Category Archives: bondage

  • -
Essayer le plug anal

Bondage domination discipline et soumission

Category:Accompagnateur,bdsm,bondage Tags : 

Bondage domination discipline et soumission voilà ce que Madame cherchait sur Google quand elle découvrit le site escortboy.org. Quand Madame entra dans la chambre d’hôtel que l’escort boy avait préparé pour elle, Madame frissonna de plus belle, elle regardait dans la chambre tout autour d’elle et ne pouvait s’empêcher de reculer. Elle voulait partir mais la vue des accessoires que l’escort boy avait disposé dans la pièce, l’excitait et elle était tenaillée par l’envie de rester. Son esprit en ébullition se demandait quoi faire.

Son envie d’être dominée par l’escort boy était indéniable, et il avait en tête de lui faire vivre une expérience de domination BDSM comme elle le souhaitait. Elle regarda encore les équipements et se demanda à quoi cela pouvait bien ressembler de se laisser utiliser Elle s’étonnait d’éprouver un tel désir. Le pouls de Madame s’accéléra et elle arrêta de reculer, laissant ainsi à l’escort boy la possibilité de réduire l’espace qui les séparait. Elle suffoqua légèrement quand il se pencha pour l’embrasser, resserrant ses bras autour d’elle.
De ses lèvres, il caressa la douce peau des joues de Madame jusqu’à son oreille qu’il mordilla.

«As-tu jamais expérimenté une vive souffrance juste avant de goûter aux plaisirs de la chair ?»lui murmura-t-il.

Madame laissa échapper un soupir mais ne répondit rien tandis que l’escort boy laissait courir ses mains sous l’ourlet de sa jupe, promenant ses doigts sur sa peau nue, puis les remontant le long de ses cuisses jusqu’à ses fesses.

soumission d'une femme pour son plaisir

soumission d’une femme pour son plaisir

Son emprise se fit de progressivement plus forte, et la douleur lui arracha un gémissement sonore. L’escort boy rigola doucement. «Je crois que tu es prête à vivre un moment de domination,» poursuivit-il d’une voix douce. «Une femme comme toi qui aime se confronter à un peu de discipline, une petite séance… de torture avant d’être baisée brutalement.»

Madame sentit sa poitrine s’alourdir sous l’excitation qui s’était soudainement emparée de son corps. Avec ses fesses, elle chercha le contact des doigts et grogna : «Montre-moi,» dit-elle.

L’escort boy agrippa ses fesses plus fermement encore et poussa Madame contre lui. Elle pouvait sentir la force avec laquelle sa queue fortement bandée poussait contre son bas ventre.

Enfin, l’escort boy se recula et pris d’une soudaine urgence, il saisit Madame juste au-dessus du coude et l’entraîna près de son sac à dos. Il l’ouvrit et en sortit une capuche dont il l’affubla promptement, sans lui laisser le temps de réagir.

Elle poussa un cri strident voyant qu’elle était soudain entourée de ténèbres. La capuche s’attachait à la base du cou et quand l’escort boy relâcha son emprise, elle tenta de lever les bras pour s’en libérer. C’est alors qu’elle réalisa que ses mains étaient attachées en croix derrière son dos et elle pouvait sentir la corde nouée autour de ses poignets et juste sous ses épaules.

Ce qui forçait ses bras à rester groupés. Madame tenta de lutter contre les liens avant de s’apercevoir qu’ils étaient bien trop solides. L’escort boy passa un bras autour de son cou et la tira à lui et elle put sentir sa virilité dure pressée contre son cul.
«Arrête de bouger» dit-il et il la maintint fermement pour veiller à ce qu’elle lui obéisse.
«Mais j’ai peur» marmonna-t-elle, mais la peur était mélangée à un sentiment d’exaltation, et elle ne voulait en aucune matière mettre une fin à ce qui était en train de se dérouler.

L’escort boy rit doucement «Bien,» dit-il «la peur est un stimulant sexuel. Est-ce que tu mouilles pour moi ?»

Madame se tortilla un peu sous la sensation d’humidité qui envahissait son entrejambe. Mais elle ne dit rien. Une main descendit le long de son corps jusqu’à l’ourlet de sa jupe courte. L’escort boy se saisit de la couture et la releva pour mettre ses dessous à jour. Il pelotait son corps de sa main libre et toucha le tissu de sa culotte déjà tâchée par sa mouille.

Son doux rire résonna de plus belle à l’oreille de Madame. «il me semble que tu aimes être asservie.». Elle fut saisie d’un frisson quand ses doigts esquissèrent en un va et vient les contours de sa chatte, le tissu de sa chatte devant plus humide à fur et à mesure que l’excitation s’emparait de son corps.

BDSM ESCORTBOY

BDSM ESCORTBOY

L’escort boy retira ses mains des cuisses de Madame et les remonta sur son corps. Elle laissa échapper un cri étouffé lorsque les boutons de son chemisier furent arrachés et qu’une main passa en dessous pour attraper un sein. L’escort boy pressa fortement le doux mont de chair et elle cria sous la douleur.

Retirant sa main, il défit les autres boutons, sortit le chemisier de la jupe. Il reprit ses seins, cette fois, à deux mains. Madame laissa échapper un second cri alors qu’il manipulait brutalement ces seins, les sortant de leurs bonnets et caressant les tétons. Elle les sentit durcir sous ses mains et se poussa contre l’escort boy de manière à ce que sa virilité se presse contre ses fesses.

Il sortit les seins des bonnets et s’en prit plus violemment aux tétons, les pinçant entre ses doigts pour faire frissonner Madame. La sensation de plaisir mêlée de douleur la fit mouiller plus encore et elle en redemandait.

Elle pouvait l’entendre bouger tout autour d’elle mais le fait de ne pas pouvoir le voir la rendait folle et elle se mit à crier lorsqu’il saisit sa jupe et la lui retira soudainement. Ses sous-vêtements à moitié enlevés, il la laissa dans cet état de débraillement, avec les seins, la chatte et le cul bien visibles.

L’escort boy semblait apprécier de la regarder. Et, tout en tournant autour d’elle, il ne cessait de faire des commentaires. La respiration de Madame devenait de plus en plus bruyante et elle ne pouvait arrêter les frissons qui parcouraient tout son corps. Quand L’escort boy s’arrêta enfin de parler, elle put l’entendre fourrager dans son sac.

«Es-tu prête pour ta peine ?» demanda-t-il, attrapant sa culotte qui lui arrivait à mi-cuisse pour la faire tomber à ses chevilles.
«Non attendez,» commença-t-elle, mais ses protestations furent vaines et le fouet claqua fortement sur ses fesses.
Elle lança un cri de douleur et tenta d’avancer pour échapper au châtiment qu’on lui infligeait.

L’escort boy l’attrapa et la traîna vers les chaînes au sol, les attachant à ses chevilles de manière à ce qu’elle puisse à peine bouger. Il pouvait sentir à quel point sa queue durcissait sous l’excitation que discipliner une esclave lui procurait, et, à nouveau, il frappa ses fesses avec le fouet.

Saisie par la douleur des lanières mordant sa chair, Madame laissa échapper un autre cri. «Stop» supplia-t-elle, mais sa prière sembla avoir pour seul effet de chauffer encore plus l’escort boy et elle pouvait entendre son souffle rauque pendant qu’il abusait de ses fesses avec les lanières de cuir qui armaient sa main.

Elle fut surprise de voir à quel point elle était excitée et elle gémit au doux contact des doigts de L’escort boy sur ses fesses. Ils suivirent les traces rouges laissées par les lanières et se glissèrent entre ses cuisses à la recherche de sa chatte.

Les doigts jouèrent sur toute la longueur des lèvres épaisses avant de pousser légèrement vers l’intérieur du trou mouillé.

«Tu mouilles de plus en plus» rigola L’escort boy. «A mon avis, tu apprécies la douleur. Alors, ça t’a semblé bon ?»
«Oui» confessa Madame, suffoquant bruyamment et ne revenant pas de ses propres mots.

Souffrir lui plaisait pourtant bel et bien et elle frissonna quand L’escort boy reprit la parole.

«Essayons autre chose alors, n’est-ce pas.» poursuivit-il. Madame sentit la pression exercée par les chaînes sur ses chevilles diminuer. Elle fut ensuite traînée vers le lit couvert de cordes et forcée de s’agenouiller.

Les menottes se refermèrent autour de ses chevilles, et d’être ainsi immobilisée et livrée à la merci de l’homme qui se tenait derrière elle l’électrifia. L’escort boy la fit s’incliner en avant, de manière à ce que sa tête penche au dessus du lit et que ses fesses pointent vers les airs.

escortboy-tient-menottes-bdsm-dans-ses-mains

escortboy-tient-menottes-bdsm-dans-ses-mains

Il se dirigea vers son sac et fouilla pour en tirer une raquette en bois, idéale pour administrer une bonne fessée. De retour près du lit, il s’agenouilla derrière Madame et commença à caresser sa chatte. Ecartant largement ses fesses, il prit écarta ses fesses pour regarder son côté obscur puis, soudain frappé par une nouvelle idée, il eut un grand sourire.

«Je crois que je vais me servir de ta peine pour jouir» dit L’escort boy et Madame, eut une convulsion quand elle sentit les doigts de l’escort boy jouer autour de son cul. L’escort boy trempa ses doigts dans la moiteur de sa chatte et une fois qu’ils furent bien enduits de mouille, il les positionna de nouveau autour de l’anneau formé par l’étroit orifice. Il poussa un peu plus fort, insérant ainsi le bout de ses doigts dans le trou et Madame frissonna, envahie par un plaisir intense qui mettait tous ses sens en émoi. Une fois qu’il eut retiré ses doigts, elle entendit le bruit d’une braguette qui s’ouvrait.

«Oh non» gémit-elle, ses paroles s’étirant en une longue plainte alors qu’elle imaginait ce qui allait lui arriver. L’escort boy enfila un préservatif, il ignora sa plainte et, toujours à genoux, il se pressa en avant pour que sa queue vienne se loger entre les fesses de Madame. Il grogna de plaisir tandis qu’il caressait sa fente avec sa virilité, il poussait de plus en plus fort si bien que le dessus de sa virilité ne tarda pas à chatouiller son trou.

Enfin, il saisit ses deux fesses et les écarta bien. Les suppliques de Madame se firent plus désespérées, alors qu’elle sentait la virilité se frotter contre son trou, mais elle savait que cela ne faisait qu’accroître l’excitation de l’escort boy et au fond d’elle-même, elle ne souhaitait qu’une chose : qu’il continua. Il poussa plus fort pour contrer la résistance qu’il sentait, tout en poussant des grognements alors que le bout de sa queue pénétrait la cavité étroite et chaude.

Il attrapa l’un des poignets attachés de Madame et s’introduit en elle plus avant. Il écartait ses fesses plus largement pour mieux glisser en elle. La mouille de sa chatte lui facilitait le passage, et, à force de va-et-vient, il finit par introduire sa virilité dans toute sa longueur. Madame se mit à se tortiller autour de verge toute dure, au fur et à mesure que son excitation s’intensifiait.

Son cri emplit l’air quand la raquette s’abattit soudainement sur ses fesses déjà fort malmenées. Madame eut une convulsion, les muscles de ses fesses se tendirent sous la douleur inattendue et sa respiration se fit achée.

«Oh oui,» grogna L’escort boy alors qu’il la sentait se contracter autour de son érection. Il balança sa tête en arrière et poussa ses hanches en avant, pour s’enfoncer aussi loin que possible tout en frappa les fesses de Madame avec la spatule de nouveau. Un second cri retentit dans la pièce et ce fut une bénédiction que de sentir à nouveau ses muscles resserrer leur étreinte autour de son sexe.

Mais il en redemandait et les coups se mirent à pleuvoir sur Madame, violant ses fesses jusqu’à ce que leur couleur vire au pourpre. Ce mélange de plaisir et de peine constituait une nouvelle expérience pour elle, mais c’était avant tout une expérience dont elle brûlait d’envie, une expérience, elle le savait déjà, qu’elle aurait hâte de recommencer. De sentir son cul se refermer contre son membre en érection, encore et encore, la rendait folle et elle allait à sa rencontre, ses cris se faisant de plus en plus forts.

L’escort boy sentait la pression monter dans ses couilles, d’asservir ainsi cette femme en rut avait réveillé la bête qui sommeillait en lui. Il finit par abandonner la spatule et attrapant sauvagement ses hanches, il s’appliqua à baiser son petit trou.

