Tag Archives: adulte

  • 0

Les lèvres de son amant

Category:escort boy,Femmes,gentleman,lâcher-prise Tags : 

Les lèvres de son amant se posèrent sur l’un de ses genoux de Madame, caresse inattendue. Son corps s’ouvrit de lui-même, avalant les trois doigts dans leur totalité, phalange après phalange.

Renversant la tête en arrière, elle laissa les doigts aller et venir à leur guise, l’élargir, la pénétrer de plus en plus loin, plus fort, plus vite, au point qu’elle perdit le souffle.

Le gigolo fit glisser sa robe de ses épaules et découvrit deux seins blancs, dressés par le désir de se faire cajoler. Ses mains commencent à les caresser, à en exciter les pointes roses, tandis qu’il prit sa bouche dans la sienne, la pénètre
d’une langue curieuse.

Madame se laisse aller, chaude comme une chatte en chaleur, prête à tout. Mais il la renverse sur le lit, remonte sa robe et ne s’étonne même pas de l’absence de sous-vêtements lorsqu’il enfouit son visage dans son intimité humide. Ses mains sur ses seins se font plus pressantes, plus fermes, tandis que sa langue s’enfonce dans sa fente dégoulinante de désir.

Elle se cambra et gémit sous la caresse. Ses mains fines agrippèrent ses cheveux. Elle crut diriger son baiser intime, mais elle fut submergée par une vague irrépressible. L’escort boy la lècha et l’excita jusqu’à la faire crier de plaisir. Puis soudain, un bref bruit de plastique déchiré, un préservatif déroulé.

Ses jambes s’insinuèrent entre ses cuisses, les écartèrent. Elle le sentit là où ses doigts étaient un instant plus tôt. Jean était dur, gros, vibrant.

D’un geste plus doux, elle fit courir ses mains le long de son dos, le palpa, enfonça ses ongles dans ses fesses si fermes, mémorisant tous les détails de son exploration. Et pendant tout ce temps, il appuyait son sexe contre le sien, l’ouvrant, l’ouvrant toujours plus.

Une caresse humide frôla ses joues. Ses lèvres. L’escort boy écarta les cheveux qui s’étaient échappés de son chignon. Puis il glissa la main droite entre leurs deux corps, appuya sur son ventre.

Le gigolo s’empara de sa bouche par surprise, y plongea la langue et, oh, il entrait en elle et, oui, il était imposant, bien plus que ses trois doigts réunis, plus long aussi. Et elle ne pouvait plus l’arrêter.

L’escort boy s’était immiscé dans l’ouverture qu’il avait agrandie. Jean se glissait en elle, de plus en plus loin, de plus en plus profond, la dilatant chaque fois un peu plus jusqu’à ce qu’il ne puisse avancer davantage. Et pourtant, il continua. Elle n’avait jamais rien imaginé de semblable.

Elle se cambra, soudain écrasée par le poids de son corps sur le sien. La main entre leurs corps glissa sous ses reins, là où ils s’étaient cambrés, comme pour la soutenir.

L’homme de joie effleura ses lèvres des siennes, doucement. Encore et encore. Soudain, ses jambes se nouèrent autour de ses hanches, comme mues par une force qui leur était propre. Ils ne formaient plus qu’un.

Elle le sentit sourire, la, contre son front. Un léger baiser se posa sur son nez. Sans prévenir, il s’arc-bouta en donnant un coup de reins qui la cloua sur le matelas.

Puis Jean se mit à aller et venir en elle, lentement, ne sortant que pour entrer de nouveau avec une lenteur insupportable, se retirant, revenant plus fort, encore et encore, suspendant le mouvement, se frottant contre le minuscule bourgeon charnu, la pénétrant de nouveau, plus fort, plus loin…

Elle se régala de sa queue la remplissant si bien. Elle avait envie de se comporter de façon scandaleuse. Elle avait envie  d’être une vraie chienne, une vraie bombe sexuelle avec lui. Jean était long et dur comme de la pierre. Tout en continuant à la baiser sauvagement, l’escort boy malaxait délicieusement ses seins de ses grandes mains puissantes.

Elle se déhancha sans retenue. Elle expira tout l’air de ses poumons quand il s’enfonça profondément, comme elle le lui avait demandé. Son fantasme était bien loin de la réalité, qui elle-même dépassait tout ce qu’elle avait pu imaginer.

Madame sentit le début d’un orgasme tel qu’elle n’en avait jamais connu. La tempête qui l’emportait se fondit dans la violence de leur corps à corps, et elle cria son nom quand il lui offrit la preuve qu’un escort boy pouvait vraiment donner autant de plaisir à une femme.

Son prénom s’envola dans la nuit avec eux. Alors qu’elle redescendait lentement du sommet où il l’avait propulsée, Jean colla son ventre contre le sien comme pour devenir une part d’elle-même.

Son corps venait d’être ravagé par un orgasme foudroyant, irréel, inimaginable, et elle cria son bonheur, prenant son pied aux yeux de son escort boy, sans aucune honte.

Epuisée, vidée, elle se laissa retomber sur le torse de son serviteur. Madame lui sourit. C’était le sourire d’une femme qui semblait avoir connu une renaissance.

Pourquoi pas vous ? Contactez moi sans attendre.

man.jean@yahoo.fr or +33(0)755186013 Tel/sms/Whatsapp


  • 0
10 signes que vous avez besoin de plaisir

10 signes que vous avez besoin de plaisir

Category:Uncategorized Tags : 

10 signes que vous avez besoin de plaisir

En dépit de moult visites médicales, vous n’avez pas trouvé de mots pour expliquer vos maux ?

Et si vous n’aviez pas cherché au bon endroit et que tout était finalement très simple ?

Que l’on soit célibataire ou en couple, le manque de sexe se repère facilement et révèle bien des choses. Voici les 10 signes qui prouvent que vous êtes concernée.

Et voilà la solution à votre besoin de plaisir.

1) Vous êtes de mauvaise humeur

Lorsqu’on fait l’amour, on libère des endorphines, hormones du bien-être, en grande quantité. Résultat, comme à l’issue d’une séance de sport, on est délestée de toutes des tensions et boostée niveau moral.

À l’inverse, quand on manque de sexe, on est facilement irritable et angoissée. On se prend la tête pour rien et on cherche la petite bête avec son entourage.

Vous avez déjà dû entendre « tu devrais t’offrir une partie de jambes en l’air, ça te détendrait un peu ! » Tout s’explique…

Je suis là pour ce genre d’occasion. Je suis disponible rapidement. Je suis une personne de confiance. Votre sécurité est la chose la plus importante pour moi.

2) Vous avez des douleurs physiques

Le sexe, c’est comme le sport. Ça permet de se détendre et de relâcher les tensions musculaires. Or, lorsque cela commence à faire un bout de temps qu’on n’a pas fait l’amour, on le ressent physiquement !

On a mal à la nuque, au dos, on manque d’énergie… Bref, rien ne va plus. Pour compenser, faites du sport avec un gentleman escort boy comme moi afin de libérer des endorphines. Vous vous sentirez mieux !

3) Vous souffrez d’insomnie

Pendant l’orgasme, on libère un maximum d’ocytocine et d’endorphines, hormones du bien-être. Résultat : on dort comme un bébé juste après.

Or, si vous souffrez d’insomnie, c’est notamment parce que vous n’avez pas l’effet calmant de ces hormones. Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour bénéficier de ce somnifère naturel !

Appelez moi pour tout savoir sur mes services pour les femmes.

4) Vous ne pensez qu’à ça

Un mot, une publicité, un geste, un regard… Vous voyez des connotations sexuelles partout. La journée, vous vous surprenez à penser au sexe. La nuit, vous faites des rêves érotiques très très hot.

D’ailleurs, vous adorez regarder des films pornographiques pour stimuler notre imaginaire et accentuer vos orgasmes. Quant aux sex toys, rien ne remplace un homme qui vous prend dans ses bras et vous possède virilement.

Envoyez moi un texto pour tout savoir sur mes services pour les femmes.

5) Vous avez grossi

Quand on fait l’amour, tous nos muscles sont sollicités. Ceux du bassin, des cuisses, des fesses, du ventre. Résultat : on brûle un maximum de calories et on se muscle.

Si vous avez grossi depuis que vous êtes moins active sexuellement alors que vous n’avez pas changé vos habitudes alimentaires, vous avez votre explication !

Une soirée de plaisir pour perdre immédiatement plusieurs kilos sans avoir faim après.

6) Vous avez des boutons

Lorsqu’on fait l’amour, on transpire. Et qui dit transpiration dit évacuation des toxines et par conséquent régulation du sébum. Autrement dit, faire l’amour donne une belle peau.

D’autant plus que cela entretient son élasticité et sa tonicité. De quoi faire de sacrées économies en crèmes anti-rides !

Laissez moi soigner votre manque de sexe.

7) Vous êtes stressée

Quand on fait l’amour, on libère un maximum d’endorphines et de dopamine, hormones du bien-être. Un cocktail détonnant de super hormones qui permettent de se détendre et de relâcher les tensions.

Au-delà de l’environnement dans lequel vous vivez et de l’hygiène de vie qui est la vôtre, sachez que vous seriez beaucoup plus détendue si vous aviez une sexualité épanouie.

8) Vous doutez de votre charme

Célibataire depuis un bon bout de temps ou en couple depuis des années, le problème est le même : personne ne vous touche.

Résultat, vous commencez à douter de votre charme. Vous vous dites que, finalement, si personne n’a envie de vous, c’est parce que vous n’êtes plus aussi désirable qu’avant.

Halte-là ! C’est absolument faux. C’est justement parce que vous manquez de confiance en vous que vous n’attirez personne. Contactez moi pour comprendre et régler ce qui ne va plus en vous.

9) Vous vous sentez seule

Le fait de ne pas avoir de relations sexuelles entraîne un profond sentiment de solitude. Forcément, le corps secrète moins d’endorphines, hormones du bien-être, et plus de cortisol, hormones du stress.

