Category Archives: Couple

  • -
Offrir sa femme à un escort boy

Deux hommes pour faire du bien à Madame

Category:Accompagnateur,Couple,triolisme Tags : 

Deux hommes pour faire du bien à Madame est l’expérience la plus incroyable que ce couple parisien voulait vivre. Tandis que son mari la tenait en place, Jean se pencha vers l’avant ce qui fit que son nez touchait presque la chatte de Madame, puis il inhala. « J’adore ton odeur. Tu es excitée et tu as hâte que nous te baisions, n’est-ce pas ? Tu mouilles jusque sur tes cuisses. Je vais lécher tout cela pour avoir ce goût doux comme le miel sur ma langue. »

Jean fit ce qu’il venait de dire, lapant consciencieusement la preuve de son excitation à l’intérieur d’une cuisse, puis de l’autre, alors que la chatte de Madame se languissait de se voir faire la même chose. Elle le suppliait sans dire un mot de mettre sa bouche à cet endroit en faisant rouler ses hanches.

Il releva la tête, son regard sombre et enflammé et sa bouche luisante et brillante de ses sécrétions et il dit, « Ta chatte est grande ouverte pour elle. Tu es toute gonflée. Trempée. Ton clito est comme une petite bosse toute dure. »

Sa langue s’agita, entoura cette partie sensible.

détendez vous dans les bras de deux hommes - Escort Boy Paris

détendez vous dans les bras de deux hommes – Escort Boy Paris

« Jean ! » cria-t-elle, presque sur le point de jouir seulement avec ce mouvement. Madame leva les bras au-dessus de la tête, les passa autour de la nuque de son mari.

Jean ne dit rien et se contenta de la regarder une dernière fois avec son air de mâle triomphant, avant de remettre sa bouche sur elle. Chaque millimètre de sa chatte fut exploré.

Quand il inséra un doigt, puis deux, doucement et profondément en elle, je laissai sa tête basculer vers l’arrière et gémis. Je n’avais même pas été au courant que j’avais un point G jusqu’à ce que je les rencontre. Maintenant, c’était comme s’il avait appuyé sur un bouton qui me donnait presque directement un orgasme.

Son mari inclina sa bouche vers la sienne et l’embrassa, elle et ses cris. Elle ne pouvait penser à autre chose qu’à son mari et à Jean, tant elle était consumée par ce qui se passait.

Madame pensait à leurs bouches sur son corps, à leurs mains. Son mari attrapait et tirait sur le bout de ses seins, les pinçait, ajoutant un peu de douleur au plaisir qu’elle ressentait. Jean se concentra sur son clitoris, le suça, et y passa vigoureusement sa langue encore et encore jusqu’à ce que je jouisse.

Quand elle ouvrit à nouveau les yeux, Jean était assis sur ses talons et il essuyait sa bouche avec le dos de sa main. Il était content de lui et de sa capacité à lui donner un orgasme. Il courba un doigt. « Penche-toi en avant, mon ange. C’est au tour de ton mari. »

Elle était trop repue pour dire quoi que ce soit et se pencha en avant, plaçant ses mains sur les épaules de Jean. Il l’embrassa et elle ne put manquer le doux goût de son excitation. Il avait raison, il avait son goût sur sa langue.

D’un bruit sourd, son mari se mit vite à genoux derrière elle, puis il tira ses hanches vers lui pour qu’elle se penche davantage, ce qui fit que son cul était en l’air. Elle le fixa par-dessus son épaule et il se contenta de lui dire. « C’est à mon tour de goûter. »
Il la dévora avec une précision qui fut sans pitié. Tandis que Jean explorait sa chatte tout entière, et léchait sa cyprine là d’où elle venait, son mari s’était dirigé directement vers son clitoris. Jean avait amorcé ses orgasmes ; elle jouissait désormais facilement. Ses doigts étaient serrés sur les épaules de Jean.

« Est-ce qu’on a déjà exploré ton petit côté obscur ? » demanda Jean.
Madame se concentra sur son visage, droit devant elle, et sur ses mots.
Elle lui dit non en gémissant et en secouant la tête.

« Nous allons prendre bien soin de toi, et combler chacun de tes orifices. »
Madame posa son regard sur les cuisses de Jean, sur le contour que formait sa queue, épaisse et longue, tandis qu’elle disparaissait sous sa ceinture. Elle lécha ses lèvres, la désirant dans sa bouche. La belle désirait aussi le goûter mais se demandait comment un tel engin pourrait rentrer jusque dans sa gorge.

Jean devait sûrement sentir l’intérêt qu’elle y portait, car il retira sa ceinture, ouvrit son jean, et en sortit son impressionnante queue. « Je vais m’occuper de cette jolie bouche pendant que son mari prépare ton cul. »

4 mains pour vous toucher - Escort boy paris

4 mains pour vous toucher – Escort boy paris

La queue du gentleman était rougeâtre et il y avait une veine qui pulsait tout son long. Sa tête était si large qu’elle devrait écarter sa bouche en grand pour qu’elle puisse aller au-delà de ses lèvres. Elle regardait le liquide pré-éjaculatoire sortir du petit trou et couler sur toute la longueur.

« Lèche-moi tout cela, mon ange, et ensuite prends-moi dans ta bouche. »
Madame fit comme l’escort boy le lui l’avait demandé, même si elle avait du mal à se concentrer avec la bouche de son mari sur son clitoris, tandis que le goût fort de Jean atterrissait sur sa langue.
« tu es très doué, » murmura Jean alors que ses hanches se tortillaient.

Cela la rendit téméraire de savoir qu’elle avait une telle emprise sur lui et de ce fait elle ouvrit la bouche… en grand, puis encore plus grand, afin de le faire rentrer.
Un pouce pénétra dans son jardin secret, afin de le mouiller, puis en ressortit et recula jusqu’à son anus.

Madame laissa s’échapper un cri de surprise, mais il fut étouffé par la virilité de Jean. Bon Dieu, il était vraiment énorme et elle le mit aussi loin que possible dans sa bouche. Madame ne pouvait penser à quoi que ce soit d’autre et ne fit que ressentir les choses. Elle tenta de faire jouir Jean aussi vite et aussi simplement que lui l’avait fait jouir.

Il attrapa ses cheveux avec ses doigts et serra sa prise.
« C’est bien, mon ange. Suce ma queue pendant que ton mari s’occupe de ton cul. Juste son pouce pour l’instant. Ouvre-toi pour lui. » grogna-t-il tandis qu’elle aspirait avec ses joues et qu’elle laissait glisser sa queue plus près de sa gorge.

La paume de main de son mari était posée sur le bas de sa colonne vertébrale, son pouce entre ses fesses écartées, tandis que le bout de son doigt faisait pression pour la pénétrer.
« Détends-toi et laisse-moi entrer, bébé. » son mari releva la tête pour lui parler, mais il soufflait de l’air chaud sur sa peau sensible. « Je te promets qu’une fois que tu le feras, ça sera une vraie explosion de plaisir.

– Si tu pouvais sentir sa bouche, en ce moment. On dirait un aspirateur. Et si tu pouvais voir ses seins dans cette position, » commenta Jean, bien que son mari fusse trop occupé à lui sucer à nouveau le clitoris pour voir par lui-même. « On dirait des fruits qui pendent et qui sont prêts à être cueillis.

Putain, » grogna-t-il tandis qu’elle faisait bouger sa langue en un mouvement circulaire, ce qui apparemment lui plaisait. Madame le fit donc à nouveau.

Jean tira doucement sur son mamelon. Ils étaient tous en train de s’exciter les uns les autres. C’était comme un cercle de plaisir sexuel.

Son petit trou vierge fut pénétré par le pouce de son mari et elle grogna en le sentant se détendre tandis qu’elle ressentait quelque chose d’inhabituel. Et pourtant, comme il l’avait dit, elle eut un orgasme. Madame s’éloigna du pénis de Jean et cria. Elle frissonna.

Elle était tellement excitée par le fait d’avoir deux hommes pour faire du bien à Madame. Il y avait deux hommes chez elle et elle se trouvait entre eux. Elle était quasiment nue et un homme avait son visage fourré entre ses cuisses et un doigt dans son derrière vierge. L’autre homme avait le visage recouvert de son plaisir et il jouait avec ses seins, tandis que sa queue était recouverte de sa salive avec du liquide pré-éjaculatoire qui coulait tout du long.

Madame n’avait jamais imaginé. Elle n’avait jamais espéré. Elle ne voulait pas que cela s’arrête.

Ses jambes lâchèrent et son mari retira son pouce. Elle se sentit vide pendant une seconde, mais Jean la prit dans ses bras tandis qu’elle se mit à cheval sur lui, son érection entre eux deux. Il la tint tout près de lui. Elle se sentait à l’aise et en sécurité dans ses bras, alors que son mari lui caressait le dos et les fesses derrière elle.

« Il est temps de se déshabiller complètement pour que nous puissions voir de quoi nous sommes vraiment capables, » dit son mari.

Elle était entièrement d’accord avec cela. Elle avait déjà joui deux fois et ils étaient encore habillés. Sauf pour la queue de Jean qui pulsait contre son ventre. Elle pouvait sentir le liquide pré-éjaculatoire recouvrir sa peau avec des jets réguliers. sa chatte se contracta en anticipant de tout avoir, que cela soit dans sa bouche ou dans sa chatte.

Le fait que son mari ait joué avec son cul avait été une réelle surprise, une surprise sombre et coquine, mais elle l’avait adorée. Elle n’avait jamais joui aussi fort auparavant. Mais elle n’était pas certaine qu’elle puisse faire rentrer leurs queues ensemble en elle.

A suivre avec vous…

❤️  ❤️  ❤️

Deux hommes pour faire du bien à Madame est service pour couples qui cherchent à Etre accompagné dans la pratique du triolisme. Beaucoup d’hommes ont envie d’offrir leur épouse par amour à un autre homme pour pouvoir la regarder prendre du plaisir devant leurs yeux ébahis. Pour fêter un évènement comme un anniversaire, une fête ou toute autre raison.

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous donner pour votre plaisir et celui de votre mari. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore comme un mari attaché devant sa femme jouissant devant lui. Mais d’autres scénarios s’offrent à vous. Le rêve de Deux hommes pour faire du bien à Madame vous permettra de prendre encore plus de plaisir.

Respirez le voyage de Deux hommes pour faire du bien à Madame et l’ère du jeu érotique sans fin. Entrez dans mon monde et osez offrir votre épouse à un autre homme, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Prendre du plaisir avec l'autorisation de votre mari - Escort boy paris

Prendre du plaisir avec l’autorisation de votre mari – Escort boy paris

Profitez de ce voyage plaisir avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais l’expérience de Deux hommes pour faire du bien à Madame afin de vivre une expérience de triolisme.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler l’idée d’une expérience de sexe à trois. Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Osez Etre avec Deux hommes pour faire du bien à Madame afin de faire l’expérience du candaulisme. Le rêve de voir sa femme avec un autre homme est un moment extraordinaire de partage.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des couples (candaulisme ou triolisme) . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Vivez l’idée d’une expérience de sexe à trois. Etre accompagné dans la pratique du triolisme et le rêve de voir sa femme avec un autre homme.

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau de Deux hommes pour faire du bien à Madame et voir sa femme avec un deux hommes.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
un anniversaire candauliste avec un escort boy

Un cadeau d’anniversaire très spécial

Category:candaulisme,Couple,escort boy Tags : 

Monsieur a décidé d’offrir un cadeau d’anniversaire très spécial à sa femme cette année, il s’agit d’un massage coquin avec un gentleman professionnel du plaisir féminin.

Vers 19h30, un homme arrive à leur domicile.

-Bonjour madame. Votre mari m’a demandé de venir ici pour votre cadeau d’anniversaire.

-Oui, il vient de me mettre au courant. De quoi s’agit-il ?

-Je dois entrer pour cela. Il s’agit d’un massage.

-A bon !

-Oui madame, il veut que vous soyez détendu, et c’est ce que je vais faire. Je me présente Jean.

Madame lui fait signe d’entrer. Monsieur est resté dans son bureau qui donne sur la chambre avec la porte entre-ouverte, il peut à peine entendre que l’homme annonce ses spécialités de massages avant que la porte ne soit fermée. Un cadeau d’anniversaire très spécial.

-Vous souhaitez un verre avant de me masser ?

-Non merci madame. Je vous propose de vous installer sur votre lit dans votre chambre, cela vous convient ?

-Oui d’accord. Vous n’avez besoin de rien.

-Non madame, il ne manque plus que vous.

-Allez passer une serviette.

La femme revient en ne portant en effet qu’un drap de bain autour d’elle.

-Votre mari a réservé toute l’après-midi. Je vais prendre le temps nécessaire pour vous détendre, madame.

-Allongez-vous sur le ventre s’il vous plaît.

Le massage commence, Jean commence par la voûte plantaire de Madame, il voit déjà que Madame se détend, les épaules s’affaissent, la respiration est plus calme. Jean choisit ce moment pour allumer son iphone et mettre un fond de musique relaxante. Jean est vraiment un professionnel du lâcher prise féminin, elle ne le regrette pas.

Un massage avec un escort boy pour l'anniversaire de votre femme

Un massage avec un escort boy pour l’anniversaire de votre femme

De la voûte plantaire, le masseur remonte petit à petit sur le mollet.

-Vous êtes vraiment doués, je me sens bien entre vos mains.

-Merci Madame, et encore, ce n’est que le début du massage.

Il la découvre maintenant pour masser le reste de son corps. La vue de ces fesses séparées par un simple bout de ficelle fait de l’effet à Monsieur qui regarde caché dans le bureau, et en plus, voir Madame, son épouse, si frêle à la peau blanche entre les mains d’un autre homme, ce n’est pas fait pour le calmer.

Toujours sur le ventre, elle commence à passer ses mains sur les cuisses de Jean.

-Excusez-moi, je ne l’ai pas fait volontairement.

-Pas de souci, si ça peut vous détendre encore plus, je suis là pour cela.

-Pourriez vous vous retourner que je masse le devant de votre corps ?

-Très bien, passez-moi ma serviette, s’il vous plaît

La serviette est jetée sur la chaise.

-Pas besoin Madame, je vais vous masser. Si c’est de la pudeur, n’ayez crainte, je suis un professionnel habitué aux corps des femmes.

Madame finit par se laisser convaincre et se retourne offrant une vue incroyable sur sa poitrine.

Les 2 mains se remettent en route et massent chaque centimètre carré du corps de Madame sans oublier de se rapprocher des seins, mais sans les toucher.

-Je croyais que vous me massiez partout ?

-Oui Madame, en effet

-Et bien massez moi les seins alors

Monsieur n’en revient pas, elle demande à se faire masser les seins, sans aucune gêne, elle qui d’ordinaire est pudique, et elle est quasiment nue devant cet homme.

Le masseur ne se le fait pas dire deux fois. Il reprend son massage en se rapprochant des seins de Madame. Monsieur peut voir ses tétons se durcir et sa poitrine gonfler et se vider rapidement. Jean prend ses seins à pleines mains.

-Vous allez être détendu de partout Madame. Votre mari en sera ravi, c’est certain, parole de professionnel.

-J’espère bien, mais partout, c’est bien compris.

Jean quitte les seins pour s’attarder sur le corps, il retourne sur les jambes, sur la nuque. Les cheveux de Madame frôlent le pantalon de Jean. Les mouvements de massages sur ses jambes finissement par la faire toucher la braguette de celui-ci.

Voir le visage de votre femme au moment ou elle prends du plaisir

Voir le visage de votre femme au moment ou elle prends du plaisir

-Pardon, je ne vous ai pas fait mal au moins

-Non pas de soucis

Joignant le geste à la parole, elle s’empresse de passer sa main sur la braguette pour vérifier où elle se trouve…

-C’est un objet ? Ou c’est…votre verge ?

-Oui Madame, la seconde option.

Pendant ce temps, Jean est remontée au niveau des cuisses passant de chaque coté du string et remontant au niveau du nombril. Un cadeau d’anniversaire très spécial.

-Vous m’avez dit partout lui indique-t-elle, n’oubliez pas.

-C’est ce que je fais Madame, non ?

-Pas tout à fait il me semble, lui répond-elle en lui lançant un clin d’œil

Pas besoin d’en dire plus, Jean a compris et place sa main sur le triangle en tissu.

-Ici ?

-Oui

Il lui retire délicatement le string dévoilant sa toison brune et toute fine. Madame ouvre la ceinture de Jean et le premier bouton.

Donner du plaisir à un autre homme parce que mon mari le veut

Donner du plaisir à un autre homme parce que mon mari le veut

-Madame…

-Moi aussi j’ai un talent pour masser certaines choses.

Le pantalon de Jean lui tombe sur les chevilles, immédiatement suivi par son caleçon. La verge encore molle de Jean vient s’abattre de tout son long sur le visage de Madame, du haut de la tête jusqu’à son menton. Ce n’est pas possible d’en avoir une aussi grande !

Au lieu de la repousser, elle commence à lui suçoter le bout du gland. Jean reprend d’une main le massage de ses seins pendant que l’autre main commence à s’attarder sur son jardin secret.

Madame suce, aspire, titille le gland de Jean en le prenant à deux mains. Le massage de son mont de Vénus se transforme en masturbation maintenant.

Un premier cunnilingus arrive. Madame se retrouve les jambes posées sur les épaules de Jean.

Nue et détendue, elle continue de sucer Jean Le massage devient de plus en plus sensuels et sexuels. Madame aime cette sucette. Jean se met à lui palper le cul, lui caresser la fente, à jouer avec ses tétons bien dardés.

Un spectacle très érotique et son mari se délecte d’être un voyeur dans sa propre maison. Jamais il n’aurait cru voir un tel spectacle et encore moins y prendre plaisir.

-Chéri, viens ici lance-t-elle d’une voix pleine de désir et d’autorité

Comment sait-elle qu’il est ici.

-Je sais que tu es là. Jamais tu n’aurais amené un inconnu ici sans y être présent. Montre-toi.

-Ah, je savais bien que tu étais là. C’est ton idée ce massage, c’est vrai ?

-Oui, je voulais que tu te détendes, tu es trop stressée en ce moment.

-Et avec un masseur comme ceux là

-Oui avec un masseur, à domicile, mais là…

-Tu veux qu’il me détende, partout, c’est ce que tu lui as dit, alors il va le faire. Déshabillez-vous et reprenez le massage monsieur.

-Mais…Madame…votre époux

-Ne vous inquiétez pas, vue la bosse dans son pantalon, je pense que ça lui plait

-Oui Monsieur Jean, je n’y avais pas songé, je n’y aurai jamais pensé, mais oui. Baisez là devant moi. Faites votre massage au plus profond d’elle.

La bouche d'un autre homme dans son intimité

La bouche d’un autre homme dans son intimité

Le masseur se remet à caresser Madame devant son mari. Il s’installe dans le fauteuil juste en face d’elle. Elle suce comme une reine cette énorme queue. Elle se fait butiner la chatte du bout de la langue avant de réclamer à se faire pénétrer comme une chienne en rut.

Monsieur est assis sur le canapé. Jean s’approche de Madame et enfile un préservatif avant de se présenter à l’entrée de son sexe mouillé. Il enfile sa grosse queue doucement et celle-ci glisse toute seule, s’enfonçant jusqu’au plus profond du vagin de la dame. Elle ondule un peu, de plus en plus.

Ses seins bougent au rythme des mouvements de Jean.

-Prenez la par derrière maintenant demande son mari. Elle aime bien ça.
Sans dire un mot supplémentaire, Jean retire sa queue de son vagin et le déplace sur son anus. Jean fait pénétrer sa verge dure comme la pierre dans le côté osbcur du fondement de cette femme mariée sous les yeux consentant de son mari. Elle en profite pour bien remonter les cuisses autour de ses épaules exposant sa fente bien dilatée par le passage du colosse. Voilà un cadeau d’anniversaire très spécial.

-Baisez moi Jean. Je veux me détendre avec vous.

En direct, devant son mari en spectateur, elle réclame que Jean la défonce plus fort.

Jean se met à la culbuter de plus en plus énergiquement sans que Monsieur ne puisse participer. En a-t-il envie, non pas sûr, il préfère la voir à cet instant. Elle jouit, une fois, deux fois, une troisième fois. Jean est couvert de sueurs, Madame aussi d’ailleurs. La queue de son mari lui fait mal à être enfermée dans son pantalon.

Tous les femmes devraient essayer les mains d'un escort boy

Tous les femmes devraient essayer les mains d’un escort boy

Quand il commence à la sortir, Madame lui interdit de le faire.

-Ah non. C’est mon massage, mon moment de détente, pas le tien. Ce sera plus tard mon chéri.

Avec un sourire moqueur, Jean finit par sortir sa queue de Madame en regardant son mari et à cet instant décharge son élixir sur les seins de Madame. La chaleur de ce liquide refait jouir Madame qui se tord de plaisir en recevant les multiples jet sortant de la queue de Jean.

-Merci Monsieur pour ce massage merveilleux. Chéri, un grand merci aussi pour ton cadeau d’anniversaire. Tu sais ce que j’aime.

En disant cela, elle se lève et vient s’asseoir sur son mari. Complètement luisante de sueur et d’huile de massage, elle dégage une odeur de sexe, de foutre et de vanille.

-Merci pour ce cadeau mon chéri. Je t’aime, lui dit-elle en l’embrassant à pleine bouche.

Monsieur sens le goût de la queue de Jean et se réjouit de son contentement.

