Mon escort boy me suivit dans la chambre faiblement éclairée

  • 0
gentleman escort boy pour plus de plaisir

Mon escort boy me suivit dans la chambre faiblement éclairée

Category:escort boy,gentleman,gigolo Tags : 

Mon escort boy me suivit dans la chambre faiblement éclairée. La lumière tamisée projetait sur son visage des ombres qui le rendaient encore plus désirable. Nous entrâmes dans la chambre que j’avais réservé pour notre rencontre. Jean avança vers moi et se pencha. Son nez effleura la veine palpitant dans mon cou.

Mon escort boy m’accula contre le mur, les mains de chaque côté de moi, et pressa son corps contre le mien. En dépit des couches de vêtements qui nous séparaient, je sentais sa chaleur. Au contact de son torse, les pointes de mes seins s’érigèrent. Je réprimai un gémissement en sentant sa virilité lourde et dure contre mon ventre. Ma respiration s’accéléra.

Jean se baissa, et ses mains puissantes vinrent cueillir l’arrière de mes cuisses. D’un mouvement fluide, Jean me souleva pour disposer mes jambes autour de ses hanches. La partie la plus sensible de mon corps se trouva collée contre son érection, et cette simple friction m’amena au bord de l’orgasme. Je poussai un soupir saccadé, incapable de masquer ma réaction, le sang aux joues et l’entrejambe inondé. Je repliai mes jambes autour de lui et empoignai ses épaules, lui arrachant un grognement.

Ma jupe était remontée sur ma taille. Jean se tourna et me posa au bord du lit. Quand il s’écarta, je dus réprimer un cri de frustration. J’étais en feu ; mes seins étaient lourds et sensibles. S’il ne m’embrassait pas tout de suite.

Mon escort boy retira les bottes de cuir noir que je portais. Puis ses doigts se mirent à courir sur la bande de peau nue entre ma jupe froissée et le bord de mon porte-jarretelles. Jean en défit les deux attaches d’un mouvement habile, sans une hésitation. Manifestement, il avait l’habitude.

Lorsqu’il plongea les doigts sous la lisière de mon bas, toutes ces considérations s’évanouirent. Il le fit descendre en frôlant l’intérieur de ma cuisse, taquinant la peau sensible derrière mon genou. En arrivant au niveau de mon mollet, il s’arrêta pour passer à l’autre jambe.

Ses doigts approchèrent de mon jardin secret, et je me mis à trembler. Mon excitation était évidente et je ne faisais rien pour la cacher. Jean s’agenouilla, la tête au niveau de ma chatte palpitante. Avec douceur, Jean acheva de me retirer mes bas qu’il laissa tomber par terre.

J’avais le souffle court, et mon cœur battait la chamade. Je m’immobilisai, terrifiée à l’idée de ce qu’il s’apprêtait sans doute à me faire, et tout aussi horrifiée à la pensée qu’il ne le fasse pas. Mon escort boy bascula en arrière sur ses talons et me prit le pied entre les mains.

Lentement, je déplaçai mes mains derrière moi pour venir m’appuyer sur mes bras tendus. Il était doué, je devais le reconnaître. En quelques secondes à peine, j’avais pratiquement fondu entre ses mains.

Cet homme était agenouillé par terre devant moi, et me massait les pieds. Je me détendais, la tête rejetée en arrière. L’instant d’après, en sentant sa langue caresser mon cou-de-pied, je me redressai vivement. Mon escort boy continua de malaxer ma cheville comme si de rien n’était, mais ses coups de langue m’envoyaient des décharges électriques le long de la jambe, jusqu’entre les cuisses. Mon sexe se mit à pulser douloureusement, avide d’être caressé à son tour.

Je baissai la tête pour croiser son regard, et je lus dans ses yeux qu’il avait l’intention de me prendre. Je me mis à trembler d’impatience et d’appréhension. J’avais besoin qu’il aille plus loin, qu’il me prenne maintenant avant que je perde définitivement la tête.