Sa poitrine se gonflait et s’affaissait péniblement alors qu’il accélérait le tempo, gémissant alors que le désir de jouir de son cul se faisait plus intense à chaque seconde. Les grognements de Madame l’incitaient à la baiser plus férocement jusqu’à ce qu’il atteigne un climax. Il ralentit et se retint, tremblant alors que le pic d’excitation passait.

Se retirant de son trou, il tint sa virilité par sa base et se mit à donner de petits coups sur le cul tuméfié avec. Il pouvait voir combien la peau était rouge et il arrêta de la fesser pour pouvoir la toucher, la parcourir de ses doigts et sentir sa chaleur. L’escort boy écarta les fesses de Madame grand ouvert, et pencha sa tête en avant pour mieux lécher son cul ravagé qu’il décida de martyriser encore un peu avant de baiser sa chatte. Il se releva et se dirigea vers son sac pour y prendre un plug anal. Il était court mais la large tête ronde vous garantissait d’écarter correctement un cul et il revint vers le lit en souriant. Avec sa capuche sur la tête, Madame n’avait aucune idée de ce qui l’attendait.

Madame respirait difficilement, et elle gémit quand ses fesses furent écartées de plus belle. Elle s’attendait à se faire enfiler de nouveau par la virilité et fut prise de tremblements au contact du plastic froid contre son trou étroit.

Elle cria lorsque le plug anal fut inséré de force, grinçant des dents alors que la petite boule travaillait à l’ouvrir d’avantage. L’escort boy continua à pousser jusqu’à ce que la barre en T du plug ne l’arrêtasse. Puis il se consacra à la chatte.

le plaisir dans la souffrance douce

le plaisir dans la souffrance douce

Madame n’était pas certaine de pouvoir endurer la situation beaucoup plus longtemps, mais elle n’était pas en position de mettre en terme au martyr de son corps et elle plongea sa tête dans le matelas alors qu’elle sentit la virilité s’enfoncer entre ses cuisses. La tête du nœud glissait d’avant en arrière le long des lèvres de sa chatte, les invitant à s’ouvrir. L’escort boy achemina sa virilité jusqu’à sa chatte, s’attarda un instant à son entrée pour jouer avec, puis il laissa échapper un grognement à la sensation de la douce peau enveloppant son membre.

Il agrippa les hanches de Madame et les tint fermement; et elle cria lorsqu’il se propulsa d’un seul coup en elle, de toute la longueur de sa virilité. Il frappait ses fesses de ses mains tout en s’enfonçant profondément en elle mais il en voulait plus et il se mit à balancer ses hanches. Sa queue glissant d’avant en arrière et rapidement, il atteint un rythme endiablé.
La passion de leur corps à corps avait gagné Madame et tout son être tendait vers une apogée.

Celle-ci ne fut pas longue à venir, et Madame se tendit, laissant échapper un gémissement grave alors que sa chatte se contractait autour de la grosse queue et son cul autour du plug. Le relâchement de la tension la laissa pantelante, sous l’effet de la double pénétration et les répercussions de l’orgasme la poussèrent vers un nouveau pic de plaisir qui la firent en demander d’avantage.

L’escort boy exécuta son désir et redoubla d’ardeur, avec son jeu de hanches pour la baiser, son membre guidant la dance et prolongeant l’orgasme jusqu’à ce que ce dernier devienne à peine supportable. Son cri de plaisir à l’apogée du plaisir fut suivi d’un sourd grognement de l’escort boy qui perdait le contrôle.

Il se mit à baiser furieusement sa chatte mouillée jusqu’à ce qu’il ne puisse plus se retenir et qu’un flot de sperme envahisse soudain son corps. Alors que ses gémissements redoublèrent, des tremblements agitèrent son corps en tout sens pendant que le sperme giclait sur les parois de la chatte déjà gluante de mouille. Il se retira avant la fin de son éjaculation en retirant le préservatif, et en aspergeant le cul de Madame de foutre. Les traînées blanchâtres juraient sur le rouge de ses fesses et il secoua sa virilité jusqu’à ce qu’elle eut versée les dernières gouttes de sperme.

L’escort boy finalement se recula et tomba sur son arrière train alors que son orgasme prenait fin. Ses doigts étalaient le sperme sur les fesses de Madame, puis il changea de position, vint vers l’avant du lit pour regarder le visage de la jeune femme alors qu’il essuyait ses doigts sur ses lèvres, la forçant à lécher son foutre pour les lui nettoyer. Elle respirait bruyamment en tentant de récupérer de ses émotions.

❤️  ❤️  ❤️

Bondage domination discipline et soumission est un service pour couples qui cherchent à être accompagné dans la pratique de la soumission. Beaucoup de femmes ont envie de soumission avec un mâle dominant.

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de Bondage, domination, discipline et soumissions . Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore comme un mari attaché devant sa femme jouissant devant lui. Mais d’autres scénarios s’offrent à vous. Bondage, domination, discipline et soumission vous permettra de prendre encore plus de plaisir.

Respirez le voyage d’un mari attaché devant sa femme jouissant devant lui et l’ère du jeu érotique sans fin . Entrez dans mon monde et vivez une rencontre érotique de Bondage domination discipline et soumission, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

envie de faire des rencontres BDSM

envie de faire des rencontres BDSM

Profitez de ce voyage plaisir avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais l’expérience de Bondage domination discipline et soumission.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler l’idée de Bondage, domination, discipline et soumissions . Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Le rêve de Bondage domination discipline et soumission est un moment extraordinaire de soumission.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des femmes soumises. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Bondage domination discipline et soumission est une expérience pour femmes ou couples voulant expérimenter la soumission.

Au plaisir de faire votre connaissance pour ce Bondage domination discipline et soumission comme un cadeau avec un amant d’un soir.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
Soumise à son maître escort boy

Expérience de soumission totale pour femmes

Category:bdsm,bondage,fantasmes Tags : 

L’heure était enfin venue de retrouver cette femme qui voulait vivre une expérience de soumission totale pour femmes avec un escort boy. Elle avait laissé la porte de son appartement légèrement ouverte comme convenu dans son message.

Après avoir refermé derrière moi, je pris mon temps pour monter l’escalier intérieur de son appartement, désireux de faire durer ce moment le plus longtemps possible. J’entrai dans la chambre éclairée aux bougies. Madame la soumise m’attendait sur le lit. Nue comme un ver.

Elle ne me quittait pas du regard tandis que j’avançais dans la pièce. Je me dirigeai vers le pied du lit et ramassai une chaîne qui traînait à terre. Ses yeux s’écarquillèrent de frayeur au point que, un instant, je crus qu’elle allait prendre ses jambes à son cou.

attachée par son maître escort boy

attachée par son maître escort boy

Dans son for intérieur, quelque chose lui soufflait que c’était mal, qu’elle ne devait pas me permettre de lui faire subir ce traitement. Mais une autre facette de sa personnalité savait ce qu’elle voulait et ce fut cette part d’elle-même qui l’emporta.

Je l’enchaînai, bras et jambes en croix, écartelée sur le matelas. Vous êtes à ma disposition et vous devez exécuter mes ordres. À la prochaine insolence, ce sera une fessée.

Voilà qui constituait une raison suffisante pour la ligoter et lui bander les yeux. Quant à la fessée, ce n’était pas une menace en l’air. Elle en avait pris suffisamment à son aise comme cela.

Elle acquiesça, un léger sourire aux lèvres en regardant son escort boy dominant.

Je tirai un linge noir de ma poche, devinant à son regard la terrible bataille intérieure qu’elle se livrait encore. Fais-moi confiance.

Je lui bandai les yeux et reculai de quelques pas. Madame la soumise voulait qu’un parfait étranger l’attache et lui masque les yeux avant d’abuser d’elle. Elle s’offrait à moi de la façon la plus intime qui soit. Elle me faisait entièrement confiance.

Je la détaillai de la tête aux pieds dans sa splendide nudité. Je voulais la combler, satisfaire tous ses désirs, lui donner ce qu’elle attendait de moi.

Je défis ma braguette en vitesse et libérai mon érection, énorme, douloureusement raide.
Je m’installai sur le lit, à ses côtés. Elle était à moi et je crevais d’envie de la toucher. Nous étions tous les deux fins prêts. Je sentis son cœur faire une embardée quand je posai les mains sur ses épaules.

Je laissai courir mes doigts sur ses hanches, le doux renflement de ses seins, avant de revenir sur son ventre. C’était tellement mieux que la semaine dernière, quand je l’avais caressée à genoux, empêtrée dans son peignoir. Ce soir… elle était offerte, nue comme au jour de sa naissance.

Je glissai un doigt entre ses cuisses. Elle mouillait déjà… Je portai mon doigt à ma bouche.
Délicieux. J’avais envie d’enfouir mon visage entre ses jambes pour la goûter, me repaître de sa saveur.
— Depuis combien de temps, Madame la soumise ? À quand remonte la dernière fois que vous avez couché avec un homme ? Répondez-moi.
— Trois ans.

Trois ans ?

Pas étonnant qu’elle soit si étroite. Je replongeai un doigt en elle et me penchai pour lui susurrer à l’oreille.

Lêcher les doigts de son maître escort boy

Lêcher les doigts de son maître escort boy

— Vous n’êtes pas encore prête. Tant que vous ne le serez pas à cent pour cent, je ne pourrai pas vous faire tout ce dont j’ai envie.

Je respirai à fond et baissai la tête pour butiner sa nuque, la peau satinée jusqu’au creux de son épaule. Les diamants qu’elle portait au cou réfléchissaient la lueur des bougies.

J’écartai le bijou pour glisser ma langue le long de sa gorge, puis plus bas, et regardai sa poitrine se soulever et s’abaisser, les globes de ses seins onduler, les mamelons insolemment dressés. Je traçai un sillage de baisers de l’un à l’autre, imprimant des petits cercles autour de chaque perle dure et brillante.

Un festin de roi. Je me mis à titiller l’un des globes laiteux, le suçotai, l’aspirai dans ma bouche d’escort boy, me délectant de sa généreuse rondeur.

Mmm…

J’en léchai la pointe à petits coups de langue. Elle geignit de bonheur en soulevant les hanches. Puis je mordillai un sein du bout des dents avant de m’attaquer à l’autre. Je l’enfonçai plus loin dans ma bouche, mordis un peu plus fort.

Elle se tortilla désespérément contre moi.

Je lui en donnai pour son grade, promenant mes doigts avides partout sur sa peau avant de les plonger en elle sans ménagement. Je souris quand elle se cambra à ma rencontre, le corps tendu de désir. Elle était prête. Enfin.

Je m’écartai pour l’enfourcher, me positionnant de sorte que mon gland s’insinue entre ses seins, là où son cœur battait follement.

— Cette attente me rend fou. Êtes-vous prête ? Dites-moi.
— Oui, Maître Jean, oui. Maintenant, je vous en prie.

Je frottai mon sexe contre sa bouche pour qu’elle sente la force de mon désir.

— Embrassez ma queue d’escort boy avant que je vous pénètre.

Je la regardais l’effleurer de ses lèvres quand brusquement elle darda la langue et se mit à me lécher avec gourmandise. Je faillis lui éjaculer à la figure.
Non.
Décidément, elle n’en faisait qu’à sa tête. Jusqu’à quand allait-elle désobéir ? Je lui donnai une petite tape sur la joue.

— Je ne vous ai pas donné la permission, que je sache.

Je me glissai entre ses cuisses. D’une main je soulevai son bassin et de l’autre je pressai mon membre à l’orée de sa fente.

Offrir son corps à son mâitre escort boy

Offrir son corps à son mâitre escort boy

Je pris une profonde inspiration. Madame la soumise retenait la sienne. Je m’enfonçai en elle avec une lenteur calculée. Elle était étroite, humide et brûlante. Je n’avais jamais ressenti rien de pareil. Je me poussai plus loin, hésitant entre fermer les yeux pour mieux savourer la sensation et les laisser ouverts pour observer le moment où je la posséderai enfin.
Elle était tellement étroite.

Ce n’était pas le bon angle. Je n’arrivais pas jusqu’au bout. Je me déplaçai un peu plus haut et plongeai encore plus loin, mais ce n’était pas encore assez.

— Bougez avec moi.

Elle ondula docilement des hanches. Enfin, ça y était. Je la pénétrai d’une seule poussée.
J’abaissai mon regard sur mon sexe de gentleman escort boy – j’étais presque au fond. Je serrai les paupières et pompai plus fort.

Un gémissement rauque m’échappa tandis que je me propulsais jusqu’à la garde. Je restai immobile un instant, savourant la sensation inouïe d’être profondément enfoui en elle, essayant de graver dans ma mémoire la moiteur brûlante de son sexe autour du mien. J’observais nos deux corps emboîtés l’un dans l’autre avant de glisser un regard sur Madame la soumise, entravée aux montants de mon lit.