-Jean, merci de votre professionnalisme. Je pense que je serais amené à faire appel à vous de nouveau, et pas seulement pour un anniversaire.

Après le départ de Jean. Le couple a fait l’amour tout le reste de la journée. Cette expérience a mis du piment dans leur vie de couple et a relancé leur sexualité qui était un peu ralentie après 25 ans de Mariage.

❤️  ❤️  ❤️

Un cadeau d’anniversaire très spécial est service pour couples qui cherchent à Etre accompagné dans la pratique du triolisme. Beaucoup d’hommes ont envie d’offrir leur épouse par amour à un autre homme pour pouvoir la regarder prendre du plaisir devant leurs yeux ébahis .

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous donner pour votre plaisir et celui de votre mari. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore comme un mari attaché devant sa femme jouissant devant lui. Mais d’autres scénarios s’offrent à vous. Un cadeau d’anniversaire très spécial vous permettra de prendre encore plus de plaisir.

Respirez le voyage d’un mari attaché devant sa femme jouissant devant lui et l’ère du jeu érotique sans fin . Entrez dans mon monde et osez offrir votre épouse à un autre homme, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Profitez de ce voyage plaisir avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais Un cadeau d’anniversaire très spécial.

Osez la langue d'un autre homme

Osez la langue d’un autre homme

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler l’idée d’une expérience de sexe à trois. Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Osez Etre accompagné dans leur pratique du candaulisme. Un cadeau d’anniversaire très spécial avec un autre homme est un moment extraordinaire de partage.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des couples (candaulisme ou triolisme) . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Vivez l’idée d’une expérience de sexe à trois. Etre accompagné dans la pratique du triolisme et le rêve de voir sa femme avec un autre homme.

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau pour couples car Monsieur voulait vivre le rêve de voir sa femme avec un autre homme.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
triolisme avec un escort boy à paris

Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari

Category:Couple,echangisme,triolisme Tags : 

Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari, Son mari prit une bouteille de vodka dans le bar et la tendit à sa femme. Cette dernière hésita :

– Je ne tiens pas trop l’alcool. Et puis, je préférerais un verre.

– Allez, rien qu’un peu, histoire de te détendre, insista son mari.

Elle le regarda. Son regard était décidément lubrique et son attitude explicite. Elle savait ce qu’il avait derrière la tête. Elle savait qu’il avait invité un ami dans un but précis.

À la façon dont l’ami de son pari la reluquait, elle devinait sans difficulté qu’il avait envie de la baiser. Elle ne comprenait pas ce qui se passait en elle, mais elle en avait envie aussi. Elle avait envie que pour la première fois de sa vie ce soit sale et humiliant.

Après avoir hésité, elle but une gorgée au goulot. L’alcool lui piqua la gorge.

– C’est bien, ma chérie, souffla son mari en se rapprochant d’elle.

De deux doigts, il leva le bas de la bouteille pour qu’elle boive une autre gorgée. sa femme sentit une douce chaleur se répandre dans son corps. Elle avait des papillons dans le ventre.

– Tu veux me saouler ?

– Je veux juste que tu sois relax.

Elle avait appuyé ses fesses contre le bord de la table et Jean vint à côté d’elle, tout près. D’une main, il lui caressa les cheveux, défit avec douceur l’élastique qui retenait ses mèches blondes en queue-de-cheval.

une femme s'offre devant son mari

une femme s’offre devant son mari

– Tu es une très belle femme, tu sais.

– Merci, souffla la dame.

Ses cheveux se répandirent sur ses épaules. C’était l’approche la plus directe et la plus sans gêne qu’elle avait connue. Il ne s’expliquait pas, ne cachait pas ses intentions comme s’il était sûr qu’elle allait se laisser faire. Et c’est d’ailleurs ce qui se passait. Elle ne se reconnaissait pas elle-même. Son esprit commençait à s’embrouiller sous l’effet de l’alcool et de l’excitation.

La main de l’ami de son mari passa de ses cheveux à sa cuisse. Il remonta sa jupe de quelques centimètres.

– J’aime beaucoup tes seins, dit-il, la main toujours sur la cuisse de la femme. Tu fais quelle taille ?

La dame déglutit.

– 90c.

– C’est bien ça, juste ce qu’il faut, susurra le gentleman en lui malaxant les seins à travers son chemisier. Tu me les montres, ma belle ?

En tremblant, elle déboutonna son chemisier et l’ouvrit, dévoilant un soutien-gorge en dentelles noires. Son mari se passa la langue sur les lèvres en la regardant remonter le soutien-gorge pas dessus ses seins.

Jean se remit à les malaxer l’un après l’autre et la dame gémit. Ses pointes étaient incroyablement dures. Le gentleman les fit rouler entre ses doigts. La femme voulut l’attirer à lui pour l’embrasser mais Jean repoussa avec douceur et fermeté ses bras le long de son corps.

– Non, laisse-toi faire, ordonna-t-il.

La dame obéit. Elle n’avait pas l’habitude qu’on la traite ainsi mais ça la chavirait de se transformer en poupée docile le temps d’une soirée pour le plus grand plaisir de son mari mais aussi le sien. Elle n’avait jamais fait ça de sa vie et ça commençait à la rendre folle de le faire devant son mari.

Jean avait repris ses seins dans ses mains et jouait avec, les soupesant l’un après l’autre comme s’ils étaient de la marchandise. Il gardait les yeux fixés sur eux et sa femme vit la bosse énorme qui déformait son pantalon.

– Maintenant fais voir ton cul, dit-t-il entre ses dents d’un ton brûlant.

Frémissante, la femme se tourna, posa les mains à plat sur le table. Son mari s’approcha et souleva sa jupe et la roula autour de sa taille, révélant son minuscule string noir ainsi que sa croupe ronde et ferme aux yeux de son ami Jean.

Jean lui mit une claque sur les fesses qui la fit sursauter et pousser un petit cri. Il ne lui avait pas fait mal, son cri était un cri de surprise et d’humiliation. Elle se mordit les lèvres car elle n’avait jamais autant mouillé d’anticipation. Le mauvais traitement de cet homme inconnu aiguisait son désir, ses rêves inavoués de soumission et d’abandon.

Elle resta penchée, les mains sur la table, tête baissée, les fesses offertes et les seins sortis du soutien-gorge tandis qu’il promenait ses mains sur son corps.

Jean l’explora et la regarda en toute tranquillité, prenant son temps, comme on évalue un objet dont on va se servir afin d’assouvir ses envies. Il lui pinça un mamelon, lui remit une claque sur les fesses, une autre sur les seins puis baissa son string.

 

Les yeux fermés, la dame lâcha un long gémissement quand l’homme glissa enfin une main entre ses cuisses. Elle était au-delà de la honte, absorbée par son excitation.

– Tu mouilles à fond, commenta-t-il. Tu as envie ?

Jean saisit son pubis, puis frotta sa main contre sa fente trempée, d’avant en arrière, répandant son humidité entre ses cuisses et ses fesses. La femme ondula et tendit sa croupe en arrière, se cambrant le plus possible.

L’homme colla son pantalon contre elle et à travers le tissu, elle put sentir la dureté de son partenaire. Avec un frémissement, elle l’entendit défaire sa braguette. Il lui attrapa les cheveux, tira sa tête en arrière avec brutalité.

– Je vais bien te fourrer devant ton mari, ma belle salope.

Jean mit ensuite ses doigts dans sa bouche, l’obligeant à les lécher avant de recommencer à titiller les tétons de la femme. Sans retenue, il lui enfonça ses doigts dans la chatte et se mit à bouger en elle tout en caressant son clitoris du pouce.

La dame sentit une vague de plaisir l’envahir. Cette domination bestiale exercée sur elle lui faisait perdre tous repères et toutes limites. En cet instant elle n’avait plus aucune dignité, elle voulait juste que cet homme inconnu la baise et la fasse jouir comme une chienne lubrique devant son mari.

Jean cessa de la doigter pour enfiler un préservatif sur son énorme queue dressée. Il agrippa à nouveau la chevelure de la jeune femme pour lui faire voir l’emballage déchiré avant de le jeter sur la table sous son nez.

– Écarte les cuisses, commanda-t-il en ouvrant ses jambes du genou.

Les fesses en l’air, elle se laissa coucher sur la table, la joue contre l’emballage du préservatif et miaula quand la queue de son amant taquina l’entrée de son jardin secret.

Jean s’insinua en elle avec une progression extrêmement lente qui permit à la dame de sentir combien sa queue de mâle en rut était longue et large, et combien il la remplissait.

Jean passa une main sous son ventre, recommença à lui agacer le clitoris tout en effectuant de lents va-et-vient. Les yeux mi-clos, plaquée contre la surface froide de la table, elle le vit regarder sa grosse bite lui rentrer dedans. Cette vision salissante la mena sans qu’elle sache pourquoi au bord de l’orgasme. Elle haleta de plus en plus fort, emportée, touchant presque la jouissance.

Son mari les regardait avec envie.

La dame ouvrit les yeux et tenta de se redresser mais Jean plaqua une main contre sa nuque et s’allongea sur elle, sa queue toujours entre ses jambes.

– Ton mari va s’éclater avec nous.

Jean pressa un peu plus fort son clitoris, déclenchant une nouvelle montée de plaisir. Il lui lécha le cou et lui mordilla l’oreille avant de se relever.

Madame aime se donner à son escort boy devant son mari candauliste

Madame aime se donner à son escort boy devant son mari candauliste

Son mari s’approcha, un sourire coquin aux lèvres. Il était grand et tout aussi bien bâti que Jean. Se faire baiser par un quasi inconnu était déjà un fantasme inavouable mais elle n’aurait jamais imaginé donner du plaisir à deux hommes en même temps !

Pourtant elle n’eut pas la force de se redresser. Comme elle ne réagissait pas, Jean recommença à empoigner ses hanches et à aller et venir dans sa chatte.

Sans se départir de son sourire, son mari effleura ses lèvres du doigt puis posa une main sur ses fesses. La femme était mortifiée, au comble de l’humiliation. Ni l’un ni l’autre ne lui avait demandé la permission et elle devinait qu’ils avaient tout orchestré. L’idée de s’être laissé manipuler et de servir leurs envies tel un jouet la mettait en colère et en même temps l’excitait au plus haut point. Ils allaient la rabaisser et la malmener jusqu’au bout et elle ne parvenait pas à lutter. C’était trop bon.

– Elle a le cul bien ferme, dit Jean à son mari.

– Et elle glisse bien, tu vas voir, ajouta ce dernier en continuant à bourrer sa femme.

Malgré elle, la femme recommença à gémir. Tandis que Jean continuait à la baiser, son mari commença à lui caresser les fesses, le dos et la nuque tout en la regardant se faire prendre. De sa main libre, il défit la ceinture de son pantalon et ouvrit sa braguette, révélant sa grosse queue déjà dure.

– Je vais te la mettre quand il aura fini, annonça son mari.

La dame sentit l’orgasme monter. Elle s’abandonna complètement aux coups de reins de plus en plus violents de son amant et toucha le seuil de la jouissance quand deux doigts enfoncés dans son cul la firent redescendre un peu.

Tout en commençant à se branler, son mari bougea ses doigts dans son anus avec un sourire vicieux. Il ne l’avait jamais touché là auparavant. C’était sa toute première fois. La surprise la fit haleter de plus belle. Elle se sentait terriblement humiliée par cette intrusion, honteuse de se laisser faire et d’aimer ça. Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari.

Les doigts de son mari bougèrent lentement tandis que la bite de Jean la pilonnait à un rythme soutenu. Le contraste lui fit tourner la tête et elle ferma les yeux pour accueillir le plaisir qui grondait à nouveau. Mais avant qu’elle n’ait pu jouir, son partenaire se retira d’elle, ôta son préservatif et éjacula sur ses fesses dans un râle.

Tremblante, elle se laisse faire quand les mains de son mari prirent le relais. Il lui fit enlever son string jusque-là baissé à mi-cuisse, puis sa jupe. Les yeux rivés au sol, n’osant regarder aucun des deux hommes, elle obéit quand son mari lui intima de retirer sa jupe et de s’en servir pour s’essuyer.

Il saisit le bout de tissu souillé puis le posa sur la table à côté d’elle quand elle eut fini. Il lui déclara d’une voix froide qu’elle allait encore en avoir besoin. Après quoi, il la souleva sous les aisselles et l’aida à s’asseoir sur la table, les cuisses grandes ouvertes.

Ainsi exposée et offerte, elle garda fermement les yeux baissés quand les deux hommes lui tripotèrent sans vergogne les seins et la chatte. Elle évitait leur regard et ne voyait que leurs mains sur sa peau de satin. Ils la doigtèrent l’un après l’autre, puis en même temps. Deux doigts dans le cul, deux doigts dans la chatte ; échangèrent en riant, en s’excitant mutuellement.

Les doigts de son mari lui fouillèrent les deux entrées simultanément tandis que la main de Jean lui claquait et lui pinçait la poitrine.

Maintenant si dur qu’il se sentait sur le point d’exploser, son mari déchira à son tour l’emballage d’un préservatif, l’enfila sur sa grosse queue puis saisit sa femme par les cuisses. Il la positionna à sa guise, ramena son bassin tout au bord du bureau et la pénétra. Comme Jean plus tôt, il observa sa verge aller et venir dans la petite chatte rose de la femme. On voyait bien les rondeurs de ses lèvres intimes car elle était parfaitement lisse en dehors de quelques poils blonds sur le pubis.

– Humm, elle est bonne, putain. Tu l’as bien ouverte, ça va tout seul, dit-il à Jean tout en faisant rebondir ses couilles contre les fesses de sa femme.

Il la tint par la taille pour bien lui rentrer sa bite à fond et les seins de la femme ballottèrent en rythme. Il sortit sa langue pour lui lécher les pointes à chaque fois qu’il s’enfonçait en elle.

– Regarde-moi ça comme elle aime la bite, souffla Jean en regardant ses seins et la chatte de la femme en train de servir au plaisir de son mari.

La femme atteignit enfin l’orgasme sous l’œil des deux hommes. Les commentaires dégradants, la bestialité des ébats la poussaient au-delà de ses limites, de sa maîtrise habituelle. Elle découvrait la jouissance absolue, la liberté dans le fait d’être transformé en objet sexuel. Elle n’avait plus aucun effort à fournir, elle se contentait de se soumettre, de s’abandonner au désir de l’autre.

❤️  ❤️  ❤️

Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari est un plaisir pour couples recherchant un moment de plaisir à trois. Beaucoup d’hommes ont envie d’offrir leur épouse par amour à un autre homme pour pouvoir la regarder prendre du plaisir devant leurs yeux ébahis .

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous donner pour votre plaisir et celui de votre mari. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore.

Respirez le voyage du candaulisme et l’ère du jeu érotique sans fin . Entrez dans mon monde et osez offrir votre épouse à un autre homme, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Ce n'est pas tromper si votre mari vous regarder avec un escort boy qu'il a choisi pour vous

Profitez de ce voyage plaisir avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais le jour où vous vivrez Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler l’idée d’une expérience de sexe à trois. Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des couples (candaulisme ou triolisme) . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Découvrez de nouveaux plaisirs sour les yeux de votre mari.

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau pour couples.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/

 

 

 


  • -
Votre mari aime vous regarder avec votre escort boy

idée d’une expérience de sexe à trois

Category:Accompagnateur,Couple,triolisme Tags : 

L’idée d’une expérience de sexe à trois était venue de Monsieur, mais il voulait que Madame soit partie prenante, qu’elle le désire, que l’idée l’émoustille et l’excite. Réticente au début,elle s’est laissée convaincre et ils ont décidé de chercher un homme pour partager leur intimité.

Sur son site, ce sont ses histoires de triolisme et de candaulisme qui les ont attirées en premier. La quarantaine, comme eux, il se décrivait grand, brun et surtout gentleman. Quelques contacts par emails et messagerie instantanée ont fini de les décider. Jean a su les convaincre par son calme, sa voix et son respect absolu des femmes, un vrai gentleman des temps modernes. Ils ont convenu d’une rencontre, pour faire l’amour tous les trois.

Il est arrivé un soir pour dîner. Ils avaient préparé un petit repas pour l’occasion, plutôt léger car ils n’avaient pas envie de passer des heures à table. La préparation de ce repas était particulière.Monsieur et Madame ont très peu échangé de mots, mais leurs nombreux contacts visuels et tactiles langoureux en disaient long sur leur état d’excitation mutuel.

Triolisme avec un escort boy

Triolisme avec un escort boy

Quand la sonnette retentit Monsieur est allé lui ouvrir. Il a entendu Madame soupirer, tendue et excitée en même temps. Il était dans le même état qu’elle même si il essayait de feindre la décontraction. Elle les attendait en haut de l’escalier. Jean s’est approché de Madame en souriant, a posé une main sur son bras et l’a embrassé sur les joues pour la saluer. Ses mouvements étaient lents et délicats. Monsieur a senti que Madame était déjà sous son charme avant même qu’il ne prononce une parole. Madame a ensuite regardé son mari en souriant et il a compris qu’il lui plaisait.

Jean portait une chemise blanche plutôt cintrée qui mettait en valeur son corps et un pantalon de costume noir. Madame avait mis pour l’occasion une jolie robe rouge assez courte dévoilant ses magnifiques jambes. Un décolleté discret laissait entrevoir sa poitrine de façon subtile. Monsieur portait également une chemise et un de ses pantalons qui le mettent le mieux en valeur. Son mari voulait, lui aussi plaire à sa femme.

Ils ont pris un rapide apéritif pendant lequel ils ont échangé des banalités qui leur ont permis de briser la glace. Les regards qu’il se sont jetés tous les trois la firent fondre assez vite. Le gentleman la dévorait des yeux et elle adorait cela.

Ces préliminaires avaient créés un jeu de séduction, très agréables et très excitants. L’ambiance était très détendue. Ils ont beaucoup ri à l’humour délicat de Jean, ce qui les a rapprochés. Madame était assise en bout de table, comme à tsn habitude, et les deux hommes se sont placés de chaque côté de la belle. Monsieur vit plusieurs fois Jean poser sa main sur sa femme et la caresser avec ses doigts. Madame et son mari le laissaient faire.

L’escort boy les regardait tour à tour en riant. Jean passa une main sous la table. Il voulait lui caresser la jambe. Il trouva son genou et remonta doucement vers sa hanche exécutant de lents aller et retour.

De savoir qu’un autre homme touchait sa femme fit raidir son membre d’un seul coup. La chaleur montait en lui et sentir les jambes de son épouse s’écarter légèrement l’excita encore plus.
De temps en temps, Jean revenait à son cou, l’embrassant et la léchant. L’escort boy écarta délicatement les jambes de Madame avec sa main en continuant à l’embrasser. Il remonta à l’intérieur de ses cuisses et vint se poser sur son sexe. Madame poussa un petit gémissement quand elle sentit ses doigts la caresser à travers le tissu de ta culotte.

Regarder votre mari dans les yeux en prenant du plaisir avec votre escort boy

Regarder votre mari dans les yeux en prenant du plaisir avec votre escort boy

Madame le caressait aussi et Madame se glissa jusqu’à son entre-jambe. son mari voyait son approche délicate et ça le rendait fou d’excitation. Madame finit par trouver la bosse que formait son membre durci et entreprit de le caresser. L’escort boy émit un grognement d’approbation qui l’encouragea à poursuivre.

Il était remonté et caressait ses seins à travers ta robe. Il redescendit après quelques secondes et retourna entre ses jambes. Madame écarta un peu plus les cuisses pour l’accueillir. Il continua à l’embrasser avec fougue et mit sa main dans sa culotte. Elle se laissa faire en regardant dans les yeux son mari qui appréciait ce moment de partage.

Monsieur la vit brusquement se cambrer en poussant un gémissement puissant et il aperçut des va et vient dans sa culotte qui lui firent comprendre qu’il était en train de la pénétrer avec ses doigts. Elle semblait adorer ça. Il se mordit les lèvres et commença à se caresser à travers son pantalon. Les gémissements de sa femme devinrent réguliers au rythme de ses mouvements à l’intérieur de son ventre, lents et profonds. Le mari décida, à ce moment-là, de se joindre à eux. La voir ivre de plaisir sous les caresses de cet homme l’avait profondément excité et il voulait, à son tour, la combler.

Prenez rendez-vous pour vivre la suite chez vous à domicile ou bien à l’hôtel de votre choix.

❤️  ❤️  ❤️

L’idée d’une expérience de sexe à trois est un plaisir pour couples recherchant un moment de plaisir à trois. Beaucoup d’hommes ont envie d’offrir leur épouse par amour à un autre homme pour pouvoir la regarder prendre du plaisir devant leurs yeux ébahis .

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous donner pour votre plaisir et celui de votre mari. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore.

Respirez le voyage du candaulisme et l’ère du jeu érotique sans fin . Entrez dans mon monde et osez offrir votre épouse à un autre homme, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Hurler de plaisir avec son mari et son escort boy

Hurler de plaisir avec son mari et son escort boy

Profitez de ce voyage plaisir avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais le jour où vous vivrez l’idée d’une expérience de sexe à trois.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler l’idée d’une expérience de sexe à trois. Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Osez offrir l’expérience de la soumise par son amant devant son mari.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des couples (candaulisme ou triolisme) . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Vivez l’idée d’une expérience de sexe à trois

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau pour couples.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
trio ou candau avec un escort boy

Education au triolisme pour couple absolument libertin

Category:candaulisme,Couple,triolisme

Le couple continuait son education au triolisme pour couple absolument libertin avec un gentleman escort boy pour couples exigeants.

