Les lèvres de son amant

  • 0

Les lèvres de son amant

Category:escort boy,Femmes,gentleman,lâcher-prise Tags : 

Les lèvres de son amant se posèrent sur l’un de ses genoux de Madame, caresse inattendue. Son corps s’ouvrit de lui-même, avalant les trois doigts dans leur totalité, phalange après phalange.

Renversant la tête en arrière, elle laissa les doigts aller et venir à leur guise, l’élargir, la pénétrer de plus en plus loin, plus fort, plus vite, au point qu’elle perdit le souffle.

Le gigolo fit glisser sa robe de ses épaules et découvrit deux seins blancs, dressés par le désir de se faire cajoler. Ses mains commencent à les caresser, à en exciter les pointes roses, tandis qu’il prit sa bouche dans la sienne, la pénètre
d’une langue curieuse.

Madame se laisse aller, chaude comme une chatte en chaleur, prête à tout. Mais il la renverse sur le lit, remonte sa robe et ne s’étonne même pas de l’absence de sous-vêtements lorsqu’il enfouit son visage dans son intimité humide. Ses mains sur ses seins se font plus pressantes, plus fermes, tandis que sa langue s’enfonce dans sa fente dégoulinante de désir.

Elle se cambra et gémit sous la caresse. Ses mains fines agrippèrent ses cheveux. Elle crut diriger son baiser intime, mais elle fut submergée par une vague irrépressible. L’escort boy la lècha et l’excita jusqu’à la faire crier de plaisir. Puis soudain, un bref bruit de plastique déchiré, un préservatif déroulé.

Ses jambes s’insinuèrent entre ses cuisses, les écartèrent. Elle le sentit là où ses doigts étaient un instant plus tôt. Jean était dur, gros, vibrant.

D’un geste plus doux, elle fit courir ses mains le long de son dos, le palpa, enfonça ses ongles dans ses fesses si fermes, mémorisant tous les détails de son exploration. Et pendant tout ce temps, il appuyait son sexe contre le sien, l’ouvrant, l’ouvrant toujours plus.

Une caresse humide frôla ses joues. Ses lèvres. L’escort boy écarta les cheveux qui s’étaient échappés de son chignon. Puis il glissa la main droite entre leurs deux corps, appuya sur son ventre.

Le gigolo s’empara de sa bouche par surprise, y plongea la langue et, oh, il entrait en elle et, oui, il était imposant, bien plus que ses trois doigts réunis, plus long aussi. Et elle ne pouvait plus l’arrêter.

L’escort boy s’était immiscé dans l’ouverture qu’il avait agrandie. Jean se glissait en elle, de plus en plus loin, de plus en plus profond, la dilatant chaque fois un peu plus jusqu’à ce qu’il ne puisse avancer davantage. Et pourtant, il continua. Elle n’avait jamais rien imaginé de semblable.

Elle se cambra, soudain écrasée par le poids de son corps sur le sien. La main entre leurs corps glissa sous ses reins, là où ils s’étaient cambrés, comme pour la soutenir.

L’homme de joie effleura ses lèvres des siennes, doucement. Encore et encore. Soudain, ses jambes se nouèrent autour de ses hanches, comme mues par une force qui leur était propre. Ils ne formaient plus qu’un.

Elle le sentit sourire, la, contre son front. Un léger baiser se posa sur son nez. Sans prévenir, il s’arc-bouta en donnant un coup de reins qui la cloua sur le matelas.

Puis Jean se mit à aller et venir en elle, lentement, ne sortant que pour entrer de nouveau avec une lenteur insupportable, se retirant, revenant plus fort, encore et encore, suspendant le mouvement, se frottant contre le minuscule bourgeon charnu, la pénétrant de nouveau, plus fort, plus loin…

Elle se régala de sa queue la remplissant si bien. Elle avait envie de se comporter de façon scandaleuse. Elle avait envie  d’être une vraie chienne, une vraie bombe sexuelle avec lui. Jean était long et dur comme de la pierre. Tout en continuant à la baiser sauvagement, l’escort boy malaxait délicieusement ses seins de ses grandes mains puissantes.

Elle se déhancha sans retenue. Elle expira tout l’air de ses poumons quand il s’enfonça profondément, comme elle le lui avait demandé. Son fantasme était bien loin de la réalité, qui elle-même dépassait tout ce qu’elle avait pu imaginer.

Madame sentit le début d’un orgasme tel qu’elle n’en avait jamais connu. La tempête qui l’emportait se fondit dans la violence de leur corps à corps, et elle cria son nom quand il lui offrit la preuve qu’un escort boy pouvait vraiment donner autant de plaisir à une femme.

Son prénom s’envola dans la nuit avec eux. Alors qu’elle redescendait lentement du sommet où il l’avait propulsée, Jean colla son ventre contre le sien comme pour devenir une part d’elle-même.

Son corps venait d’être ravagé par un orgasme foudroyant, irréel, inimaginable, et elle cria son bonheur, prenant son pied aux yeux de son escort boy, sans aucune honte.

Epuisée, vidée, elle se laissa retomber sur le torse de son serviteur. Madame lui sourit. C’était le sourire d’une femme qui semblait avoir connu une renaissance.

Pourquoi pas vous ? Contactez moi sans attendre.

man.jean@yahoo.fr or +33(0)755186013 Tel/sms/Whatsapp