Escort Boy Massage

  • 0
Escort Boy Massage

Escort Boy Massage

Category:Massage Tags : 

Le massage est l’une des plus anciennes formes de thérapie populaire, et fût utilisé tout au long de l’histoire pour guérir le corps et l’esprit. Je l’excite bien pendant le massage et vois qu’elle prend son pied exactement comme je le souhaite.  Mes caresses la font frissonner de plaisir. C’est ce qu’elle attend de moi, que je m’occupe de son bien-être. Je veux la voir prendre du plaisir car j’aime voir les femmes lacher prise sous mes caresses et mes étreintes, je veux leur donner ce qu’elles n’ont pas pu obtenir jusqu’à notre rencontre.

Je suis exactement l’escort boy dont elle a besoin maintenant… celui qu’elle désire. Je lui donnerai tout le plaisir qu’elle mérite. Elle enlève ses doigts et je lui attrape la main, ne voulant pas renoncer au plaisir de mes caresses. Sa main dans la mienne est fine et délicate, sa peau douce et chaude. Elle essaie de me la retirer machinalement, mais je ne la laisse pas faire et mes doigts se resserrent autour des siens. Elle ne peut m’obliger à la lâcher que si je le veux bien.

Et d’ailleurs, elle ne veut pas que son gentleman la lâche. Je sens monter l’excitation en elle et mon propre corps de gigolo se raidit. Je tends l’autre main par-dessus la table et lentement, résolument, j’ouvre sa ceinture. Puis je me lève sans lui lâcher la main et je l’emmène dans la chambre.

Elle garde le silence quand nous entrons dans la chambre et que je ferme la porte derrière nous. Je lui lâche la main, je vais vers le lit et je m’assieds, je me penche en arrière et je croise les jambes. Une posture nonchalante, alors que je suis tout sauf nonchalant quand je la regarde.

Mon désir de la posséder est violent, il me consume tout entier. C’est une obsession qui va au-delà d’un simple besoin sexuel, bien que mon corps la désire ardemment. Ce n’est pas seulement que je veuille la baiser ; je veux laisser mon empreinte sur elle, laisser mes marques sur elle et en elle afin qu’elle n’ouble jamais les moments que nous allons vivre ensemble. Je veux qu’elle m’appartienne entièrement au cours de cette soirée de luxure.

Son intimité est trempée de désir et son excitation est si forte qu’elle me donne l’impression qu’il y a des mois qu’elle n’a pas été prise par un homme. J’ai besoin de tout mon sang-froid pour ne pas lui arracher ses vêtements, la faire se pencher en avant sur le lit et la marteler jusqu’à ce que j’explose.

Je me contrôle parce que je ne veux pas la faire jouir en vitesse. J’ai d’autres projets en tête aujourd’hui. En respirant profondément, je me force à rester immobile et je la regarde se déshabiller lentement.

Son visage est congestionné, sa respiration plus rapide, et je sais qu’elle me désire déjà, que son intimité est chaude et glissante, prête à m’accueillir. En même temps, je sens son hésitation dans ses gestes, je vois la méfiance dans ses yeux. Il y a encore une part d’elle qui a peur de moi, qui sait de quoi je suis capable. Mais je suis un gentleman et elle le sait.

Elle enlève d’abord son chemisier, révélant ses dessous. La bretelle rouge sang de son soutien-gorge apparait, cette couleur qui symbolise la luxure m’excite encore plus et m’envoie une nouvelle giclée d’énergie directement dans la verge. Après, c’est le tour de sa jupe mais elle garde ses bottines à talons, elle est prête à recevoir du plaisir.

Avec son soutien-gorge rouge et sa culotte assortie, elle est une femme délicieuse. Son corps délicat est athlétique et musclé, les muscles de ses bras et de ses jambes sont subtilement définis. Avec ses rondeurs, elle est très féminine, avec son derrière rebondi et ses gros seins ronds. Ses longs cheveux qui lui flottent dans le dos lui donnent l’air d’un mannequin du catalogue de lingerie Empreinte.

Ma barre de fer se frotte douloureusement contre la fermeture éclair sa culotte en dentelles. Elle me fixe de ses grands yeux noirs et s’approche avec précaution et avec hésitation, comme si j‘allais l’attaquer d’un instant à l’autre.

Je respire encore profondément pour m’en empêcher. À la place quand elle est à ma portée je me penche pour l’attraper fermement par la taille et l’attirer vers moi et la mettre entre mes jambes d’escort boy. Sa peau est douce et fraîche. En levant le bras, je trouve l’attache de son soutien-gorge et je libère ses seins de leur emprisonnement.

Quand son soutien-gorge glisse le long de ses bras ma bouche devient sèche et tout mon corps se contracte. Même si j’ai déjà vue nue des centaines de femmes, chaque nouvelle occasion est une révélation. Elle a des gros tétons d’un brun rose et ses seins sont légèrement dorés comme le reste de son corps. Incapable de résister, je prends ces monticules ronds et doux dans les mains, je les presse et je les pétris. Sa chair est lisse et ferme, ses tétons se raidissent dans mes mains. Je l’entends reprendre son souffle quand mes pouces se frottent contre leur rigidité et ma faim de la posséder s’accentue encore.