Ses jambes tremblèrent instantanément, mais son mari la retint avec ses larges mains.

Elle glissa les doigts dans les cheveux de son mari et passa ses ongles sur son cuir chevelu.

Triolisme avec un escort boy pour le plaisir du couple

Triolisme avec un escort boy pour le plaisir du couple

La bouche de son mari abandonna son sein douloureux avec un pop humide. Elle baissa les yeux pour rencontrer son regard doré et brillant.

– tu sens bon. dit-il

Sa voix de séducteur, transforma ses tétons déjà tendus en deux petites pointes dures.

Elle le tira par les cheveux. La luminosité dans ses yeux augmenta et un grondement retentit dans sa gorge.

– Enlève tes vêtements, ordonna-t-elle.

Il sourit. C’était un délice sensuel pour elle de le regarder enlever lentement sa veste et le reste de ses vêtements. Pendant ce temps l’escort boy était descendu, pour lécher l’arrière de ses cuisses jusqu’à sa chatte et son cul.

Elle leva les mains sur ses seins. Les narines de son mari frémirent. Elle tira et pinça ses tétons.

Son pantalon tomba par terre. L’escort boy était l’un des hommes les plus attirants qu’elle ait jamais rencontré. Une érection si impressionnante qu’elle voulait se mettre à genoux et le sucer tout de suite.

– Tu aimes ce que tu vois ?

Son ton était coquin, sexy.

– Oui. Et toi ?

Elle pressa ses seins, les prit en coupe et lui offrit silencieusement les amples monticules pour son plaisir.

– Tu me fais tellement bander. Il agrippa son membre d’une main et le caressa de haut en bas d’un geste osé. J’ai hâte de te baiser.

Il se pencha en avant, prit un de ses tétons dans sa bouche et mordit. Elle haleta. Sa morsure ajoutée à l’escort boy qui continuait à faire passer sa langue de haut en bas entre les lèvres de son sexe transforma ses jambes en gelée.

Elle cligna des yeux et son mari avait disparu. Il fut si rapide qu’elle n’avait pas réalisé pendant quelques secondes que ses lèvres n’étaient plus sur elle. Elle entendit qu’on remuait des meubles. Il la saisit par derrière et tira. Elle tomba sur l’un des fauteuils, l’escort boy toujours entre ses jambes. son mari fit le tour de la chaise, son érection à hauteur du visage de Madame.

Le plaisir du couple dans le libertinage avec un escort boy

Le plaisir du couple dans le libertinage avec un escort boy

Elle leva les yeux et se lécha les lèvres.

– Approche-toi. Tu veux que je te goûte ?

– Je veux voir tes jolies lèvres enroulées autour de ma bite, dit son mari, la voix encore plus rauque qu’avant.

L’escort boy se retourna, il passa ses jambes par-dessus les accoudoirs du fauteuil et se frotta le visage contre sa chatte.

– Tu as le goût du dessert le plus sucré, gémit-il entre ses jambes.

Elle se pencha en arrière, poussa ses fesses contre le bord du fauteuil et tourna la tête pour faire face à son mari. Elle agrippa sa queue, le caressant de la racine à la pointe.

Elle rencontra son regard alors qu’elle le touchait. Sa mâchoire était crispée. La chaleur émanait de son corps en de puissantes vagues.

Elle entrouvrit les lèvres, lécha lentement son gland en cercle et le regarda à nouveau. Elle enduit son sexe de salive avec sa langue. son mari glissa les doigts dans ses cheveux, en tira quelques mèches et enfonça sa bite dans sa bouche.

– Suce-moi !

L’escort boy enfonça un doigt dans sa chatte, la double intrusion amplifia l’excitation dans son corps. Elle gémit, engouffra d’avantage la bite de son mari et se tortilla sur la bouche de l’escort boy.

Celui-ci lui lécha voluptueusement la chatte. Elle était déjà trempée par ses propres secrétions. Il appuya la langue sur son clitoris. Puis, il battit en retraite et revint à la charge. La passion embrasa son épicentre.

Son mari faisait des allers-retours dans sa bouche. Lentement au début, mais ensuite plus fort et plus vite. Elle frotta le dessous de sa queue avec la langue. Chaque plongée dans sa bouche envoyait des feux d’artifice dans son clitoris. Sa mâchoire lui faisait mal tant elle devait maintenir la bouche ouverte, mais la succion continue de l’escort boy sur sa chatte lui faisait oublier toute gêne.

– Tu as une petite bouche si douce et si humide.

Elle le branla d’une main tout en le suçant. Il était dur et lisse comme de la soie. Elle abaissa son autre main pour saisir les cheveux de l’escort boy et le rapprocher de sa chatte. Education au triolisme pour couple absolument libertin.

– C’est bien, ma chérie, gémit son mari, entrant et sortant de sa bouche. Montre-lui comment tu aimes te faire baiser.

Son ventre se crispa. son mari agrippa ses cheveux plus fermement d’une main et caressa l’un de ses seins de l’autre. L’escort boy sortit les doigts de sa chatte et les remplaça par sa langue. Il la baisa, lécha sa sève et grogna. Au début, c’était doux mais chaque petit grognement amplifia la tension qui grimpait entre ses jambes.

trio-2hommes-1femme

trio-2hommes-1femme

 Puis ses coups de langue se firent plus rapides, plus forts, plus rudes.

Il faisait des cercles sans relâche avec rapidité et agilité. Elle haleta. Il lui était difficile de continuer à sucer la queue de son mari alors qu’elle était prête à jouir. Ses muscles se crispèrent.

Son mari sortit sa queue de la bouche de Madame et se pencha pour l’embrasser. Il enfonça sa langue dans sa bouche et la frotta contre celle de Madame. Cette fois, elle était là avec lui. Le désir avait débloqué quelque chose en elle dont elle ignorait l’existence. Une soif de plus. Le besoin d’un plaisir sexuel plus profond. Quelque chose qu’elle n’avait jamais ressenti avec aucun autre homme.

La tension entre ses jambes atteint sa limite. l’escort boy suçait toujours son clitoris. Et grognait. Le plaisir explosa à travers tout son corps en une vague qui la prit au dépourvu. Education au triolisme pour couple absolument libertin.

Elle étouffa un cri, enfonçant ses ongles dans le cuir chevelu de l’escort boy, le serrant entre ses jambes. Son corps se mit à trembler quand la vague atteignit son sommet. Elle respirait à peine. Il continua à la lécher et à la sucer pendant de multiples mini-orgasmes. C’était différent de tout ce qu’elle avait déjà connu auparavant.

Les halètements et les respirations rapides étaient les seuls sons dans la pièce. Mis à part les faibles grondements de son mari.

Il prit son visage entre ses mains et s’écarta d’elle.

– J’ai tellement envie de te baiser que je n’arrive plus à penser correctement.

Elle baissa les yeux vers l’escort boy, qui léchait son goût sur ses lèvres.

– Et toi ?

L’escort boy sourit.

– Ne t’inquiète pas, ma belle. Je sais attendre mon tour.

Elle n’eut pas l’occasion d’en dire plus. son mari la souleva dans ses bras, puis s’assit sur le fauteuil sur lequel elle était et abaissa lentement le corps de Madame à califourchon sur le sien. Elle poussa son bassin en avant, se mordant la lèvre alors que la tête de sa queue lui écartait la chatte.

Elle gémit à la sensation presque brûlante de sa queue pressée contre les parois de sa chatte. Il l’avait grande et longue et épaisse. Toutes ces choses merveilleuses, sauf qu’elle n’avait pas eu de relations sexuelles depuis un certain temps et que la plupart des hommes avec lesquels elle avait couché n’avaient ni cette taille ni cette circonférence.

Elle rencontra le regard de l’escort boy, le regarda se déshabiller puis s’asseoir sur une chaise de la salle à manger, directement devant eux. Son sexe était parfaitement raide et prêt.

son mari la fit descendre plus bas sur sa grosse queue. Elle gémit tellement elle se sentait remplie. Il était complètement en elle, si profondément qu’elle pouvait à peine respirer.

– C’est parfait, gémit-il.

Il la souleva et la laissa retomber sur sa queue. Elle n’avait pas besoin de plus d’encouragement. Elle ondula sur ses cuisses, ne se soulevant pas vraiment mais se frottant intérieurement contre sa bite, d’une manière incroyable.

Son mari attrapa des mèches de ses cheveux et les tira en arrière. Il lui lécha la nuque et prit sa poitrine de sa main libre.

– J’aime comme tu es humide. Si lisse et si étroite.

Elle déglutit, le regard toujours braqué sur l’escort boy. Celui-ci commença à se branler en ne la quittant pas des yeux. Une goutte de sperme coula de la fente de sa virilité. Il écarta la paume et continua à se caresser. Une nouvelle boule de tension commença à s’enrouler au creux du ventre de Madame.

Son mari remua les hanches sous elle, la poussant à aller plus vite.

– Allez, chevauche-moi, ma chérie.

Ses mots, si rudes et à peine murmurés, avec cette pointe de besoin sous-jacent poussèrent son excitation d’un cran.

L’escort boy continuait à se toucher, ses muscles se contractaient à chaque mouvement qu’il faisait de haut en bas. Sa respiration semblait hachée. Ou peut-être que c’était la sienne. Elle ne pouvait plus être sûre de ce qu’elle entendait. Ses propres battements de cœur semblaient plus forts que toute autre chose.

Des caresses à quatre mains avec votre mari et votre escort boy

Des caresses à quatre mains avec votre mari et votre escort boy

Son mari lui attrapa les hanches. Il la souleva et l’abattit fort sur sa queue, plusieurs fois. Chaque aller-retour réveillait des terminaisons nerveuses dont elle ignorait même l’existence. Son corps était une bombe à retardement géante, prête à exploser.

L’escort boy se léchait les lèvres, sa puissance animale faisait briller ses yeux.

– Tu es tellement bandante, gémit-il. J’aime regarder tes seins rebondir pendant qu’il te baise.

Sa chatte se resserra autour de la queue de son mari. C’était tellement érotique de l’entendre dire ça.

– Je peux voir ton clitoris dépasser entre les lèvres de ta chatte, dit l’escort boy. Tu veux que je le lèche ?

Il aimait vraiment le sexe oral, mais cela lui donnait envie de faire quelque chose pour lui.

– Pourquoi ne viens-tu pas ici pour que je puisse te soulager un peu ?

Il se leva, pour se diriger vers elle. Elle rebondissait toujours sur la verge de son mari quand il s’arrêta devant elle. l’escort boy enroula ses cheveux autour de sa main et elle se pencha pour prendre sa queue dans sa bouche.

Experience de couple avec escort boy

Experience de couple avec escort boy

Il gémit. Elle aspira en serrant les joues, lui permettant de pénétrer jusqu’à sa gorge avec facilité. Sa virilité était imposante, un peu difficile à sucer mais Madame connaissait les secrets des techniques des gorges profondes. Education au triolisme pour couple absolument libertin.

– Tu as des lèvres tellement parfaites, gémit l’escort boy.

– Elle a aussi une chatte parfaite, gronda son mari derrière elle.

Elle se débrouillait pour chevaucher son mari et sucer l’escort boy sans perdre son rythme. Elle branlait l’escort boy d’une main pendant qu’elle le suçait. Sa queue était lisse. Presque comme du velours chaud dans sa bouche. Pendant ce temps, la queue de son mari frottait l’intérieur de son vagin comme aucun autre homme ne l’avait jamais fait. Education au triolisme pour couple absolument libertin.

L’escort boy commença à entrer et sortir plus rapidement de sa bouche. Le corps de son mari se contracta sous elle. Il se redressa, prit son clitoris entre ses doigts et excita le faisceau de nerfs de celui-ci.

– Je veux que tu jouisses avec moi, gronda son mari. Je veux sentir ta chatte m’aspirer la queue et boire mon sperme.

Ses tétons lui faisaient mal tellement elle voulait jouir. Les choses qu’il disait ajoutaient encore plus d’images à l’arsenal érotique qui attaquait son cerveau. Le corps de l’escort boy se tendit aussi.

Son mari s’enfonça violemment en elle. Une fois. Deux fois. Il lui pinça la chatte et elle sortit la queue de l’escort boy de sa bouche pour crier.

Un nouvel orgasme beaucoup plus intense la secoua. Sa chatte se serra contre la queue de son mari. Il poussa encore douloureusement son bassin et rugit. Sa queue grandit encore, et la remplit de son sperme par saccades. Elle fut balayée par un troisième orgasme puissant en sentant sa virilité vibrer en elle.

Elle branla encore l’escort boy, il serra la mâchoire et rejeta la tête en arrière. Son instinct prit le dessus. Elle se pencha en avant alors que le sperme jaillissait de sa queue. l’escort boy émit plusieurs grognements et Madame avala tout l’élixir de ce gentleman.

L’escort boy grogna à chaque saccade jusqu’à ce que sa queue soit à moitié dure mais vidée. Madame se pencha sur le corps de son mari. Il était toujours au fond d’elle et souriait, heureux d’avoir pu vivre cette expérience de triolisme avec un gentleman comme Jean.

❤️❤️❤️

Je suis là pour vous quand vous avez besoin de quelqu’un de bien pour un divertissement libertin, je vais vous aider à vivre une expérience exceptionnelle . Explorer vos fantasmes les plus secrets est une expérience de divertissement faite pour les couples exigeants qui ont envie de vivre leurs fantasmes secrets.

Au plaisir de faire votre connaissance pour une education au triolisme pour couple absolument libertin.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • 0
Soirée fauve avec un gentleman

Soirée fauve avec un gentleman

Category:Couple,couple,escort boy,triolisme Tags : 

Madame avait envie d’une soirée fauve avec un gentleman. Elle en nourrissait le projet depuis quelques mois et avait convaincu son fidèle compagnon et associé en affaires de s’offrir à un autre homme durant une nuit entière devant lui. Elle lui proposa de s’occuper de tout car elle voulait choisir elle même l’homme qui serait leur complice sexuel.

Le couple libertin, qui se voulait libre, et l’était discrètement dans sa ville de résidence, y avait quelques amis sensiblement du même âge qu’eux et des relations de business dans la région. Plusieurs hommes de ce cercle amical et relationnel plaisaient à Madame, mais son compagnon craignait qu’une aventure intime en trio avec l’un d’eux finisse par se savoir dans leur communauté locale et nuise à leurs affaires.

Madame avait envie d’une soirée fauve et le couple libertin pense alors à une aventure qui se passerait dans une autre ville ou un autre pays européen à l’occasion d’un déplacement pour leurs affaires.

Madame avait envie d'une soirée fauve

Madame avait envie d’une soirée fauve

Ou sur un lieu de vacances au soleil ou au ski avec un touriste célibataire disponible rencontré autour de la piscine de leur hôtel ou sur une piste rouge, peut-être un moniteur de ski sympa et « bogosse » qu’on retrouve pour un verre ou un dîner après une randonnée. Ou encore lors d’une soirée sociale où personne ne les connaît mais où tout le monde parle avec tout le monde. Une telle circonstance fortuite est parfois difficile à produire.

Madame et Monsieur avaient eu par le passé, chacun de son côté, pareille occasion de rencontre, le plus souvent lors d’un séminaire professionnel dans un bel hôtel. Ils avaient su en profiter, mais sans partage avec l’autre, le plus souvent absent. Libres entre eux, ils en parlaient parfois ensemble dans leurs moments intimes. Des sortes de trios libertins imaginaires, juste fantasmés, mais jamais vécus en réel.

Madame avait envie d’une soirée fauve. C’est alors que Madame découvre l’existence d’un site internet étonnant créé par un homme se présentant comme « escort boy hétérosexuel pour femmes exigeantes ou couples ». Tout un programme.

Une première que de s’adresser clairement à des femmes. Les pages que parcourait cette femme en recherche étaient bien écrites, les contenus étaient, certes, érotiques et explicites, mais aucune vulgarité dans le propos, pas de grossièretés, un respect rare pour les lectrices, leurs désirs et vertiges clairement évoqués, toujours en des termes choisis, des atmosphères de douceur, de jolies photos souvent en noir et blanc, des corps dont on sent qu’ils aiment le sexe, qu’ils exultent lors des étreintes, des femmes portant de jolies lingeries le plus souvent en matières nobles.

Madame retrouvait là un univers qui lui était familier, celui de cette fille de diplomate qui avait voyagé avec ses parents au fil des postes de son père, Prague, Rome, Delhi, Brasilia, Dakar et autres capitales. Un parcours social supérieur à la moyenne pour cette femme pourtant restée simple. Cet escort boy lui ressemblait, il avait l’air familier du même univers bourgeois.

Elle voulait en savoir plus de ce Jean qu’elle contacta par WhatsApp, puis par téléphone avant d’accepter de prendre un drink avec lui dans le bel hôtel parisien où son compagnon et elle résidaient lors de leurs séjours professionnels. Familière des lieux, elle l’invita carrément au spa jouxtant la jolie piscine intérieure avec vue sur le jardin privé du Palace. Elle proposa à Jean d’apporter son maillot de bain pour profiter de ce lieu de détente en partageant une coupe de Champagne sur une chaise longue. Madame avait envie d’une soirée fauve.

Jean l’y rejoignit en sortant du vestiaire couvert d’un grand peignoir éponge blanc flanqué d’un blason, celui de l’hôtel. Il reconnut aussitôt Madame allongée en monokini noir dont le bustier mettait en valeur une poitrine généreuse qui plut aussitôt à l’escort boy. Il s’assit près de la belle lui prenant amicalement la main qu’il embrassa délicatement comme le fait un vieil ami.

Retirant son peignoir, l’homme découvrit son torse de sportif et ses jambes, Madame remarquant que ces parties du corps de l’homme étaient épilées augurant que les parties non visibles l’étaient probablement aussi. L’idée en plaisait à Madame qui n’a jamais aimé les systèmes pileux importants.

Jean était maintenant en boxer short de marque très connue et Madame devinait qu’il était très probablement bien membré. Jean lui caressait à nouveau les mains et embrassa leurs paumes laissant même sa langue y tracer un trait. Sa langue éveillait les sens de la belle qui regrettait de devoir se retenir en ce lieu fréquenté cet après midi là par d’autres clients.

Madame devinait qu'il était très probablement bien membré

Madame devinait qu’il était très probablement bien membré

Son téléphone mobile sonna, elle décrocha apprenant que son compagnon était rentré d’un dernier rendez-vous professionnel, qu’il venait de prendre une douche et était entrain de se détendre dans leur suite en regardant un film avant le dîner. Consciente de son audace, Madame proposa à son compagnon de venir lui présenter un ami lui suggérant de rester dans son peignoir et de commander une bouteille de Champagne et un peu de caviar au room service. Elle croisa le regard de Jean pour s’assurer de sa disponibilité immédiate pour ce drink à trois.

Très habitué de telles rencontres avec des femmes sexuellement ouvertes et parfois aussi entreprenantes que semblait l’être Madame, il acquiesça d’un clin d’œil en lui embrassant la main restée libre. Un couloir et un ascenseur menait directement du spa aux chambres permettant aux hôtes de se déplacer en peignoirs. Quelques secondes après cet appel téléphonique, Jean prit ses vêtements sur un cintre et suivit Madame dans le couloir.

Dès qu’ils furent dans l’ascenseur, Jean se colla sans hésiter à Madame et l’embrassa délicatement sur la bouche en lui caressant le buste au travers de son peignoir. Madame sentit que, oui, l’homme était bien membré et elle poussa son bassin contre ce sexe déjà bien dur. Madame avait envie d’une soirée fauve.

Madame frappa à la porte de la suite pour avertir son compagnon et ouvrit la porte avec sa carte magnétique suivie de Jean dont le sexe était calmé et toujours contenu dans son boxer de bain. Le compagnon de la belle, un instant surpris d’être face à Jean, tous deux sous leurs peignoirs identiques, se détendit en bavardant avec l’escort boy sans savoir ce que Madame avait secrètement manigancé.

Les laissant seuls un instant à bavarder, elle alla dans la salle de bains retirer son maillot, se rafraîchir, se coiffer et se parfumer un peu avant de rejoindre les deux hommes nue sous son peignoir. Le room service avait entre-temps apporté la commande et ils étaient désormais seuls. Madame expliqua alors à son compagnon qui était Jean, comment elle l’avait découvert sur internet, les messages échangés récemment et le rendez-vous pris au spa. Monsieur, son compagnon, comprit alors que sa malicieuse maîtresse était une parfaite organisatrice et éclata de rire. La glace était rompue.

Madame servait le Champagne en frôlant Jean qui apercevait sa belle poitrine maintenant nue sous ce peignoir volontairement mal noué. Monsieur ne disait rien mais sa verge commençait à grandir et durcir à la vue du spectacle de sa compagne qui aguichait Jean en se penchant vers lui. N’y tenant plus et constatant que l’associé de Madame était consentant, Jean glissa une main sous le peignoir de la belle découvrant la douceur de cette peau et la fermeté du sein qu’il avait maintenant à pleine main.

Madame approcha sa bouche de celle de Jean qui, sans abandonner le sein de Madame, glissa sa langue dans cette bouche offerte et commença à l’embrasser avec une grande douceur qu’appreciait Madame. Peu d’hommes embrassent aussi bien que cet escort boy se dit-elle, véritable expert en désirs de ces femmes souvent un peu mal traitées par des amants d’un jour trop pressés. Jean prenait son temps, tout son temps, pour bien éveiller l’envie sexuelle d’une femme.