Résultat : on a tendance à s’isoler socialement, à se sentir déprimée et à ne plus trop vouloir sortir de chez soi.

Attention car ce sentiment de solitude peut amener à faire des choses que l’on regretterait ensuite : rappeler un ex ou avoir une relation sexuelle avec un ami proche par exemple…

10) Vous activez votre radar

En ce moment, vous avez de l’énergie à revendre. Vous êtes à l’affût de tous les beaux mâles qui passent devant vous. Dès que vous en apercevez un qui vous plaît, vous mettez toutes les chances de votre côté pour le séduire.

Vous affichez votre plus beau sourire, vous tortillez une mèche de cheveux dans vos doigts… Et vous lancez des regards suggestifs.

Mais malgré tous vos efforts, il est parfois difficile de trouver un vrai gentleman capable de répondre à vos besoins  de sexe.

***

Je suis à votre disposition pour vous aider à satisfaire vos besoins. Prenez rendez-vous le matin, la journée, le soir ou la nuit. Je ferai tout mon possible pour vous aider à vous sentir mieux.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Alors Carpe diem, on ne vit qu’une fois !

Au plaisir de vous servir. Jean, Escort boy pour femmes exigeantes.

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org
website: https:/escortboy.org

 


  • 0

Quand vous avez besoin de sexe

Category:escort boy,gentleman Tags : 

Madame a besoin d’un escort boy pour effectuer quelques travaux de plaisir dans son appartement parisien. C’est une bonne occasion pour me contacter car je suis un gentleman pour femmes exigeantes  prêt pour lui faire vivre son fantasme d’abuser sexuellement son ouvrier en bleu de travail.

Son gentleman est debout sur l’escabeau en train de peindre le plafond. Il est torse nu, ne porte qu’une sorte de bleu de travail en guise de pantalon. Quelques gouttes de peinture blanche ont coulé sur ses épaules.

Madame le regarde un long moment, tandis qu’il est concentré sur son travail. Elle a toujours aimé les « manuels », ouvriers en tout genre, leur rudesse l’excite… et elle commence à fantasmer là-dessus dans sa tête. Madame s’approche de lui sans qu’il ne la voie, Madame est face à son beau petit cul qui se dandine au rythme des coups de pinceau.

Le gigolo a les jambes légèrement écartées et elle en profite pour y glisser une main, jusqu’à ce quelle se pose sur son sexe endormi. Il est surpris et elle sent un léger mouvement de recul, mais bien vite il revient lover sa queue dans le creux de sa main, toujours en travaillant consciencieusement.

À travers la toile de son pantalon, elle caresse doucement sa virilité qui commence à réagir sous ses caresses qui se font de plus en plus pressantes. Madame ouvre doucement la braguette de son pantalon, et est surprise de voir qu’il ne porte rien dessous. Sans qu’elle aie besoin de l’y aider, sa grosse queue jaillit droite et fière. Le gigolo bande déjà bien. D’un mouvement doux et régulier, Madame la branle pour la faire grossir au maximum.

Tout cela l’excite grandement et elle sent sa chatte qui mouille couler le long de sa cuisse, car elle ne porte rien sous sa robe. L’escort boy est toujours affairé à peindre ; cet immobilisme la sidère et elle décide de faire le maximum pour l’exciter.

Madame ôte sa main pour se mettre face à lui. Comme il est toujours debout sur l’escabeau, sa queue est juste à la hauteur de son visage. Elle la reprend en main et en profite pour s’en caresser le visage. Elle est douce et chaude, une goutte de son élixir perle de son gland et elle l’étale sur son visage.

Madame sent qu’il commence à se déconcentrer de son travail et qu’il n’a plus en tête que l’envie de la baiser, mais patience, il est son jouet et elle a envie de prendre tout son temps.

Tandis qu’elle se caresse toujours avec son gland si doux, elle sent qu’il a du mal à rester stable sur l’escabeau, sans doute l’émotion, et elle l’aide à descendre un peu. L’escort boy a maintenant les deux pieds par terre, le dos posé contre l’escabeau.

Madame place une jambe sur la deuxième marche de l’escabeau, ouvrant ainsi sa fente humide ; le souffle de l’air la caresse et elle lui fait signe de la caresser avec le manche de son pinceau. C’est un gros manche bien dur. Il le fait d’abord glisser un moment le long de ses lèvres intimes, puis elle le sent remonter et redescendre de la rondelle de son côté obscur au bouton de son pistil.

Madame lèche sa main et saisit à nouveau sa queue pour la branler de plus belle. Elle écarte ses jambes le plus possible et se cambre au maximum, tandis qu’il la caresse toujours avec le manche tout couvert de sa cyprine. Elle décide de changer de position, elle se baisse en avant et il en profite pour lui fourrer son phallus turgescent dans la bouche.

Ses hanches font de petits mouvements pour s’enfourner au maximum et à chaque mouvement elle sent son gland toucher le fond de sa gorge. Elle aime le sucer comme ça et elle s’applique pour l’aspirer savamment et très profondément.

Sa réaction ne se fait pas attendre longtemps et, dans un cri de plaisir, elle sent ses giclées remplir sa bouche de son élixir. Madame avale tout jusqu’à la dernière goutte et aspire même encore son gland pour qu’il ne reste rien.

Le gentleman la tire doucement par le bras et la plaque contre l’escabeau. Il la met face à lui. Elle s’assied sur une des hautes marches, les jambes écartées pendant dans le vide. Il a toujours le pinceau dans la main et tout en fixant sa chatte ruisselante qui se trouve juste à la hauteur de son visage, il recommence à la caresser avec le pinceau. Soudain, elle sent le manche la pénétrer, il n’a aucun mal à rentrer car son jardin secret est inondé.

L’escort boy écarte son sexe pour bien faire ressortir mon énorme bourgeon gorgé de désir. De temps à autre, sa langue vient le lécher, l’aspirer et en boire son jus. Le plaisir de la dame est si grand qu’elle ne peut retenir ses cris.

L’escort boy regarde de nouveau sa chatte pleine de ce manche. Il adore la regarder comme ça prendre du plaisir et comme il n’est pas rhabillé, elle peut voir sa queue bander de nouveau.

Madame aime se faire baiser comme un animal en rût car elle a besoin d’évacuer cette bestialité qu’elle a en elle et veut se libérer du stress accumulé depuis tout ce temps qu’elle n’a pas fait l’amour.

Puis il la met debout et enfile un préservatif, il se place derrière elle et il la baise comme ça, une de ses mains agrippée à ses hanches pour s’enfoncer le plus profondément possible. Avec son autre main, il la branle en même temps qu’il la défonce sauvagement avec son énorme queue qui la remplie complètement. Madame adore être stimulée de tous les côtés et elle sent qu’elle va bientôt jouir.

La houle du plaisir agite son ventre et les tremblements de ses cuisses annoncent l’extase. Madame jouit brusquement, dans un feulement de bête, ses mains griffant les épaules de son gentleman.

🎩🎩🎩

Avez-vous envie d’évacuer votre stress pour vous détendre ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un homme et sentez vous jolie, séduisante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org


  • 0

Kamasutra

Category:coach,escort boy,Experience,Femmes,gentleman Tags : 

Kamasutra, d’origine indienne est le livre mythique des passionnés des beaux livres… mais surtout des passionnés de l’Amour.

Certaines positions du Kamasutra sont devenues célèbres, on ne les présente plus : le fameux missionnaire, la position d’Andromaque, l’union du lotus, le 69, les petites cuillères… Mais le Kamasutra c’est aussi une réserve de positions originales et / ou acrobatiques. Que vous soyez en mode active ou passive, vous trouverez votre bonheur avec un escort boy expert dans ce domaine!

Comment atteindre l’orgasme ? Il existe de multiples façons, il suffit de trouver la vôtre. Le Kamasutra avec votre escort boy peut vous y aider !

Tout en lui parlant, le gentleman défit un des boutons qui fermaient sa jupe et déposa un baiser sur cette zone si sensible, juste au-dessous de l’oreille. Elle serra les dents. Elle ne voulait pas désirer si fort ce qui se passait, surtout pas. Elle devait se contrôler et rester concentrée. Elle allait avoir ce qu’il voulait et ensuite l’escort boy pourra partir. Le seul problème, c’était qu’elle ne se rappelait plus ce qu’elle voulait.

L’escort boy lui enleva complètement la jupe avant d’effleurer, à peine, du bout des doigts, son clitoris. Oh, oui ! Elle s’en souvenait, maintenant. C’était ça qu’elle voulait. Nue en dehors des cuissardes, elle s’offrit à l’attaque subtile des baisers dont il couvrait son cou et ses épaules en même temps qu’il frôlait ses seins de façon affolante. La retenue dont il faisait preuve était la torture la plus raffinée à faire subir à une femme en manque de sexe depuis deux mois. Il avait un don particulier pour s’occuper d’une femme.

L’escort boy se plaqua contre elle, tout feu, tout désir. Elle lâcha un soupir éperdu. Bravo, Jean, songea-t-elle, déroutée. Elle n’avait pas imaginé que le contact avec la peau nue de Jean allait lui procurer autant de plaisir.

Il posa ses mains sur ses côtes, les fit glisser avec une lenteur affolante vers sa taille et ses hanches, le long de ses cuisses, puis, en remontant, il glissa une main entre ses jambes et introduisit deux doigts en elle. Elle était si excitée que son corps les accueillit sans aucune résistance.

Il mordit son cou assez fort pour qu’elle tressaille. Il l’amena vers un lit couvert de couvertures dans des tons bordeaux et rubis. Il plaça un oreiller au centre du lit et l’y poussa, de sorte qu’elle se trouve à plat ventre sur le matelas, les hanches soulevées par le coussin. Il était mignon, Jean, si sûr de lui, songea-t-elle. Et craquant.