Cette sensation m’était inconnue jusque-là. Quand il s’agissait de sexe, je ne m’abandonnais jamais. Parfois, je faisais semblant, parfois je m’en approchais, mais jusqu’à cet instant, je n’avais jamais eu besoin de quelque chose au point d’abaisser complètement ma garde pour pouvoir l’obtenir.

Mon escort boy embrassa ma cheville, puis mon mollet. Sa langue traça un cercle lent à l’intérieur de mon genou. Jean me rapprocha du bord du lit, et mes hanches se mirent à onduler d’elles-mêmes. Je ne pouvais plus attendre.

Mon amant continua en effleurant mes jambes du bout des doigts, remontant peu à peu jusqu’à ma culotte, et semant de tendres baisers à l’intérieur de mes cuisses. Sous ses caresses, j’avais l’impression d’être désirée, adulée.

D’un mouvement vif, Jean m’écarta les jambes, et mon sexe se retrouva à quelques centimètres seulement de son visage. Toute appréhension déserta mon esprit. Mes jambes pendaient dans le vide, trop hautes pour toucher terre, comme des pantins à la merci de ses gestes. D’une main légère, il frôla l’arrière de mes mollets avant de tracer du bout de la langue une ligne droite à l’intérieur de ma cuisse, s’interrompant juste avant d’atteindre mon sexe. Là, il se mit à mordiller ma chair tendre et offerte.

Je gémis, empoignant à pleine main les draps irrémédiablement froissés, incapable de détourner le regard de la délicieuse torture qu’il me faisait subir. Il me mordit légèrement, et j’étouffai un cri.

Mes muscles étaient agités de spasmes. J’étais incapable de rester immobile. Enfin, son pouce se posa sur ma fente, et je me cambrai à son contact. J’étais toute humide. J’étais toute humide pour lui. J’avais trempé ma culotte sous les caresses de cet escort boy qui avait apparemment un don pour faire vibrer les femmes.

Mon escort boy accentua la pression de son pouce, m’arrachant un frisson. Jean tourna la tête pour lécher mon autre cuisse. Chaque fois qu’il approchait de mon sexe, il s’en éloignait aussitôt. Il leva de nouveau la tête, le regard plein de feu. Avec une lenteur stupéfiante, il posa les lèvres sur mon intimité pour l’embrasser à travers le satin. Mon sexe se contracta. C’était le summum de l’érotisme.

Jean pressa ses lèvres contre ma culotte. Le tressaillement de sa mâchoire contre mon pubis faillit me faire exploser. Je me mordis la lèvre pour réprimer un cri. Incapable de me retenir, j’avançai ma main vers mon jardin secret, mais il m’attrapa par le poignet et l’écarta.

Doucement, il mordit dans le satin à présent détrempé par mon désir, et le tira de côté pour l’éloigner de mon sexe. Un réflexe me fit refermer les genoux, mais il les bloqua de ses larges épaules. Ses doigts se glissèrent sous l’élastique et il les posa de chaque côté de ma fente sans y entrer. Puis il écarta le satin et souffla. L’air frais sur ma peau brûlante déclencha un nouveau spasme, et mon dos s’arqua.

pas de limite avec lui - escort boy paris

pas de limite avec lui – escort boy paris

Mon escort boy prenait son temps, me mettant au supplice. Il ouvrit mes lèvres et vint appuyer son pouce contre mon jardin secret, le massant de haut en bas. J’ignorais d’où il tenait sa dextérité, mais je dus me mordre l’intérieur des joues pour ne pas crier. Enfin, il introduisit un doigt en moi. Cela suffit à me pousser au bord de l’orgasme. Comme s’il l’avait senti, il le retira lentement.