Madame avait envie d’une soirée fauve. Pendant que Jean l’embrassait et lui malaxait un sein, Madame entreprit de découvrir le sexe de Jean encore sous son boxer short. Elle sentait son jardin secret s’enflammer à mesure qu’elle découvrait la dureté de ce sexe véritablement plus grand que la moyenne de ceux de ses anciens amants de rencontre comme de celui de Monsieur. Elle avait pu introduire sa main sous le boxer et caressait maintenant cette verge longue, épaisse, dure comme un manche de hache et épilée comme le torse de l’escort boy avec cependant une peau très douce à caresser.

caressait maintenant cette verge longue, épaisse, dure

caressait maintenant cette verge longue, épaisse, dure

Tout en entraînant Jean vers le grand lit de la suite, elle s’employait à obtenir qu’il retire ce short pour qu’elle puisse avoir toute sa liberté de le caresser, de le décalotter et d’embrasser ce gland impérial dont elle avait maintenant une grande envie.

Tout en gardant une main sur ses seins qu’il pétrissait en pinçant aussi ses tétons roses déjà bien dressés d’envie sous ses doigts, Jean déplaçait la tête de la belle vers son sexe pour qu’elle puisse le sucer à loisir lors de cette soirée fauve avec un gentleman.

Monsieur observait la scène en silence réalisant le plaisir qu’éprouvait à présent Madame à gober le gland magnifique de Jean, puis à lécher tout son sexe de bout en bout, embrassant tantôt ses testicules gonflées, suçotant tantôt le bout du gland où perlait tout-à coup une petite goutte d’un nectar que la dame léchait avec gourmandise et délectation. Monsieur se masturbait en regardant sans éprouver de jalousie, et même avec bienveillance cet homme viril dominer progressivement sa compagne.

A suivre lors d’une Soirée fauve avec un gentleman à la date de votre choix ou ici dans la publication de la suite de l’histoire.

🌹🌹🌹

Avez-vous envie d’une soirée fauve avec un gentleman parisien ? Beaucoup de couples ont envie de prendre du plaisir avec un gentleman. Vous avez le droit de profiter de la compagnie d’un homme hétéro qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie d’un moment coquin sans lendemain.

Essayez le voyage du plaisir intemporel et l’ère du jeu érotique sans fin. Entrez dans mon monde et ouvrez votre porte à la fantaisie d’une expérience de plaisir sans conséquences.

Profitez de votre voyage de plaisir comme aucun autre. Noyez vos sens dans la séduction, même pour une courte période; soyez dans le moment aussi longtemps que vous le souhaitez, en souhaitant que cela ne se termine pas. Vous pouvez réaliser vos fantasmes avec une expérience sensuelle anti-âge pendant que vous laissez votre stress à l’extérieur.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour tous les couples, gentleman Escorte Masculin hétérosexuel pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

L’expérience de la soirée fauve avec un gentleman pour couples exigeants répondra à vos besoins afin de combler votre solitude dans des moments libertins en toute sécurité. Juste pour le plaisir de se faire plaisir.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit. Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous donner du plaisir grâce mes compétences de gentleman professionnel et grâce à mes performances hors du commun. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message.

Je suis là pour vous chers couples quand vous avez besoin de quelqu’un de bien pour vous faire du bien et vous faire vivre une expérience lors de la meilleur soirée fauve avec un gentleman pour couples exigeants.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • 0
Bandeau sur les yeux de madame avec son escort boy paris

Son mari la partage avec un gentleman

Category:Couple,escort boy,escort service,Experience,fantasmes,fessée,gentleman,gigolo,soumission,triolisme,Uncategorized Tags : 

Son mari la partage avec un gentleman

Debout, les yeux bandés, elle attendait que son mari la partage avec un gentleman. Deux mains se sont alors posées délicatement sur ses seins, les caressant un à un en passant leurs doigts sur ses tétons durcis mais encore couverts par sa lingerie légèrement transparente, donnant une illusion de nudité et elle espérait rendre ainsi son mari et son gentleman, fous de désir pour elle.

Les yeux bandés à la merci de deux hommes

Les yeux bandés à la merci de deux hommes

Elle était presque sûre que les mains appartenaient à Jean, l’escort boy qu’il avait trouvé sur le net et dont le site http://escortboy.org regorgeait d’expériences excitantes pour les femmes seules et les couples. Le mains de Jean étaient un peu plus douces que celles de son mari mais elle adorait cette sensation. Savoir qu’un autre homme était en train de la toucher et que son mari l’autorisait la faisait déjà mouiller.

Elle restait là entre les deux, tandis que son mari passait ses doigts le long de sa colonne vertébrale tout en descendant avant de la caresser jusqu’à son sexe. Son mari remarqua qu’elle était déjà humide, il savait que la présence de deux hommes l’excitait au plus au point. Elle avait lâché un petit gémissement alors qu’il la caressait le long de sa fente par-dessus sa lingerie.

Son mari la partageait avec un gentleman. Elle n’avait qu’une envie: qu’il la lui retire sauvagement pour la toucher peau contre peau. Jean quant à lui, commençait à dégrafer son soutien-gorge, la laissant topless devant lui pour la première fois. Elle se demandait ce qu’il pensait d’elle. Elle n’eut pas le temps d’y penser longtemps puisqu’il faisait rouler ses tétons durcis entre ses doigts, lui envoyant des sensations électriques et érotiques tout le long du corps.

Elle se cambrât alors vers lui pour lui offrir ses seins, l’obligeant ainsi à continuer sa délicieuse exploration.
Bien trop tôt, l’attention sur sa poitrine diminuât avant que Jean ne se retire complètement et elle l’entendit marcher de l’autre côté de la chambre. Un courant d’air frôla sa peau et Elle frissonna.

Elle essayait tant bien que mal de discerner ce qu’il faisait là-bas mais Elle avait du mal à se concentrer avec les doigts de son mari sur son clitoris, se faisant de plus en plus présents. Lui aussi s’était arrêté avant de pouvoir faire quoi que ce soit. Elle était laissée debout sans aucun contact et sans aucune idée de ce qu’ils prévoyaient de faire.

Ses nerfs étaient à vifs durant l’attente interminable qui la faisait anticiper leurs moindres mouvements. Soudain, l’un des hommes se tint devant elle et l’entraîna dans un baiser passionné. Elle ne savait pas si c’était Jean ou son mari qui la faisait vibrer et lui réchauffer le sexe mais Elle aimait ne pas être sûre et se prendre à ce jeu érotique.

Deux hommes l'embrassent

Deux hommes l’embrassent

Son mari la partageait avec un gentleman. L’homme inconnu enfonça sa langue dans sa bouche pour jouer avec elle et elle ne pouvait que répondre positivement. Il continua à lui mordiller la lèvre une fois le baiser enflammé terminé. Un petit gémissement s’échappa et ils rirent tous les deux.

Il s’agissait de son mari. Aucun doute là-dessus. Un bruit de métal retentit soudain dans la pièce. Jean était parti chercher Elle ne sait quel accessoire. L’inconnu et le fait de ne pouvoir rien voir ne faisait qu’augmenter l’excitation qu’elle ressentait déjà. L’un des deux hommes vint lui caresser les bras tout en se positionnant derrière elle.

Curieuse, Elle se laissait faire. Lorsqu’une sensation de métal toucha son poignet, Elle sut alors qu’ils allaient l’attacher à des menottes. Heureusement pour elle, elles étaient rembourrées pour ne pas laisser de marques sur sa peau. Une fois les yeux bandés et menottée, Elle était à leur merci et Elle adorait chaque seconde qui s’écoulait.

Sans avertissement, Elle sentit une paire de mains lui caressant les seins quelques secondes avant de faire glisser sa culotte en dentelle sur le sol. Elle était complètement exposée à ces deux hommes. Il n’y avait plus de place à l’imagination à présent.

Les doigts se faufilèrent sur son clitoris et Elle était à deux doigts d’écarter ses jambes un peu plus pour leur laisser de la place mais ceux-ci ne faisaient que la frôler sans jamais vraiment lui donner la friction dont elle avait tant besoin. À plusieurs reprises, l’homme la taquinait et la testait mais elle n’allait pas craquer.

Elle voulait les supplier mais elle avait l’impression qu’ils ne l’écouteraient pas. Ils voulaient la torturer par un déni d’orgasmes. Elle poussait ses hanches vers l’avant pour essayer de se frotter contre ces doigts plus fortement mais il n’y avait rien à faire. Soudain, une petite claque vint lui frapper les fesses et Elle cria de surprise dans un mélange de plaisir et de légère douleur.

Elle savait que son mari adorait lui donner la fessée de temps en temps alors elle imaginait qu’il s’agissait de lui, le coquin. Elle se sentait devenir toute chaude, elle se sentait chienne, elle avait envie d’être prise comme un putain, elle voulait être une vraie salope lubrique assoiffée de sexe. Jean lui ordonna de se mettre à genoux. Sans hésiter Elle s’agenouilla devant lui, et elle pouvait le sentir très près d’elle. Elle imaginait que son visage était à hauteur de sa queue énorme et l’idée l’excitait terriblement. Allait-il lui demander de le sucer ?

Triolisme avec un escort boy

Triolisme avec un escort boy

Elle l’entendit dézipper son pantalon avant de le laisser tomber par terre, et là Elle était sûre et certaine de ce qu’il voulait d’elle. Elle était plus que ravie de lui donner. Avec sa main dans ses cheveux, Jean la dirigeât vers son sexe en érection. Sa grosse queue vint embrasser sa bouche. Elle fit courir sa langue le long de sa verge dure, la lubrifiant pour bien pouvoir la prendre en bouche une première fois, puis une deuxième et ainsi de suite…

Il entrait et sortait de sa bouche dans des succions lentes qui devenaient de plus en plus rapides. Il poussait son sexe en elle de plus en plus profondément et bientôt Elle gémissait autour de lui, lui envoyant des vibrations auxquelles il ne pouvait résister. Jean grognait au-dessus d’elle en serrant la poigne qu’il avait dans ses cheveux et Elle était à deux doigts de sourire, satisfaite de sa réaction. Elle voulait lui donner un maximum de plaisir, surtout s’il ne s’agissait que d’une histoire d’un soir.

Elle se détendait la bouche, la mâchoire et la gorge pour qu’il glisse en elle facilement alors qu’il continuait ses va-et-vients sauvages. Mais au moment où il était sur le point de jouir, il se retira vivement de sa bouche. Pendant ce temps là, son mari avait eu le temps de lui masser la chatte et de lubrifier son côté obscur pour la chauffer avant de la doigter lentement avec un, puis deux doigts. Elle était trempée de désir.

Soudain, Elle sentit le bandeau s’enlever de ses yeux et les menottes se détacher, lui redonnant sa liberté. Elle allait enfin pouvoir les toucher. Elle détestait ne pas pouvoir toucher Jean quand elle était en train de le sucer. Elle n’allait plus être limitée à présent, mais pour combien de temps, ça elle n’en savait rien.

Ils s’installèrent alors tous les trois confortablement sur le lit avec son mari allongé sur le dos. Elle se mit à califourchon sur lui, une position qu’il adorait. Et Jean vint se placer derrière elle. Il n’était pas encore collé contre son dos mais il la caressait tendrement. Son mari glissait ses mains sur le haut de ses cuisses tout en l’observant se positionner au dessus de son sexe dur pour elle.

Elle s’enfonça sur lui, se remplissant entièrement de lui dans une première poussée. Elle gémit de plaisir alors qu’elle sentait chaque centimètre de sa queue en elle. Elle posa ses mains contre son torse avant de se cambrer pour continuer ses va-et-vients sur lui. C’était la première fois qu’elle faisait l’amour en présence d’un autre homme et elle n’arrêtait pas de tourner la tête pour regarder Jean dans les yeux même lorsque le plaisir était trop intense et lui donnait envie de les fermer.

Candaulisme

Candaulisme

Elle voulait garder le contact avec lui alors qu’il s’était collé contre elle par derrière, empoignant ses hanches, en caressant ses fesses. Elle ne savait plus quelle paire de mains appartenait à qui mais cela n’était pas important. Elle continuait de s’empaler sur son mari avec ardeur et elle allait de plus en plus vite. Elle voulait montrer à Jean combien elle était douée.

Son mari la partageait avec un gentleman. Ses mouvements devenaient de plus en plus saccadés. Avec son mari encore en elle, Jean enfila un préservatif et glissa son sexe contre sa fente, avant de rester près de son côté obscur, prêt à la pénétrer pour la première fois. Elle était nerveuse mais Elle lui faisait confiance et elle savait que tout allait se passer à la perfection. Elle allait enfin réaliser son fantasme de double pénétration avec ces deux hommes merveilleux et Elle n’en pouvait plus d’attendre.

Elle prit alors la décision de se cambrer un peu plus vers l’avant tout en se poussant contre le sexe de Jean, lui montrant ce que elle voulait de lui. Pendant un instant, son mari s’arrêta de bouger et elle aussi, le temps que Jean enfonce sa queue en elle. Centimètre par centimètre, Jean la prit avec une douceur infinie. Elle n’avait jamais été aussi remplie de sa vie. Une fois qu’il furent tous les deux à l’intérieur, Elle sentait qu’il n’y avait plus aucune place disponible.

Son escort boy se mit à bouger lentement pour commencer un va-et-vient, et les sensations extraordinaires étaient là, en plus Jean lui caressait le clitoris, apportant du plaisir supplémentaires. Son mari, la voyant accablée par les sensations procurées par ces deux pénétrations, commençât à régler le rythme de ses va-et-vient, poussant à l’intérieur avant de se retirer. Les deux hommes la remplissaient tour à tour, la plongeant dans un plaisir maximal, et cela ne faisait qu’augmenter son excitation par rapport à la situation. Elle était en train de se faire prendre par deux hommes en même temps et Elle adorait ça !

Son mari aime la voir avec un autre homme

Son mari aime la voir jouir avec un autre mâle.

Elle n’arrêtait pas de gémir et elle était déjà prête à jouir. Quelques va-et-vient successifs lui suffirent à la pousser au bord de l’orgasme. Elle ne pouvait pas se contrôler, ses muscles se contractaient autour d’eux et ils commencèrent à s’enfoncer plus sauvagement à l’intérieur de ses orifices, la pilonnant sans retenue et ils crièrent alors tous les trois ensemble comme des animaux sauvages en rût.

Elle était épuisée mais plus satisfaite qu’elle ne l’avait jamais été. Elle adorait la sensation d’être autant remplie et Elle savait que cela allait lui manquer un jour. Pour le moment, Elle était allongée sur son mari en reprenant sa respiration. Jean se retira délicatement avant de s’allonger sur sa droite.

Elle avait rencontré son regard et lui avait souri. Elle lui avait alors fait lire un petit ‘merci’ avec ses lèvres et il hocha la tête, le regard lui aussi satisfait. Ils restèrent comme ça pendant quelques minutes, le temps de laisser la tension retomber et de retrouver leur respiration.

Elle avait lancé un regard à son mari pour voir s’il ne regrettait pas leur expérience mais non, il avait cette béatitude de l’homme heureux et il était clair qu’il n’avait aucun regret, à son plus grand soulagement. Elle avait hâte que les deux hommes soient reposés pour qu’ils continuent toute la nuit à la baiser comme une femme qui aimait le sexe comme elle.

***

Avez-vous des fantasmes à explorer ? Beaucoup de couples rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivre. Vous êtes tous en droit de profiter de la compagnie d’un gentleman qui traitera votre compagne comme une lady et ne jugera pas votre envie de sexe et de plaisir sans lendemain pour vivre un fantasme.

Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection. Osez le triolisme

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de divertir votre couple. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org


  • 0
photo-couple-echangisme-couple-escort-paris

Echangisme avec un couple escort

Category:candaulisme,Couple,echangisme,escort boy Tags : 

Echangisme avec un couple escort

L’échangisme est une pratique sexuelle adopté par les libertins qui consiste pour deux couples à échanger temporairement son partenaire, pendant les différentes phases du rapport, en vue d’une relation socio-sexuelle.

Toutefois des nuances sont parfois apportées s’il y a permutation et pénétration en dehors du partenaire « régulier » (échangisme dit « vrai »), des attouchements à quatre (voir mélangisme) ou une relation à proximité de voyeurisme et/ou exhibitionnisme sans contact physique, aussi connu sous le terme « côte-à-côtisme ».

Bien qu’il se confonde souvent avec la sexualité de groupe, l’échangisme au sens strict ne représente qu’une fraction des pratiques sexuelles en groupe.

Il est courant de spécifier les distances relatives d’une relation échangiste par des nombres :

  • « 2 + 2 » signifie une séparation physique des couples avec permutation des partenaires,
  • « 4 » spécifie une proximité permanente de tous les participants,
  • « 3 + 1 » l’isolement d’un individu au centre ou en observateur en tant que candauliste.

***

Le couple finissait tous les deux de se préparer pour leur soirée et Monsieur contempla Madame avec un regard attendri. Quelques instants auparavant, il l’avait vue enfiler un porte-jarretelles, un string et des bas noirs puis une robe de soie rouge ultra courte s’arrêtant au bord des fesses. Madame était tout simplement éblouissante.

Comme d’habitude, songea-t-il. Depuis qu’ils étaient mariés, Monsieur allait de surprise en émerveillement et la trouvait encore plus belle qu’au premier jour de leur rencontre, douze ans plus tôt. À son âge, Madame était superbe. C’était une femme qui avait envie de vivre avec son mari des expériences de libertinage, mais ils étaient débutant dans le domaine.

C’est elle qui lui avait eu l’idée d’organiser une soirée échangiste chez eux avec un couple d’escort et son mari avait complètement adhéré à cette idée, au début sans doute par curiosité puis beaucoup plus par amour ensuite.

Madame effleura sa robe ajustée comme une seconde peau, qui révélait de façon très indiscrète ses rondeurs plantureuses, puis se caressa légèrement les seins, libres sous la mince étoffe, tout en examinant son reflet dans le miroir.

Monsieur effleura son décolleté du bout des doigts avant de l’attirer contre lui. Elle n’imagineait même pas ce qu’il  pourrait lui faire subir !

Tout en riant, Madame se dégagea de son étreinte pour fuir son désir déjà très perceptible et reprit place devant le miroir pour se mettre du mascara.

En essayant de faire retomber l’érection que cette petite scène avait fait naître, Monsieur passa son pantalon, sans aucun autre sous-vêtement, puis il enfila une chemise très ajustée, qu’il boutonna à peine, laissant entrevoir son torse. 

Leurs invités sonnèrent à la porte et Madame alla leur ouvrir suivit par son mari. Puis Madame s’effaça pour les laisser entrer et ne put s’empêcher d’admirer le couple qui venait d’arriver. Caroline était magnifique. De ses longs cheveux blonds retenus par un chignon au désordre savamment organisé jusqu’à sa tenue, tout en elle était riche de belles promesses. Son regard pétillant, confirmait d’ailleurs le langage sensuel de son corps. À peine voilés par un cache-cœur noir en tissu léger, ses seins étaient libres de toute contrainte. Sa minijupe de la même couleur laissait entrevoir le haut de ses bas et apprécier le galbe parfait de ses jambes, chaussées d’escarpins à hauts talons. Mais ce qui frappait le plus chez elle, c’était cet érotisme alléchant qui transpirait de tout son être, exacerbé par une prodigieuse féminité.

Jean avait joué la simplicité dans l’élégance. Une chemise bleu marine aux doublures surpiquées de blanc, un pantalon de toile blanche et des chaussures de cuir classiques. À croire qu’ils s’étaient donné le mot avec Monsieur, nota Madame, amusée.

Ils s’installèrent dans le salon où les lumières étaient tamisées, et où une musique de jazz s’élevait doucement. Dès que Monsieur leur eut servi une coupe de champagne, la discussion commença par quelques banalités sur comment les vacances s’étaient passés et les deux femmes comparèrent leurs bronzages respectifs..

Le dîner s’était déroulé tranquillement. Avec Monsieur, ils avaient multiplié les anecdotes croustillantes qui avaient reçu les réactions espérées de leurs invités puis, à la fin du repas, elle avait décidé de faire bouger les choses. En apportant le fromage, elle avait servi son mari tout en restant volontairement de l’autre côté de la table, entre Caroline et Jean. De sorte qu’ils ne pouvaient plus rien ignorer de sa féminité, dévoilée par sa robe trop courte remontant haut sur ses fesses quand elle se penchait.

Caroline repoussa d’une main le tissu de sa robe légère au-dessus des reins puis, un peu tremblante, fit glisser son autre main sur la peau douce des fesses de Madame.

Jean, plus timide et après un regard à sa femme, s’aventura à caresser l’intérieur de la cuisse de Madame, déclenchant en elle un petit frisson, puis il remonta jusqu’en haut, mais sans entreprendre quoi que ce soit de plus.

En appui sur ses bras, follement excitée par la sensation de sa robe retroussée sur ses fesses, Madame demanda à Jean de la caresser s’il en avait envie.

Puis elle se pencha encore et embrassa Monsieur au-dessus de la table, très amoureuse. Elle sentit alors une main glisser sur son sexe et un doigt s’insinuer en elle. Un doigt de femme, devina-t-elle avec un nouveau frisson tandis que Caroline allait et venait en elle, avec une dextérité surprenante.

Puis elle s’écarta, à regret, des mains si habiles de Caroline. Malgré le plaisir qu’elle avait ressenti, et l’envie qu’elle avait d’aller plus loin, elle ne voulait pas aller trop vite. Et puis, il fallait bien l’avouer, se forcer à y aller très progressivement et à gérer sa propre frustration l’excitait terriblement.