Jean lui passa un bras sous le ventre et lui fit soulever les hanches. Mmm. Il venait de placer un vibromasseur contre son clitoris et des ondes de plaisir commençaient à se déployer dans son ventre. Elle entendit le bruit caractéristique d’une enveloppe en plastique qu’on déchire. Le corps de Jean devint plus lourd sur elle, il la pénétra. Elle était si exposée et si excitée qu’elle ne put contenir un gémissement en sentant son sexe entrer en elle, millimètre par millimètre.

Il donna un coup de reins bien senti. Elle contint un cri et se pressa davantage contre lui, son corps s’impatientait.

En même temps qu’il parsemait ses épaules de baisers, Jean bougeait lentement en elle, se retirant presque en entier pour revenir avec encore plus de force. Elle ne pouvait plus dissimuler sa respiration agitée, que déchiraient malgré elle des gémissements de plus en plus sonores. Le rythme constant, diabolique, des mouvements de Jean la maintenaient au bord de l’orgasme sans pour autant la pousser au-delà du point de non-retour. Elle avait beau s’agiter, il gardait le contrôle.

Elle hissa les hanches, portée par la cadence sublime et animale de leur étreinte. Dieu, que ça lui avait manqué ! Non pas seulement la pénétration et le plaisir physique, mais aussi le poids d’un homme et, surtout, le sentiment si réconfortant et flatteur d’être dominée, d’être utilisée.

Jean enroba ses seins et les serras sans pitié en même temps qu’il augmentait la puissance de ses poussées. Leur violence était telle qu’elle aurait hurlé de douleur si l’effet du jouet sur son clitoris n’avait pas attisé encore et encore son désir. Elle dut renoncer à feindre l’indifférence, son corps affamé avait pris le dessus et sa respiration n’était plus qu’une suite de râles désespérés.

Les grognements de Jean brûlaient contre sa peau, elle gémit. Il la pénétra avec une brutalité redoublée. Le plaisir et la douleur se télescopaient, l’un devenait l’autre et l’autre l’un. Finalement, lorsqu’il enfonça les dents au creux de son cou, elle jouit, la tête enfouie dans les oreillers qui ne parvinrent pas à étouffer ses cris. Elle entendit, mêlé à sa propre voix, le rugissement jouissif de Jean, qui, avec une dernière poussée terrassante, s’effondra sur elle.


  • 0
Carpe Diem avec son escort boy

Carpe Diem

Category:escort boy,Experience,Femmes,gentleman,rêve Tags : 

Carpe Diem : Jouir, profiter de l’instant présent. Expression tirée des vers d’Horace, un philosophe romain de l’Antiquité : « Carpe diem, quam minimum credula postero ». Cela signifie « cueille le jour sans te soucier du lendemain, et sois moins crédule pour le jour suivant ». Son sens, proche de la philosophie épicurienne, a traversé les siècles jusqu’à nos jours sans qu’il soit altéré.

Ils ont dîné dans un restaurant japonais gastronomique assis par terre. C’était la première fois que Mademoiselle mangeait du poisson cru. Elle portait un chemisier transparent, un pantalon noir et une paire de chaussures à talons aiguilles.

Son gentleman lui a expliqué comment utiliser les baguettes. Jean lui a raconté des histoires qui l’ont fait sourire puis rire. Sa façon de raconter était romantique et sensuelle. Elle le trouvait séduisant. Mademoiselle était attirée par son regard magnétique d’escort boy pour femmes exigeantes.

Ils étaient assis dans un coin ; leurs genoux se rencontraient, et leurs mains s’effleuraient parfois. C’était un gentleman complexe, charismatique et elle était attirée par lui comme un papillon de nuit par la lumière.

Ils sont sortis du restaurant et Ils ont pris un taxi pour rentrer chez elle. Pendant le trajet Jean a glissé sa main sur sa cuisse pendant que son regard plongeait dans son décolleté. Puis l’escort boy l’a embrassé en glissant sa langue dans sa bouche. Elle était maintenant toute mouillée de désir pour cet homme dédié à son plaisir.

Jean ne détachait pas son regard de la demoiselle, les yeux brillants. Sous l’intensité de son expression, elle lui a semblé qu’ils n’étaient plus dans ce taxi, et elle a senti monter une bouffée d’adrénaline.

En entrant dans son appartment, ils se sont installés sur le canapé du salon et son escort boy lui a retiré lentement son chemisier puis il tendu la main dans son dos, Jean a dégrafé son soutien-gorge, qu’il a laissé tomber sur le sol.

Son gigolo a laissé son regard courir sur ses seins nus. Il l’a attirée à lui. Elle s’est assise à califourchon sur lui, de telle manière qu’elle pouvait sentir son sexe dur sous son pantalon, dont le tissu épais frottait agréablement sa peau.

Il l’embrassa, ses lèvres étaient fermes, et sa langue explorait doucement sa bouche. Il la tenait par le menton, et c’était lui qui dirigeait le baiser. Puis son escort boy a fait courir ses mains sur ses épaules, lui a caressé les bras et les seins avant de s’arrêter au niveau de sa taille.

Jean s’est agenouillé devant elle. Le gentleman a mis sa tête entre ses jambes et a posé sa langue ferme sur son jardin secret. Elle a poussé un petit cri sous l’effet du plaisir qui s’est emparé d’elle.

Elle n’avait jamais imaginé qu’un homme puisse lui faire un tel effet. La langue de Jean sur son pistil d’amour lui a transpercé le corps comme une décharge électrique. L’expérience physique a immédiatement dépassé l’expérience psychologique et elle ressentait comme un véritable incendie au plus profond d’elle-même.

Mademoiselle était consummée par un brasier. Elle a fermé les yeux et elle s’est abandonnée à ses caresses, alternativement rapides et lentes, courtes et intenses ou longues et langoureuses, au rythme des mouvements de son corps, qui répondait à chacune d’entre elles.

Ses doigts ont suivi, ce qui a été une révélation d’un nouveau plaisir. La langue de Jean l’avait considérablement excitée, et son doigt a glissé facilement en elle. Après l’avoir explorée et titillée, Jean a ajouté un deuxième doigt.

Elle a avancé ses hanches contre sa main ; elle voulait qu’il la prenne plus profondément. Son escort boy a continué à explorer son corps en glissant un doigt entre ses fesses. Ses deux trous étaient pénétrés simultanément, et il continuait à caresser son clitoris avec sa langue.

La sensation était incroyable. Meilleure que tout ce qu’elle avait vécu jusque-là, multipliée par cent, et, alors que le plaisir la consumait tout entière, elle a oublié l’escort boy.

Elle a agrippé ses cheveux et elle s’est projetée vers l’avant, s’empalant sur sa langue et emprisonnant sa tête tout contre elle au cas où il aurait imaginé un seul instant de reculer, d’arrêter ou de respirer : tout changement de rythme l’empêcherait de jouir.

C’est alors que l’orgasme l’a submergée comme une vague, s’abattant avec violence avant de se retirer. Jean s’est allongé à ses côtés et l’a prise dans ses bras. Elle s’est pelotonnée contre lui jusqu’à ce que la chaleur qui l’avait envahie disparaisse et qu’elle se détende.

C’était la première fois qu’un gentleman la faisait jouir comme ça. Puis elle s’est agenouillée et elle a ouvert la braguette de son pantalon. Son escort boy bandait toujours autant.

Mademoiselle a baissé la tête et elle a léché sa virilité de bas en haut, il a gémi. Son escort boy a frissonné quand elle l’a gobé tout entier. Son sexe avait un goût merveilleux, et il emplissait sa bouche d’une manière complètement nouvelle.

Elle a pris son temps, caressant son gland avec la langue, en dessinant le contour. Il continuait à gémir et il a posé légèrement ses mains dans ses cheveux.

Maintenant elle voulait le sentir aller et venir en elle, jusqu’au fond. Jean a enfilé un bout de latex sur sa queue dressée. Elle était toujours mouillée, conséquence de son orgasme, et extrèmement excitée.

Elle s’est installée à califourchon sur lui et elle s’est lentement empalée sur sa virilité. Puis elle a commencé à bouger. Jean a posé ses mains sur ses hanches et a imprimé son rythme, lent, puis de plus en plus rapide.

Elle s’est penchée légèrement en avant afin de frotter son clitoris contre son bas-ventre. Son escort boy a regardé le plaisir et l’abandon envahir son visage. Puis il l’a retournée d’un mouvement souple, et elle s’est retrouvée à quatre pattes.

Elle sentait ses bourses frapper ses cuisses à chaque coup de reins et, Jean était ravie de l’entendre gémir, elle bougeait au même rythme afin de prendre le maximum de plaisir.

Lorsqu’il sentit que le plaisir s’était emparé d’elle, il lui a agrippé les épaules avec les mains et a donné une série sans fin de coup de reins qui ont fait pénétrer son énorme queue encore plus profondément en elle, jusqu’à ce qu’elle jouisse dans un cri animal.

Ils se sont séparés et effondrés, pantelants et extatiques. Ils sont restés allongés et enlacés pendant un moment. Son escort boy a fait courir ses mains sur son corps, caressant son ventre puis mes cuisses avant de s’endormir avec elle.

***

Voulez vous vous être séduite ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman. Pourquoi ne pas briser votre solitude et prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Alors Carpe diem, on ne vit qu’une fois !

Au plaisir de faire de cette rencontre avec vous. Jean, Escort boy pour femmes exigeantes.

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org
website: https:/escortboy.org


  • 0

Mon escort boy me suivit dans la chambre faiblement éclairée

Category:escort boy,gentleman,gigolo Tags : 

Mon escort boy me suivit dans la chambre faiblement éclairée. La lumière tamisée projetait sur son visage des ombres qui le rendaient encore plus désirable. Nous entrâmes dans la chambre que j’avais réservé pour notre rencontre. Jean avança vers moi et se pencha. Son nez effleura la veine palpitant dans mon cou.