C’était encore mieux que dans ses fantasmes les plus fous. Sauf que c’était la réalité. Je me retirai complètement pour regarder ma virilité emplir de nouveau son sexe. Elle s’arc-bouta contre moi. Pantelante. Malade de désir.

Brusquement, elle fut emporté dans un tourbillon d’émotions. Je me retirai, comme en apesanteur, avant de replonger en elle pour ressortir presque aussitôt.

Je la scrutai pour m’assurer que tout allait bien. Elle gigota, tirant de toutes ses forces sur les chaînes.

Oh ! la vilaine petite fille !

Alors je me lâchai, je la pilonnai brutalement, n’écoutant plus que mon désir. Elle répondit avec la même vigueur en cambrant encore plus les hanches. Je ruisselais de sueur, je savais que je ne tiendrais pas encore très longtemps.

Soumise à genoux devant son maître escort boy

Soumise à genoux devant son maître escort boy

Allongée sous moi, les lèvres entrouvertes, elle semblait tout près de l’extase. Je poussai de plus en plus fort, de plus en plus vite, pour l’emmener au point de non-retour avec moi. Elle gémit sourdement.

— Jouissez quand vous voulez, soufflai-je.

Je sentis ses muscles intimes se contracter autour de moi tandis qu’elle basculait dans l’extase.

Je pouvais lui en donner encore et je poursuivis mes assauts. Elle me remercia par un deuxième orgasme fulgurant.

Une fois apaisé, j’approchai mes lèvres d’escort boy de son oreille et susurrai : « Vous êtes à moi ». La peau rougie du plaisir que je venais de lui donner, tout sourire, elle s’agita sur le matelas. Je contrôlai les chaînes solidement fixées à ses poignets et constatai avec soulagement qu’elle n’avait pas l’air de souffrir.

Au contraire.

Je sautai du lit et me dirigeai vers la commode. Je pris un tube d’onguent dans le premier tiroir et retournai au lit. Je détachai sa jambe droite, la saisis entre mes mains et enduisis de crème l’endroit où les liens enserraient ses chevilles. Je vérifiai qu’elle n’était pas blessée ni meurtrie, puis appliquai le même traitement sur sa jambe gauche.

— Savez-vous pourquoi je vous libère ?

Elle fit non de la tête.

Je remis le tube à sa place.

— Parce que, quand vous enroulerez vos jambes autour de ma taille, ma queue vous pénétrera si loin que vous me sentirez jusqu’au fond de votre gorge.

Elle bredouilla quelques mots indistincts et s’embrasa, une veine palpitant follement au creux de son cou.

J’attendis qu’elle se reprenne.

— Allongez vos jambes.

Ensuite, je regrimpai sur le lit, posai les mains sur ses épaules et entrepris de la masser, surveillant que les chaînes n’irritaient pas sa peau. J’étudiai son visage et vis sa bouche s’entrouvrir. Je posai les lèvres à la base de sa nuque et l’embrassai légèrement, goûtant la douceur salée de sa peau emperlée de sueur. Les yeux clos pour mieux me concentrer, je mordillai l’endroit si sensible sous son aisselle.

Elle haleta. Expérience de soumission totale pour femmes.

— Avouez que vous aimez ça, Madame la soumise.

Elle gémit de plus belle.

— Vous en voulez encore ?
— Oui, Maître Jean, chuchota-t-elle si bas que je pouvais à peine l’entendre.

Je saisis l’un de ses tétons et le tordis entre mes doigts d’escort boy, heureux de le voir s’ériger sous la caresse.

— C’est bon ?
— Oui, Maître Jean, fit-elle en arquant l’échine.

Je cajolai la fine aréole.

— Dites-moi que cela vous plaît.

Elle hoqueta quand je la mordis, aspirant et léchant tour à tour le petit bourgeon brillant.
— Oh ! oui… oui…, bégaya-t-elle.

Je flattai son flanc de la main, puis enfilai un doigt entre ses cuisses. Elle se cambra pour me faciliter l’accès.

— Prête à voir jusqu’où je peux entrer ? demandai-je.
— Si tel… est votre désir.

Je l’enfourchai, soulevant le bassin pour presser mon érection contre son ventre, sidéré par la vitesse à laquelle je m’étais remis du premier round.

Recevoir une fessée de son maître escort boy

Recevoir une fessée de son maître escort boy

— Madame la soumise, vous sentez à quel point j’ai envie de vous ?

Elle gémit et se haussa à ma rencontre. D’une main, je pressai ma grosse queue d’escort boy à l’orée de sa chatte ruisselante et coulissai aisément à l’intérieur.

— Vos jambes. Nouez-les autour de moi. Prenez-moi jusqu’au fond.

Elle obéit et je m’enfouis dans sa moiteur, songeant un instant que j’aurais peut-être dû lui donner le temps de récupérer. Quand elle renversa la tête en gémissant, je m’enfonçai plus loin et m’entendis grogner comme en écho.

Je me retirai puis entamai un va-et-vient régulier sur un rythme plus lent bien qu’assez soutenu. Je voulais l’emplir entièrement. Qu’elle perçoive à quel point nous étions connectés l’un à l’autre. Ses hanches se mouvaient en cadence, resserrant l’étau de ses cuisses autour de moi à chaque coup de boutoir.

J’allais crescendo. Cette femme me faisait un de ces effets ! La situation m’échappait, je le sentais, tandis que ses talons heurtaient mes fesses au rythme de mes coups. Je pompais tant et plus.
Elle poussa un petit cri et je stoppai pour déchiffrer l’expression de son visage. Du plaisir à l’état pur. J’augmentai la pression et faillis perdre tout contrôle lorsqu’elle commença à frétiller des hanches.

— Jouissez pour moi, Madame la soumise, ordonnai-je.

Je la défonçais de toutes mes forces et je sentis son vagin se crisper autour de moi. Expérience de soumission totale pour femmes.

— Nous y sommes, dis-je en accélérant encore le tempo. Maintenant.

L’orgasme explosa dans son ventre et je basculai à mon tour quelques secondes plus tard. Je m’effondrai à ses côtés, veillant à ne pas l’écraser sous mon poids.

Je soufflai quelques minutes, savourant sa chaleur à mes côtés avant de me lever. J’allai chercher un édredon et des draps dans le bas de la commode, les étalai sur le sol au pied du lit, j’ajoutai un oreiller et préparai la couche la plus confortable possible.

— Cette nuit, vous dormirez à même le sol, Madame la soumise.

Elle ne me quittait pas du regard, tandis que je lui détachais les bras et ôtais le bandeau de ses yeux.

Elle se leva, vacillant légèrement sur ses jambes, avant de se glisser entre les draps du lit que j’avais improvisé pour elle. Immobile, je guettais sa respiration lente et régulière, m’indiquant qu’elle s’était assoupie. Après quoi, je me levai pour souffler toutes les bougies, sauf une.

Il était presque minuit et elle avait besoin de dormir. Je retournai au lit, les bras croisés derrière la tête, les yeux fixés au plafond. Soudain, je pris conscience que Madame la soumise dormait dans la chambre. Que je venais de la posséder.

À deux reprises.

Recevoir une offrande de son maître escort boy

Recevoir une offrande de son maître escort boy

Je me penchai pour l’observer. Les lèvres entrouvertes, ses longs cheveux répandus sur l’oreiller, c’était la plus belle femme que j’aie jamais vue. Elle marmonna dans son sommeil.

Au début, on aurait dit un léger murmure, puis cela s’amplifia. Elle remua et le drap glissa de ses épaules, dévoilant ses seins.

— Réveillez-vous Madame la soumise.

Il était deux heures et quart. Je l’avais laissée dormir deux longues heures à écouter ses gémissements lascifs, tandis que son corps à demi nu était étalé sur le sol, à côté de moi. J’étais plus excité que jamais.

— À quatre pattes sur le lit. Vite.

Elle cilla et obéit sans regimber, évitant de croiser mon regard d’escort boy. À la vue de cette femme superbe, le cul en l’air, je bandais encore plus si c’était possible.

— Prenez appui sur vos coudes.

Elle s’exécuta, m’offrant sa croupe et sa jolie chatte.

Je ne serai pas doux ni tendre. Je promenai mes doigts le long de son échine et lui écartai les jambes.

— Vous étiez étroite par l’autre orifice, mais vous le serez encore davantage par là.

Mes mains remontèrent le long de son ventre, empoignant ses seins. Je les flattai, jouai avec ses tétons roses. Elle était déjà toute trempée quand je glissai un doigt en elle.

— Avez-vous fait de beaux rêves, Madame la soumise ?

Je prélevai un peu de son nectar pour en lubrifier son petit trou.

— On vous a déjà prise de cette façon ?

Jamais. Nos échanges préliminaires à cette rencontre me l’avait appris, mais je voulais le lui entendre dire. Elle secoua la tête.

— Vous allez voir.

Elle se raidit, ce qui me surprit. Elle n’avait pourtant pas mentionné le sexe anal comme faisant partie des interdits. Expérience de soumission totale pour femmes.

Je perçus son soulagement tandis que je retirais mon doigt.

— Très bientôt, dis-je.

Elle paniquait. Je ferai avec. Je serai doux et patient, si bien qu’elle finirait par aimer cela.

Mais cette nuit… Je dirigeai ma queue vers sa fente, enroulant quelques-unes de ses mèches autour de mes doigts. Je les avais admirées pendant des heures, étalées sur mon oreiller. Je rêvais d’y enfouir les mains. J’agrippai ses cheveux – ils étaient plus doux et soyeux que dans mon souvenir – et m’engloutis dans sa chatte accueillante pour la troisième fois.

Quel délice !

Elle gémit doucement. Je lui donnais du plaisir. Je me retirai pour mieux replonger. Elle était si étroite. Elle renversait la tête pendant que je la défonçais. Elle était brûlante, ruisselante. Je lâchai un grognement rauque quand elle se mit à bouger avec frénésie. J’augmentai la cadence. Elle arqua le dos dans un râle.

Oh ! oui…

Une dernière ruade puis je m’immobilisai. Elle cria de bonheur, secouée de spasmes.

Elle s’écroula sur le drap quand je me retirai. Je l’observai un moment en me demandant si je n’avais pas été trop gourmand. Pourtant à chaque fois, elle avait joui. Et elle ne faisait pas semblant.

Je revoyais le tableau qu’elle offrait dans l’extase où je l’avais propulsée : ses boucles entortillées autour de mes doigts, mon membre solidement ancré en elle, son hurlement de plaisir quelques secondes avant de voir les étoiles.

J’étais à nouveau terriblement excité.

Seulement, je savais que je ne pouvais pas la prendre encore une fois. Elle devait être endolorie de partout. Elle avait ses limites.

Changement de plan donc… Elle ouvrit les yeux quand je la retournai sur le dos. Je pressai mon bassin contre son visage.

— Quatrième round, Madame la soumise.

Elle parcourut la pièce du regard. À quoi jouait-elle ?

J’attrapai sa tête entre mes mains et la forçai à me regarder.

— C’est moi l’objet de vos attentions. Moi et les ordres que je vous donne. Je veux que vous me fassiez jouir dans votre bouche.

Elle s’exécuta avec enthousiasme.

Donner du plaisir à son maître escort boy

Donner du plaisir à son maître escort boy

Elle se cambra en arrière et m’engloutit entièrement entre ses lèvres. Elle cueillit ensuite mes bourses et se mit à les caresser pendant que j’allais et venais dans sa gorge.

Ses mains accomplissaient des prodiges. Elles me titillaient, me cajolaient pendant que sa bouche opérait sa magie. Un grognement m’échappa et je glissai dedans et en dehors de ses lèvres au rythme de ses succions, provoquant un frottement délicieux le long de ma virilité tendue au maximum.

Très vite, je sentis l’orgasme faire enfler ma queue d’escort boy.

— Je vais jouir, dis-je en la baisant une dernière fois. Puis je m’immobilisai et expulsai de longs jets brûlants au fond de sa gorge.

Je m’affaissai à ses côtés, à bout de souffle. Elle se tourna vers moi et je me collai contre elle.

— Vous avez été obéissante et vous méritez une récompense.

Elle sourit sans rien dire.

— Vous pouvez venir dormir à mes côtés, ordonnai-je.

Elle se glissa dans les draps du lit et se blottit contre moi et nous sombrâmes presque aussitôt dans un profond sommeil.

❤️  ❤️  ❤️

Expérience de soumission totale pour femmes est un service de plaisir pour femmes recherchant un moment de plaisir BDSM. Beaucoup de femmes ont envie d’offrir leur corps à un homme dominant.