Monsieur regarda sa femme disparaître dans la cuisine, suivie de très près par Caroline. La soirée s’annonçait sous les meilleurs auspices.

Monsieur n’en revenait toujours pas du spectacle auquel il venait d’assister. Il venait de découvrir que sa femme était bien plus audacieuse que lui et cela lui faisait beaucoup effet !

Pendant ce temps là, Caroline en profita pour poser ses mains sur Madame et effleurer ses seins qu’il lui tardait de découvrir. Elle ne s’était pas trompée. Ils étaient magnifiques, fermes et veloutés à la fois. Tout en les massant délicatement, elle fit rouler ses mamelons entre ses doigts.

Avec un soupir, Madame se pressa plus étroitement contre Caroline, manifestement sensible à l’hommage rendu à ses seins.

Puis elle ferma les yeux, alanguie, et s’abandonna aux mains de Caroline qui virevoltaient sur sa poitrine, son ventre, sans réel contact, comme un papillon hésitant qui ne savait pas encore où il allait se poser. Caroline pressa ses lèvres sur sa nuque pour des baisers très doux, tandis que ses mains revenaient à ses seins, s’y posant avec la légèreté d’une plume.

Madame se laissa aller en arrière et Caroline sentit ses mains se poser sur ses fesses, comme si Madame voulait fusionner leurs deux corps. Comme pour mieux offrir son buste à ces caresses qui, déjà, semblaient lui faire perdre la tête… Gagnée par un désir affolant, Caroline découvrit les deux globes de Madame qui se dressaient devant elle, ronds, crémeux, délicieux. Un vrai appel au plaisir…

Avec un sourire, Caroline reprit la divine exploration des seins de Madame, et celle-ci referma les yeux, tout son corps commençant à réagir, roulant et ondulant. Puis elle saisit les mains de Madame qu’elle pressa contre son corps enfiévré de désir.

Et ce fut Madame qui s’empara cette fois de sa bouche, lui offrant un baiser bien plus torride où leurs langues s’entremêlèrent avec ferveur et sensualité. Caroline continua son exploration, calmement et toujours avec beaucoup de tendresse. Quand ses doigts se glissèrent entre son ventre et sa jupe, Madame sursauta et se cambra pour mieux s’offrir. Caroline en profita pour poursuivre sa délicieuse torture, et, faisant courir ses doigts sur la peau frissonnante, elle passa une main sous le string en dentelle de Madame, et commença à la caresser, d’abord tout doucement. C’était divin. Ses doigts glissaient sur le sexe trempé de Madame, et, à chaque passage, ils lui tiraient des gémissements de plaisir.

C’était fou, songea Caroline. Elle avait rarement vu une femme novice réagir avec cette intensité… et cela l’excitait. Le cœur battant, elle accéléra le rythme de ses caresses.

Et, enfin, comme terrassée par les ondes du désir qui se concentraient en elle, Madame secoua la tête dans tous les sens en gémissant, et Caroline sentit tous ses muscles se tendre contre elle. C’était le moment. Alors, sans cesser de caresser le clitoris de Madame, elle glissa un doigt en elle, et ce fut comme une révélation. Se mordant les lèvres, Madame se contracta violemment, avant de pousser un long cri tandis que la jouissance explosait en elle.

Pantelante, il lui fallut plusieurs minutes pour reprendre pied avec la réalité. Caroline  en profita pour l’embrasser légèrement.

Dans les yeux de Madame luisait encore son extase et Caroline y découvrit aussi l’exultation d’avoir franchi ce grand pas. Avoir concrétisé un fantasme en le vivant.

Quand Monsieur vit la mine réjouie et le sourire épanoui de Madame, il sut immédiatement à quel genre d’activité culinaire les deux femmes s’étaient livrées en cuisine. Madame installa les coupes sur la petite table du salon et rapporta une autre bouteille de champagne. 

Caroline et Madame s’installèrent sur le canapé, et ils se mirent à déguster leur dessert. L’atmosphère était électrique, et la tension palpable. Madame avait osé franchir le pas et son visage rayonnait, même s’il était aisé de deviner, en croisant son regard, qu’elle attendait plus. Bien plus…

Avec un air de défi, Caroline posa sa jambe sur l’une des cuisses de Madame, leur livrant une vue délicieuse sur son intimité. Madame rentra dans son jeu et se mit à la caresser gentiment, d’une main légère mais manifestement efficace. Monsieur sentit son excitation monter encore d’un cran. Comme il le pensait, Caroline était vraiment ouverte à aux érotiques. 

Puis il vit Madame étaler un mince filet de chantilly sur la cuisse de Caroline, se pencher et, d’une façon très érotique, entreprendre d’avaler cette gourmandise sucrée d’une langue agile. Elle avait l’air de se régaler, mais celle qui semblait le plus goûter ce petit jeu, c’était Caroline. Dès que la langue de Madame avait touché sa peau nue, son regard s’était enflammé. Alors, comme si la pudeur l’avait enfin quittée, Caroline plongea son doigt dans l’une des coupes débordant de chantilly, et l’étala voluptueusement sur son ventre. Puis, mue par un élan soudain, elle retroussa sa jupe et déposa une autre dose de crème sur son mont de Vénus. 

Sans la quitter des yeux, Caroline s’allongea à moitié en face d’elle, provocante, une jambe relevée sur le dossier, l’autre pendant vers le sol, alanguie et offerte. Devant ce spectacle, Madame sentit son désir s’enflammer, et elle se pencha vers Caroline. C’était peu de dire que ce dessert la tentait… mais elle allait prendre son temps pour le déguster. D’une main experte, elle commença par de simples caresses, en prenant bien soin d’éviter ce qu’attendait impatiemment Caroline. Elle allait faire durer le plaisir…

Un rapide coup d’œil vers les hommes la rassura : ils n’en perdaient pas une miette. Pourtant, quand Caroline se mit à ôter son cache-cœur et se retrouva presque nue devant elle, n’ayant plus que sa jupe retroussée et s’offrant à elle dans une posture quasi animale, Madame ne put s’empêcher d’être surprise. Agréablement surprise. Vraiment, Caroline n’avait peur de rien, et ça lui plaisait. Elle aimait cette audace, au moins autant qu’elle aimait le physique de Caroline.

Et, en se penchant de nouveau vers elle, elle posa les lèvres sur les siennes. Un baiser langoureux, intense, qui fit encore grimper d’un cran la tension de la pièce. Simultanément, elle caressa les seins de Caroline avec virtuosité, puis son corps tout entier, laissant ses mains glisser sur la peau si douce et qui réagissait si bien à ses caresses. Puis, d’un mouvement langoureux, elle descendit vers le ventre de Caroline, pour déguster la chantilly. À coups de langue, elle se mit à l’étaler, la laper, sans pour autant lâcher son emprise sur les seins sublimes de Caroline. Cette dernière ferma les yeux, ne s’exprimant plus qu’en soupirs et en râles de plaisir. Frissonnante, elle chuchotait des mots incompréhensibles et, sous l’emprise d’un désir allant crescendo, ondulait de tout son corps. Puis, agitée d’un spasme plus violent encore, elle tendit son bassin vers Madame, s’offrant, impudique, submergée par une envie que rien ne semblait pouvoir apaiser.

Madame s’approcha peu à peu de son sexe ainsi exposé, brûlant et humide à la fois, et se mit à le débarrasser de sa crème sucrée à petits coups de langue, en s’attardant sur les endroits qu’elle savait les plus sensibles. Elle adorait cette sensation. Elle adorait sentir le sexe de Caroline s’ouvrir pour elle, vibrer sous ses coups de langue, obéir à ses caresses. Elle suspendit un instant le mouvement de sa langue, et savoura le gémissement de protestation qui s’éleva aussitôt. Puis, tout doucement, elle reposa ses lèvres sur le sexe de Caroline, et se mit à titiller son clitoris du bout de la langue, l’avalant, le mordillant, semblant encore découvrir de la chantilly ici et là, avant d’y revenir plus sûrement pour s’en saisir et le torturer de ses lèvres douces. Caroline, le souffle court, émettait de petits cris, qui devinrent des gémissements au fur et à mesure que le plaisir montait.

Quand l’orgasme s’empara d’elle, Caroline le vécut comme une libération totale de son plaisir, un tremblement de terre au plus intime de ses entrailles et elle eut le sentiment que son sexe explosait en une myriade d’éclairs multicolores dont les ondes brûlantes se répandirent dans tout son corps. C’était comme si sa vie s’était concentrée en un seul point, là où, au moment ultime, Madame avait su la faire décoller d’une dernière caresse folle avec ses lèvres.

Tendue comme un arc, elle ne poussa qu’un long gémissement de bonheur avant de retomber, vaincue et alanguie, tous ses sens apaisés et à la limite de l’inconscience. Elle regarda sa maîtresse avec admiration, et se mit à lui caresser les cheveux avec tendresse. Nulle parole ne vint troubler ce moment et elles se contemplèrent avec une nouvelle complicité acquise au plus fort de leurs ébats. Madame lui sourit, embrassa une dernière fois et avec douceur son clitoris avant de se tourner vers leurs hommes.

Elle proposa à Jean de les rejoindre. Caroline la regarda s’éloigner et s’asseoir face aux hommes dans une pose totalement impudique. En tournant la tête, elle eut un frisson en voyant Jean se déshabiller prestement, libérant une érection triomphante et venir les rejoindre, entièrement nu. Il lui offrit un baiser et s’installa aux genoux de Madame, à même le tapis. Caroline était subjuguée par cette vision érotique. Son partenaire était doué, elle le savait, et voir sa bouche s’emparer du sexe de Madame avec délectation, forçant avec ses mains l’écartement de ses cuisses, lui donnait envie d’être à sa place. Follement envie.

Fixant Madame, comme si cela allait pouvoir lui donner accès à ses sensations, elle put découvrir dans ses yeux mi-clos un désir grandissant alors que ses seins se soulevaient à un rythme de plus en plus rapide. Quand elle commença à gémir et secouer la tête, Caroline ne put s’empêcher de glisser une main entre ses propres cuisses. Elle était trempée. Pas étonnant, compte tenu du spectacle auquel elle assistait…

Devant ses yeux, la lutte était à l’avantage de Jean mais Madame se dégagea, le releva en l’embrassant puis le prit dans sa bouche. Voir le sexe de Jean disparaître ainsi entre ses lèvres était insoutenable, et Caroline avait l’impression de l’avaler elle-même. Puis Madame le força à s’asseoir avant de le rejoindre. Il enfila rapidement un préservatif. La voir enfourcher son homme et le guider d’une main pour mieux s’empaler sur lui la fit littéralement trembler de tout son être. Ils donnaient l’impression d’être seuls au monde et le visage de son mari reflétait un plaisir intense, certainement accru par sa présence silencieuse à ses côtés. Il posa les mains sur les hanches de Madame qui se laissa glisser sur sa virilité avec un long cri de bonheur.

Caroline commença à se caresser tout en les contemplant, partageant leur plaisir par la vue et en explorant son propre désir grâce à ses doigts agiles. Les pensées les plus folles s’entrechoquaient dans son esprit, et, quand Madame se releva pour mieux s’enfoncer sur le sexe de Jean, Caroline intensifia sa caresse et dut fermer les yeux, le souffle très court. Quand elle les rouvrit, elle vit Madame s’agiter sur son mari, roulant du bassin dans un mouvement circulaire de grande amplitude. Jean fermait les yeux, le visage levé vers le plafond, les veines de son cou saillantes et ses mâchoires serrées témoignant de son effort à se retenir. Madame cessa brusquement pour se redresser et s’empaler de nouveau, de tout son poids, ce qui fit geindre Jean, agrippé à ses seins magnifiques. Caroline se régalait du spectacle torride quand Monsieur se manifesta :

En tournant la tête, elle le découvrit nu, debout devant elle. Il se pencha et prit possession de sa bouche avec un baiser enflammé qui la laissa essoufflée. Ses mains couraient sur tout son corps quand il l’embrassa de nouveau. C’était une expérience fantastique. Monsieur l’avait toujours fait fantasmer. Un homme séduisant et gentil mais par-dessus tout le fantasme interdit, le tabou logique de toute femme qui aimerait céder sans jamais le faire. Il était là, penché sur elle, prenant ses seins à pleines mains, alors elle s’enhardit et se saisit de son sexe dont elle découvrit avec délice l’érection grandissante.

Comme il explorait son sexe d’un doigt très doué et poussait son avantage en faisant rouler un téton entre pouce et index, elle lui murmura qu’elle avait envie de lui.

Il sourit et se redressa. L’invitation était claire, et elle prit entre ses lèvres ce sexe dont elle avait si souvent rêvé, sans jamais quitter ses yeux du regard. Elle voulait y voir le plaisir, lui faire crier grâce et sentir son désir prendre forme en sa bouche. Ce qu’il fit pour son plus grand bonheur. Ravie de sentir cette chair délicate et virile palpiter contre son palais, Caroline se livra à une fellation orgasmique pour elle et s’étonna de l’intensité du plaisir qu’elle ressentait. C’était là le petit plus de l’échangisme qui faisait cette grande différence : braver l’interdit, passer outre les convenances et savourer un acte normalement impossible. En même temps, apprécier de voir Jean en faire autant de son côté avec Madame poussait sa passion au paroxysme.

Avec un gémissement, elle accéléra ses mouvements de va-et-vient, resserrant son étreinte pour le provoquer et le projeter au-delà du point de non-retour. Mais Monsieur était un amant diaboliquement résistant et rien n’y fit malgré tout son savoir-faire. À un moment, il lui tint la tête par les cheveux et l’éloigna.

Caroline était une magicienne avec sa bouche, Mais Monsieur voulait la prendre à genoux comme une soumise.

Ses paroles furent délicieusement écoutées et elle s’empressa d’obéir, ravie de partager son plaisir avec cet homme qui s’avérait un amant fougueux et infatigable, sachant prendre l’initiative. Elle se retourna tout en le regardant par-dessus son épaule puis jeta un œil de côté en entendant des cris d’extase. Madame montait et descendait à un rythme affolant, s’empalant sur le sexe de Jean qui la guidait en tenant ses hanches. Caroline se mordit la lèvre de désir et tendit encore plus sa croupe vers Monsieur qui venait de saisir sa taille entre ses mains. Monsieur enfila lui aussi un préservatif. Et elle sentit le sexe bandé de Monsieur la pénétrer.

Enfin ! Soumise à son amant, incapable de détacher ses yeux des ébats de Madame et Jean, Caroline se sentit emportée par un tourbillon de sensations nouvelles et sauvages. Sa chair prenait le dessus sur son esprit et elle devint un animal impétueux, difficile à maîtriser et n’attendant plus qu’une chose : jouir.

Sentir ce sexe qui durcissait toujours et de plus en plus au fond d’elle était la plus délicieuse des tortures, et elle oublia tout et s’abandonna à Monsieur qui, de son côté, devait aimer la posséder. Ses gémissements achevèrent d’exciter son imagination, comme si elle possédait une caméra extérieure lui permettant de visualiser leur position et leurs corps en fusion parfaite. Alors, ivre de plaisir, comblée par ce sexe triomphant qui semblait la remplir tout entière, elle se laissa aller à la jouissance, une fois, deux fois, sans plus retenir ses cris. Des flashes de lumière crépitèrent dans sa tête, un cyclone si dévastateur s’empara de sa chair qu’il lui sembla qu’elle allait perdre connaissance, et les ondes interminables de ses orgasmes la propulsèrent vers des cieux inconnus, dans une ultime explosion.

À la même seconde, Madame eut un orgasme alors que Monsieur jouissait enfin, à croire que même en faisant l’amour avec des partenaires différents, lui et sa femme ne pouvaient s’empêcher d’atteindre une extase simultanée pour ne pas dire commune. C’était fou et inimaginable !

Apaisés, les quatre amants restèrent un long moment à échanger des caresses et des baisers, puis Madame et Monsieur se rejoignirent pour se câliner, ravis de cette première fois plutôt étonnante pour des novices et convaincante à leurs yeux. Peu après, le maître de maison proposa du champagne, suggestion chaleureusement accueillie par tous car les émotions donnaient soif, surtout celles-ci. Madame resta assise entre Jean et Caroline alors que Monsieur reprenait sa place sur son fauteuil, face à eux.

***

Si vous voulez vivre votre fantasme en toute sécurité, faites appel à Jean et Caroline, un couple escort qui saura vous apporter tous les ingrédients nécéssaires à une soirée de divertissement entre adultes consentants.

Au plaisir de faire votre connaissance.

Jean & Caroline.

TEL/SMS/WHATSAPP: +33(0)755186013

Mail: man.jean@yahoo.fr

Site: https://escortboy.org

 


  • 0
Deux hommes et une femme pour expérience de triolisme

Deux hommes et une femme

Category:candaulisme,Couple,escort boy,triolisme Tags : 

Deux hommes et une femme allaient se rencontrer ce soir là dans un hôtel parisien, pour vivre une expérience  de plaisir hors norme à trois. Un couple et un gentleman escort boy expert dans le divertissement pour adulte.

J’étais debout devant elle, je lui présentais ma grosse queue dure et tendue devant son visage. Elle était encore plus grosse que celle de son mari. Comment allait-elle réussir à l’enfoncer au complet dans sa bouche ? Avant même qu’elle ne s’en rende compte, elle avait une queue dans chaque main et elle les enfonçait dans sa gorge à tour de rôle.

De voir deux hommes excités, ça l’excitait énormément. Après de longues minutes, elle avait le visage plein de salive et elle adorait ça. Elle se sentait chienne, elle avait envie de baise torride et elle avait deux males en rût rien que pour elle.

Puis une main attrape sa main et la met sur ma queue en érection. Prends la en bouche et suce la ?  Lui ordonne son mari. Elle obéit à ses ordres comme une petite salope soumise. Puis son mari s’approche, je tire sa tête en la prenant par les cheveux et la dirige vers sa queue pour la pousser à le sucer à son tour.

Elle n’a plus aucun contrôle, elle est là pour nous donner du plaisir et elle aime ça, elle est maintenant complètement à la merci de deux hommes qui ne veulent qu’une seule chose, c’est la baiser comme une vraie cochonne lubrique, ce sera son challenge de ne pas nous décevoir car nous voulons la voir jouir avant de jouir à notre tour.

Nous la bousculons sur le lit pour qu’elle se couche sur le dos. Nous passons nos quatre mains sur son corps en la massant avec de l’huile que j’ai apporté.

Des doigts entrent dans sa chatte qui est toujours trempée. On la doigte jusqu’à ce qu’elle sente qu’elle n’est pas loin de l’orgasme. Elle dégouline sur les draps. Soudain, ma queue emballée dans un préservatif bien dure la pénètre pendant qu’une autre force sa bouche. Elle se fait totalement prendre bestialement par deux hommes et elle aime ça. Deux hommes et une femme pour un plaisir intense.

Ses mains touchent nos mains, nos bouches, mais dans la pénombre elle n’a aucune idée de qui est qui. On la prend et on la retourne pour qu’elle s’installe à quatre pattes. Elle sent nos corps bouger autour d’elle. Soudainement, elle se fait pénétrer la gorge en même temps que je lui pénètre la chatte. Elle est comme dans une scène de « gang bang ».

Un de nous attrape son menton, lui soulève la tête et l’embrasse langoureusement. Son visage est couvert d’un mélange de salive, de sueur et d’huile. On continue d’inter-changer nos mains, nos bouches et nos sexes avec nos corps gluants. Elle s’agenouille sur le plancher comme le lui a demandé son époux. 

Son homme s’assoit sur le lit. Son sexe est encore raide. À quatre pattes, elle s’empresse d’aller vers lui. Elle entreprend de le sucer. La mouille coule le long de ses cuisses car elle sait que je suis derrière elle. Je colle ma bouche entre ses fesses et commence à lui bouffer le cul. Deux hommes et une femme qui veulent se donner du plaisir.

Puis nous échangeons les rôles et elle decide de s’empaler à cheval sur ma grosse queue d’escort boy alors que Monsieur entreprend de la prendre par derrière pour sa première double.

Madame écarte les cuisses avec ses mains aux ongles rouges pour faciliter la pénétration. Cette coquine est maintenant rempli par deux queues qui s’activent pour la baiser sans relâche. Elle sent monter la vague d’un plaisir nouveau avec son mari et son escort boy. Deux hommes et une femme vont jouir ensemble.

L’orgasme de ses deux trous qui jouissent ensemble. Son mari va jouir, il grogne car il sent monter la sève qui va bientôt inonder le cul de sa femme en chaleur. Et moi je continue de la limer pour lui exploser la chatte et enfin nous jouissons tous les trois dans un feu d’artifice de plaisir.

***

Toutes les couples ont besoin de vivre leurs fantasmes avec un gentleman comme moi qui les respecte, je suis disponible pour vous faire vivre des moments de bonheur sans risque. Je peux vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Triolisme – Tentez l’expérience du plan à trois avec un gentleman escort boy en toute sécurité. Deux hommes et une femme.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous faire crier de plaisir mais toujours avec respect. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Contactez moi: man.jean@yahoo.fr ou +33(0)755186013

http://jeancortboy.sitew.fr


  • 0

Rencontrez un couple d’escort pour réaliser votre fantasme

Category:Couple,escort boy,gentleman Tags : 

Une rencontre pas comme les autres pour assouvir les désirs les plus ardant que vous fantasmer, rencontrez un couple d’escort pour une expérience encore plus enrichissante. Pour une rencontre spéciale je propose parfois mes services de couple pour passer un moment plus riche en sensation.  Vous êtes une dame d’expérience (bisexuel) et vous aimeriez vous laisser guider par le savoir-faire d’une courtisane bi, jeune à la peau ferme, habile avec sa langue, connaissant les zones les plus intimes pour vous faire vibrer comme jamais. Vous êtes un homme, un couple libertin et vous voulez pimenter une soirée avec un autre couple, dans le respect et la courtoisie ?