Mon escort boy m’accula contre le mur, les mains de chaque côté de moi, et pressa son corps contre le mien. En dépit des couches de vêtements qui nous séparaient, je sentais sa chaleur. Au contact de son torse, les pointes de mes seins s’érigèrent. Je réprimai un gémissement en sentant sa virilité lourde et dure contre mon ventre. Ma respiration s’accéléra.

Jean se baissa, et ses mains puissantes vinrent cueillir l’arrière de mes cuisses. D’un mouvement fluide, Jean me souleva pour disposer mes jambes autour de ses hanches. La partie la plus sensible de mon corps se trouva collée contre son érection, et cette simple friction m’amena au bord de l’orgasme. Je poussai un soupir saccadé, incapable de masquer ma réaction, le sang aux joues et l’entrejambe inondé. Je repliai mes jambes autour de lui et empoignai ses épaules, lui arrachant un grognement.

Ma jupe était remontée sur ma taille. Jean se tourna et me posa au bord du lit. Quand il s’écarta, je dus réprimer un cri de frustration. J’étais en feu ; mes seins étaient lourds et sensibles. S’il ne m’embrassait pas tout de suite.

Mon escort boy retira les bottes de cuir noir que je portais. Puis ses doigts se mirent à courir sur la bande de peau nue entre ma jupe froissée et le bord de mon porte-jarretelles. Jean en défit les deux attaches d’un mouvement habile, sans une hésitation. Manifestement, il avait l’habitude.

Lorsqu’il plongea les doigts sous la lisière de mon bas, toutes ces considérations s’évanouirent. Il le fit descendre en frôlant l’intérieur de ma cuisse, taquinant la peau sensible derrière mon genou. En arrivant au niveau de mon mollet, il s’arrêta pour passer à l’autre jambe.

Ses doigts approchèrent de mon jardin secret, et je me mis à trembler. Mon excitation était évidente et je ne faisais rien pour la cacher. Jean s’agenouilla, la tête au niveau de ma chatte palpitante. Avec douceur, Jean acheva de me retirer mes bas qu’il laissa tomber par terre.

J’avais le souffle court, et mon cœur battait la chamade. Je m’immobilisai, terrifiée à l’idée de ce qu’il s’apprêtait sans doute à me faire, et tout aussi horrifiée à la pensée qu’il ne le fasse pas. Mon escort boy bascula en arrière sur ses talons et me prit le pied entre les mains.

Lentement, je déplaçai mes mains derrière moi pour venir m’appuyer sur mes bras tendus. Il était doué, je devais le reconnaître. En quelques secondes à peine, j’avais pratiquement fondu entre ses mains.

Cet homme était agenouillé par terre devant moi, et me massait les pieds. Je me détendais, la tête rejetée en arrière. L’instant d’après, en sentant sa langue caresser mon cou-de-pied, je me redressai vivement. Mon escort boy continua de malaxer ma cheville comme si de rien n’était, mais ses coups de langue m’envoyaient des décharges électriques le long de la jambe, jusqu’entre les cuisses. Mon sexe se mit à pulser douloureusement, avide d’être caressé à son tour.

Je baissai la tête pour croiser son regard, et je lus dans ses yeux qu’il avait l’intention de me prendre. Je me mis à trembler d’impatience et d’appréhension. J’avais besoin qu’il aille plus loin, qu’il me prenne maintenant avant que je perde définitivement la tête.

Cette sensation m’était inconnue jusque-là. Quand il s’agissait de sexe, je ne m’abandonnais jamais. Parfois, je faisais semblant, parfois je m’en approchais, mais jusqu’à cet instant, je n’avais jamais eu besoin de quelque chose au point d’abaisser complètement ma garde pour pouvoir l’obtenir.

Mon escort boy embrassa ma cheville, puis mon mollet. Sa langue traça un cercle lent à l’intérieur de mon genou. Jean me rapprocha du bord du lit, et mes hanches se mirent à onduler d’elles-mêmes. Je ne pouvais plus attendre.

Mon amant continua en effleurant mes jambes du bout des doigts, remontant peu à peu jusqu’à ma culotte, et semant de tendres baisers à l’intérieur de mes cuisses. Sous ses caresses, j’avais l’impression d’être désirée, adulée.

D’un mouvement vif, Jean m’écarta les jambes, et mon sexe se retrouva à quelques centimètres seulement de son visage. Toute appréhension déserta mon esprit. Mes jambes pendaient dans le vide, trop hautes pour toucher terre, comme des pantins à la merci de ses gestes. D’une main légère, il frôla l’arrière de mes mollets avant de tracer du bout de la langue une ligne droite à l’intérieur de ma cuisse, s’interrompant juste avant d’atteindre mon sexe. Là, il se mit à mordiller ma chair tendre et offerte.

Je gémis, empoignant à pleine main les draps irrémédiablement froissés, incapable de détourner le regard de la délicieuse torture qu’il me faisait subir. Il me mordit légèrement, et j’étouffai un cri.

Mes muscles étaient agités de spasmes. J’étais incapable de rester immobile. Enfin, son pouce se posa sur ma fente, et je me cambrai à son contact. J’étais toute humide. J’étais toute humide pour lui. J’avais trempé ma culotte sous les caresses de cet escort boy qui avait apparemment un don pour faire vibrer les femmes.

Mon escort boy accentua la pression de son pouce, m’arrachant un frisson. Jean tourna la tête pour lécher mon autre cuisse. Chaque fois qu’il approchait de mon sexe, il s’en éloignait aussitôt. Il leva de nouveau la tête, le regard plein de feu. Avec une lenteur stupéfiante, il posa les lèvres sur mon intimité pour l’embrasser à travers le satin. Mon sexe se contracta. C’était le summum de l’érotisme.

Jean pressa ses lèvres contre ma culotte. Le tressaillement de sa mâchoire contre mon pubis faillit me faire exploser. Je me mordis la lèvre pour réprimer un cri. Incapable de me retenir, j’avançai ma main vers mon jardin secret, mais il m’attrapa par le poignet et l’écarta.

Doucement, il mordit dans le satin à présent détrempé par mon désir, et le tira de côté pour l’éloigner de mon sexe. Un réflexe me fit refermer les genoux, mais il les bloqua de ses larges épaules. Ses doigts se glissèrent sous l’élastique et il les posa de chaque côté de ma fente sans y entrer. Puis il écarta le satin et souffla. L’air frais sur ma peau brûlante déclencha un nouveau spasme, et mon dos s’arqua.

Mon escort boy prenait son temps, me mettant au supplice. Il ouvrit mes lèvres et vint appuyer son pouce contre mon jardin secret, le massant de haut en bas. J’ignorais d’où il tenait sa dextérité, mais je dus me mordre l’intérieur des joues pour ne pas crier. Enfin, il introduisit un doigt en moi. Cela suffit à me pousser au bord de l’orgasme. Comme s’il l’avait senti, il le retira lentement.

Cette fois, Jean insinua deux doigts dans mon sexe et les fit pivoter tout en donnant avec son pouce une légère pression sur mon jardin secret. Pendant tout ce temps, il me dévisageait, m’observant attentivement tandis que je me laissais tomber sur les coudes et me contorsionnais. Il ne s’arrêta que pour faire glisser ma culotte le long de mes jambes, me laissant nue et ouverte sous son regard avide.

Mon escort boy baissa la tête pour prendre une de mes lèvres entre ses dents, puis l’autre, sa langue pénétrant ma fente juste assez longtemps pour me rendre folle. Si près… il était si près de mon jardin secret, mais chaque fois que je croyais qu’il allait le lécher, son pouce venait le recouvrir, comme pour en interdire l’accès à sa langue. Ses lèvres se posèrent contre mon pubis glabre.

Inclinant le visage, Jean remplaça son pouce par sa bouche. Il aspira mon jardin secret et j’explosai aussitôt, arc-boutée, portant les draps froissés à ma bouche pour étouffer mon hurlement de plaisir. Une chaleur intense se propagea dans mes veines, et ma jouissance vint se concentrer dans la pointe de mes seins et mon sexe. Je voyais des étoiles. Mes genoux se refermèrent d’un coup de chaque côté de sa tête, et il me cloua contre le lit d’une main puissante.

J’empoignai ses cheveux et tentai de le repousser, mais il s’était mis à me laper le sexe à grands coups de langue et à le sucer avec une ardeur renouvelée. Il ne parut pas m’entendre. Les caresses de sa langue changèrent de rythme et s’accélérèrent. Je sentis le plaisir monter de nouveau.

Ses doigts allaient et venaient en moi de plus en plus vite, pliés pour caresser l’intérieur de mon sexe d’une façon inédite qui m’arracha une plainte. Je pressai mes seins entre mes mains, comme pour évacuer un peu de la pression qui s’accumulait dans mon bas-ventre. Alors, Jean posa ses mains sur mes genoux pour m’ouvrir davantage, et sa langue plongea dans mon sexe. Personne ne m’avait jamais fait cela auparavant. Je sentais le bord de ses dents à l’orée de ma grotte humide, et une nouvelle vague de plaisir m’assaillit.

Puis Jean se concentra de nouveau sur mon jardin secret, le léchant encore et encore. L’extase me submergea, et je me cambrai, secouée de spasmes. J’étais incapable de respirer, prisonnière de mes seules sensations.

Ce maître de l’orgasme ne s’arrêta pas, et mon sexe à vif se contracta de nouveau. À peine avais-je fini de jouir que je fus emportée dans un troisième orgasme. Ses doigts poursuivirent leur assaut, s’enfonçant en moi jusqu’à la paume tandis que les parois de ma grotte humide se resserraient spasmodiquement autour de sa main. Je jouis, encore et encore, comme si cela ne devait jamais s’arrêter. Je me tordais en tous sens, ruant et me cabrant.