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de domination. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore.

Respirez le voyage de l’Expérience de soumission totale pour femmes . Entrez dans mon monde et osez l’Expérience de soumission totale pour femmes, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Profitez de l’Expérience de soumission totale pour femmes avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la soumission, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais le jour où vous vivrez l’Expérience de soumission totale pour femmes.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler votre envie de découverte des Jeux érotiques et pervers pour femmes. Partenaire secret pour femmes pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Osez l’Expérience de soumission totale pour femmes dans un respect mutuel avec protection.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce à l’Expérience de soumission totale pour femmes. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Vivez l’Expérience des Jeux érotiques et pervers avec un mâle dominant.

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau pour la femme soumise qui est en vous.
Maître Jean (Gentleman dominant au service des femmes soumises)

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
Triolisme avec escortboy.org

Jeux érotiques et pervers pour couples

Category:Accompagnateur,bondage,escort boy Tags : 

Monsieur et Madame aimait les jeux érotiques et pervers pour couples. Confortablement installée sur son canapé, Madame regardait le journal de 20heures. Déjà une heure qu’elle attendait l’arrivée de son mari. Il lui avait passé un coup de fil avant 19h lui annonçant son retard. Pour une fois, ils avaient une soirée à eux seuls sans les enfants.

Pour l’occasion, elle avait préparé un souper fin, et s’était fait une beauté. Sobre, mais très sexy dans son tailleur sombre. Des dessous de dentelle noire paraient sa peau blanche et des bas fumés gainaient ses longues jambes. Elle se sentait séductrice jusqu’au bout des ongles.

Et il n’était pas là ! Tandis qu’elle était perdue dans ses pensées, le journaliste égrenait la longue liste des mauvaises nouvelles du jour : chômage, inflation, attentats… Et le dossier du jour, l’insécurité ! Rien de bien réjouissant, mais au moins, cela lui faisait une présence.

Elle décida de se servir un verre afin de calmer l’angoisse qui commençait à la ronger. Elle n’y pouvait rien, c’était dans son tempérament de trembler dès que quelque chose sortait de l’ordinaire.

Offrir sa femme à un autre homme

Offrir sa femme à un autre homme

Debout devant le bar, elle venait de reposer la bouteille de porto lorsqu’une main se plaqua sur ses yeux tandis qu’un bras musclé la ceinturait.

— Chut ! Tu es seule et bien aguichante ! dit une voix étouffée.
— Lâchez-moi tout de suite ou j’appelle mon mari !
— Ton mari ? Laisse-moi rire… Il n’est pas là, ton mari ! Je sais que tu es seule…
Puis, passant une main dans le décolleté, il ajouta :
— Laisser une femme comme toi toute seule, c’est criminel… Je sais bien ce que je te ferais, moi…
— Je vous en supplie, laissez-moi ! implora-t-elle, en essayant de se libérer de la main qui masquait sa vue.
Prestement, l’homme sortit un foulard de sa poche, et lui banda les yeux. Il avait désormais ses deux mains de libres pour la maintenir et effleurer son corps.
— Regardez-moi ça… Si ce n’est pas malheureux… Tiens-toi droite que je t’observe mieux que ça ! Écarte les jambes !
— Mon Dieu… Qu’allez-vous faire de moi ? Je vous en prie, ne me faites pas de mal… dit-elle en pleurant.
— Ne crains rien. Je ne te veux que du bien… Mais il faut m’obéir ! ÉCARTE, et plus vite que ça !

Au même moment, quelque chose cingla sa croupe, et Madame obtempéra, tremblante et apeurée. Elle le sentait proche d’elle, qui l’observait. Une main vint se poser sur un sein et en pinça le téton. Malgré elle, elle sentit un frisson parcourir son dos. Elle avait toujours été sensible à ce genre d’attouchement.

L’homme se régalait du spectacle que lui offrait cette superbe femme ainsi offerte dans son salon. Mais il manquait quelque chose… Il la voulait plus chienne… S’approchant, il empoigna la veste du tailleur et d’un coup sec, arracha les boutons, tandis que Madame poussait un cri.
— Tais-toi ou je me verrai dans l’obligation de te bâillonner… Hum, mais ça t’excite ! ricana-t-il en voyant les tétons érigés sous la dentelle noire. Je vois mal comme ça, c’est ennuyeux…

Sortant un couteau de sa poche, il en déplia la lame et la fit courir sur la peau blanche. Madame était tétanisée par la peur et l’angoisse. Remontant lentement, la lame froide glissa entre les deux seins et là, d’un mouvement sec, sectionna la pièce de lingerie. Comme elle était belle ainsi, scandaleusement impudique, les seins à l’air… Il se régalait vraiment…

— Voilà qui est mieux… Ne tremble pas… Alors comme ça, il paraît que madame à des fantasmes de viol ? Eh bien, c’est peut-être le moment de les réaliser, non ? Qu’en penses-tu ?

Madame était ahurie… Qui était cet homme ? Comment savait-il cela ? Elle n’en avait parlé qu’à son mari… et encore, cela lui avait été difficile à avouer. Cependant, elle ne pouvait nier qu’à ce moment précis, son ventre brûlait d’un feu nouveau. Elle était exhibée de manière honteuse devant un inconnu qui la molestait, et ça l’excitait prodigieusement… Quelle honte !

Comme s’il avait deviné ses pensées, l’homme s’approcha, très près. Elle sentit son souffle sur sa joue. Une main se posa sur sa cuisse, et remonta sous la jupe, jusqu’à la lisière du bas, puis sous la fine étoffe du string. Un doigt fureteur s’infiltra entre ses lèvres déjà bien moites…

— Mais c’est que tu mouilles, jolie salope… Ça t’excite, hein, petite bourgeoise ! Tu sais que tu vas te faire baiser comme une chienne… Tu vas être à moi comme tu ne l’as jamais imaginé, même dans tes rêves.

Elle perçut de nouveau le froid de la lame sur la cuisse et ne put réprimer un mouvement de recul. Lentement, l’homme entreprit de couper la ceinture de la jupe qui tomba sur la moquette, rejointe aussitôt par le string lui, aussi sacrifié.

— Voilà… Tu es parfaite…

Madame avait honte. Honte d’être dans cette situation. Honte surtout d’en ressentir autant d’excitation. Que dirait son mari s’il la voyait ainsi ? Rien que cette idée lui faisait monter le rouge aux joues et redoublait ses larmes.

Elle ne portait plus que ses chaussures, ses bas et son porte-jarretelles. L’homme lui attacha les poignets dans le dos avec une cordelette.

— Maintenant, nous allons nous installer ailleurs… Tu vas être bien obéissante, et tout se passera pour le mieux… OK ?

Ramassant ce qui avait été un string, il en huma le tissu humide.

— Ça sent la femelle en chaleur… Sens ! dit-il en lui pressant l’étoffe sur le nez.
Madame protesta, mais aussitôt l’homme lui enfouit le vêtement dans la bouche.
— Je t’avais prévenue… Soit tu te tais, soit je te bâillonne… Tu en as de la chance remarques… Tu peux ainsi déguster ton nectar.

De nouveau, les doigts vicieux reprirent l’exploration de son intimité. Elle ne pouvait plus cacher son émoi, sa vulve était un lac de lave incandescente.

— Allez ! Assez perdu de temps.

L’empoignant par le bras, il la conduisit au sous-sol. Son mari avait aménagé une pièce l’année dernière. Elle servait lorsqu’ils recevaient des amis. Confortablement meublée, elle possédait un bar, de gros fauteuils de cuir de type « club » ainsi qu’un large lit et un cabinet de toilette indépendant. Un homme était installé dans l’un des fauteuils, sirotant un verre.

— Eh bien, je vois qu’on ne s’ennuie pas en mon absence ! dit-il d’un ton cassant.
Madame sursauta, son visage s’empourpra et elle sentit ses jambes se dérober sous elle. Oh non ! Pourquoi fallait-il que son mari la voie dans une telle déchéance ? Il la rattrapa de justesse et l’aida à s’installer sur un siège. Elle comprit qu’elle allait vivre leur fantasme des Jeux érotiques et pervers pour couples.

— Écarte tes jambes, Madame… Au point où tu en es, tu n’as de toute façon plus grand-chose à cacher, me semble-t-il ! Voilà… c’est beaucoup mieux… Tu te souviens de l’autre jour, quand tu m’as parlé de tes fantasmes… Eh bien, nous y voilà ! Tu es là, complètement livrée à moi — et peut-être aussi à monsieur, si tel est mon bon plaisir — impuissante… Et je vais abuser de toi autant qu’il sera possible de le faire… Tu vas être ma chose, ma pute, ma chienne durant toute la nuit. Qu’en penses-tu ?
— …
— Tu pourrais articuler, ma chérie ! dit-il en riant.
Sortant une corde d’un placard, il lia les chevilles aux pieds du fauteuil, solidement.
— Superbe ! Tu sais que te voir ainsi est un appel au crime ? Ces seins… et je ne parle même pas de cette chatte ruisselante !

Une fois la honte passée, Madame avait vu accroître son excitation. Décidément, il ne cesserait de la surprendre par son esprit fou. Puisqu’il lui offrait de réaliser son fantasme, elle allait jouer le jeu. Elle ne savait pas quel rôle tiendrait l’inconnu, mais elle savait qu’elle ne risquait rien, son homme ne laisserait rien de fâcheux lui arriver. Elle entendit un bruit de fermeture éclair, et sentit la chaleur d’un sexe bien dur contre sa joue.

Gouter au plaisir de la double pénétration

Gouter au plaisir de la double pénétration

Doucement, il libéra la bouche de son épouse de son bâillon, et s’y enfonça voluptueusement jusqu’à la garde. Hoquetant, elle l’engloutit avec une facilité assez déconcertante.

— J’adore tes lèvres, ma belle salope. Mais je ne vais pas me contenter de me faire sucer… Je vais baiser ta bouche, comme si c’était une chatte ! Hum… Comme ça ! Oui… Encore… Tu aimes ça, la bite, hein… Tu vas être servie, la nuit va être chaude…

Il s’activa dans sa gorge pendant un long moment, lui laissant tout juste le temps de respirer, puis se libéra de sa semence en elle, bloquant sa tête contre son ventre à l’en étouffer. Elle n’avait d’autre choix que d’avaler le foutre qui lui tapissait le gosier. Non qu’elle ne l’ait jamais fait avant, mais seulement à sa propre initiative. Par contre, ce soir, elle ne maîtrisait plus rien, elle était le jouet lubrique de son mari, et ne savait pas du tout ce qu’il lui réservait. Elle était seulement sûre d’une chose, elle accéderait à toutes ses exigences.

Avec gourmandise, Madame passa la pointe de sa langue à la commissure de ses lèvres, y récupérant au passage une goutte égarée de sperme. Toujours aveuglée par son bandeau, elle sentait cependant le regard masculin la détailler. Et elle n’osait imaginer ce qu’était en train de faire l’inconnu qui était toujours là. La peur l’avait quittée pour laisser place à une excitation hors du commun. Le plaisir qu’elle avait ressenti à cette fellation forcée était sans commune mesure avec celui qu’elle connaissait déjà.

Elle entendit son mari parler à voix basse à l’inconnu. Que se disaient-ils ? L’incertitude dans laquelle elle se trouvait la troublait infiniment. Son mari allait-il la jeter en pâture à cet homme ? À moins qu’ils ne décident conjointement de se partager son corps… Tout ceci la perturbait, mais l’excitait aussi formidablement. Elle se souvenait des confidences qu’elle avait faites, un soir, à son époux. Peut-être en avait-elle trop dit, car après tout, il y a un fossé entre un fantasme et sa réalisation. Serait-elle capable de supporter tout ce qu’elle avait imaginé ? Elle n’en était pas sûre…

Une main fraîche se posa sur sa poitrine, caressant la peau douce, pinçant un téton au passage. Était-ce celle de son mari, celle de l’inconnu ? Elle décida de ne plus se poser de questions, puisque de toute façon, il serait là pour la protéger d’un éventuel dérapage. Elle s’abandonna à ce qu’elle ressentait avec bonheur.

— Maintenant, je vais détacher ton bandeau. Ton mari souhaite que tu voies désormais tout ce qu’il va t’arriver. Ne t’inquiète pas, il est là. Il ne voudrait rater pour rien au monde le spectacle et m’a chargée de te dire que si quelque chose ne te convenait pas, tu n’aurais qu’à prononcer le mot MAGIQUE.