Je lui lâche les seins, je mets le doigt sous l’élastique de sa culotte et la lui fais descendre le long des jambes puis je mets la main droite sur son sexe. Mon majeur pénètre sa petite ouverture, et ma verge tressaute de la sentir mouillée. Quand mon pouce lui appuie sur le jardin secret, elle en perd le souffle, sa main m’agrippe l’épaule et ses petits ongles acérés me griffent la peau. Je ne peux plus attendre une seconde de plus. Il faut que je la possède.

Je lui demande de s’allonger sur le lit. Ma voix est pleine de désir quand je retire la main de son sexe. Je veux qu’elle se mette sur le ventre. Elle obéit à toute vitesse pendant que je me lève et que je me déshabille à mon tour.

C’est une bonne élève. Quand j’ai enlevé mes vêtements, elle est déjà couchée sur le ventre, toute nue, un oreiller soulève son derrière rebondi. Elle me regarde sous ses longs cils et je sens son impatience mêlée de nervosité. En ce moment, elle désire être prise par son escort boy. Son regard exacerbe mon excitation.

Nathalie ne bouge pas, bien que son corps se raidisse sous mes yeux. Je m’arrête au bord du lit, je tends ma main restée libre et je laisse glisser les doigts le long de sa colonne vertébrale. Elle frémit sous mes caresses. Je veux l’entendre crier, la sentir se débattre inutilement, puis la sentir fondre dans mes bras quand je la ferais jouir sans relâche.

Je me penche sur elle pour embrasser légèrement le bas de son dos et sentir son chaud parfum de femme en laissant monter notre impatience. Elle est parcourue d’un frisson et je souris, l’adrénaline coule à flots dans mes veines.

Je prends doucement Nathalie dans mes bras, je m’assieds sur le lit et je la prends sur mes genoux. Son cœur bat à se rompre, son esprit ressent déjà les prémisses de l’extraordinaire plaisir qu’elle va éprouver. Mes caresses se font plus pressantes, mes mains se promènent sur son corps avec l’intention d’éveiller son excitation encore plus loin. Ma main droite glisse entre ses cuisses, mes doigts appuient sur son clitoris et en même temps mon autre main lui agrippe les cheveux, les tire pour l’obliger à me regarder dans les yeux.

Elle semble dans un état second, ses lèvres douces sont entrouvertes quand elle me regarde, et je me penche pour lui prendre la bouche dans un long baiser profond. Elle gémit dans ma bouche, ses mains m’attrapent les épaules et je sens la chaleur monter entre nous. Mes bourses me remontent le long du corps en se contractant, ma verge désire sa chair glissante et chaude.

Je me lève sans la lâcher et je la mets sur le lit. Maintenant je ne cherche que son plaisir. Elle roule sur le ventre, dans la même position qu’avant, et je la mets à quatre pattes, les coudes pliés.

Quand elle est dans cette position, avec le derrière relevé et le dos légèrement cambré, personne ne pourrait être plus sexy. Je vois tout, les plis de son sexe délicat, le petit trou de son anus, les courbes délicieuses de ses fesses. Mon cœur bat à se rompre dans ma poitrine et ma verge emballée dans le préservatif vibre douloureusement quand je prends Nathalie par les hanches, place mon gland en face de son ouverture et m’enfonce en elle.

Je suis entouré de sa chair chaude et mouillée, elle me va comme un gant. Elle gémit, se cambre vers moi pour me prendre plus profondément, je le fais avec plaisir en me retirant un peu avant de revenir d’un coup. Un cri vient de sa gorge et je recommence, le dos hérissé de plaisir en la sentant si étroite quand elle se resserre sur moi. Des vagues de chaleur déferlent en moi et je commence à pousser sans me contrôler, me rendant à peine compte que mes doigts s’enfoncent dans la chair douce de ses hanches.

Ses gémissements et ses cris augmentent en volume, et je la sens jouir, ses muscles intimes se contractent autour de mon membre pour en aspirer le contenu. Incapable de me retenir plus longtemps, j’explose, et la force avec laquelle ma semence se projette dans les profondeurs chaudes de son corps est telle qu’elle m’aveugle.

En haletant, je m’effondre sur le côté en l’entraînant avec moi. Nous sommes trempés de sueur qui nous colle l’un à l’autre et mon cœur s’emballe. Elle aussi respire péniblement, et je sens son jardin secret se contracter encore le long de ma verge qui perd sa raideur. Ce sont les derniers soubresauts de l’orgasme qui se propagent en elle.

Nous sommes couchés l’un contre l’autre, notre respiration commence à s’apaiser. Je tiens Nathalie tout contre moi, les rondeurs douces de son derrière appuyées contre mon entrejambe, et une sensation de paix, de satisfaction commencent lentement à l’envahir. Il y a quelque chose chez moi qui calme ses démons intérieurs, qui lui permet d’apaiser ses envies de sexe.  En fermant les yeux, je resserre mon étreinte autour d’elle.


Leave a Reply