Je m’effondrai, à bout de souffle. Mes cheveux trempés de sueur me collaient au visage. Le magicien du plaisir féminin me fit lentement redescendre, ses doigts ralentissant leur mouvement en moi, sa langue traçant des cercles paresseux autour de mon jardin secret encore vibrant. Pour finir, Jean y déposa un baiser plein de respect, puis en sema d’autres sur ma cuisse avant de se redresser.

Je tentai de me lever, mais je n’avais plus de force dans les bras. Comme je m’efforçais, tremblante, de m’asseoir sur le lit, Jean me rattrapa au moment où j’allais retomber et posa les lèvres au creux de mon épaule. Ses bras vinrent enlacer ma taille et je m’accrochai faiblement à ses épaules, appuyée sur lui de tout mon poids. Nous restâmes dans cette position pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que mes tremblements cessent.

🎩🎩🎩

Voulez vous vous être séduite ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman. Pourquoi ne pas briser votre solitude et prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Au plaisir de faire de cette rencontre. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0
candaulisme en voiture

Candaulisme avec un escort boy en voiture

Category:candaulisme,Couple,escort boy,Experience,gentleman Tags : 

Candaulisme avec un escort boy en voiture. Monsieur et Madame sont mariés et ils aiment toujours autant s’amuser, sortir et faire la fête. Cette nuit là, ils m’ont demandé de les accompagner en voiture. Le mari de Madame veut faire le chauffeur au volant de sa grosse berline pendant que Madame sera derrière à prendre du plaisir avec moi.

Nous nous installons à l’arrière, l’un à côté de l’autre. Dans le rétroviseur, son mari vérifie mes réactions. Il me jette des clins d’œil pour m’encourager à profiter de sa femme.

Les mains douces de Madame s’engouffrent dans mes cheveux, pétrissent ma nuque. Elle me caresse, glisse sa main entre mes cuisses pour jauger de ma virilité. Son mari est là, tout près, avec les yeux qui lorgnent dans le petit miroir. La présence de son mari n’a pas l’air de faire peur à Madame, bien au contraire, elle sait qu’il est son complice.

Elle recule jusqu’à la portière, cale ma tête de gentleman contre elle, juste en dessous de ses gros seins. Enervée, son mari jette des coups d’œil jaloux, récupérant des miettes de la scène dans le rétroviseur.

Maintenant qu’elle m’a à sa merci, abandonné sur elle, Madame en profite pour prolonger ses caresses jusqu’aux épaules, sur la peau tiède de mes bras, remontant le long de mes muscles, repoussant les manches pour sentir le velouté tiède, la naissance des épaules. Elle frémit de goûter le corps d’un autre homme. Ses mains réclament ma peau maintenant. Elle sort ma chemise de mon pantalon, elle me déboutonne.

Son mari regarde la route, mais il capte très bien notre petit manège. Elle effleure timidement mon ventre. Elle s’est légèrement cambrée pour m’offrir sa forte poitrine qui monte et descend, suivant sa respiration, devenue haute maintenant qu’elle manque d’air.

Deux petites pointes saillent à travers son chemisier. Au feu rouge, son mari attrape la main de sa femme et la colle entre mes jambes.

Je détourne les yeux. Madame semble perdue. Mais j’entends le zip de ma braguette ! elle ne fait aucun effort de discrétion, je l’entends peiner avec mon pantalon.

Puis elle me prends dans bouche et j’entends des bruits de succion. J’appuie sur sa tête pour plonger dans sa gorge. Elle adore ça, je le sais, enfoncer ma grosse queue dure comme la pierre jusqu’au fond. Je l’attrape gentiment par les cheveux, la fait aller et venir.

Puis je repousse les bretelles de son soutien-gorge, presse ses seins, l’étouffe. Elle réprime des gémissements. Elle me pompe et salive de plus en plus.

Son mari jette un coup d’œil derrière. Un cul pâle et rond surgit de l’obscurité. La robe de Madame est remontée, et sa culotte entre les cuisses. Mes mains de gentleman s’activent. Je malaxe ses fesses pendant qu’elle me suce. Je lui enfile un doigt. Elle se cabre et soupire.

Je pose ma paume sur sa chatte. Son joli cul ondule dans ma main. Je retire mon doigt, glisse dans le sillon des fesses, plonge deux doigts, cette fois. Et c’est le même cinéma, les reins creusés, les soupirs, les mouvements de bassin.

Nous roulons sur des routes désertes, en pleine campagne. Il fait nuit noire. Son mari se concentre pour ne pas virer dans le fossé. Ses yeux dans le rétroviseur ne nous lâchent pas. Nous regarder chavirer le rend fou de désir.

Elle se cale au milieu pour soi-disant me guider, elle soulève légèrement ses fesses, se cambrant au mieux. Je me colle à elle, la prend par les hanches, j’enfile un bout de latex et la fait asseoir sur ma queue. Je sens une onde de chaleur m’envahir. Sa voix devient hésitante, ses lèvres échappent à son contrôle et tout son corps en proie à une ardeur langoureuse, tressaille…

Je passe mes mains sur ses cuisses, entre ses cuisses pour les écarter, puis la fait s’empaler sur moi. Elle se retient de moins en moins. Puis son mari freine, arrête la voiture sur le bas-côté de la route.

Madame sort de la voiture. Son mari descend lui aussi. Nous sommes tous les trois dans la nuit. Son mari s’approche d’elle et lui roule un patin sous mes yeux. C’est à ni rien comprendre ! Il glisse sa main sous les vêtements de Madame. Elle se raidit. Il remonte sa robe, qu’il coince à sa ceinture. Sa culotte remise à la va-vite, il la fais rouler jusqu’en bas.

Il me demande de m’agenouiller devant elle, lui ouvre les cuisses, et et m’ordonne de la lécher. Elle est brûlante et mouillée, je la bois. Elle n’ose pas me repousser. Elle écarte les jambes. Adossée contre la portière, elle s’abandonne à mes coups de langue. La main de son mari vient caresser ses cheveux.

Puis il lui ordonne de me sucer. Elle prend ma virilité dans sa bouche et je sens mon sexe durcir entre ses lèvres. Ses mains caressent mes bourses. Elle est agenouillée soumise, à se faire labourer la gorge. Son mari tire encore sur la jupe pour la remonter jusqu’à la taille, pour qu’il puisse mater ses fesses pâles et dodues. Il va les câliner, les cajoler, passer sa langue au milieu, tout en pétrissant ses hanches, sa taille fine, son ventre…

Il lèche son majeur et son index, les lui introduis doucement. Elle gémit. Il retire ses doigts, les fais lécher à Madame qui s’en délecte.

Puis il l’attrape, la redresse, la retourne contre la voiture, la trousse. Il saisit ses hanches, colle sa queue contre le sexe de sa femme. Elle brûle d’être transpercée. Il la fait se tordre d’impatience, passe sa queue entre ses cuisses plusieurs fois, entre les plis qui s’ouvrent, sur le clitoris, puis à l’entrée de la fente. Il glisse à peine, entre et sort… Elle halète, elle adore ça qu’on la fasse languir…

Il se cale entre elle et la voiture. Elle a les yeux mi-clos, la bouche ouverte, les seins frémissants aux tétons qui perlent, durs comme des bijoux, la chair de poule et son ventre tendu, tout en elle réclame le plaisir de la luxure. Je caresse son visage. Elle se frotte comme un chat contre mes paumes pendant que son mari lui enfonce sa verge.

Il ressort sa queue presque entièrement et lui en remet un coup. Ses soupirs nous excitent. La dame pose ses mains sur la tôle, écarte ses jambes, creuse ses reins pour le sentir plus profond encore.

Il lui ouvre plus largement les jambes. Elle gémit fort maintenant. Je lui pétris les seins, lui les fesses, il s’accroche à ses hanches pour qu’elle s’empale sur lui. Elle râle. Elle jouit comme une chienne lubrique

Elle s’abandonne. Mais son mari la met soudain à genoux. Elle se laisse faire comme une poupée de chiffons. Nous nous astiquons au-dessus de son visage. Elle ouvre la bouche. Et nous explosons sur elle.

Toutes les couples ont besoin de vivre leurs fantasmes avec un gentleman qui les respecte, je suis disponible pour vous faire vivre des moments de bonheur sans risque. Je peux vous transporter dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous faire crier de plaisir mais toujours avec respect. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Contactez moi: man.jean@yahoo.fr ou +33(0)755186013

https://escortboy.org

http://jeancortboy.sitew.fr


  • 0

Toutes les femmes ont des fantasmes

Category:escort boy Tags : 

Sonia eut l’impression de se réveiller au beau milieu d’une tempête de flammes. Une minute plus tôt, elle dormait d’un sommeil sans rêves et, l’instant d’après, tous ses sens étaient en alerte, tout son corps vibrait. Inconsciemment, elle s’enroula autour de l’escort boy comme une liane.

Sa bouche était chaude, son baiser presque sauvage… La pression du corps qu’elle sentait contre le sien la faisait frémir jusqu’au plus profond de son être, faisait naître en elle des émotions inédites. Jamais elle n’avait ressenti un désir si aigu, si violent pour un homme, une telle urgence…

Dans un coin reculé de son cerveau où son bon sens était encore présent, elle entendit une petite voix lui ordonner de réfléchir. Mais comment aurait-elle pu en tenir compte alors que son cœur battait la chamade et que le feu que l’homme déversait dans sa bouche se propageait dans son corps comme une drogue ?

Elle en voulait davantage. Irrésistiblement. Lorsqu’il passa la main sous sa veste, puis sur sa peau nue, pour venir couvrir son sein, elle s’arc-bouta, impatiente de s’approcher encore plus près de ce corps dur et souple à la fois. Un son primitif sortit alors de sa gorge.

En guise de réponse, le courtisan lui mordilla la lèvre inférieure, avant de partir à la découverte de son cou. Une vague de frissons s’empara de Sonia, puis la petite voix sensée s’éleva de nouveau. Non, il ne fallait pas, ce n’était pas sérieux. Même si tous ses sens lui disaient le contraire.