Elle crut mourir de plaisir en sentant soudain quatre mains caresser son corps tendu, parcourir son ventre, ses seins avant de redescendre le long de ses jambes écartelées, évitant soigneusement son sexe palpitant.

Elle sentit les bouches chaudes et humides de deux hommes savourer chaque parcelle de sa peau, remontant sur ses hanches, pour enfin aller s’occuper de ses tétons durcis par le désir.

Ces deux hommes la rendaient folle, elle ne se reconnaissait plus. Elle n’était plus que spasmes et gémissements rauques, pantin de chair entre les mains expertes de ses amants.

C’est ce moment que son mari choisit pour s’approcher. Lentement, sa main vint caresser sa joue, un doigt parcourant délicatement les lèvres entrouvertes de Madame. Il l’embrassa tendrement, puis s’installa confortablement à l’écart pour profiter du spectacle.

Qu’elle était belle, dans l’animalité de son désir, de son plaisir ! Il riva son regard à ses yeux et ce fut comme s’il vivait en même temps qu’elle la montée des sensations qui l’envahissaient.

Les deux hommes la caressaient toujours, poussant un peu plus avant leurs explorations, faisant graduellement monter le plaisir sans pour autant passer à quelque chose de plus consistant. Et pourtant, ils bandaient comme des bêtes en rut.

Mais dans l’immédiat, c’était son plaisir à elle qui leur importait. On leur avait demandé de la rendre folle, d’exacerber ses sens, de l’amener aux extrêmes limites du désir et c’est ce à quoi ils s’employaient.

Les caresses étaient de plus en plus appuyées, des doigts de plus en plus fureteurs. Madame, le regard toujours fixé à celui de son époux, en était à supplier…

— Que c’est bon ! Je vous en prie… Encore… Oui… Prenez-moi ! Je coule, je fonds…

Ils l’allongèrent à même le sol sur la tapis. Un des deux inconnus s’allongea entre ses jambes écartées pour laper ses lèvres trempées. Délicatement d’abord, puis à pleine bouche, il dévora ma vulve, lui arrachant des cris d’une puissance terrible. Madame enchaîna les orgasmes grâce à ses partenaires improvisés devant les yeux de son mari.

Profiter de deux hommes en même temps

Profiter de deux hommes en même temps

Tandis que son corps s’embrasait sous l’action conjointe des deux hommes. Elle ne protesta pas lorsque l’un d’eux s’engagea dans un anulingus de folie. Elle sentit qu’elle s’ouvrait sous ses coups de langue, sous l’investigation de ses doigts qui dilataient patiemment son anus encore vierge, tandis que l’autre homme doigtait consciencieusement sa chatte dégoulinante.

Elle comprit où ils voulaient en venir et plutôt que d’en être épouvantée, elle n’en éprouvait qu’une seule peur : que cela ne s’arrête.

— Détends-toi, ouvre-toi, lui murmurait l’inconnu au creux de l’oreille. Laisse-toi aller… Voilà, tu vois, ça rentre tout seul.

En effet, elle pouvait voir que plusieurs de ses doigts étaient maintenant au fond d’elle. Un des deux replongea immédiatement les siens dans son vagin et les frottements conjoints la firent hurler tant c’était bon.

Elle avait l’impression d’être totalement transpercée, c’était une folie totale. Puis d’un coup, ils se retirèrent, faisant naître en elle le sentiment frustrant de vide absolu. « Non ! hurla-t-elle alors rageusement. » Le regard amusé que son mari lui lança ne la calma pas vraiment, bien au contraire.

Madame n’eut pas le temps de répliquer que déjà un de ses compagnons l’agrippait pour l’attirer sur lui. Il était allongé sur le dos et la plaça de façon qu’elle vienne le chevaucher. Elle me retrouvait empalée tandis qu’il passait ses mains derrière mon dos pour l’incliner sur son torse.

Elle sentit alors le gland humide de l’autre inconnu frotter contre ses fesses offertes, puis appuyer doucement, mais fermement contre l’anneau sombre de son anus. Elle sursauta brièvement, mais déjà une bouche courait sur mes seins, lui procurant de délicieuses sensations.

À peine eut-elle le temps de reprendre ses esprits qu’il était en elle lui aussi. Il s’immobilisa quelques instants, le temps qu’elle se fasse à cette pénétration inhabituelle puis lentement, donna la cadence à leur trio infernal.

Madame perdit totalement conscience de tout ce qui l’environnait. Elle n’était plus que vibrations de plaisir dans chaque cellule de sa peau. Chacun des mouvements de ses deux mâles lui tirait des cris d’un plaisir monstrueux et après quelques minutes, ils furent emportés par des orgasmes en série, les spasmes de l’un déclenchant inévitablement ceux des autres.

Madame retomba comme une poupée brisée sur le sol, tandis que les deux hommes l’enlaçaient tendrement. Quittant son poste d’observation, son mari s’approcha et s’assit près d’elle. D’une main délicate, il caressa mes cheveux en lui disant à quel point le spectacle qu’elle lui avait offert l’avait ému lors de ces Jeux érotiques et pervers pour couples.

❤️  ❤️  ❤️

Jeux érotiques et pervers pour couples est un service de plaisir pour couples recherchant un moment de plaisir à trois. Beaucoup d’hommes ont envie d’offrir leur épouse par amour à  d’autres hommes pour pouvoir la regarder prendre du plaisir devant leurs yeux ébahis .

Vous avez toutes le droit de vivre un moment de plaisir avec un homme inconnu qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous donner pour votre plaisir et celui de votre mari. Demandez moi tout ce que vous voulez ou laissez moi vous surprendre dans des plaisirs que vous ne connaissez pas encore.

Respirez le voyage du candaulisme et l’ère du jeu érotique sans fin . Entrez dans mon monde et osez offrir votre épouse des Jeux érotiques et pervers pour couples, une expérience unique de plaisir sans conséquences avec un escort boy gentleman respectueux et délicat .

Profitez des Jeux érotiques et pervers pour couples avec votre escort boy. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais le jour où vous vivrez l’expérience de des Jeux érotiques et pervers pour couples.

Deux hommes c'est mieux qu'un

Deux hommes c’est mieux qu’un

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler votre envie de découverte des Jeux érotiques et pervers pour couples. Partenaire secret pour couples pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Osez offrir votre épouse à un autre homme dans un respect mutuel avec protection.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous faire plaisir grâce mon expérience des couples (candaulisme ou triolisme) . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message. Vivez l’Expérience des Jeux érotiques et pervers pour couples.

Au plaisir de faire votre connaissance pour vivre ce moment comme un cadeau pour couples.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • -
seance de soumission avec un homme

Séance de domination pour femmes soumises

Category:bdsm,bondage,divertissement Tags : 

Madame avait commandé une séance de domination pour femmes soumises. Madame se rapprocha lentement de son escort boy avec des yeux remplis de désir et l’embrassa. Ils s’embrassèrent langoureusement, ce qui fit monter l’excitation auprès de la belle.

Madame s’arrêta un instant puis dit à son escort boy qu’elle allait le rejoindre dans cinq minutes dans la chambre. Elle entra dans la salle de bain. Elle décida de mettre un assortiment de lingerie sexy qu’elle avait déjà en sa possession. Elle enfila donc son soutien-gorge et son string en dentelles rouges.

Elle hésita à mettre ses portes jarretelles mais était beaucoup trop impatiente de rejoindre son escort boy dans sa chambre. Elle s’aspergea de son parfum qu’elle avait l’habitude de mettre. Quand elle fut enfin prête, elle se mit en direction de la chambre de son escort boy. Elle ouvrit la porte et vit son escort boy allongé sur son lit en boxer qui l’attendait.

Il la regarda de haut en bas pour admirer son corps et sa lingerie. Elle alla le rejoindre puis se mit à cheval sur lui. Elle l’embrassa avec passion tout en se frottant contre lui. Il lui prit ses fesses avec ses deux mains puis les serra de plus en plus fort. Plus elle se frottait, puis elle sentait sa virilité se durcir contre son clitoris.

Etre possédée par le maître du plaisir féminin

Etre possédée par le maître du plaisir féminin

Elle voulait faire durer ce moment le plus longtemps possible et l’alcool qu’elle avait en elle lui permettait d’oser des choses qu’elle n’aurait pas faite en temps normal. Il remonta ses mains en caressant son corps pour lui retirer son soutien-gorge. Il en profita pour la remonter vers lui pour pouvoir lécher sa belle poitrine bien ronde. Il lui lécha les tétons qui se durcissaient de plus en plus.

Elle poussait des petits gémissements qui excitaient son escort boy. Elle descendit pour lui embrasser la nuque puis tout son torse musclé pour finalement arriver à son boxer. Elle lui retira puis attrapa son énorme queue tendue de ses deux mains. Elle commença à le masturber doucement puis accéléra. Elle fit des tours circulaires avec sa langue sur ses bourses puis continua de le lécher pour arriver jusqu’à son gland. Elle voulait se faire désirer. Elle remonta vers son escort boy puis l’embrassa et lui chuchota à l’oreille : “Si tu veux que je te suce, ordonne-le-moi. Je suis toute à toi ce soir.”

Il lui répondit : “On va faire mieux que ça ma belle.”. Il la prit puis la retourna et lui retira son string. Il pouvait apercevoir que sa petite chatte était déjà bien humide, il en profita pour pénétrer deux doigts d’un coup. Madame ressentit une vague de plaisir en elle, elle avait un sexe dur en face d’elle et ne tarda pas une seconde de plus à le mettre en bouche.

Elle lui demanda de mettre un troisième doigt en elle. Il obéit et se mit à la lécher comme un dieu. Sa langue joua avec son clitoris pendant qu’il la doigtait et elle le suça de plus en plus vite pour le plus grand bonheur de son escort boy. Le 69 qu’ils étaient en train d’effectuer fit monter encore plus la température dans la pièce. Ils s’arrêtèrent puis son escort boy lui dit : “J’ai cru comprendre que tu voulais tester mes jouets…”

Madame acquiesça de la tête. Il prit sa mallette sous son lit puis sortit le bâillon, les menottes, les cache yeux puis un godemichet. Madame ressentit encore plus d’excitation en elle et se sentit privilégiée de pouvoir goûter à l’univers de son escort boy.

Il lui ordonna de tendre les bras puis glissa les menottes autour de ses poignets, il lui mit un bandeau en guise de cache yeux et lui demanda si elle était prête pour le bâillon.

Plus de sensation les yeux bandés

Plus de sensation les yeux bandés

Elle lui fit un signe affirmatif de la tête. Il lui mit le bâillon dans la bouche. Madame se retrouva perdu de tous ses sens. Cela était tout nouveau pour elle et elle était très intriguée par ce qui allait se passer par la suite. Il l’allongea sur le lit.

Elle était nue et dans l’incapacité de voir et de parler. Son escort boy avait le contrôle sur la situation. Il lui lécha le corps en commençant par le cou puis fit glisser sa langue entre ses seins pour arriver jusqu’à sa chatte toute mouillée. Il fit glisser sa langue entre ses lèvres pour accéder à son clitoris et le lécha de haut en bas puis de façon circulaire.

La jeune femme n’avait jamais ressenti ça auparavant. Le fait d’être privée de tous ses sens décuplait fortement le plaisir. Elle jouissait d’un bruit sourd car le bâillon ne lui permettait pas de crier de plaisir. Il la prit par la suite puis la retourna. Elle se retrouva à quatre pattes, les mains liées. Il lui lécha le dos pour arriver jusqu’à son anus qu’il pénétra avec sa langue.

Son vagin était si humide d’excitation que des flots coulaient le long de sa cuisse. Sans plus attendre, Son escort boy, très excité, pénétra son doux vagin en levrette doucement dans un premier temps puis accéléra de plus en plus. Madame gémissait de plaisir, elle sentait toutes les sensations comme elle ne les avait jamais ressenties auparavant.

Chaque aller-retour en elle était une explosion de chaleur. Il profita de ce moment pour insérer un doigt dans son anus et titiller son clitoris par la même occasion. Elle n’en revenait pas, c’était l’une des meilleures expériences sexuelles qu’elle n’avait jamais eues. Elle gémissait de plus en plus fort malgré le bâillon dans sa bouche pendant que son escort boy la pénétrait.

Elle cria de plus en plus fort et atteignit un orgasme si intense que ses jambes tremblaient. Son escort boy était fortement excité et faisait de son mieux pour durer le plus longtemps possible. Il ne pouvait pas se retenir plus longtemps. Il se retira de son vagin pour finir sur ses fesses. Le liquide chaud de son escort boy coula le long du corps de Madame. Elle venait d’avoir la meilleure expérience sexuelle de sa vie avec un escort boy.