Cette fois, Jean insinua deux doigts dans mon sexe et les fit pivoter tout en donnant avec son pouce une légère pression sur mon jardin secret. Pendant tout ce temps, il me dévisageait, m’observant attentivement tandis que je me laissais tomber sur les coudes et me contorsionnais. Il ne s’arrêta que pour faire glisser ma culotte le long de mes jambes, me laissant nue et ouverte sous son regard avide.

Mon escort boy baissa la tête pour prendre une de mes lèvres entre ses dents, puis l’autre, sa langue pénétrant ma fente juste assez longtemps pour me rendre folle. Si près… il était si près de mon jardin secret, mais chaque fois que je croyais qu’il allait le lécher, son pouce venait le recouvrir, comme pour en interdire l’accès à sa langue. Ses lèvres se posèrent contre mon pubis glabre.

Inclinant le visage, Jean remplaça son pouce par sa bouche. Il aspira mon jardin secret et j’explosai aussitôt, arc-boutée, portant les draps froissés à ma bouche pour étouffer mon hurlement de plaisir. Une chaleur intense se propagea dans mes veines, et ma jouissance vint se concentrer dans la pointe de mes seins et mon sexe. Je voyais des étoiles. Mes genoux se refermèrent d’un coup de chaque côté de sa tête, et il me cloua contre le lit d’une main puissante.

J’empoignai ses cheveux et tentai de le repousser, mais il s’était mis à me laper le sexe à grands coups de langue et à le sucer avec une ardeur renouvelée. Il ne parut pas m’entendre. Les caresses de sa langue changèrent de rythme et s’accélérèrent. Je sentis le plaisir monter de nouveau.

Ses doigts allaient et venaient en moi de plus en plus vite, pliés pour caresser l’intérieur de mon sexe d’une façon inédite qui m’arracha une plainte. Je pressai mes seins entre mes mains, comme pour évacuer un peu de la pression qui s’accumulait dans mon bas-ventre. Alors, Jean posa ses mains sur mes genoux pour m’ouvrir davantage, et sa langue plongea dans mon sexe. Personne ne m’avait jamais fait cela auparavant. Je sentais le bord de ses dents à l’orée de ma grotte humide, et une nouvelle vague de plaisir m’assaillit.

Puis Jean se concentra de nouveau sur mon jardin secret, le léchant encore et encore. L’extase me submergea, et je me cambrai, secouée de spasmes. J’étais incapable de respirer, prisonnière de mes seules sensations.

Ce maître de l’orgasme ne s’arrêta pas, et mon sexe à vif se contracta de nouveau. À peine avais-je fini de jouir que je fus emportée dans un troisième orgasme. Ses doigts poursuivirent leur assaut, s’enfonçant en moi jusqu’à la paume tandis que les parois de ma grotte humide se resserraient spasmodiquement autour de sa main. Je jouis, encore et encore, comme si cela ne devait jamais s’arrêter. Je me tordais en tous sens, ruant et me cabrant.

Je m’effondrai, à bout de souffle. Mes cheveux trempés de sueur me collaient au visage. Le magicien du plaisir féminin me fit lentement redescendre, ses doigts ralentissant leur mouvement en moi, sa langue traçant des cercles paresseux autour de mon jardin secret encore vibrant. Pour finir, Jean y déposa un baiser plein de respect, puis en sema d’autres sur ma cuisse avant de se redresser.

Je tentai de me lever, mais je n’avais plus de force dans les bras. Comme je m’efforçais, tremblante, de m’asseoir sur le lit, Jean me rattrapa au moment où j’allais retomber et posa les lèvres au creux de mon épaule. Ses bras vinrent enlacer ma taille et je m’accrochai faiblement à ses épaules, appuyée sur lui de tout mon poids. Nous restâmes dans cette position pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que mes tremblements cessent.

🎩🎩🎩

Voulez vous vous être séduite ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman. Pourquoi ne pas briser votre solitude et prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Au plaisir de faire de cette rencontre. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: https://escortboy.org


Agenda

mars 2024
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Recherche

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com