La requête résonna comme un écho dans sa tête, mais Jean n’en tint pas compte. Sonia n’était que parfums sauvages et textures de soie. Elle le rendait fou. Partout où ses mains, sa bouche se posaient, elle répondait avec un élan passionné qui le fascinait. Le piégeait.

Elle rêvait de ce moment depuis qu’elle lui avait envoyé cet email torride. Mais ses fantasmes avaient été bien loin de la réalité. Jamais elle n’aurait imaginé qu’elle éveillerait en lui un désir aussi primaire. Il glissa les mains vers ses hanches et elle se cambra, enroula les jambes encore plus fort autour de lui. Seule la barrière des vêtements l’empêchait d’étancher le besoin impérieux qu’il avait d’elle. Il bataillait pour dégrafer le bouton de son jean.

L’obligeant à relever la tête, il la dévisagea. Ses yeux noisette étaient grands ouverts. Et elle le tenait toujours aussi fermement entre ses bras et ses cuisses.

Le gigolo aurait aimé se conduire en gentleman, mais son corps le trahissait. Son sexe se dressait, tendu, séparé du corps féminin par une simple barrière de tissu. Il vibrait d’un désir à l’état brut. Il ondula et l’éclair de feu dans le regard de Sonia le conforta. Il la sentit frissonner et tout ce qu’il lui restait de volonté s’évanouit aussitôt.

Elle n’était pas certaine de pouvoir parler accentuant encore plus la pression de ses bras et de ses jambes autour de lui. La chaleur était devenue si intense que, soudain, elle se sentit prise au piège dans un brasier. Le plaisir pulsait dans ses veines en flots continus. Plus rien ne comptait en dehors de ces sensations délicieuses.

Que c’était bon ! Ses pensées étaient accaparées par ce corps encore plus ferme, et si chaud qu’elle rêvait de s’y fondre. Elle voulait se frotter contre lui, mais elle risquait de jouir aussitôt.

Sans plus attendre, son amant de passage l’embrassa et la délicieuse chaleur l’embrasa de nouveau. Elle savait pourtant ce qui arrivait lorsque l’on jouait avec le feu. Mais elle voulait atteindre le point de non-retour. Sans plus attendre. Elle se serra de nouveau très fort contre lui et s’arc-bouta. Répondant à son appel, il la prit fermement par les hanches et l’immobilisa. Elle essaya de bouger, en vain.

Bientôt elle sentit avec délice les doigts masculins explorer habilement son sexe humide. Il ne lui laissa pas le choix. L’orgasme qu’elle contenait depuis si longtemps l’inonda bientôt par vagues chaque fois plus intenses. Impuissante, elle s’abandonna dans les bras de cet homme qui lui donnait tellement de plaisir.

Son corps tremblait encore lorsqu’il vint se coucher sur elle. Il voulait la pénétrer lentement, mais elle lui répondit avec plus d’impatience et de fougue que prévu. Elle ouvrit grand les yeux, ses pupilles se dilatèrent et se brouillèrent lorsqu’il la pénétra d’un coup de rein. Elle avait un corps si tendre…

Jean sentait ses muscles internes se contracter et l’inviter à la prendre encore plus fort, plus loin. Fou de désir, il lui passa les mains sous les jambes et lui offrit ce qu’elle lui demandait. Jean vit les yeux de Sonia s’assombrir sous l’effet du plaisir, puis sa vue se brouilla. Plus rien n’existait que leurs deux corps emboîtés. Il ne parvenait même plus à bouger, Jean ne rêvait que de se fondre en elle. Même l’idée de se retirer de quelques millimètres pour la prendre un peu plus lui paraissait insupportable. C’était là qu’il voulait rester, il était à sa place.

Pourtant, les contractions s’accentuèrent autour de son sexe bandé à l’extrême et Jean sentit son propre orgasme démarrer du creux de ses reins. Jean tenta de se retenir, de serrer Sonia dans ses bras, de prolonger l’instant. Mais lorsqu’il sentit un deuxième orgasme emporter la jeune femme, le plaisir le submergea et prit pleinement possession de lui.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Au plaisir de faire de cette rencontre. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Journal intime d’un escort-boy gentleman pour femmes en manque de plaisir

Category:escort boy,Experience,Femmes,lâcher-prise Tags : 

Françoise posa son soutien-gorge en dentelle rose sur la table basse et jeta un coup d’œil à la chambre de l’hotel où elle rencontrait son escort boy. Elle était décorée de façon minimaliste, avec deux tableaux sur les murs blancs, une grande télé et un lit très fonctionnel. La jeune femme fut étonnée par sa propreté.

Les stores sur les fenêtres étaient presque entièrement baissés et plongeaient ainsi la pièce dans une semi-obscurité reposante. Françoise pouvait entendre le bruit des innombrables voitures roulant sur le Boulevard à l’extérieur.

Son escort boy lui demanda de s’asseoir. Elle s’exécuta timidement. C’était la première fois qu’elle faisait ça, et elle n’était pas très sûre d’elle. Pourtant, Françoise était une femme de caractère, d’habitude. Grande et élancée, c’était une jolie trentenaire d’origine américaine aux longs cheveux noirs frisés et au teint mat. Une grande force émanait d’elle, et ses yeux perçants pétillaient d’intelligence.

Les seins nus dans cette chambre de motel, elle se sentait fragile et vulnérable. Mais son envie de sexe était plus fort qu’elle. Son escort boy s’assit sur une chaise en osier et croisa les jambes. Jean l’avait retrouvé au bar de l’hôtel et l’avait abordée avec un large sourire. Grand et large d’épaules, Jean avait des cheveux brun foncé coupés court. Jean portait des Ray-Ban métallique qu’il n’avait pas retirées en entrant dans la chambre. Son polo bleu marine et son pantalon beige lui donnaient un côté à la fois sportif et élégant. Jean lui faisait penser à Paul Newman.

Elle se demanda pourquoi un aussi bel homme avait besoin de faire le gigolo. L’homme lui demanda de retirer son short et son string, et de se toucher devant lui. Jean voulait la regarder faire. Elle baissa les yeux et hésita un instant. Elle ne s’était jamais masturbée devant un homme. Pourtant, Jean fallait qu’elle lui obéisse. Elle retira son short en jean ultra court et son string en dentelle noire, puis croisa les jambes pour dissimuler son sexe dans un dernier élan de pudeur.

Le gigolo pencha la tête sur le côté. Elle ne pouvait pas voir ses yeux à travers ses lunettes de soleil. Jean lui demanda d’écarter les cuisses. Jean voulait voir sa petite chatte. Lentement, elle décroisa ses jambes, révélant ainsi son joli sexe. Malgré son embarras, Françoise dût se rendre à l’évidence: Elle mouillait.

Elle leva la main, comme au ralenti, puis la fit glisser sur les lèvres de son sexe et sur son jardin secret. Elle avait l’impression de vivre un rêve, comme si ce qu’elle faisait n’était pas vrai, comme si elle existait maintenant dans une réalité parallèle. Françoise gémit tout en penchant la tête en arrière.  Puis elle continua à masser sa chatte trempée et émoustillée. Elle n’avait jamais ressenti une telle excitation auparavant. Elle se sentait à la fois humiliée, et pleine de désir.

Elle le regarda un instant en silence, puis porta ses doigts à sa bouche et les lécha. Elle sentit son propre goût à la fois doux et amer sur sa langue. Elle fit ce qu’il dit et fixa ses yeux sur le plafond blanc. Pendant ce temps, elle pouvait entendre Le gigolo trifouiller dans sa sacoche. Ensuite, Jean s’approcha d’elle, et elle gémit lorsqu’il appliqua de la mousse à raser sur sa jolie chatte.

Soudain, elle sentit la lame glaciale d’un rasoir glisser le long de son pubis. Légèrement apeurée, elle frissonna aussi de plaisir. Lentement, Jean se mit à la raser de façon très sensuelle, avec beaucoup de douceur. La lame allait de haut en bas, caressant sa jeune chatte de façon exquise.

Françoise frissonna en entendant ces mots crûs qui l’émoustillaient tant. D’habitude, c’était elle qui parlait franchement aux hommes, les effrayant même parfois. C’était la première fois qu’elle se sentait dominée à ce point par l’un d’entre eux. Une fois son travail terminé, l’homme essuya son pubis totalement rasé avec une compresse d’eau tiède, puis déposa un baiser sur sa chatte frémissante.

Françoise mouillait comme jamais. Elle sentit que le gigolo appliquait maintenant une matière onctueuse et tiède sur sa grotte secrète. Elle releva rapidement la tête pour voir de quoi Jean s’agissait : C’était du Nutella. Une fois qu’il eut fini, Le gigolo déposa le pot sur la table de chevet près du lit, s’allongea sur le ventre et saisit les cuisses de la jeune femme pour les écarter.

Françoise sentit sa langue chaude et humide lécher minutieusement le Nutella qui recouvrait sa chatte. Elle poussa un petit cri et se mordit la lèvre inférieure. Son escort boy s’occupait du moindre recoin de son intimité, et chaque coup de langue manquait de la faire défaillir.

Il se mit à sucer les lèvres de son sexe, lentement, comme s’il s’était agi du meilleur dessert du monde, puis Jean glissa son index dans la moiteur de sa grotte secrète tout en suçant son pistil d’amour. Françoise glapit et agrippa les cheveux courts de Son escort boy. Jamais aucun homme ne l’avait léchée aussi bien, et la double sensation de sa langue sur sa chatte et de son index dans sa grotte secrète l’envoyait au 7e ciel.