❤️ ❤️ ❤️

Séance de domination pour femmes soumises est un service pour femmes modernes voulant découvrir tous les secrets du plaisir avec un gentleman expérimenté. Beaucoup de femmes ont envie d’apprendre à faire l’amour avec un gentleman sans les complications.

Respirez le voyage du plaisir intemporel et l’ère du jeu érotique lors d’une soirée privée orgasmique avec un gentleman. Entrez dans mon monde et sentez l’humidité envahir votre entrejambe grâce à la fantaisie d’une expérience de plaisir sans conséquences avec un escort boy respectueux et délicat. Séance de domination pour femmes soumises avec un charmant gentleman pour le plaisir de la femme sensuelle qui est en vous.

Profitez de préliminaires sans fin avec votre escort boy . Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais ce jour là. Vous pourrez enfin prendre du plaisir et abandonnez-vous à vos pulsions de femmes que je ferais exulter sous mes caresses de mâle viril.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler votre envie de découverte. Education sexuelle pour femme avec ou sans expérience va vous transporter dans la magie jouissive d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité . Séance de domination pour femmes soumises adultes pour frissonner d’un baiser dans le cou prise dans les bras d’un gentleman viril et tendre.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous donner du plaisir grâce mon expérience des femmes. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message.

Au plaisir de faire votre connaissance. Séance de domination pour femmes soumises adultes. Un charmant gentleman maître viril et tendre.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • 0
gémir dans les bras de votre escort boy

Vivez la parfaite alchimie du plaisir

Category:bondage,Escorting,Experience Tags : 

Vivez la parfaite alchimie du plaisir à domicile avec votre serviteur.  Avant de lire la suite, assurez vous d’avoir lu le début de l’histoire ici.

Madame pouvait sentir son désir couler hors d’elle et lentement le long de ses cuisses. Elle lui avait dit lors de l’une de leurs conversations par email qu’elle avait toujours eu envie de voir ce que ça faisait de se faire fesser. Il semblait qu’elle était sur le point de le découvrir.

art de l'extase sexuelle avec un escort boy

art de l’extase sexuelle avec un escort boy

« Je suis désolée Jean », elle répliqua une seconde fois, juste pour le jeu. Son corps était en feu, en manque et impatient de savoir si elle aimerait se prendre une fessée autant qu’elle l’espérait. Elle s’étira sur les genoux de son escort boy, ses seins pendants par-dessus ses genoux, ses longs cheveux foncés lui couvrant les yeux et son beau cul disponible pour ce qu’il avait en tête, quoi que ce puisse être. Elle se demanda brièvement avec combien de femmes il avait déjà fait ça auparavant, mais elle repoussa cette pensée de son esprit aussi vite qu’elle y était entrée. Ce n’était pas ses affaires et elle savait qu’il valait mieux qu’elle ne connaisse pas la réponse. 

« Ecartes les jambes ma belle » ordonna-t-il, écartant un peu ses jambes de sa main. Elle obéit, lui exposant ainsi sa petite chatte humide humide. son escort boy posa sa main sur son mont et elle inspira profondément, tandis que la main de son escort boy caressait la chair sensible, son doigt glissant entre ses plis mouillés.

« Alors, tu veux être punie ? » il demanda, plongeant deux doigts profondément en elle.

Madame gémit bruyamment et se tortilla contre ses doigts. Oh mon Dieu oui ! Punis-moi son escort boy !

Retirant ses doigts, il lui claqua immédiatement la chatte. « Réponds-moi quand je te parle ! »

Madame glapit comme sa main entrait en contact avec son mont, laissant les lèvres de sa petite chatte humide brulantes.

« Oh mon Dieu. Oui son escort boy ! » Il la claqua une seconde fois, un peu plus fort et elle gémit en retour. La morsure se transforma en délicieuse sensation de brûlure qui irradiait sur toute la zone entre ses jambes. Sa chatte commençait à vibrer comme il s’écrasa sur elle une troisième fois.

« Tu veux que j’arrête ? » il demanda posant à nouveau sa main sur son mont et il caressa gentiment la zone gonflée et douloureuse. Elle se rua contre sa main et gémit doucement.

« Non. N’arrête pas. »

« Putain que t’es mouillée Madame. » Il lubrifia son côté obscur avec son essence et commença à doucement insérer son index en elle. « Comment tu veux que je te prenne ce soir ? »

Sa chatte, sa bouche, son côté obscur, au point où elle en était, cela n’avait pas d’importance. Elle se crispa, comme le doigt de son escort boy se forçait un passage dans l’anneau serré de muscle qui gardait son entrée arrière.

levrette avec votre escort boy

levrette avec votre escort boy

Comme il continuait à enfouir son doigt dans son côté obscur, il abaissa l’autre main et la posa sur son sein, pinçant fortement le téton durci. Un intense choc de plaisir et de douleur la parcourut comme il roulait son téton entre ses doigts. Une fois que le doigt qu’il avait mis dans son côté obscur y fut enfoncé jusqu’à la seconde articulation, elle fut presque renversée par son désir pour lui et se rua contre ce doigt envahissant, le voulant encore plus profondément en elle, mourant d’envie de le sentir remplir sa chatte dégoulinante.

«J’ai besoin que tu me baises comme une bête sauvage. » Elle essaya de glisser de ses genoux et de se libérer de ce délicieux doigt qui l’envahissait, mais il plaça une main sur le haut de son dos, la forçant à rester sur ses genoux.

Sortant son doigt de son côté obscur, sa paume entra à nouveau en contact avec sa petite chatte humide en manque.

« Oh Jean ! »

Une autre claque.

La brûlure était divine et elle en voulait encore; presqu’autant qu’elle le voulait en elle. Chaque claque l’amenait plus proche de son orgasme. La crête de sa queue se pressait contre son ventre et cela la faisait le désirer ardemment.

« Tu vas recommencer ? » il demanda, la voix grave et brisée.

« Oui ! » Si c’était ce qu’elle obtenait pour l’avoir dérangé, alors elle recommencerait.

Souriant, son escort boy caressa sa petite chatte humide, glissant deux doigts entre les lèvres douloureuses et gonflées  de sa féminité et les fit courir de son anus au pistil de sa fleur.

Oh mon Dieu oui ! Elle était au bord de l’extase. Tellement proche. Son corps tremblait sur les genoux de son escort boy et ses poings étaient serrés comme elle se préparait pour une douce délivrance.

« Maintenant, si tu aimes ça, comment est-ce que ca peut te dissuader de recommencer à mal te comporter ? »  lui demanda-t-il, alors qu’il leva la main et l’écrasa quelques secondes plus tard sur sa chatte ruisselante.

Elle pouvait sentir son essence lentement couler. Elle n’avait jamais été si mouillée ou excitée.

« Je ne sais pas, » elle haleta alors qu’une autre claque provoqua une autre montée de plaisir et de jouissance en elle. Puis il recommença à la caresser. « Je vais jouir. » Elle gigota et se tortilla sur lui, les poings serrés. Elle y était presque.

« Bien. » son escort boy retira sa main.  « Lève-toi et allonge-toi face contre le lit, les mains au-dessus de la tête. »

A suivre très prochainement….ici ou chez vous…

❤️❤️❤️

Vivez la parfaite alchimie du plaisir . Donner du plaisir est un art de gentleman et vous en avez besoin. Beaucoup de femmes  ont envie de prendre du plaisir avec un gentleman sans les complications. Vous avez le droit de profiter de la compagnie d’un homme qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie d’un moment coquin sans lendemain .

Respirez le voyage du plaisir intemporel et l’ère du jeu érotique sans fin. Entrez dans mon monde et ouvrez vos cuisses et sentez l’humidité envahir votre entrejambe grace à la fantaisie d’une expérience de plaisir sans conséquences avec un homme respectueux mais viril.

Profitez de votre voyage de plaisir comme aucun autre. Noyez vos sens dans la séduction, Une expérience exceptionnelle avec un gentleman. Vous n’oublierez jamais ce jour là . Vous pourrez réaliser tous vos fantasmes .

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour toutes les femmes, Amant secret pour femmes seules pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité . Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Vivez la parfaite alchimie du plaisir avec un gentleman à Paris répondra à votre furieuse envie de compagnie masculine afin de combler votre solitude dans des moments libertins en toute sécurité . Juste pour le plaisir de se faire plaisir.

Plaisir, désir, passion, extase au programme. Un voyage de plaisirs érotiques sans fin. Fantaisie de divertissements érotiques pour femmes adultes pour un moment de plaisir en compagnie d’un gentleman. Essayer le plaisir pour femmes à domicile.

La rencontre avec un gentleman comme Jean est une expérience très sensuel

La rencontre avec un gentleman comme Jean est une expérience très sensuel

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous donner du plaisir grâce mes compétences de gentleman professionnel et grâce à mes performances hors du commun  . Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message.

Je suis là pour vous Mesdames quand vous avez besoin de quelqu’un de bien pour un divertissement unique, je vais vous faire vivre une expérience exceptionnelle  lors d’un moment de plaisir où donner du plaisir est un art de gentleman. Vivez la parfaite alchimie du plaisir à domicile avec votre serviteur.

Au plaisir de faire votre connaissance.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • 0
rendez voussoumissionavecunescortboy

Rendez-vous de soumission

Category:bdsm,bondage,escort boy Tags : 

Pour son rendez-vous de soumission, Madame avait choisi un hôtel parisien qui louait des chambres à l’heure pour des « pauses amoureuses ». C’était la première fois qu’elle pénétrait dans ce type d’établissement, et elle jeta un regard curieux autour d’elle en entrant dans le vestibule. 

Elle s’était à moitié attendu à découvrir un endroit drapé de tentures rouges et saturé de parfums capiteux. Mais, en lieu et place de la maison close du XIXe siècle qu’elle imaginait, elle trouva une réception moderne, spacieuse et lumineuse. Le cadre avait beau être fonctionnel et ressembler à l’entrée de n’importe quel hôtel, Madame sentit croître son excitation.

Malgré la pluie glacée qui, depuis la veille, s’abattait en continu sur les rues parisiennes, la perspective de revoir son escort boy la mettait dans un état d’agitation fiévreuse. Elle avait été profondément troublée pendant les deux jours qui avaient suivi leur échange téléphonique. Elle avait fait des rêves érotiques d’un réalisme déconcertant, qui l’avaient réveillé en sursaut, en nage, la sexe humide. 

des rêves érotiques d’un réalisme déconcertant

des rêves érotiques d’un réalisme déconcertant

Elle avait eu beau se toucher plusieurs fois en pensant ce gentleman pour femmes exigeantes aux yeux bruns, rien n’avait pu assouvir son désir. Elle voulait la voir. Le toucher. Qu’il la prenne comme une vraie femme lors d’un rendez-vous de soumission.

Madame se dirigea vers le comptoir, derrière lequel se tenait un employé à la tenue irréprochable, costume sombre et lunettes à monture noire, vivante image de l’efficacité discrète.

— Bonsoir, Madame. Que puis-je pour vous ?

— J’ai fait la réservation numéro 196769.

— Absolument, confirma le réceptionniste en compulsant un fichier informatique. Pour quatre heures.

— Mon ami devrait arriver, vous lui donnerez une autre clé pour qu’il puisse monter directement.

— Très bien Madame.

Madame régla en liquide et s’empara de la clé magnétique que lui tendait le jeune homme en le remerciant. Elle emprunta ensuite l’ascenseur au fond du hall et appuya sur le bouton du dernier étage. Elle se contempla dans le miroir, histoire de vérifier que tout était sous contrôle : elle était rentré chez elle pour se doucher et se changer, et elle avait troqué son son tailleur de journée pour un autre beaucoup plus sexy et de soirée.

Elle détestait les looks négligés, qui étaient, lui semblait-elle, le fondement de la mode féminine moderne. Elle considérait qu’il était de son devoir de femme chef d’entreprise de présenter une apparence impeccable. 

Elle emprunta le long couloir au sol recouvert d’une épaisse moquette en se demandant brièvement quelles histoires abritaient les chambres qu’elle dépassait.

Combien de couples illégitimes étaient à l’instant même en train de s’adonner furieusement aux plaisirs de la chair ? Combien d’amants attendaient leur maîtresse ? Combien de femmes attendaient leur maître pour un rendez-vous de soumission.

À cette pensée, Elle atteignit la dernière chambre au bout du couloir et introduisit la clé magnétique dans le petit boîtier qui servait de serrure. La porte s’ouvrit avec un petit « clic ». Elle la poussa, soudain incertaine. Elle pénétra dans la chambre.