C’est tout à fait possible, je propose comme escort boy des services plus spéciaux comme me faire accompagner par une amie à moi qui est aussi dans la profession. IL nous arrive très souvent d’être mis à contribution pour des couples libertins. Des hommes qui veulent voir leurs femmes se faire caresser, par une autre femme. Que celles-ci viennent doucement glisser sa langue entre la fente de la cliente devant son mari qui ne cesse de regarder, admiratif, comme s’il ne pouvait plus quitter les yeux de ce spectacle qu’il a  si souvent rêvé.

Comme ce client qui m’avait écrit pour me demander de détailler comment nous avions passé une nuit dans la maison du couple près de Courbevoie.  A peine arrivé chez lui le mari demande à sa femme de revêtir une nuisette et d’attendre dans le salon avec un bandeau sur les yeux. Mon amie et moi sommes devant la femme et le mari ordonne à l’escort girl de lécher sa femme. Il sait qu’elle est bi mais elle n’avait jamais refait ça depuis qu’ils étaient mariés.  Il regarde sa femme gémir aux coups de langue habile d’une escorte sexy, entreprenante avec sa femme, mon amie mouille  fort, elle ne peut pas s’empêcher de se caresser le clito tout lorsqu’elle entreprend un bon cunni à une femme, surtout lorsqu’elle est observée comme à présent.

J’enlève le bandeau de la cliente qui me regarde surprise et elle  jette aussitôt les yeux plus bas pour voir d’où proviennent ces caresses intimes. Elle voit que c’est une jeune fille blonde, très sexy qui s’occupe depuis 5 minutes de bien lui lubrifier les parois avec sa petite langue baveuse. La femme est ravie, elle  regarde son mari dans les yeux, en le remerciant de ce cadeau hors normes et aussi exceptionnel. Elle lui demande alors la permission de me prendre en bouche. Elle me prit ma queue entre ses mains, et vient doucement avec la bouche entre ouverte. Elle me prend en fond de gorge mais sans se précipiter, comme si elle voulait que ce moment de cesse jamais.

Le mari s’approche de nous trois, il commence à défaire sa braguette et sort sa bite raide et lui somme de nous sucer en même temps. Voilà il  regarde sa femme sucer un escort boy pendant qu’il se fait également pomper. Il a toujours voulu voir sa femme sucer deux queues pendant qu’une femme la lèche. Il sort et lève mon amie , la regarde et lui dit qu’elle est une très belle femme et qu’il a envie d’elle tout de suite. Nous avions passé une nuit formidable et ce couple comme beaucoup d’autres, ne cherchent pas à se divulguer, ce qu’ils veulent c’est  la discrétion la plus absolue. En général les couples qui me demandent ce type prestation ne se rendent pas dans les clubs libertins de Paris ni ailleurs dans l’hexagone pour s’adonner à leurs envies de candaulisme. Nous respectons la discrétion et je suis disponible sur rendez-vous. Merci de prendre contact avec moi.

Jean, votre accompagnateur


  • 0
candaulisme en voiture

Candaulisme avec un escort boy en voiture

Category:candaulisme,Couple,escort boy,Experience,gentleman Tags : 

Candaulisme avec un escort boy en voiture. Monsieur et Madame sont mariés et ils aiment toujours autant s’amuser, sortir et faire la fête. Cette nuit là, ils m’ont demandé de les accompagner en voiture. Le mari de Madame veut faire le chauffeur au volant de sa grosse berline pendant que Madame sera derrière à prendre du plaisir avec moi.

Nous nous installons à l’arrière, l’un à côté de l’autre. Dans le rétroviseur, son mari vérifie mes réactions. Il me jette des clins d’œil pour m’encourager à profiter de sa femme.

Les mains douces de Madame s’engouffrent dans mes cheveux, pétrissent ma nuque. Elle me caresse, glisse sa main entre mes cuisses pour jauger de ma virilité. Son mari est là, tout près, avec les yeux qui lorgnent dans le petit miroir. La présence de son mari n’a pas l’air de faire peur à Madame, bien au contraire, elle sait qu’il est son complice.

Elle recule jusqu’à la portière, cale ma tête de gentleman contre elle, juste en dessous de ses gros seins. Enervée, son mari jette des coups d’œil jaloux, récupérant des miettes de la scène dans le rétroviseur.

Maintenant qu’elle m’a à sa merci, abandonné sur elle, Madame en profite pour prolonger ses caresses jusqu’aux épaules, sur la peau tiède de mes bras, remontant le long de mes muscles, repoussant les manches pour sentir le velouté tiède, la naissance des épaules. Elle frémit de goûter le corps d’un autre homme. Ses mains réclament ma peau maintenant. Elle sort ma chemise de mon pantalon, elle me déboutonne.

Son mari regarde la route, mais il capte très bien notre petit manège. Elle effleure timidement mon ventre. Elle s’est légèrement cambrée pour m’offrir sa forte poitrine qui monte et descend, suivant sa respiration, devenue haute maintenant qu’elle manque d’air.

Deux petites pointes saillent à travers son chemisier. Au feu rouge, son mari attrape la main de sa femme et la colle entre mes jambes.

Je détourne les yeux. Madame semble perdue. Mais j’entends le zip de ma braguette ! elle ne fait aucun effort de discrétion, je l’entends peiner avec mon pantalon.

Puis elle me prends dans bouche et j’entends des bruits de succion. J’appuie sur sa tête pour plonger dans sa gorge. Elle adore ça, je le sais, enfoncer ma grosse queue dure comme la pierre jusqu’au fond. Je l’attrape gentiment par les cheveux, la fait aller et venir.

Puis je repousse les bretelles de son soutien-gorge, presse ses seins, l’étouffe. Elle réprime des gémissements. Elle me pompe et salive de plus en plus.

Son mari jette un coup d’œil derrière. Un cul pâle et rond surgit de l’obscurité. La robe de Madame est remontée, et sa culotte entre les cuisses. Mes mains de gentleman s’activent. Je malaxe ses fesses pendant qu’elle me suce. Je lui enfile un doigt. Elle se cabre et soupire.

Je pose ma paume sur sa chatte. Son joli cul ondule dans ma main. Je retire mon doigt, glisse dans le sillon des fesses, plonge deux doigts, cette fois. Et c’est le même cinéma, les reins creusés, les soupirs, les mouvements de bassin.

Nous roulons sur des routes désertes, en pleine campagne. Il fait nuit noire. Son mari se concentre pour ne pas virer dans le fossé. Ses yeux dans le rétroviseur ne nous lâchent pas. Nous regarder chavirer le rend fou de désir.

Elle se cale au milieu pour soi-disant me guider, elle soulève légèrement ses fesses, se cambrant au mieux. Je me colle à elle, la prend par les hanches, j’enfile un bout de latex et la fait asseoir sur ma queue. Je sens une onde de chaleur m’envahir. Sa voix devient hésitante, ses lèvres échappent à son contrôle et tout son corps en proie à une ardeur langoureuse, tressaille…

Je passe mes mains sur ses cuisses, entre ses cuisses pour les écarter, puis la fait s’empaler sur moi. Elle se retient de moins en moins. Puis son mari freine, arrête la voiture sur le bas-côté de la route.

Madame sort de la voiture. Son mari descend lui aussi. Nous sommes tous les trois dans la nuit. Son mari s’approche d’elle et lui roule un patin sous mes yeux. C’est à ni rien comprendre ! Il glisse sa main sous les vêtements de Madame. Elle se raidit. Il remonte sa robe, qu’il coince à sa ceinture. Sa culotte remise à la va-vite, il la fais rouler jusqu’en bas.

Il me demande de m’agenouiller devant elle, lui ouvre les cuisses, et et m’ordonne de la lécher. Elle est brûlante et mouillée, je la bois. Elle n’ose pas me repousser. Elle écarte les jambes. Adossée contre la portière, elle s’abandonne à mes coups de langue. La main de son mari vient caresser ses cheveux.

Puis il lui ordonne de me sucer. Elle prend ma virilité dans sa bouche et je sens mon sexe durcir entre ses lèvres. Ses mains caressent mes bourses. Elle est agenouillée soumise, à se faire labourer la gorge. Son mari tire encore sur la jupe pour la remonter jusqu’à la taille, pour qu’il puisse mater ses fesses pâles et dodues. Il va les câliner, les cajoler, passer sa langue au milieu, tout en pétrissant ses hanches, sa taille fine, son ventre…

Il lèche son majeur et son index, les lui introduis doucement. Elle gémit. Il retire ses doigts, les fais lécher à Madame qui s’en délecte.

Puis il l’attrape, la redresse, la retourne contre la voiture, la trousse. Il saisit ses hanches, colle sa queue contre le sexe de sa femme. Elle brûle d’être transpercée. Il la fait se tordre d’impatience, passe sa queue entre ses cuisses plusieurs fois, entre les plis qui s’ouvrent, sur le clitoris, puis à l’entrée de la fente. Il glisse à peine, entre et sort… Elle halète, elle adore ça qu’on la fasse languir…

Il se cale entre elle et la voiture. Elle a les yeux mi-clos, la bouche ouverte, les seins frémissants aux tétons qui perlent, durs comme des bijoux, la chair de poule et son ventre tendu, tout en elle réclame le plaisir de la luxure. Je caresse son visage. Elle se frotte comme un chat contre mes paumes pendant que son mari lui enfonce sa verge.

Il ressort sa queue presque entièrement et lui en remet un coup. Ses soupirs nous excitent. La dame pose ses mains sur la tôle, écarte ses jambes, creuse ses reins pour le sentir plus profond encore.

Il lui ouvre plus largement les jambes. Elle gémit fort maintenant. Je lui pétris les seins, lui les fesses, il s’accroche à ses hanches pour qu’elle s’empale sur lui. Elle râle. Elle jouit comme une chienne lubrique

Elle s’abandonne. Mais son mari la met soudain à genoux. Elle se laisse faire comme une poupée de chiffons. Nous nous astiquons au-dessus de son visage. Elle ouvre la bouche. Et nous explosons sur elle.

Toutes les couples ont besoin de vivre leurs fantasmes avec un gentleman qui les respecte, je suis disponible pour vous faire vivre des moments de bonheur sans risque. Je peux vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous faire crier de plaisir mais toujours avec respect. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Contactez moi: man.jean@yahoo.fr ou +33(0)755186013

https://escortboy.org

http://jeancortboy.sitew.fr


  • 0

Le meilleur divertissements pour adultes à Paris – Escort Boy Hétéro pour femmes ou couples

Category:Couple,escort boy,Femmes Tags : 

L’escort boy l’excitait d’une façon qu’elle n’aurait jamais crue possible, et tandis qu’une petite voix lui conseillait d’y aller doucement, une voix bien plus retentissante lui ordonnait de sauter sur l’occasion sans se poser de questions. D’en profiter à fond.
Tout en l’embrassant, l’escort boy avait passé un bras dans son dos et sa main venait de trouver la fermeture de sa robe. Il s’immobilisa.

La jeune femme n’avait jamais connu de nuit sans lendemain avec un homme, et la facilité avec laquelle elle lui répondit la stupéfia.

Elle ne savait rien de l’escort boy, juste son prénom Jean. L’escort boy était une nouvelle connaissance, mais ce n’était pas un vraiment un inconnu car en lisant ses histoires sur le net, elle avait l’impression de bien le connaitre, c’était un gentleman libertin qui aimait les femmes plus que tout. De toute façon, une enivrante combinaison de vin et de désir sexuel incitait La jeune femme à se convaincre de n’importe quoi.

L’escort boy ne sortirait pas de cette chambre avant de lui avoir donné un orgasme. C’était aussi simple que cela.

Fort heureusement, il semblait partager cet objectif. Il fit glisser la fermeture de sa robe avec une lenteur calculée, ses doigts frôlant sa colonne vertébrale, la pointe de sa langue serpentant sur sa lèvre inférieure.

La jeune femme faillit bondir hors de sa robe, ce qui aurait été une excellente chose car ils auraient alors pu entrer directement dans le vif du sujet. Vibrante de désir, elle fut incapable de réprimer un gémissement lorsqu’elle s’agrippa à ses bras pour éviter de perdre l’équilibre. Ça faisait deux ans, trois mois et trois semaines qu’elle n’avait pas fait l’amour.

Elle glissa un regard vers l’escort boy pour jauger sa réaction. Son regard s’était assombri et il respirait plus fort, son torse se soulevait et s’abaissait rapidement.
Il ne dit pas un mot. Il se contenta de faire glisser sa robe sur ses épaules et le long de ses bras, dégageant son buste. Ses hanches la retinrent un instant, mais l’escort boy tira dessus pour qu’elle retombe autour de ses chevilles et La jeune femme se retrouva en culotte et soutien-gorge, juchée sur ses hauts talons. Un rapide coup d’œil lui assura qu’elle portait heureusement une culotte.

Elle n’eut pas le temps de cligner des yeux que l’escort boy avait déjà dégrafé son soutien-gorge. Hum. Elle sentit immédiatement le contact humide de ses lèvres autour d’un de ses mamelons. Aucun vibromasseur au monde ne remplacerait jamais ça. Un gémissement lui échappa, et ses mains affermirent leur étreinte sur ses biceps. Cette sensation lui avait si cruellement manqué… La succion de ses lèvres déclencha une délicieuse contraction de son bas-ventre, et elle renversa la tête en arrière.

Les bretelles du soutien-gorge avaient glissé le long de ses bras, et l’escort boy s’appliqua à l’en débarrasser sans cesser de prodiguer les attentions de sa langue à ses seins, passant alternativement de l’un à l’autre, sa main libre soulevant délicatement celui dont il s’occupait. La jeune femme sentit son souffle se bloquer dans sa gorge quand ses caresses s’intensifièrent et qu’il entreprit de mordiller ses mamelons, mais elle sursauta carrément lorsqu’il immisça une main sous l’élastique de sa culotte pour lui pétrir les fesses. Elle ne s’était pas attendue à cela, mais elle ne s’en offusqua pas et apprécia au contraire ce geste intime et audacieux, la sensualité qu’il manifestait à explorer son corps.

Quand sa main glissa sur sa hanche pour investir les replis moites de sa chair, une décharge de plaisir la traversa de part en part, et elle se demanda comment elle allait faire pour mener cette aventure à son terme sans voler en éclats. S’il s’avisait de se plaquer contre elle, elle serait incapable de rester debout.

Étant donné qu’il avait le droit de toucher ses fesses, La jeune femme se dit que rien ne l’empêchait d’en faire autant. Ses mains descendirent pour se placer sur leur cible, puis s’immobilisèrent sans trop savoir ce qu’elles pouvaient faire à partir de là. Elle ne s’était jamais amusée à pétrir les fesses d’un inconnu et ignorait tout des règles de ce jeu étrange et excitant.

Le gigolo mordit alors son mamelon, assez fort pour déclencher un frisson dans tout son corps, et ses mains agrippèrent instinctivement ses fesses pour l’inciter à se plaquer contre elle. Les muscles qu’elle découvrit alors sous ses doigts et contre son ventre lui insufflèrent l’audace qui lui faisait défaut. Ses mains se mirent à explorer avidement son corps, et La jeune femme eut un sourire de satisfaction lorsqu’elle l’entendit retenir son souffle.

Elle se demanda au cours d’un bref instant de panique si elle était assez belle et désirable aux yeux d’un homme comme l’escort boy. Mais il coupa court à ses doutes d’un lent baiser sensuel et d’une guirlande de bisous tout doux le long de son cou, qui s’acheva par un baiser sur chacun de ses tétons. S’agenouillant devant elle, il fit courir la pointe de sa langue autour de son nombril, l’y plongea, puis traça un sillon humide à droite et à gauche, juste au-dessus de l’élastique de la culotte.

Le gentleman pour femmes exigeantes embrassa l’empiècement de dentelle qui recouvrait son mont de Vénus, puis l’intérieur de ses cuisses, tout en les effleurant par-derrière du bout des doigts, et La jeune femme oublia ses soucis. Elle oublia tout sauf le désir qui l’enflammait, son besoin dévorant de le sentir en elle.

Il manifestait si ouvertement son envie de l’explorer tout entière qu’elle se sentit merveilleusement désirable et se contenta de mordre sa lèvre inférieure, les épaules rejetées en arrière, sa chevelure retombant souplement dans son dos. C’était bon, c’était délicieux, et elle allait coucher avec cet homme ! Quand il se redressa et l’incita à reculer, elle ne lui opposa aucune résistance et s’allongea sur le lit.

Lorsque ses doigts plongèrent sous l’élastique de sa culotte, ultime morceau d’étoffe à la recouvrir, et la firent glisser le long de ses cuisses, elle chassa un sursaut de pudeur et déglutit, les yeux tournés vers le plafond, pour se maîtriser. Elle avait vraiment envie de ça, envie de savoir qu’elle était toujours une femme. Il déposa un baiser au creux de son entrejambe. Oui, songea-t-elle alors, elle était toujours une femme, capable de donner et recevoir plaisir et passion. L’heure avait sonné de retrouver son identité, de redevenir un être sexué et de ne penser qu’à elle.

La langue de l’escort boy remonta lentement sur sa chair, comme s’il cherchait à en savourer le goût. Il écarta son visage, lui tirant un gémissement de frustration, puis renouvela ses caresses uniquement de la pointe de sa langue, dont les mouvements légers et rapides encerclèrent habilement son pistil d’amour sans jamais le toucher. La jeune femme remua les hanches, désireuse d’aller plus loin, le corps tendu à l’extrême par le puissant désir qui montait en elle.

Ses mains se refermèrent sur le drap et elle s’efforça de penser à respirer, lutta pour empêcher son corps de se tordre et de céder à la puissante extase qui s’emparait d’elle, la mettant au supplice. Elle ne voulait pas avoir l’air en manque, pitoyablement affamée de désir. Elle voulait qu’il la trouve belle, élégante.

La langue de l’escort boy s’insinua en elle et La jeune femme décida d’envoyer promener tout souci d’élégance. L’avait-elle jamais été, de toute façon ? Et pourquoi se retenir, se priver de cette merveilleuse expérience ? Au point où elle en était, elle pouvait bien laisser tomber ses vieilles inhibitions et s’abandonner au plaisir des sens.

Elle creusa les reins, agrippa ses cheveux des deux mains et poussa le gémissement le plus retentissant qu’elle ait jamais émis. Elle en retira une satisfaction intense. Extrême. Prodigieuse.

Le coup de langue tiède dont son amant gratifia enfin son jardin secret la libéra d’un seul coup des deux années d’abstinence qu’elle s’était infligées, et elle se laissa submerger par le tourbillon de l’orgasme.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
site: www.escortboy.org


  • 0

Le triolisme : comment assouvir ce fantasme quand on est en couple avec un escort boy

Category:candaulisme,Couple,triolisme Tags : 

Ce soir, mon mari et moi sommes partis à l’assaut de la piste de danse. Il y a trop longtemps que je ne suis pas sortie en boîte et que je n’ai laissé mon corps s’exprimer. J’ai envie de me jeter dans la foule et de sentir les corps se frotter contre le mien. Et si je trouve un deuxième mâle à mon goût… pourquoi pas ?

Mon mari va s’assoir et me regarde de loin danser sur la piste. Il fait chaud, mais je me trémousse comme si j’avais le feu aux fesses. J’aime sentir la musique qui vibre en moi et la façon dont ma jupe se soulève lorsque je pivote. L’air frais entre mes cuisses est une bénédiction.

Tous ces danseurs en sueur m’excitent et je ne suis pas mécontente de sentir un corps se coller au mien. Un gentleman se frotte par-derrière. Même si les mouvements sont furtifs, j’imagine son érection contre ma croupe et je retiens ses mains lorsqu’elles se posent sur ma taille.

Je me déhanche davantage et frotte mon postérieur contre lui. Cette fois, ce n’est pas mon imagination qui me joue des tours. Il y a bel et bien une tige dure contre le haut de mes fesses.

Je recommence à bouger lascivement, reviens vers lui et il me serre dans ses bras. Le rythme ne se prête pas à ce genre de danse, mais j’ai envie de sentir son érection, encore. Il se déhanche, se frotte contre moi et de sentir son sexe érigé me donne envie de bouger davantage.

Subtilement, je déplace mes mains, puis le caresse furtivement sur le torse, descends jusqu’à son ventre et reprends mon geste dès que je frôle ce qui déforme à peine son jeans. Ses mains sur mes hanches se raidissent, puis me serrent Le corps en feu davantage contre lui.

Sa bouche se glisse dans mon cou, m’embrasse de façon délicieuse alors que son bassin donne de petits coups prometteurs contre moi. Ma parole, il le fait exprès ! Dans une tentative forcée pour garder la tête froide, je reporte mon attention sur lui.

Ses bras me ramènent contre lui et il frotte délicatement son nez contre le mien avant de dire. Il me propose de boire un verre et j’accepte sans hésiter. D’abord parce que j’ai soif, mais aussi parce que j’espère qu’il me proposera d’aller le boire ailleurs. Chez lui, par exemple, en position horizontale. Ou verticale. Qu’est-ce que je m’en fiche ! Je suis même un peu déçue qu’il m’entraîne dans le fond de la salle, loin de la sortie, et à une table où mon mari est déjà là, en train de siroter une bière.