Il arrêta soudain de la lécher, puis retira ses vêtements. Elle se demanda qui était cet homme mystérieux, et quel était son passé. Etrangement, elle avait l’impression de déjà l’avoir connu. Et puis Jean s’allongea doucement sur elle, faisant glisser sa queue en érection sur son pubis et sa chatte trempée. Jean l’embrassa doucement, enroulant sa langue autour de la sienne et suçant sa lèvre inférieure comme une friandise. Jean continua à frotter doucement sa queue contre sa grotte secrète pendant plusieurs minutes, retardant de façon délicieusement cruelle le moment où Jean entrerait en elle pour la satisfaire.

Françoise n’en pouvait plus. Elle avait envie de son sexe en elle, elle avait envie qu’il la prenne comme une petite catin… Toute sa vie, elle avait dû servir son mari. Pour la première fois, elle prenait du plaisir. Elle allait en profiter jusqu’à la dernière goutte.

Sa queue trouva enfin le chemin de sa grotte secrète. Jean entra en elle lentement, très lentement, en écartant progressivement ses petites lèvres humides pour s’enfoncer dans sa grotte secrète brûlante. Le pénis de l’homme était doux, et elle n’avait pas fait l’amour depuis un certain temps.

Françoise ressentait un plaisir merveilleux, et le fait de ne pas connaître le nom ou l’identité de son escort boy l’excitait terriblement. Jean se mit à aller et venir en elle, en prenant son temps. C’était un amant très doux, pas comme les autres hommes qu’elle avait connus auparavant. Jean prenait le temps de l’embrasser, et déposait de doux baiser sur son cou tout en malaxant ses seins gonflés par le désir.

Elle était tellement trempée qu’il glissait en elle comme dans du beurre maintenant. Ivre de plaisir, elle se raidit et lui montra le blanc de ses yeux. Elle le tutoyait maintenant. Jean plongea ses yeux dans les siens, accéléra légèrement le rythme, puis saisit ses poignets et les plaqua au-dessus de sa tête. Elle se sentait totalement offerte à son désir ; elle ne pouvait rien faire pour se défendre. Jean allait et venait de plus en plus vite dans sa grotte secrète, et elle sentit qu’elle allait jouir très rapidement.

Le gigolo sourit et acquiesça avec un signe de la tête. Son visage était radieux. C’était le visage d’un homme sûr de son désir et de sa masculinité. Jean la baisait sans ménagement maintenant, s’enfonçant violemment dans son intimité chaude et moite. Leurs corps en sueur glissaient l’un contre l’autre, et elle adorait la façon qu’avait son sexe de la remplir totalement. Le gigolo saisit ses jolies fesses pour la pénétrer encore plus profondément, puis Jean suça ses seins avec avidité.

Le gigolo poussa un cri, et Françoise sentit sa queue frémir dans son intimité ce qui la fit jouir de toutes ses forces. Elle n’avait jamais autant aimé le corps d’un homme. Cet orgasme était une véritable révélation, un cataclysme qui changerait sa vie pour toujours. Le monde à l’extérieur disparut soudain. Son univers se résumait à cette chambre d’hotel, et à cet amant incroyable.

Elle n’avait jamais imaginé qu’un tel plaisir était possible. Epuisé par l’effort, l’homme retomba sur elle, puis Jean l’embrassa tendrement en caressant ses beaux cheveux. Elle le regarda pensivement, comme pour le remercier des yeux.

🎩🎩🎩

Avez-vous envie d’évacuer votre stress pour vous détendre ou bien voulez vous vivre the boyfriend experience ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un homme et sentez vous jolie, séduisante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org

 


  • 0

Le meilleur divertissements pour adultes à Paris – Escort Boy Hétéro pour femmes ou couples

Category:Couple,escort boy,Femmes Tags : 

L’escort boy l’excitait d’une façon qu’elle n’aurait jamais crue possible, et tandis qu’une petite voix lui conseillait d’y aller doucement, une voix bien plus retentissante lui ordonnait de sauter sur l’occasion sans se poser de questions. D’en profiter à fond.
Tout en l’embrassant, l’escort boy avait passé un bras dans son dos et sa main venait de trouver la fermeture de sa robe. Il s’immobilisa.

La jeune femme n’avait jamais connu de nuit sans lendemain avec un homme, et la facilité avec laquelle elle lui répondit la stupéfia.

Elle ne savait rien de l’escort boy, juste son prénom Jean. L’escort boy était une nouvelle connaissance, mais ce n’était pas un vraiment un inconnu car en lisant ses histoires sur le net, elle avait l’impression de bien le connaitre, c’était un gentleman libertin qui aimait les femmes plus que tout. De toute façon, une enivrante combinaison de vin et de désir sexuel incitait La jeune femme à se convaincre de n’importe quoi.

L’escort boy ne sortirait pas de cette chambre avant de lui avoir donné un orgasme. C’était aussi simple que cela.

Fort heureusement, il semblait partager cet objectif. Il fit glisser la fermeture de sa robe avec une lenteur calculée, ses doigts frôlant sa colonne vertébrale, la pointe de sa langue serpentant sur sa lèvre inférieure.

La jeune femme faillit bondir hors de sa robe, ce qui aurait été une excellente chose car ils auraient alors pu entrer directement dans le vif du sujet. Vibrante de désir, elle fut incapable de réprimer un gémissement lorsqu’elle s’agrippa à ses bras pour éviter de perdre l’équilibre. Ça faisait deux ans, trois mois et trois semaines qu’elle n’avait pas fait l’amour.

Elle glissa un regard vers l’escort boy pour jauger sa réaction. Son regard s’était assombri et il respirait plus fort, son torse se soulevait et s’abaissait rapidement.
Il ne dit pas un mot. Il se contenta de faire glisser sa robe sur ses épaules et le long de ses bras, dégageant son buste. Ses hanches la retinrent un instant, mais l’escort boy tira dessus pour qu’elle retombe autour de ses chevilles et La jeune femme se retrouva en culotte et soutien-gorge, juchée sur ses hauts talons. Un rapide coup d’œil lui assura qu’elle portait heureusement une culotte.

Elle n’eut pas le temps de cligner des yeux que l’escort boy avait déjà dégrafé son soutien-gorge. Hum. Elle sentit immédiatement le contact humide de ses lèvres autour d’un de ses mamelons. Aucun vibromasseur au monde ne remplacerait jamais ça. Un gémissement lui échappa, et ses mains affermirent leur étreinte sur ses biceps. Cette sensation lui avait si cruellement manqué… La succion de ses lèvres déclencha une délicieuse contraction de son bas-ventre, et elle renversa la tête en arrière.

Les bretelles du soutien-gorge avaient glissé le long de ses bras, et l’escort boy s’appliqua à l’en débarrasser sans cesser de prodiguer les attentions de sa langue à ses seins, passant alternativement de l’un à l’autre, sa main libre soulevant délicatement celui dont il s’occupait. La jeune femme sentit son souffle se bloquer dans sa gorge quand ses caresses s’intensifièrent et qu’il entreprit de mordiller ses mamelons, mais elle sursauta carrément lorsqu’il immisça une main sous l’élastique de sa culotte pour lui pétrir les fesses. Elle ne s’était pas attendue à cela, mais elle ne s’en offusqua pas et apprécia au contraire ce geste intime et audacieux, la sensualité qu’il manifestait à explorer son corps.

Quand sa main glissa sur sa hanche pour investir les replis moites de sa chair, une décharge de plaisir la traversa de part en part, et elle se demanda comment elle allait faire pour mener cette aventure à son terme sans voler en éclats. S’il s’avisait de se plaquer contre elle, elle serait incapable de rester debout.

Étant donné qu’il avait le droit de toucher ses fesses, La jeune femme se dit que rien ne l’empêchait d’en faire autant. Ses mains descendirent pour se placer sur leur cible, puis s’immobilisèrent sans trop savoir ce qu’elles pouvaient faire à partir de là. Elle ne s’était jamais amusée à pétrir les fesses d’un inconnu et ignorait tout des règles de ce jeu étrange et excitant.

Le gigolo mordit alors son mamelon, assez fort pour déclencher un frisson dans tout son corps, et ses mains agrippèrent instinctivement ses fesses pour l’inciter à se plaquer contre elle. Les muscles qu’elle découvrit alors sous ses doigts et contre son ventre lui insufflèrent l’audace qui lui faisait défaut. Ses mains se mirent à explorer avidement son corps, et La jeune femme eut un sourire de satisfaction lorsqu’elle l’entendit retenir son souffle.

Elle se demanda au cours d’un bref instant de panique si elle était assez belle et désirable aux yeux d’un homme comme l’escort boy. Mais il coupa court à ses doutes d’un lent baiser sensuel et d’une guirlande de bisous tout doux le long de son cou, qui s’acheva par un baiser sur chacun de ses tétons. S’agenouillant devant elle, il fit courir la pointe de sa langue autour de son nombril, l’y plongea, puis traça un sillon humide à droite et à gauche, juste au-dessus de l’élastique de la culotte.

Le gentleman pour femmes exigeantes embrassa l’empiècement de dentelle qui recouvrait son mont de Vénus, puis l’intérieur de ses cuisses, tout en les effleurant par-derrière du bout des doigts, et La jeune femme oublia ses soucis. Elle oublia tout sauf le désir qui l’enflammait, son besoin dévorant de le sentir en elle.

Il manifestait si ouvertement son envie de l’explorer tout entière qu’elle se sentit merveilleusement désirable et se contenta de mordre sa lèvre inférieure, les épaules rejetées en arrière, sa chevelure retombant souplement dans son dos. C’était bon, c’était délicieux, et elle allait coucher avec cet homme ! Quand il se redressa et l’incita à reculer, elle ne lui opposa aucune résistance et s’allongea sur le lit.