La pièce était relativement exiguë : le lit king size semblait prendre toute la place, flanqué de part et d’autre de deux tables de nuit blanches, surmontées par des appliques. Seule l’une des deux était allumée, projetant une lueur ronde et clairement circonscrite sur la tête de lit. Le reste de la pièce était plongé dans la pénombre. Madame plissa les yeux pour s’accoutumer à la semi-obscurité. 

Puis on frappa à la porte, c’était lui. Le gentleman escort boy pour dames. Il ouvrit la porte.

— Bonsoir Madame, dit-il de cette voix grave qui l’excitait terriblement.

— Bonsoir Maître Jean, dit-elle.

Le voir là, devant elle, en chair et en os, après avoir passé six jours à fantasmer sur lui, aiguisa son désir d’une manière presque douloureuse. Elle avait envie qu’il se jete sur elle et qu’il la prenne brutalement contre la fenêtre devant laquelle elle se tenait, tout en ressentant le besoin paradoxal qu’il prenne son temps avec elle, qu’il fasse durer les choses lors de rendez-vous de soumission. 

Jean était habillée en costume bleu foncé, avec un chemise blanche, et de magnifique chaussures noires. Et, son regard Intense qui bouleversait les femmes qui le rencontraient. Le gentleman avait apporté du champagne pour Madame et quelques fruits rouges.

Le gentleman avait apporter du champagne

Le gentleman avait apporté du champagne

Ils se dévisagèrent en silence. L’escort boy ne savait pas à quoi pensait la jeune femme, mais il avait l’impression que la tension sexuelle qui s’était établie entre eux lors de leurs nombreux échanges Whatsapp planait de nouveau, intacte.

— Voici les règles, dit-il soudain.

— Je veux que lors de nos séances, tu arrives avant moi, que tu te déshabilles et que tu m’attendes nue. Pas question de te couvrir avec quoi que ce soit. 

 Madame lui jeta un regard indéchiffrable puis baissa les yeux.

— Oui, monsieur.

L’escort boy tressaillit. Elle avait acquiescé et employé le terme de « monsieur » avec un naturel désarmant, sans aucune trace de moquerie. Madame avait demandé à son escort boy d’être sa soumise.

— Déshabille-toi, ordonna-t-il sans bouger.

Elle ôta le haut de son tailleur sans lever les yeux vers lui. Puis, les paupières toujours baissées, elle se pencha pour délacer ses chaussures. Sa jupe suivit, puis son chemisier. Madame ne portait pas de sous-vêtements. Elle se tenait devant le rideau, bien droite, entièrement nue, le regard baissé.

Madame dégageait quelque chose de profondément magnétique qui l’attirait inexorablement. Il combla l’espace qui les séparait, sans la toucher. Il sentait le sang pulser dans son sexe raidi ; il bandait depuis qu’il avait poussé la porte de la chambre.

L'escort boy laissa son regard errer sur ce corps offert.

L’escort boy laissa son regard errer sur ce corps offert.

L’escort boy laissa son regard errer sur ce corps offert.  Madame ne bougeait pas, le souffle régulier, la peau légèrement hérissée par la chair de poule. Son regard se déplaça le long du buste de la jeune femme : elle avait le ventre plat et ferme de celle qui passe beaucoup de temps à faire du sport. À en juger par ses abdominaux et ses cuisses musclées, c’était une joggeuse. Il posa les yeux sur son sexe, épilé mais pas trop. 

Jean aimait partir à la découverte de l’intimité d’une femme. Cela faisait partie de l’attrait qu’il éprouvait pour les mystères féminins. 

— Penche-toi, ordonna-t-il en reculant un peu.

Elle obéit sans protester, étirant son dos nerveux dont les muscles fins roulaient sous sa peau pâle. Elle ressemblait à un félin à l’affût ; malgré son immobilité, elle avait l’air sur le qui-vive. Elle ne bougeait pas, comme si elle attendait qu’il décide quoi faire d’elle.

Il la contourna, toujours sans la toucher, et contempla ses fesses fermes et rondes et ses jambes fuselées. À cause de la position qu’il lui avait fait prendre, son cul s’offrait sans pudeur, les fesses légèrement écartées. Se sentir ainsi offerte redoubla l’excitation de la dame. Il posa la main sur sa fesse droite, et la jeune femme tressaillit légèrement, comme si elle redoutait qu’il ne la touche tout en n’espérant que ça. 

Jean fit courir sa main le long de la courbe de sa chair, elle fut envahi par un violent émoi : cette caresse la rendait folle de désir. Il porta la main à son cou et dénoua sa cravate..

— Penche-toi, ordonna-t-il. Mains derrière le dos.

Il savait que la position était difficile à tenir : les bras en arrière, elle n’avait aucun support et devait s’en remettre à son sens de l’équilibre pour rester immobile. Elle s’exécuta cependant et écarta un peu les pieds pour ne pas basculer en avant, répartissant son poids de manière égale entre ses deux jambes.

L'escort boy saisit ses poignets d’une main ferme.

L’escort boy glissa sa main dans son inimité brulante.

L’escort boy saisit ses poignets d’une main ferme. Il les attacha ensemble avec sa cravate en faisant en sorte que les bras de la femme soient bien tendus. Elle tenta de tourner un peu son bras vers l’intérieur, comme si elle voulait tester son attache.

— Ne bouge pas.

La jeune femme se cambra légèrement et s’étira afin de conserver son immobilité. L’escort boy plaça son pied chaussé contre le pied nu de Madame et, d’une poussée, la contraignit à écarter davantage les jambes. Elle manqua de basculer en avant, et il la retint d’une main ferme par ses poignets liés. Il maintint sa prise quelques secondes, le temps qu’elle puisse ajuster sa position, puis il la relâcha.

Il fit un pas en arrière et se déplaça sur le côté pour la contempler. Elle avait fermé les yeux, et sa respiration était calme et régulière. Il avait l’impression qu’elle commençait à se détendre. Il se replaça derrière elle. La vision de son cul pâle et tendu acheva de le pousser sur la voie à l’orée de laquelle il se tenait. Sans plus réfléchir, le gentleman leva la main et l’abattit brutalement sur la fesse droite de la femme. le rendez-vous de soumission commençait.

Il eut l’impression que le claquement provoqué par l’impact emplissait tout l’espace. Sous la force du coup,  Madame fit un petit mouvement en avant, mais se rétablit immédiatement.

Elle ne protesta pas. Ne gémit pas. L’escort boy attendit quelques instants avant de caresser légèrement sa peau à l’endroit où sa main avait laissé une marque rouge.

Puis il leva la main et l’abattit de nouveau, pas tout à fait au même endroit. La caresse qui suivit fut plus longue.

Il saisit les poignets entravés de la jeune femme de la main gauche et abattit une troisième fois la main, plus violemment cette fois.  Madame gémit. Cette fois-ci, il glissa un doigt entre ses fesses, dont il suivit la fente jusqu’à sa chatte. Elle était mouillée, cette fessée n’avait fait  qu’accroître l’excitation de Madame.

C’est alors qu’il leva les yeux. Concentré sur la femme, il n’avait guère prêté attention au décor qui les entourait. Un miroir sur pied était posé contre le mur de droite, face au lit. L’escort boy et  Madame s’y reflétaient de profil. Le contraste formé entre la femme maigre et nue, les poignets liées, penchée, les fesses offertes, et lui qui la dominait de toute sa taille, entièrement habillé, était saisissant. 

Loin de l’arrêter, l’image qu’il aperçut dans le miroir l’excita davantage. Sans lâcher la femme, il la fessa de nouveau, si fort cette fois qu’un petit cri lui échappa. Il attendit quelques secondes puis introduisit un doigt dans sa chatte. Elle gémit. Elle faisait de son mieux pour garder les jambes tendues et le dos droit, mais elle avait de plus en plus de mal à rester dans cette position inconfortable.

L’escort boy tira doucement sur sa cravate, et la jeune femme se redressa, le dos contre son torse. Elle garda les jambes écartées et se tint bien droite. Il comprit qu’elle ne se laisserait pas aller tant qu’il ne lui en donnerait pas l’ordre. Maître Jean dénoua sa cravate, vérifia qu’elle n’était pas trop ankylosée en lui frottant un peu les bras, puis, sans bouger, se servit de nouveau de sa cravate pour l’utiliser comme un bandeau qu’il attacha sur les yeux de la femme. Il s’assura qu’il était bien en place puis recula un peu.

— Assieds-toi sur le lit, ordonna-t-il d’une voix rauque.

 Madame hésita. Le lit se tenait à moins d’un mètre sur leur gauche, mais le bandeau la plongeait dans l’obscurité. Elle fit un pas de côté puis un autre, et, lorsque son genou entra en contact avec le sommier, elle s’assit sur le bord du matelas, bien droite.

— Écarte les jambes.

Quand elle obéit, Maître Jean dégrafa sa ceinture. Si Madame reconnut le bruit caractéristique de la boucle que l’on défait, elle n’en laissa rien paraître. Elle se tenait parfaitement immobile, le dos droit, les jambes écartées, les pieds reposant sur leur pointe, comme une danseuse sur le point de se livrer à une figure. L’escort boy ôta ses chaussures et sa veste, puis se plaça derrière elle sur le lit. Il lui lia les poignets avec sa ceinture, vérifia que le cuir ne lui entamait pas la chair, puis, saisissant ses cheveux courts, il tira brutalement sa tête en arrière et posa les lèvres à la base de son cou. Elle appréciait son rendez-vous de soumission.

Sa peau était souple et tiède, et son parfum enivrant

Sa peau était souple et tiède, et son parfum enivrant

Sa peau était souple et tiède, et son parfum enivrant. Il déposa un sillage de baisers brûlants le long de son cou tout en la maintenant fermement par les cheveux.  Madame se laissait faire avec un abandon qui n’avait rien à voir avec de la passivité. Il finit par poser sa bouche sur la sienne. Elle soupira un peu, comme s’il lui donnait enfin ce qu’elle attendait, et entrouvrit les lèvres. Leurs langues se mêlèrent. l’escort boy tira davantage sur ses cheveux :  Madame était toujours dans la même position, mais sa tête était tournée au maximum vers lui. Elle gémit. 

Assez joué. Il descendit du lit et s’agenouilla devant elle. Elle attendait son bon vouloir, le souffle court, les épaules rejetées en arrière, les yeux bandés. En la voyant ainsi à sa merci, consentante et abandonnée, l’escort boy sentit surgir en lui un sentiment aussi singulier qu’agréable : il se sentait responsable d’elle. Elle ne le connaissait pas et pourtant elle lui faisait confiance. Elle avait voulu qu’il la retrouve dans cette chambre d’hôtel pour se livrer à lui sans protester ni manifester la moindre crainte.

Son maître glissa les mains sur les fesses de la jeune femme puis posa les lèvres sur son téton droit, qu’il mordilla et lécha, doucement d’abord, puis de plus en plus fort. Il plaça le bras droit derrière sa taille pour l’immobiliser avant d’introduire trois doigts de la main gauche dans sa chatte trempée. Elle gémit et se cambra contre sa main. Il posa le pouce sur son clitoris et la doigta brutalement. Elle tenta d’onduler des hanches afin d’accompagner son mouvement, mais il la maintenait trop fermement pour qu’elle puisse bouger ne serait-ce que de quelques centimètres. L’escort boy sentait son sexe pulser au même rythme, raide et douloureux. Il la relâcha soudain et retira la main de sa chatte.  Madame gémit plus fort, comme si elle protestait. Mais elle ne dit rien. Elle connaissait les règles d’un rendez-vous de soumission.

L’escort boy sortit un préservatif de la poche de sa veste, déboutonna sa braguette et libéra sa queue sans ôter son pantalon.

— Debout ! ordonna-t-il, le souffle un peu court, tout en enfilant un préservatif.

Elle obtempéra immédiatement.

Il l’attira violemment à lui, la retourna afin que son dos se retrouve contre son torse et la plaqua contre le mur près du miroir. Il glissa la cuisse entre les jambes de la femme, qu’il écarta d’une poussée. Il savait que, dans cette position, la différence de taille entre eux rendrait la pénétration malaisée, mais tanpis. Il maintint par une épaule son buste légèrement décollé du mur et, de l’autre main, guida sa grosse queue raide dans sa chatte, dans laquelle il se glissa d’une poussée. Les mains toujours liées dans le dos,  Madame se cambra.

— Ne bouge pas, ordonna-t-il sèchement.