A cet instant, je comprends que mon mari a organisé cette sortie pour me faire vivre un expérience de triolisme avec un escort boy dont il m’avait parlé quelques semaines auparavant et cette idée m’avait alors beaucoup plus.

En moins de trois secondes, je me retrouve en sandwich entre deux hommes dont l’un des deux est mon mari et je suis la première surprise lorsque la main de l’escort boy se glisse entre mes cuisses. Autant j’en avais envie, autant ça me gêne qu’il le fasse alors que mon corps est contre celui de mon mari qui ne m’a pas dit le moindre mot.

Avec un visage souriant, il me fixe tout en remontant sa main vers mon jardin secret, se met à le caresser à travers la culotte. Pour le principe, je pose ma main sur son avant-bras, mais en réalité, je ne le retiens pas du tout.

Surtout lorsque je sens le plaisir se faufiler dans mon bas-ventre. En fait, je crève d’envie qu’il contourne le tissu et qu’il me fasse jouir ici. Pourquoi est-ce qu’on irait ailleurs, après tout ?

À son tour, mon mari m’enlace et je me retrouve dans les bras de mon mari pendant qu’un homme inconnu me tripote sans hésiter. Ça me plaît, deux hommes. L’escort boy ralentit ses caresses sur mon jardin secret en feu.

Je ferme les yeux. Mon corps s’abandonne à eux. L’un qui m’embrasse dans le cou, l’autre qui me fait grimper au paradis. C’est rapide. Probablement parce que je ne retiens rien du désir qui m’anime et de cette envie de perdre la tête qui me ronge depuis que je suis là.

Une bouche s’écrase sur la mienne pendant que je gémis et les bras qui m’enserrent la taille se raffermissent. Je suis délicieusement coincée entre deux hommes et je viens de jouir à la vue de tous. Pourtant, quand j’ouvre les yeux, je vois que personne n’a eu le loisir d’admirer le spectacle.

Retirant ses doigts de ma chair vive, Jean pousse une bière vers moi. Celle de mon mari, je crois, mais je m’en fiche. Je la prends et cale ce qui en reste d’un trait. Ça me fait un bien fou et je le remercie du regard.

D’habitude, mon mari me laisse me taper des femmes à l’occasion, mais ce soir, il avait envie de… de voir. Ou peut-être d’essayer. Il ne sait pas trop, en fait.

L’escort boy me demande si je veux qu’il me fasse l’amour devant mon mari et peut-être que mon mari voudra jouer avec nous. Je suis sûr qu’il ne dirait pas non à une jolie bouche sur sa queue.

Pour le principe, je fais mine de réfléchir, mais mon bas-ventre m’indique qu’il est plus que d’accord à l’idée d’être baisée devant un mon mari.

Dix minutes plus tard, nous retournons à notre appartement du centre-ville. Je me sens bizarre d’être là, avec deux hommes, mais je n’ai pas peur. Ou sinon de ne pas jouir à ma faim. Mais les doigts de Jean m’ont déjà convaincue qu’ils savaient mener une femme au septième ciel. De ce fait, je ne m’inquiète pas trop.

Mon mari nous propose de quoi boire, visiblement nerveux d’être là, mais je m’avance vers la baie vitrée avant de me tourner en direction de Jean, une main nonchalamment posée entre mes seins. Ni une ni deux, il écrase sa bouche sur la mienne et fait glisser les bretelles de ma robe sur mes épaules, tire mon vêtement vers le bas, dévoile ma poitrine, menue il est vrai, mais ferme. Enfin, il s’agenouille pour me retirer le tout.

Personnellement, la technique aurait été plus simple s’il avait glissé la robe vers le haut, mais un homme à mes pieds, ce n’est pas pour me déplaire. En plus, ça lui permet de me retirer ma culotte qui est plutôt bien trempée. Dans sa position, il remonte une main entre mes cuisses. Je me régale, puis je regarde mon mari qui nous observe assit sur le fauteuil.

Jean se penche pour retirer le reste de ses vêtements. Mes yeux sont décidément très sollicités. D’abord vers le sexe bandé de l’homme devant moi, mais aussi sur le visage souriant de mon mari qui se délecte de cette situation un peu à l’écart. Je donnerais cher pour les avoir tous les deux à mes genoux.

Décidément, ce jeu me fait mouiller comme une folle. Assez pour avoir envie d’attirer mon mari dans le jeu. Avec un peu de bonne volonté, il va se masturber devant moi ou me laisser sucer sa queue pendant que l’escort boy s’occupera de me pilonner à bon rythme. il faut que je me calme, autrement je ne pourrai pas me concentrer et je vais perdre la tête en trois secondes.

Jean me ramène vers lui, pose un baiser délicat sur ma bouche, comme pour vérifier que ça ne me dérange pas qu’il m’embrasse. Au contraire !

S’il pouvait le faire un peu plus bas, ce serait même parfait ! Je réponds à ses lèvres qui se mettent à me dévorer. Son excitation est vive et pas seulement dans son baiser. Son sexe se frotte sur moi et je le saisis d’une main. Comme lui, il est long et lisse.

De quoi me faire passer une très belle nuit. Je gémis en le masturbant doucement, puis je me souviens de ses paroles au club et à la possibilité d’avoir la queue de mon mari dans ma bouche en prime. Sans attendre, je me laisse tomber sur le sol pour commencer une fellation. J’y mets toute ma détermination pour le rendre fou. Plus il jouira fort, plus notre spectateur voudra se joindre à nous. Et moi, juste à cette idée, j’y investis toute mon énergie.

J’empoigne ses fesses bien fermes et les pousse vers moi. Sa queue gonfle sur ma langue, se gorge de sang et ne demande qu’à jouir. Je le sens.

Quand il se met à grogner comme un animal, je retiens mon rire, mais je ne peux m’empêcher de jeter un œil en direction de mon mari qui s’est approché de nous, la queue dans une main et l’astiquant à bon rythme. Je me détache de Jean et je fixe la seconde verge.

Je ne sais pas si c’est une invitation, mais il se laisse tomber sur le canapé et relâche son sexe. Délaissant Jean, je me jette sur l’autre queue, à peine moins longue que la première, mais plus épaisse. Dans ma bouche, j’avoue qu’elle occupe un espace considérable et qu’il ne me déplairait pas de la sentir autre part.

Les doigts de l’escort boy reviennent en moi, me caressent vite et pourraient probablement me faire jouir en quelques secondes, puis je l’entends qui me questionne à voix basse, les doigts complètement au fond de mon sexe. Il me demande si je veux qu’il me prenne.

Mon corps lui répond en se mettant à couler sur lui, puis je gronde en faisant danser ma croupe, la verge de mon mari toujours entre mes lèvres. Du coin de l’œil, je le vois qui s’éloigne et il jette une boîte de condoms sur le sol, près de moi, avant d’en enfiler un. Je m’écarte.

De moins en moins capable de me concentrer sur la fellation que je prodigue à mon mari en sachant que je serais de bientôt prise en sandwich. Quand Jean s’agenouille derrière moi et me pénètre d’un coup, je gémis. Une main se pose sur ma taille, une autre sur ma tête.

Ma voix s’emporte sous le plaisir, la sienne se fait entendre. Contrairement à Jean qui jouit en grognant comme un animal, mon mari a un souffle bruyant, comme s’il retenait le son qui pourrait s’échapper de sa bouche. Moi, je n’ai pas ce problème, en ce moment, puisque j’ai la bouche bien remplie.

Je change parfois de technique pour vérifier s’il préfère quand je caresse ses testicules ou quand je fais glisser ma langue sur son gland. Derrière moi, l’escort boy s’active et commence à me faire perdre la tête. Jouir la bouche pleine, j’avoue que ça ne m’est pas arrivé souvent, alors je peine un peu à garder le rythme de ma fellation, finit par tout arrêter pour reprendre mon souffle, puis me mettre à gémir comme une folle en espérant que mon amant ne s’arrête pas maintenant.

Mon mari, que j’ai cessé de sucer, se met à se masturber, le regard rivé sur moi et la bouche grande ouverte. Lui, c’est un voyeur et de me voir jouir ainsi, ça lui plaît, j’en suis sûre. Quand j’explose, je serre les cuisses de mon mari entre mes doigts et hurle comme le ferait un loup à la lune.

Un jet de liquide me gicle en plein visage et un râle se fait entendre. Mon mari décharge sur moi en retenant son cri. Je souris devant sa perte de contrôle, mais je reporte rapidement mon attention vers l’arrière où Jean s’active de plus en plus vite. Lui, il a vraiment une voix bestiale quand il crie, mais il est comme moi : il ne se retient pas et s’enfonce complètement pour venir en moi.

Je sens sa barre de fer qui pulse, mais je ne suis pas mécontente qu’il ait mis une capote. Puis Jean m’étend sur le sol et m’écarte les cuisses devant mon mari. Je suis bien, calmée par mon précédent orgasme, et prête à subir tous les coups de langues qu’il voudra bien me donner, quoique je préfère les coups de queue, ça, je ne mentirai pas là-dessus. En même temps, j’avoue que ça m’excite de sentir le regard d’une tierce personne sur moi, alors que je suis dans une position pareille.

L’escort boy a une bouche de rêve. À voir, à embrasser, mais bien plus agréable quand elle est sur mon sexe. Il sait comment lécher une chatte, ça, je ne peux pas le nier. Sait-il autant y faire avec une queue ? Je ferme les yeux, savoure son coup de langue et je gémis pour lui montrer que ses doigts ont tout à fait leur place dans mon ventre.

Je me concentre sur les sensations plutôt que sur les explications de Jean. Des doigts me palpent, entrent en moi, touchent mon jardin secret, parfois doucement, parfois de façon rude. Enfin, ils passent aux choses sérieuses. L’escort boy recommence à embrasser mon intimité et sa langue me titille agréablement. J’avoue que je perds le fil de ce qui passe, mais je sens que mon mari prend le relais. Il est gauche et plutôt maladroit, mais d’une main sur sa tête, je le guide. Ses lèvres sont fermes et quand il frôle mon jardin secret de sa langue ferme, je frissonne en gémissant.

La bouche entre mes cuisses, mon mari se démène. Une chose est sûre : il apprend vite ! D’autres doigts se joignent aux miens sur sa tête, l’écrase Le corps en feu sur mon sexe et je me cambre de plaisir. L’escort boy se glisse à mes côtés et me sourit.

Il se met à m’embrasser avec fougue. Sa main se pose sur ma poitrine, puis griffe délicatement mon ventre. Toutes ces bouches sur moi, ça me rend folle. Je sens que je vais perdre la tête. Mon corps se met à se tortiller et je noue machinalement mes bras autour du cou de Jean pour le serrer contre moi. Notre baiser devient rapidement une plainte et je jouis sans retenir le plaisir que mon mari me donne. Je veux qu’il entende tout ce qu’il provoque en moi. Et je songe, non sans une petite pointe de triomphe, qu’un homme vient de me lécher mon pistil d’amour jusqu’à l’orgasme.

L’escort boy ne cesse plus de m’embrasser, puis mon mari apparaît de l’autre côté et je me jette sur lui à son tour, dévore sa bouche. Même en rêve, je n’aurais espéré apparaître ainsi, entre deux hommes, mais chacun paraît content de son sort. Moi la première ! Jean caresse délicatement mon jardin secret, puis fait chanter mon sexe avec le bout de ses doigts qu’il trempe à l’intérieur.

L’intermède se termine et je vérifie du côté de mon mari qu’il a envie de me prendre, lui aussi. Mon mari ne répond pas, mais je lui fais signe de venir devant moi, déterminée à le sucer pendant qu’il patiente. Il marche à genoux jusqu’à moi, mais au lieu de rester debout, il s’étend sur le dos et je grimpe sur lui pour plonger son sexe dressé entre mes lèvres. Derrière, j’entends le sachet du préservatif que l’on déchire et je suis concentrée sur ma tâche lorsque Jean me prend doucement.

Moi aussi, j’adore, mais je ne peux pas lui répondre puisque je dévore une jolie queue et tente, difficilement, de me concentrer sur la jouissance que je provoque chez mon mari. Embrochée de toute part, je me sens fébrile. Mon corps est hyper sensible et j’ai la sensation que mon sexe frétille chaque fois que Jean me pénètre. Peut-être que c’est la situation qui me rend aussi excitée ou juste le fait d’avoir eu mon lot d’orgasmes, ce soir.

Pourtant, je n’ai pas envie que ça se termine. Quand je m’empale sur la queue de mon mari, large, je ne retiens pas mon râle de satisfaction. Surtout que le corps de l’escort boy se colle au mien, par-derrière, et qu’il m’empoigne la poitrine.

Ses mains me touchent et je sens celles de mon mari qui enserrent mes cuisses. Quand il remonte son bassin, je hoquète de surprise et de plaisir. L’escort boy cherche à trouver mon jardin secret et je suis tellement prête à jouir que c’est à peine si je l’entends dire à mon mari d’attendre un peu.

Pourquoi ? N’est-ce pas un peu cruel de le brimer ainsi alors qu’il se fait prendre par sa femme ? Ah et puis, qu’est-ce que je m’en fiche, au fond. L’important, c’est que moi, j’explose. Et je le fais dans un cri qui m’irrite la gorge, en sautillant sur mon mari comme une furie, arquée vers l’arrière.

Je retombe vers l’avant, enlacée par les bras de mon mari, mais Jean me fait tomber sur le côté et je me retrouve à nouveau en sandwich entre deux hommes adorables. Ils m’embrassent pendant que je recouvre mes esprits. L’un sur la bouche et l’autre dans mon cou. Des mains se promènent sur moi. Je suis un jouet pour eux et je les laisse me toucher sans rechigner.

Mon mari sourit sous mes lèvres et je sens ses doigts qui viennent se loger en moi, puis titiller mon jardin secret. Ah oui, il apprend vite ! Pendant que je me laisse bercer par ses caresses, je sens Jean qui caresse mon petit trou.

Malgré moi, je me raidis. Pas que ça ne m’est jamais arrivé, mais je ne peux pas dire que j’apprécie ce genre de pratique plus qu’il n’en faut. Percevant mon hésitation, il cesse de bouger son doigt.

Je n’ose pas lui dire que les deux fois où c’est arrivé, j’étais complètement saoule et que, la première, c’était loin d’être une partie de plaisir. Et là, deux hommes allaient y passer ? Mon regard se pose dans celui de mon mari et je soupire, chassant les réserves qui m’animent.

Il recommence à bouger son doigt, puis en ajoute une deuxième. Probable qu’il a raison, car je ne ressens aucune douleur. Enfin… de ce côté-là. En réalité, ce sont les caresses de mon mari qui s’intensifient sur mon jardin secret qui accaparent mon attention.

L’escort boy demande la permission à mon mari de me prendre par derrière, celui-ci hoche la tête. Mais au lieu de me prendre, il glisse sa langue entre mes fesses et se met à me lécher. C’est très étrange et pendant un moment, même si je ne dis rien, j’avoue que ça me gêne.

Jean se glisse devant moi, à la place où se trouvait mon mari, il n’y a pas deux minutes, puis je le vois qui récupère un préservatif. Bordel, la boîte est presque vide.

Heureuse de ne plus avoir à penser à ce qui se passe de l’autre côté, je me glisse vers sa verge et me fais une joie de le reprendre entre mes lèvres.

L’avantage d’avoir deux hommes, c’est de toujours avoir une queue sous la main. Les yeux empreints de désir, il me fait signe de venir m’empaler sur lui, ce que je fais sans attendre. Ses bras me serrent et je sens le corps massif de mon mari se frotter contre le mien. Pendant que je chevauche Jean, il me glisse deux doigts derrière et soupire.

Je ne sais pas pourquoi, je frétille d’envie. La voix de mon mari me semble empreinte de désir et moi, je me sens complètement offerte à leur plaisir. Je n’ai rien à faire à part me déhancher et les laisser faire tout ce qu’ils veulent de moi. Même si je tente de me contracter, je sens que tous mes orifices s’ouvrent et plus il me doigte, moins je sens ma peau s’étirer.

Puis les mains de Jean me guident pour me sodomiser dans cette position. Je le fixe sans comprendre, légèrement anxieuse d’être au-dessus de lui. Contre toute attente, je glisse sans difficulté sur sa queue et son sourire s’affirme aussitôt.

Jamais sexe ne m’a parut aussi gros qu’à cet endroit. Selon l’angle dans lequel je me trouve, ça tire un peu, mais ce n’est jamais très désagréable.

Par précaution, j’évite de m’empaler complètement dessus. Je ne sais pas pourquoi, ça m’effraie. Pourtant, c’est plutôt doux comme pénétration. Rien à voir avec mes autres expériences.

Même si Jean me guide, j’expérimente. Tantôt penchée vers l’avant, puis cambrée vers l’arrière. J’avoue que je suis un peu déséquilibrée par ma position, mais quand je me dresse un peu plus et que mon bassin donne un petit coup sec pour se replacer, les mains de Jean me retiennent en place.

Je reprends le mouvement et je ferme les yeux, intriguée de sentir une petite vague de chaleur agréable qui se faufile en moi. Je suis loin de l’orgasme, mais je vais peut-être y prendre du plaisir. C’est déjà ça ! Sans réfléchir, j’accélère, cesse d’avoir peur de le prendre tout en moi et je fais semblant que je baise comme d’habitude. Je me mets à le chevaucher.

Doucement, d’abord, puis de mieux en mieux. Je ferme les yeux, légèrement étourdie par les sensations qui grimpent en moi. Je n’y arriverai jamais, mais soudain, ça me paraît possible de jouir ainsi. Quand le plaisir apparaît, je deviens complètement folle.

Je galope sur mon cheval et je sens mon membre qui se gonfle chaque fois qu’il se frotte sur la chair de Jean. Lui, il gémit de plus en plus fort, toujours comme un animal, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’il perde la tête. Trop tôt pour moi, mais je suis tellement avide de poursuivre que je continue de me déhancher tant que son érection n’est pas complètement disparue.

Derrière moi, mon mari se manifeste à son tour et me pousse vers l’avant, m’oblige à relever la croupe vers lui. La virilité de Jean s’échappe de mon corps, mais une autre, vigoureuse et prête à l’emploi, plus large aussi, vient m’embrocher. Dès la première pénétration, je lâche un cri.

Il me pénètre à nouveau. Doucement, puis fort, cognant son membre en moi et me faisant sursauter à chacun de ses passages. Je me mets à jouir, juché sur le corps de Jean, bien que sa présence disparaisse rapidement de mon esprit. Les coups de queue de mon mari vont me rendre folle. Tout ce que j’arrive à dire, ce sont des « oui » que j’espère suffisant pour ne pas qu’il s’arrête tant que je ne suis pas arrivée à destination.

Il me secoue en Le corps en feu grognant, puis s’acharne de plus en plus rudement sur mon postérieur. Je ne sais même plus quand l’orgasme me saisit tellement c’est rapide. C’est un feu qui gronde en moi et qui semble se répandre partout dans mon corps. Je crie.

À gorge déployée, la croupe emprisonnée sous ses mains, mais le dos cambré et la tête vers le ciel. Je reste là, prise dans l’ouragan qui vient de s’abattre sur moi quand la jouissance de mon mari me ramène à la réalité. Sous moi, L’escort boy m’observe, un bras replié derrière la tête et un sourire moqueur inscrit sur ses lèvres.

Je l’embrasse pendant que mon mari se retire, puis je sens d’autres bras qui me tirent sur le côté. Encore une fois, je suis prise en sandwich entre quatre bras qui m’étreignent. Je ferme les yeux. J’oublie tout. Je suis tellement bien.

                                                        ***

Avez-vous des fantasmes à explorer ? Beaucoup de couples rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivre. Vous êtes tous en droit de profiter de la compagnie d’un gentleman qui traitera votre compagne comme une lady et ne jugera pas votre envie de sexe et de plaisir sans lendemain pour vivre un fantasme. Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de divertir votre couple. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org


  • 0

Son mari se passa la langue sur les lèvres et alors que Jean remontait le soutien-gorge de sa femme par dessus ses seins.

Category:Couple

En attendant l’heure du rendez-vous, Madame ressentait une pointe d’excitation. Sous son chemisier, ses seins pointaient. En fermant les yeux, sa chatte mouillait déjà en s’imaginant en train de se faire baiser par son mari et le gentleman qu’il avait contacté. Jean arriva à l’heure et son mari le fit entrer dans le salon. Ils prirent un coupe de champagne afin de se détendre.

À la façon dont le gentleman la regardait, elle devinait sans difficulté qu’il avait envie d’elle. D’ailleurs, elle en avait envie aussi. Elle avait envie de vivre cette expérience devant les yeux de son mari consentant.

Madame sentit une douce chaleur se répandre dans son corps. Elle avait des frissons dans le ventre. Elle avait appuyé ses fesses contre le bord du bureau du salon et Jean vint à côté d’elle, tout près. D’une main, il lui caressa les cheveux, défit avec douceur l’élastique qui retenait ses mèches blondes en queue-de-cheval.

Ses cheveux se répandirent sur ses épaules. C’était l’approche la plus directe et la plus sans gêne qu’elle avait connue. Il ne s’expliquait pas, ne cachait pas ses intentions comme s’il était sûr qu’elle allait se laisser faire. Et c’est d’ailleurs ce qui se passait.

Elle ne se reconnaissait pas elle-même. Son esprit commençait à s’embrouiller sous l’effet de l’alcool et de l’excitation. Son mari les observait avec délectation.

