle aura ses doigts qui rempliront sa petite chatte. Pour l’instant, Jean, le professeur devait lui donner une leçon. Son élève avait été une très mauvaise fille ces derniers temps. Il était temps qu’elle apprenne la discipline disait le scénario.

Sachant ce qui allait arriver et à quel point elle le voulait, elle sentit un frisson d’excitation courir à travers son corps. Rapidement elle sentit sa main dans ses cheveux. Avec une secousse rapide et puissante son escort boy tira sa tête en arrière pour la regarder.

Sa bouche n’était qu’à quelques centimètres de son oreille. Le grondement profond de sa voix faisait frire les petites cellules de son cerveau.

Il lâcha ses cheveux et sa tête retomba. Elle laissa échapper un long soupir. Ses jambes étaient tendues mais elle n’osait pas bouger pour les régler. Elle restait immobile comme la bonne fille qu’elle était supposée être. Elle attendit que son professeur commença sa première leçon.

Il marchait derrière elle. Elle sentait sa main courir sur son corps et arrêter au bas de son dos. Son autre main traçait des petits cercles sur la courbe ronde de ses fesses. Il lui donnait la chair de poule.

Quand sa main la quitta, elle ferma les yeux et pris une grande respiration en attendant le premier coup. Le premier était dur, mais pas trop dur, assez pour laisser une piqûre dans son sillage, mais pas assez pour causer plus d’un petit grognement en réponse.

Elle remercia son professeur. Il fit une douce caresse pour calmer la douleur. Elle entendit un petit bruit heureux venant de lui juste avant qu’il ait à nouveau soulevé sa main.

Au deuxième coup, un petit cri sortit de sa bouche à la pression de sa main sur sa chair tendre. Il la fit suivre d’une autre caresse douce de sa main.

Elle savait qu’il était doux, bien que sa main lourde ne le fût pas la seconde fois. Elle savait aussi que le prochain coup serait encore moins délicat. Elle se préparait mentalement en prenant une respiration longue et lente. Elle sentit à nouveau sa main lui donnant une nouvelle fessée. Il venait de soulever sa jupe au dessus de ses hanches.

Elle glapit fortement ce qui faillit lui faire perdre pied pour seulement une seconde. Elle se remit de la brulure de la troisième claque sur ses fesses nues. Cette fois, sa main avait frappé un peu plus bas. Elle avait attrapé la chair sensible de sa chatte avec le bout de ses doigts.

Le professeur traça de petits cercles sur le bas de son dos ce qui calma sa douleur. Sa respiration devint peu profonde et rapide. Puis le gigolo attrapa ses deux hanches avec ses mains et pressa son érection grandissante dans la courbe de ses fesses.

Plaçant sa main au bas de son dos, Jean revint à l’endroit où il avait été auparavant, toujours caressant chaque centimètre de son corps. De temps en tems, son escort boy faisant glisser un doigt à l’intérieur de sa chatte dégoulinante. Elle avait envie qu’il la remplisse avec sa grosse queue bien dure. Apres qu’il eut caressé ses lèvres externes, elle mouillait encore plus.

Le son animal qu’elle poussa quand il la toucha fit naitre des sensations folles sur elle et dans son corps. Elle avait envie qu’il glisse son phallus turgescent dans sa bouche et voulait l’entendre gémir pendant qu’elle lui ferait plaisir et le remercierait pour sa leçon.

Jean la complimentait pour la beauté de son derrière et lui dit qu’elle s’était comportée en bonne fille pour lui ce soir. Rien ne lui fit plus plaisir que de l’entendre l’appeler comme ça.

Ses mains étaient enroulées autour de ma taille. Elle était si près qu’elle pouvait sentir sa virilité tellement dure contre son ventre. Cela lui rappela de la prochaine étape qu’elle avait écrite dans le scéanario. Il prit sa main et l’aida à s’agenouiller devant lui. Elle ne pouvait pas être plus heureuse.

Elle avait rêvé d’être là, juste comme ça pour cet homme pendant de nombreux jours et nuits. Agenouillée devant lui, soumise à lui. Son petit animal de compagnie. Levant les yeux vers lui à travers ses cils, Jean lui sourit et toucha sa ceinture puis, ouvrit la fermeture éclair de son pantalon.