Elle s’immobilisa. Il posa une main à plat sur le mur, l’autre autour de la taille de la jeune femme pour la maintenir bien en place. Ses coups de reins, d’une régularité de métronome, devinrent de plus en plus brutaux et rapides. Entravée à la fois par la position, son bras et la ceinture, Madame gémissait de plus en plus fort.

Mû par une impulsion subite, l’escort boy posa la bouche sur son épaule et la mordit violemment. Elle poussa un cri de surprise, et il la sentit jouir. Il ne put résister davantage alors qu’elle contractait son vagin sur sa queue tendue en elle et se laissa emporter par la force de l’orgasme à son tour.

Il se laissa glisser au sol,  Madame toujours dans les bras. Il défit sa ceinture, lui massa les poignets puis ôta le bandeau. Elle garda les yeux fermés, la respiration haletante. L’escort boy s’adossa au mur et l’attira plus étroitement contre lui. Elle se laissa aller contre son épaule et soupira. Elle était tellement heureuse de son rendez-vous de soumission.

Il lui caressa doucement les cheveux, attentif à la chaleur et au parfum de sa peau, à la fine pellicule de sueur qui s’était formée sur sa nuque, là où ses cheveux formaient de petits épis, au rythme de sa respiration, qui soulevait ses seins.

❤️❤️❤️

Avez-vous envie d’un rendez-vous de soumission ? Beaucoup de femmes ont envie de vivre une expérience de soumission avec un gentleman inconnu. Vous avez le droit de profiter de la compagnie d’un homme qui s’occupera de vous et ne vous jugera pas d’avoir envie d’un moment de soumission sans lendemain.

Respirez le voyage du plaisir intemporel et l’ère du jeu érotique sans fin. Entrez dans mon monde et ouvrez votre porte à la fantaisie d’une expérience de plaisir sans conséquences.

Profitez de votre voyage de plaisir comme aucun autre. Noyez vos sens dans la soumission, même pour une courte période; soyez dans le moment aussi longtemps que vous le souhaitez, en souhaitant que cela ne se termine pas. Vous pouvez réaliser vos fantasmes avec la séance de soumission sensuelle anti-âge pendant que vous laissez votre stress à l’extérieur.

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour toutes les femmes, gentleman Escorte Masculin hétérosexuel pour vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’un rendez-vous de soumission dans un respect mutuel avec protection.

Je vais bien m'occuper de vous

Je vais bien m’occuper de vous

L’expérience de BDSM avec le gentleman pour femmes exigeantes répondra à vos besoins afin de vivre votre fantasme dans un moment libertin en toute sécurité. Juste pour le plaisir de se faire plaisir.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit. Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous donner du plaisir grâce mes compétences de gentleman professionnel et grâce à mes performances hors du commun. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message.

Je suis là pour vous Mesdames quand vous avez besoin de quelqu’un de bien pour un rendez-vous de soumission par exemple ou toute autre chose quelque soit votre scénario. Le meilleur escort boy parisien pour femmes exigeantes.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/


  • 0
submiss blindfold throat

Le Plaisir de la Soumission Totale

Category:bondage,fantasmes,Soumission Tags : 

Madame avait demandé à son escort boy de vivre le Plaisir de la Soumission Totale. La pièce était sombre. Une femme était debout, grande et mince, son visage encadré par des cheveux clairs.

Elle était totalement nue, sa mince poitrine était gonflée, ses tétons tendus par l’excitation. La pièce était silencieuse. Mais ce silence était chargé d’un érotisme électrique.

Assis confortablement sur des sièges en cuir, un homme observait la femme aux cheveux clairs, tandis qu’elle, suivant les instructions qu’il lui avait données, écartait ses longues jambes et commençait à passer ses doigts entre ses cuisses.

Son souffle devenait plus audible à mesure que son excitation montait, et son corps commença à trembler. Ses grands yeux s’agrandirent alors qu’elle approchait de l’orgasme. Presque imperceptiblement, elle changea le rythme qu’elle imprimait à ses doigts, et son corps relâcha de la tension.

Aussitôt, les doigts de la dame se firent plus rapides et, bientôt, elle arqua son corps, poussant sa poitrine vers l’avant alors qu’elle approchait le point de non-retour.

Un petit soupir: Le Plaisir de la Soumission Totale

La dame poussa un petit soupir. Elle luttait désespérément pour retarder son plaisir, mais, comme ses doigts continuaient à stimuler la chair humide et réceptive entre ses cuisses, cela s’avéra impossible.

Avec un léger cri de désespoir, elle atteignit l’orgasme. Son corps tremblait de la tête aux pieds.

Jean garda le silence, mais on entendait clairement sa respiration intense, tandis qu’elle attendait que Jean décide de la suite des évènements.

Se mettant debout, il se dirigea ensuite vers elle. Il mesurait un bon mètre quatre-vingt, et la femme était beaucoup plus petite, et il posa une main légère sur son épaule.

Il sentait son corps trembler sous sa main. Jean lui annonça qu’il allait lui mettre un bandeau. La dame se raidit et se retira de sous la main de son amant, mais elle n’émit aucune protestation. Au lieu de cela, elle baissa la tête en prenant un air résigné et soumis.

Elle détestait le bandeau, ce que Jean savait très bien, raison pour laquelle il l’avait choisi. Il lui était arrivé tant de choses dans l’obscurité du bandeau de velours noir que sa peur était aussi intense que l’incroyable plaisir qu’elle en avait tiré.

L’obscurité: Le Plaisir de la Soumission Totale

Un plaisir plein de douleur qui s’était emparé d’elle au cours des longues et étranges séances d’initiation sexuelle qu’elle avait demandé à Jean.

Jean tira le bandeau noir de sa poche, l’attacha fermement autour de ses yeux et fit courir un doigt sur la colonne vertébrale de la jeune femme, lui griffant la peau de son ongle au passage.

Elle se tenait là, incapable de voir quoi que ce soit, et attendait que Jean décide de s’occuper d’elle.

Malgré sa peur, elle était excitée, son corps avait appris à jouir des plaisirs sombres. Parfois, elle se demandait jusqu’où irait Jean et si elle choisirait jamais de refuser ce qu’il lui demandait.

Jean bougea légèrement le corps de la femme, lui donnant un angle qui lui permettait de s’agenouiller entre ses jambes. Il empoigna les chevilles de sa proie et commença à remonter tout en massant ses mollets.

La femme tenta un mouvement de recul, tâcha de se libérer des caresses insidieuses et excitantes qui allaient venir. Jean attrapa fermement ses jambes, et, comme ses mains s’insinuaient dans l’entrecuisse, La femme commença à gémir de désespoir.

Les doigts de Jean ouvrirent les lèvres de son intimité, et il approcha sa bouche au plus près de la vulve exposée, respirant doucement tout contre, afin que la femme comprenne bien ce qui allait lui arriver.

L’anticipation: Le Plaisir de la Soumission Totale

L’anticipation de ce qui allait se produire ajoutait à l’excitation de la femme. À nouveau, ses tétons se transformèrent en petits pics, la peau de son ventre ondula légèrement.

Après quelques secondes d’une attente insupportable, la langue de Jean frappa avec une précision incroyable, s’enroulant autour du clitoris excité de la dame, afin que le volume des gémissements de détresse et de plaisir mélangés augmente.

Jean sentit queue durcir, excitée qu’il était lui aussi de voir cette femme batailler encore une fois contre un plaisir interdit qui allait de nouveau la vaincre.

Ce fut ce moment que Jean choisit pour aspirer le petit morceau de chair dans sa bouche et le sucer avec force. Il imaginait très bien les sensations qui en ce moment même submergeaient le ventre de cette femme.

Comme il continuait à sucer le centre du plaisir de la belle, il enfonça trois doigts en elle et commença à les bouger dans des allers-retours puissants, rapides. Au bout de quelques secondes à peine, la femme rejeta sa tête en arrière, et les tendons de son cou ressemblèrent à des cordes de violon.

Sexy Blinder With Hands Bundle Temptation Accessory For Women Lace Blindfold Erotic Costume Free Shipping

À mesure que la tension sexuelle montait, chacun de ses muscles se contracta, jusqu’à ce que, poussant un cri, elle succombe à un nouvel orgasme d’une intensité et d’un plaisir insupportables.

Jean tendit les mains et pinça fortement les tétons. Le corps de la dame convulsa encore une fois de plaisir.

La chevelure de la dame, habituellement si ordonnée, était devenue une crinière sauvage ; les racines de ses cheveux dégoulinaient de sueur. Ses joues étaient rouges, tout comme sa poitrine.

Elle avait l’air merveilleusement désorientée et humiliée. L’érection qui se forma dans le pantalon de Jean était si intense qu’elle en devint douloureuse.

Désorientée et humiliée : Le Plaisir de la Soumission Totale

Malgré cela, il n’avait aucune intention de se donner du plaisir avant un certain temps. C’était un amusement pour lui, et une expérience de plus pour la femme.

Puis Jean tira les mains de la femme derrière elle et les attacha rapidement avec des menottes de cuir. Il la poussa ensuite sur ses genoux, mais, comme elle se baissait trop, il la tira par les cheveux jusqu’à ce qu’elle ait pris la position qu’il désirait.

La femme laissa échapper un petit cri de douleur, mais Jean comprit qu’elle était encore plus excitée à mesure que le jeu avançait. Il sourit intérieurement. Le Plaisir de la Soumission Totale.

D’un coup de poignet rapide, il cingla les seins de la femme avec un fouet en latex. Le coup fit crier sa victime, et Jean l’observa attentivement.

Une petite larme coula de sous le bandeau, et Jean s’aperçut que les tétons de la femme étaient encore durs et que son entrecuisse était humide. Il comprit que son plaisir était bien plus important que sa détresse.

Jean lui ôta les menottes et la poussa sur le dos. Il s’agenouilla près de ce corps étendu, fit brièvement courir sa main sur sa poitrine, englobant cette chair tendre, avant de descendre plus bas et commencer à masser son ventre avec ces mouvements circulaires qu’elle affectionnait tant.

Elle ne put réprimer un gémissement dû au désir qui montait en elle. Bien qu’elle luttât contre l’orgasme, ses lèvres commencèrent à remuer, augmentant le plaisir qu’il lui donnait.

Soudain elle cessa de bouger, mais la science de Jean était si grande que cela ne changeait rien. Même totalement immobile, elle savait qu’elle serait incapable de résister au plaisir que son gentleman allait lui donner.

Avec précaution, il appuya fortement sa paume contre le bas de son ventre, et la pression sur sa vessie ajouta une stimulation supplémentaire à toutes les terminaisons nerveuses qui regorgeaient dans la région pelvienne.

Elle murmura une légère protestation qu’il ignora complètement. Il continua à appuyer de la paume de la main gauche, tandis que sa main droite s’insinuait entre ses cuisses trempées, jusqu’à atteindre son clitoris qui était à moitié rétracté.

Il le titilla avec son doigt, jusqu’à ce qu’il s’épanouisse et émerge de son capuchon protecteur une nouvelle fois. Ses doigts s’approchaient en faisant des cercles autour du petit bouton.

S’épanouir : Le Plaisir de la Soumission Totale

Puis Jean entendit le souffle de la femme se coincer dans sa gorge comme il commençait à appuyer doucement, puis plus fort, jusqu’à ce qu’elle geigne d’inconfort, mais cet inconfort la conduisait toujours à un mélange fracassant de plaisir et de douleur, et l’envoyait au paroxysme de l’extase.

Il observa son corps mince, ses petits seins, sa peau olivâtre et, soudain, Jean ne put plus attendre. Ses doigts pincèrent fort son clitoris, tandis que sa main appuyait plus profondément sur son ventre.

Ses terminaisons nerveuses surstimulées furent incapables de se retenir. Elle explosa d’un orgasme si intense que son corps fut pris de convulsions. Elle poussa un cri de plaisir horrifié.

Ses bras et ses jambes étaient agités de spasmes. Jean se pencha sur elle et lui donna un baiser fougueux sur la bouche. Ainsi se termina la séance de domination que la dame avait demandé à son gentleman.

*

Avez-vous Le Plaisir de la Soumission Totale ? Beaucoup de femmes rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivre. Vous êtes toutes en droit de profiter de la domination d’un gentleman qui vous aidera à vivre vos envies et ne jugera pas votre désir de soumission pour le plaisir.

Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise avec  le Plaisir de la Soumission Totale dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous divertir, de vous donner du plaisir avec le Plaisir de la Soumission Totale ou vous pourrez souffrir de plaisir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement ou vous me direz tout sur votre fantasme afin que je le réalise dans les moindres détails en toute sécurité.

Au plaisir de faire votre connaissance. Maître Jean – Dominant pour femmes exigeantes et soumises.

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 https://escortboy.org