La main de l’inconnu passa de ses cheveux à sa cuisse. Il remonta sa jupe de quelques centimètres.

Le gentleman lui malaxait les seins à travers son chemisier. Il déboutonna son chemisier et l’ouvrit, dévoilant un soutien-gorge en dentelles noires. Son mari se passa la langue sur les lèvres et alors que Jean remontait le soutien-gorge de sa femme par dessus ses seins.

Il se remit à les malaxer l’un après l’autre et Madame gémit. Ses pointes étaient incroyablement dures. Son gentleman les fit rouler entre ses doigts. La jeune femme voulut l’attirer à lui pour l’embrasser mais l’homme repoussa avec douceur et fermeté ses bras le long de son corps.

Elle n’avait pas l’habitude qu’on la traite ainsi mais ça la chavirait de se transformer en poupée docile le temps d’une baise. Elle n’avait jamais fait ça de sa vie et ça commençait à la rendre folle.

L’homme avait repris ses seins dans ses mains et jouait avec, les soupesant l’un après l’autre comme s’ils étaient de la marchandise. Il gardait les yeux fixés sur eux et elle vit la bosse énorme qui déformait son pantalon.

Il lui ordonna de poser les mains sur le bureau. Frémissante, la jeune femme se tourna, posa les mains à plat sur le bureau. L’homme souleva sa jupe et la roula autour de sa taille, révélant son minuscule string noir ainsi que sa croupe ronde et ferme.

Il lui mit une claque sur les fesses qui la fit sursauter et pousser un petit cri. Il ne lui avait pas fait mal, son cri était un cri de surprise et d’humiliation. Elle se mordit les lèvres car elle n’avait jamais autant mouillé d’anticipation. Le mauvais traitement de l’homme aiguisait son désir, ses rêves inavoués de soumission et d’abandon.

Elle resta penchée, les mains sur la table, tête baissée, les fesses offertes et les seins sortis du soutien-gorge tandis qu’il promenait ses mains sur son corps.

Il l’explora et la regarda en toute tranquillité, prenant son temps, comme on évalue un objet dont on va se servir afin d’assouvir ses envies. Il lui pinça un mamelon, lui remit une claque sur les fesses, une autre sur les seins puis baissa son string.

Les yeux fermés, Madame lâcha un long gémissement quand l’homme glissa enfin une main entre ses cuisses. Elle était au-delà de la honte, absorbée par son excitation.

Elle mouillait énormément tellement cette situation était excitante alors que son mari les regardait en se caressant le verge qu’il avait sorti de son pantalon.

L’escort boy saisit son pubis, puis frotta sa main contre sa fente trempée, d’avant en arrière, répandant son humidité entre ses cuisses et ses fesses. La jeune femme ondula et tendit sa croupe en arrière, se cambrant le plus possible.

Il colla son pantalon contre elle et à travers le tissu, elle put sentir la dureté de son partenaire. Avec un frémissement, elle l’entendit défaire sa braguette. Il lui attrapa les cheveux, tira sa tête en arrière avec brutalité.

Il allait la fourrer comme une petite salope soumise par son mari. Il mit ensuite ses doigts dans sa bouche, l’obligeant à les lécher avant de recommencer à titiller les mamelons de la jeune femme. Sans retenue, il lui enfonça ses doigts dans la chatte et se mit à bouger en elle tout en caressant son clitoris du pouce.

Madame sentit une vague de plaisir l’envahir. Cette domination bestiale exercée sur elle lui faisait perdre tous repères et toutes limites. En cet instant elle n’avait plus aucune dignité, elle voulait juste que l’homme engagé par son mari la prenne et la fasse jouir.

Il cessa de la doigter pour enfiler un préservatif sur son membre énorme dressé pour elle. Il agrippa à nouveau la chevelure de la jeune femme pour lui faire voir l’emballage déchiré avant de le jeter sur la table sous son nez.

Le gentleman lui écarta les jambes du genou. Les fesses en l’air, elle se laissa coucher sur la table, la joue contre l’emballage du préservatif et miaula quand la queue de son amant taquina l’entrée de son jardin secret.

Il s’insinua en elle d’un coup, la remplissant et râla de plaisir lui aussi. Elle était bien serrée car la queue de Jean était longue et épaisse.

Il passa une main sous son ventre, recommença à lui agacer le clitoris tout en effectuant de lents va-et-vient. Les yeux mi-clos, plaquée contre la surface froide de la table, elle le vit regarder sa grosse bite lui rentrer dedans. Cette vision lubrique la mena sans qu’elle sache pourquoi au bord de l’orgasme. Elle haleta de plus en plus fort, emportée. Puis son mari s’approcha du couple en action.

La dame ouvrit les yeux et tenta de se redresser mais Jean plaqua une main contre sa nuque et s’allongea sur elle, sa queue toujours entre ses jambes.

Jean pressa un peu plus fort son clitoris, déclenchant une nouvelle montée de plaisir. Il lui lécha le cou et lui mordilla l’oreille avant de se relever.

Son mari s’approcha plus près, un sourire coquin aux lèvres.

Se faire baiser par un inconnu était déjà un fantasme inavouable mais elle savait qu’elle allait maintenant donner du plaisir à deux hommes en même temps ! Pourtant elle n’eut pas la force de se redresser. Comme elle ne réagissait pas, Jean recommença à empoigner ses hanches et à aller et venir dans sa chatte.

Sans se départir de son sourire, son mari effleura ses lèvres du doigt puis posa une main sur ses fesses. L’idée d’être manipulée et de servir leurs envies tel un jouet l’excitait au plus haut point. Ils allaient la rabaisser et la malmener jusqu’au bout et elle ne parvenait pas à lutter. C’était trop bon.

Malgré elle, la jeune femme recommença à gémir. Tandis que Jean continuait à la baiser, son mari commença à lui caresser les fesses, le dos et la nuque tout en la regardant se faire prendre. De sa main libre, il caressait sa verge.

La dame sentit l’orgasme monter. Elle s’abandonna complètement aux coups de reins de plus en plus violents de son amant et toucha le seuil de la jouissance quand deux doigts enfoncés dans son cul la firent redescendre un peu. Tout en commençant à se branler, son mari bougea ses doigts dans son anus avec un sourire vicieux. Il ne l’avait jamais touchée là. C’était sa toute première fois. La surprise la fit haleter de plus belle. Elle se sentait terriblement humiliée par cette intrusion, honteuse de se laisser faire et d’aimer ça.

Les doigts de son mari bougèrent lentement tandis que la bite de Jean la pilonnait à un rythme soutenu. Le contraste lui fit tourner la tête et elle ferma les yeux pour accueillir le plaisir qui grondait à nouveau. Mais avant qu’elle n’ait pu jouir, son partenaire se retira d’elle, ôta son préservatif et éjacula sur ses fesses dans un râle.

Tremblante, elle se laisse faire quand les mains de son mari prirent le relais. Il lui fit enlever son string jusque-là baissé à mi-cuisse, puis sa jupe. Les yeux rivés au sol, n’osant regarder aucun des deux hommes, elle obéit quand son mari lui intima de retirer sa jupe et de s’en servir pour s’essuyer.

Il saisit le bout de tissu souillé puis le posa sur la table à côté d’elle quand elle eut fini. Il lui déclara d’une voix froide qu’elle allait encore en avoir besoin. Après quoi, il la souleva sous les aisselles et l’aida à s’asseoir sur le bureau, cuisse grande ouverte.

Ainsi exposée et offerte, elle garda fermement les yeux baissés quand les deux hommes lui tripotèrent sans vergogne les seins et la chatte. Elle évitait leur regard et ne voyait que leurs mains sur sa peau de satin. Ils la doigtèrent l’un après l’autre, puis en même temps. Deux doigts dans le cul, deux doigts dans la chatte ; échangèrent en riant, en s’excitant mutuellement.

Les doigts noirs de son mari lui fouillèrent les deux entrées simultanément tandis que la main de l’escort byo lui claquait et lui pinçait la poitrine.

Maintenant si dur qu’il se sentait sur le point d’exploser, son mari saisit son épouse par les cuisses. Il la positionna à sa guise, ramena son bassin tout au bord du bureau et la pénétra. Comme Jean plus tôt, il observa sa verge aller et venir dans la petite chatte rose de sa cochonne de femme. On voyait bien les rondeurs de ses lèvres intimes car elle était parfaitement lisse en dehors de quelques poils blonds sur le pubis.

Il la tint par la taille pour bien lui rentrer sa bite à fond et les seins de la femme ballottèrent en rythme. Il sortit sa langue pour lui lécher les pointes à chaque fois qu’il s’enfonçait en elle.

Madame atteignit enfin l’orgasme sous l’œil des deux hommes. Les commentaires dégradants, la bestialité des ébats la poussaient au-delà de ses limites, de sa maîtrise habituelle. Elle découvrait la jouissance absolue, la liberté dans le fait d’être transformé en objet sexuel. Elle n’avait plus aucun effort à fournir, elle se contentait de se soumettre, de s’abandonner au désir de l’autre.

Trempée, elle se mordit la lèvre inférieure quand son mari se retira de sa chatte pour descendre un peu plus bas et se positionner à l’entrée de son anus. Jean lui caressa le ventre et les seins.

Jean lui mit un peu de gel pour la préparer et son mari enfonça sa verge de quelques centimètres entre les fesses de sa femme.

Elle poussa un petit cri. Son mari la pénétra en douceur, peu à peu, bougeant lentement pour qu’elle s’accoutume à lui et qu’elle n’ait pas mal. Alors que son mari faisait un effort pour contrôler la rapidité de ses allers et retours, Jean glissa sa main libre entre les cuisses de la jeune femme. Il lui mit un doigt dans la chatte avant de revenir titiller son clitoris.

Elle se laissa à nouveau aller, les cercles que traçait la main de son amant sur son intimité ranimaient son excitation.

Son mari grognait en lui bourrant le cul de plus en plus vite. Il la renversa sur la table, la forçant à se coucher à plat dos et lui releva les cuisses afin de mieux accéder à elle.

Son escort boy lui posa une main sur la gorge, serrant juste assez pour décupler les sensations de la dame et lui imposer une domination totale. Entre ses jambes, son mari passa de son anus à sa fente mouillée et commença à alterner, la baisant d’un côté ou de l’autre, à l’envie.

La jeune femme jouit une nouvelle fois tandis que son mari la relevait d’une main pour se finir sur ses seins. À bout de souffle, elle laissa le liquide crémeux couler sur ses mamelons et son ventre.

Une part d’elle aurait aimé que ce soit un simple rêve érotique afin qu’il ne puisse pas la juger. Mais c’était bien réel, elle se laissait sauter de la pire des manières par son mari et cet inconnu. Elle avait pris du plaisir comme jamais et remercia son mari et Jean de lui avoir fait vivre cette expérience hors limite.

***

Avez-vous des fantasmes à explorer ? Beaucoup de couples rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivres. Vous êtes tous en droit de profiter de la compagnie d’un gentleman qui traitera votre compagne comme une lady et ne jugera pas votre envie de sexe et de plaisir sans lendemain pour vivre un fantasme. Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de divertir votre couple. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org

 


  • 0

Tandis que le couple avançait dans le couloir, Madame sentit son estomac se nouer et serra la main de son mari.

Category:Couple

Tandis que le couple avançait dans le couloir, Madame sentit son estomac se nouer et serra la main de son mari. L’appréhension se mélangeait à l’excitation qui venait de l’assaillir à l’idée de la rencontre que son mari avait organisé. Elle continua d’avancer, les jambes tremblantes, risquant à chaque instant de vaciller sur ses talons. Elle persévéra, mais ce fut son mari qui frappa à la porte.

Elle ne savait pas à quoi s’attendre exactement, mais ce n’était sûrement pas à ce qu’elle vit lorsqu’une femme élégante et sexy ouvrit la porte.

La lumière de la chambre était tamisée et on pouvait entendre une musique douce et sensuelle, des bougies projetaient leur lumière vacillante sur les murs, un parfum délicat parfumait la pièce.

La femme leur fit signe de s’asseoir sur le lit situé sur la droite. Le gentleman sortit la bouteille de champagne du seau à glace, puis en fit sauter le bouchon avec délicatesse.

Elle essaya de ne pas engloutir avec avidité le contenu de la flûte qu’il lui tendit, mais elle avait la gorge sèche et était nerveuse.

Comment cela allait-il se passer ? La dame allait-elle se jeter sur son mari ? Etait-elle elle-même censée sauter sur l’homme ?

Elle l’avait observé lorsqu’il remplissait son verre, affichant un grand sourire. Elle n’était pas contre, mais elle culpabilisait d’avoir de telles pensées alors que son mari était assis à côté d’elle et qu’ils avaient les doigts enlacés.

Il était bel homme, avec les premiers boutons de sa chemise défaits. Elle ressentit de nouveau l’excitation monter en elle et elle remua maladroitement sur le lit, car sa robe en satin la faisait glisser.

Posant son verre, son mari commença à lui caresser les épaules. La sensation fut si agréable qu’elle laissa échapper un gémissement.

Après avoir fait un léger clin d’œil à sa partenaire, le gentleman se mit à faire la même chose avec elle. Un instant plus tard, Madame entendit le bruit d’une fermeture éclair qu’on descendait résonner dans l’atmosphère lourde et tendue de la chambre.

Elle ne put détacher son regard de la soie rosée qui glissait sur son corps pour révéler une peau elle aussi blanche et rose. Jane avait de seins magnifiques, visibles à travers un soutien-gorge transparent, presque de la même couleur que sa peau, et Madame observait les ficelles de son string descendre sur ses hanches à mesure que le gentleman la déshabillait.

Elle n’avait jamais été excitée à la vue d’une femme. Jamais elle n’avait pensé être autre chose qu’hétérosexuelle. Mais la vision des mains de l’escort boy sur le corps de sa collègue la fit frémir.

Elle voulait elle aussi sentir ses mains sur sa peau. Elle se retourna ; son mari était prêt, attendant. Il prit sa bouche et ses mains trouvèrent sa fermeture éclair. Elle eut un instant de panique en prenant conscience qu’elle serait bientôt aussi dénudée que l’était Jane, mais la sensation des mains de son mari sur sa peau effaça très vite ses dernières réticences.

Sa robe fut bientôt enroulée autour de sa taille. Les mains de son mari parcouraient son corps inlassablement, lui effleurant les seins, glissant entre ses cuisses, s’attardant dans tous les endroits qui l’avaient toujours fait vibrer.

Elle faillit faire un bond sur le lit sous l’effet de la surprise quand elle sentit d’autres mains sur elle.

Elle regarda alors derrière elle pour voir qui lui caressait les seins, même si elle connaissait la réponse. l’escort boy posa sur elle un regard lourd et elle sentit son souffle chaud sur sa nuque.

Elle se retourna pour voir comment Jane prenait le fait que son mari caresse les seins d’une autre femme. Elle était assise les jambes écartées au bord du lit, entièrement nue. Elle se caressait d’une main et ouvrait les lèvres roses de son sexe de l’autre.

Son mari faillit défaillir devant ce spectacle. Elle aurait dû être jalouse, mais la sensation qui l’envahissait était plus irréelle. Elle avait un sentiment d’étrangeté, mais elle était aussi incroyablement excitée de sentir des mains inconnues sur elle, des mains qui n’étaient pas celles de son mari, explorant toutes les courbes de son corps.

Quand l’escort boy écarta son mari du lit et lui fit signe d’aller sur le lit d’à côté avec Jane, elle n’était pas sûre d’apprécier la situation. Mais à cet instant, son mari l’embrassa, ce qui effaça ses doutes.

Jean fit en sorte qu’elle se retrouve allongée sur le lit, le dos sur le couvre-lit. Il ôta ses vêtements. Tous ses vêtements. Puis il vint au-dessus d’elle et elle sentit son sexe en érection contre son point sensible, à travers la dentelle de sa culotte.

La sensation de son corps sur le sien était si différente de ce qu’elle ressentait avec son mari… Et c’était si… bon, en même temps. Si tabou. Si excitant.

Elle remua nerveusement sous lui, sans trop savoir ce qu’elle voulait. Elle n’était pas prête à ce qu’il la pénètre. Pas du tout. Mais elle voulait quelque chose de lui, c’était sûr. Et elle ne savait pas du tout comment l’obtenir.

Un sourire malicieux sur les lèvres, il l’embrassa sur la bouche, puis descendit lentement le long de son corps. Elle sentit sa langue tout près de ses tétons, mais il les évita soigneusement.

Puis elle sentit son visage sur la dentelle de sa culotte. Elle se figea. Elle était incroyablement excitée, mais ce qu’il s’apprêtait à faire était si… intime… Elle n’arrivait pas à croire qu’un inconnu allait lui faire ça.

Jean écarta sa culotte d’un geste et la lécha longuement. elle avait envie de crier son plaisir, mais la peur de ce que son mari aurait pu en penser la retenait.

Elle tourna lentement la tête sur l’oreiller et jeta un coup d’œil vers l’autre lit. Jane était à califourchon sur son mari, occupée à faire glisser son sexe dans sa bouche.

Visiblement, elle n’avait pas à s’inquiéter pour eux. Elle se laissa donc aller à ses sensations. Elle sentit la langue de l’escort boy tourner autour de son clitoris… De plus en plus près…

Elle sentait la tension monter en elle, mais chaque fois que ses jambes commençaient à trembler, il s’interrompit, attendant qu’elle reprenne ses esprits.

C’était plus qu’elle ne pouvait supporter. Quand elle en eut assez d’être ainsi tourmentée, elle saisit la queue de Jean et commença à la caresser, tout en faisant glisser son gland contre son sexe.

Elle sentit de nouveau l’excitation monter en elle et contrôlant cette fois la situation, elle jouit enfin en criant de plaisir.

Elle se redressa, regarda de nouveau vers l’autre lit. L’escort girl chevauchait son mari et ondulait des hanches au-dessus de lui.

L’escort boy déposa de nouveaux baisers humides sur sa bouche, son cou, ses seins. Quand il saisit un préservatif et en déchira l’emballage avec les dents,

Elle sentit le tissu de sa robe glisser lentement sur sa peau. D’un geste, il dégrafa son soutien-gorge et elle se retrouva presque nue.

Ses mains glissèrent alors sur son corps, descendant dangereusement là où elle avait désespérément envie qu’il la touche. Mais il s’arrêta juste avant.

Elle en voulait plus. Madame avait tellement envie de ce sexe tendu pour elle ! D’un geste expert, il lui ôta sa culotte et elle se retrouva nue devant lui. Elle fut stupéfaite quand ses doigts commencèrent à caresser non pas son sexe, mais la chair tendre située entre ses fesses.

C’était une zone que son mari n’avait jamais explorée et elle devait admettre que cela ne l’avait jamais particulièrement attirée. Mais la sensation, lorsque l’escort boy fit tourner son doigt autour de ce point sensible, fut si incroyable.

Il prit ses fesses à pleines mains et l’embrassa dans le cou. Elle était au comble de l’excitation. Elle se pencha en avant, les jambes aussi écartées que possible, et il resta derrière elle. Elle sentit son gland emballé dans du latex incroyablement dur contre sa chair tendre. L’instant d’après, elle le sentit pénétrer son sexe trempé.

Il commença alors à aller et venir lentement, pressant ses seins avec ses mains à chaque mouvement. Après quelques minutes d’exquise torture, elle sentit de nouveau ses doigts entre ses fesses. Il la pénétra doucement, à peine. Elle gémit.

Il inséra son doigt un peu plus, puis fit de petits mouvements circulaires, au même rythme que les mouvements de son sexe en elle. Tout n’était plus que plaisir, ses doigts sur la pointe de ses seins, son sexe en elle, l’étrange invasion de cette partie plus intime encore, et son autre main qui caressait son sexe humide.

Et puis soudain une langue remplaça les doigts de Jean sur son clitoris, c’était Jane qui venait de rentrer dans cette danse érotique et qui la faisait maintenant vibrer. Madame se sentait lâcher prise alors que l’escort boy la pénétrait pendant que sa collègue la léchait sans relache voulant la pousser vers un double orgasme vaginal et clitoridien à la fois.

Elle avait envie d’aller encore plus loin. Elle ne savait pas si elle avait manifesté son désir à haute voix ou s’il résonnait simplement dans sa tête, mais les sensations qui l’assaillaient de toutes parts étaient plus intenses que tout ce qu’elle avait jamais ressenti.

Son mari approcha alors sa queue pour la glisser dans sa bouche et elle se mit à le sucer avidement, Ils étaient maintenant tous les quatre en train de vivre une expérience de plaisir ultime. Jean allait et venait en elle tout en branlant la chatte de Jane qui léchait madame pendant que son mari lui baisait la bouche sans relâche.

Elle jouit enfin dans un double orgasme intérieur et extérieur, alors que son mari déversait son élixir dans sa gorge, Jane lâcha échapper son plaisir en hurlant et enfin Jean se laissa lui aussi aller dans la chatte de Madame. Madame eut la sensation d’avoir libéré la sexualité de leur couple et avait découvert une forme extraordinaire de plaisir à quatre.

🎩🎩🎩

Avez-vous envie de vivre un fantasme avec un couple ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et celle de ma collègue, et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un couple hétérosexuel et vivez des sensations nouvelles dans nos bras.

Nous  ne vous jugerons pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Nous savons ce dont vous avez besoin car nous connaissons les couples et nous savons ce qu’ils aiment. Vous avez des limites, nous les respecterons. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller dans un respect mutuel et avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on ne vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et nous vous dirons tout ce que vous brûlez de savoir avant d’aller plus loin.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org