Elle devait l’avoir dans sa bouche pour lui montrer combien elle était reconnaissante. Il retira sa longue queue lancinante de son pantalon. Sa bouche commençait à s’humecter sachant qu’elle attendait de toucher sa langue.

Il lui plaçat les mains derrière le dos. Il prit sa verge dans la main. Elle ouvrit la bouche pour l’accueillir. Elle sortit d’abord sa langue plate pour qu’il puisse y glisser sa queue en entrant dans sa bouche.

Un long soupir profond s’échappa de ses lèvres au moment où il la posa sur sa langue. Elle lui sourit doucement et ferma sa bouche autour de sa longue queue puis, commença à le sucer lentement. Cela provoqua des frissons qui parcoururent tout son corps.

Ardemment, elle l’avala si profondément. Ses mains s’enroulèrent donc dans ses cheveux de chaque côté de la tête et son escort boy se mit à pousser sa grosse queue dans sa bouche. Elle gémit. Cela l’excitait tellement de l’avoir dans sa bouche.

Le goût salé remplit rapidement sa langue. Il devint de plus en plus insatiable et bientôt, son escort boy baisait sa bouche avec abandon. Elle intensifia son effort pour l’amener à la conclusion.

Elle suça plus dur et roula sa langue autour de la pointe de son gland enflé jusqu’à ce qu’il se recula brusquement. Un petit gémissement tomba de ses lèvres en regardant vers lui. Elle était déçu qu’il puisse refuser de se libérer dans sa bouche.

Il l’entraina sur le lit et ses mains errèrent sur son corps pendant qu’il se couchait à côté d’elle. Ses doigts pincèrent et tirèrent ses mamelons pour la taquiner. Une main caressa ses cheveux et l’autre atterri vers le bas sur sa chatte. Elle soulevait ses hanches pour le rencontrer.

Elle levait ses genoux, en gardant les jambes écartées pour lui. Son escort boy prit position entre ses jambes, s’agenouilla pour qu’elle puisse le voir agir en elle. Elle gémit alors qu’elle regardait sa dure colonne de chair, juste hors de portée de sa main. Il savait ce que cela lui faisait de savoir que sa virilité de gentleman était tout pour elle.

Ses genoux écartèrent ses jambes encore plus. Il enfila un préservatif avant d’enfiler sa queue au fond de chatte brulante. Il se retira un court instant, puis retourna rapidement dans les profondeurs de sa chatte en laissant échapper un grognement sourd. Sa chatte était serrée autour de lui.

Il allait et venait dans les profondeurs de sa chatte gourmande. Ses dents pincèrent ses seins. La douleur lui fit lever ses hanches vers le haut pour le rencontrer.

Tout allait très vite. Elle pouvait sentir son point culminant arriver à son apogée à chaque poussée profonde au dedans et en dehors d’elle. Il était à l’intérieur d’elle et poussait des sons bestiaux qui les rendaient sauvage.

Soudain, le corps de la belle éclata de la manière la plus puissante qu’elle eut ressenti de toute sa vie. Elle fut secoué et le serra très fort tandis que des sons qui étaient loin d’être humain sortaient de sa bouche. Son corps était secoué en cadence avec le sien. Elle criait son nom plus fort que jamais.

L’escort boy remuait en accéléré. Lorsqu’il cria son nom elle sentit sa bite exploser en elle. Ses yeux ne quittaient jamais les siens. Il était tout secoué par son propre orgasme. Il la pénétra une seconde fois et provoqua en elle un second orgasme.

Lorsque leur respiration fut calmée, il se tira lentement. Son professeur mit son bras sous elle.. Elle était enveloppé et serré dans ses bras. Il l’embrassait sur le dos, l’épaule et le cou. Elle ronronnait dans ses bras comme une petite chatte satisfaite par les caresses de son maître.

***

Beaucoup de femmes rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivres. Vous êtes tous en droit de profiter de la compagnie d’un gentleman qui traitera votre compagne comme une lady et ne jugera pas votre envie de sexe et de plaisir sans lendemain pour vivre un fantasme.

Un gentleman Escort Boy qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013 sms/appel/whatsapp
Mail: man.jean@yahoo.fr
Web: http://escortboy.org