Lorsque ses doigts plongèrent sous l’élastique de sa culotte, ultime morceau d’étoffe à la recouvrir, et la firent glisser le long de ses cuisses, elle chassa un sursaut de pudeur et déglutit, les yeux tournés vers le plafond, pour se maîtriser. Elle avait vraiment envie de ça, envie de savoir qu’elle était toujours une femme. Il déposa un baiser au creux de son entrejambe. Oui, songea-t-elle alors, elle était toujours une femme, capable de donner et recevoir plaisir et passion. L’heure avait sonné de retrouver son identité, de redevenir un être sexué et de ne penser qu’à elle.

La langue de l’escort boy remonta lentement sur sa chair, comme s’il cherchait à en savourer le goût. Il écarta son visage, lui tirant un gémissement de frustration, puis renouvela ses caresses uniquement de la pointe de sa langue, dont les mouvements légers et rapides encerclèrent habilement son pistil d’amour sans jamais le toucher. La jeune femme remua les hanches, désireuse d’aller plus loin, le corps tendu à l’extrême par le puissant désir qui montait en elle.

Ses mains se refermèrent sur le drap et elle s’efforça de penser à respirer, lutta pour empêcher son corps de se tordre et de céder à la puissante extase qui s’emparait d’elle, la mettant au supplice. Elle ne voulait pas avoir l’air en manque, pitoyablement affamée de désir. Elle voulait qu’il la trouve belle, élégante.

La langue de l’escort boy s’insinua en elle et La jeune femme décida d’envoyer promener tout souci d’élégance. L’avait-elle jamais été, de toute façon ? Et pourquoi se retenir, se priver de cette merveilleuse expérience ? Au point où elle en était, elle pouvait bien laisser tomber ses vieilles inhibitions et s’abandonner au plaisir des sens.

Elle creusa les reins, agrippa ses cheveux des deux mains et poussa le gémissement le plus retentissant qu’elle ait jamais émis. Elle en retira une satisfaction intense. Extrême. Prodigieuse.

Le coup de langue tiède dont son amant gratifia enfin son jardin secret la libéra d’un seul coup des deux années d’abstinence qu’elle s’était infligées, et elle se laissa submerger par le tourbillon de l’orgasme.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
site: www.escortboy.org


  • 0

Sa compagne avait tout d’une princesse.

Category:escort boy,escort service,Uncategorized Tags : 

 

La lumière de la bougie sur la table de chevet éclairait les pétales de roses étalés sur le lit. Par la porte ouverte qui donnait sur la terrasse de leur chambre d’hôtel entrait une légère brise qui faisait bouger les rideaux. Madame et son gentleman était dehors, à regarder les étoiles en dégustant une coupe de Champagne Louis Roederer.

Sa compagne avait tout d’une princesse. C’était le moment. Le moment de s’embrasser d’un baiser passionné, à cet instant précis la Tour Eiffel s’illumina.

La dame lui prit les mains pour l’entraîner dans la chambre. Elle enleva ses talons hauts Louboutin puis enleva sa robe Gucci, Elle n’avait maintenant que son soutien gorge et sa culotte Chantal Thomass.

Elle leva ensuite les mains jusqu’au col de Jean et déboutonna sa chemise pour lui enlever. Elle caressa son torse ainsi dénudé en respirant son parfum italien qui s’échappait par chaque pore de sa peau.

Enfin, ils se prirent les mains et collèrent leur deux corps. Pieds contre pieds, poitrine contre poitrine, bassin contre bassin et lèvres contre lèvres. Ils s’embrassèrent sans bouger. Ils s’embrassèrent pour sentir l’autre contre soi.

Elle releva sensuellement ses cheveux, lançant un regard coquin au lit et se jeta à son cou pour qu’il la prenne dans ses bras. Les muscles de Jean se contractèrent et il la leva sans difficulté. Son escort boy la posa sur le dos et s’allongea à coté d’elle puis l’embrassa tendrement.

Jean était un amant extrèmement doué. Son escort boy savait faire durer les caresses juste le temps qu’il fallait et savait adapter leur intensité. La dame admirait une telle application de sa part.

Le bout de ses doigts savaient comment effleurer son corps, et faire monter progressivement le plaisir de la dame. Lentement, il remonta depuis la paume de sa main jusqu’à son épaule puis son cou. Son escort boy passa la main dans ses cheveux pour lui caresser doucement la tête.

Son escort boy lui demanda de se coucher sur le ventre. La dame obéit et il embrassa ses épaules, puis son cou en descendant le long de son dos et de ses jambes jusqu’à atteindre les orteils. Son escort boy lui massa les pieds et les mollets, doucement, comme le ferait un masseur professionnel.

Son escort boy lui embrassa les cuisses et, comme cela donnait des frissons à sa partenaire, il lui massa les fesses puis il remonta le long de sa colonne vertébrale pour l’embrasser. Jean était assis à califourchon sur elle et son membre en érection reposait sur son dos.

Toujours avec douceur, Jean colla sa virilité contre l’entre-jambes de la dame et frotta doucement. Il appuyait délicatement son corps contre le sien et quand son gland rencontra son clitoris, ils vibrèrent de plaisir. La dame, serra les jambes en gémissant.

Elle se dégagea comme elle put et se retourna pour lui faire face. Ils s’embrassèrent à la fois passionnément et sauvagement. Jean la prit par les poignets pour calmer un peu ses ardeurs. Ses mains fortes, ses bras et son torse musclés ainsi que son petit sourire la rendaient folle. Elle hocha la tête, soumise, et le laissa mener le jeu.

Son escort boy lui caressa les hanches et embrassa son ventre. Ses doigts suivirent les courbes de ses seins qu’il embrassa aussi. La première caresse fut subtile, chaude et agréable. La deuxième la fit trembler.

Jean lui massa ensuite la poitrine, ajustant la pression sur ses tétons jusqu’à ce qu’elle gémisse. La passion des deux partenaires brisait le silence nocturne de rires et de gémissements. La dame respira de plus en plus fort et de plus en plus vite. Elle s’abandonna au plaisir comme seule une femme dans les bras de Jean pouvait le faire.

Pour calmer l’euphorie de sa compagne et comme pour préserver le silence de la nuit, Jean s’empara de sa bouche en y déposant une série de baisers qui la laissèrent dans un état second, à mi chemin entre l’éveil et le rêve.

Son escort boy redescendit ensuite ses mains jusqu’à ses jambes écartées et lui massa les cuisses sans se presser. La dame élégante et éduquée, la maitresse exemplaire, l’amie parfaite, cette femme mariée devenait un peu plus sauvage à chaque caresse, une tigresse indomptable qui serrait les dents et perdait tout contrôle dans les bras de son escort boy.

Quand la langue de Jean arriva jusqu’à son intimité et caressa son jardin secret pour la première fois, la dame saisit sa tête à deux mains pour y coller son bassin. Le premier orgasme lui parcouru le corps à la vitesse de la lumière.

Sans l’écraser, il se coucha sur elle en lui effleurant le visage. Il la laissa reprendre son souffle pendant qu’il embrassait et soufflait doucement sur son front et son cou, humides de sueur.

Son escort boy peigna doucement ses cheveux avec les doigts et lui embrassa la joue rougie par l’effort et la passion. Jean savait ce qu’il lui restait à faire. Ce n’était qu’une courte trêve, un instant de calme, quelques minutes pour laisser au corps le temps de se remettre de cet orgasme. Jean savait qu’elle en avait besoin et attendit donc le moment propice.

Elle enroula ses jambes autour de lui et ils se regardèrent. Ils continuèrent à mordiller et chatouiller différentes parties de leurs corps jusqu’à ce que la dame sente l’extrémité virile de Jean à l’entrée de sa grotte torride qui l’attendait, qui lui demandait l’accès.

Ils se regardèrent en silence et quand Jean enfila un préservatif et bougea le bassin, les deux premiers centimètres de son membre franchirent le portail de son intimité.

Son escort boy continua et inséra doucement son gland. Ainsi, il se retira et la pénétra plusieurs fois de suite aussi délicatement qu’il le pouvait. Son désir lui priait d’accélérer le mouvement mais il attendit que ce soit la dame qui en fasse la demande. Cela ne tarda pas. Jean la sentit ouvrir progressivement les jambes tout en l’attirant toujours un peu plus contre elle.

Après cette petite mise en bouche, il inséra son membre entier en elle. Puis il se retira et recommença, encore et encore. Ils unissaient et éloignaient successivement leur bassin dans un mouvement de va-et-vient, sans jamais se fatiguer. Comme une machine programmée pour répéter le même mouvement.

Les sommiers des lits d’hôtel ne sont pas faits pour de telles activités. Soumis à rude épreuve, ils grinçaient et couinaient. L’été non plus n’est pas la saison la plus appropriée pour un rapport aussi torride. La peau brillante et humide, la bouche ouverte et le coeur qui s’emballe s’invitent dans le lit des amants pendant les nuits d’été.

Son escort boy embrassa son cou, ses joues, sa bouche et décrivit des mouvements circulaires avec son bassin. Jean alternait entre ces mouvements là et des va-et-vient en elle ce qui décuplait par mille les stimulations. Sa fente puis le bourgeon durci, le pistil puis sa grotte. Ils étaient tour à tour inondés de plaisir.

La dame agrippa fortement les draps à tel point qu’elle déchira presque le tissu. Jean avait la volonté de lui procurer le maximum de plaisir. Jean la vit fermer les yeux, inspirer profondément et serrer les mâchoires à chaque pénétration.

Chaque coup de bassin était suivi d’une stimulation de son pistil alors qu’il frottait son bassin contre le sien. Mais bientôt, ce petit jeu laissa place à une nouvelle pénétration, puis deux, puis trois, quatre cinq. Ce n’était plus le temps des petites caresses, il se retirait et la pénétrait successivement au rythme de ses gémissements.

Jean ne sut pas vraiment quand le deuxième orgasme de la dame commença, ou quand il se termina. L’expression de son plaisir paraissait interminable.

Son escort boy garda le même rythme, mais seulement quand il sentit que les muscles de sa grotte secrète se détendaient, il ferma les yeux, et, tout en s’unissant à la dame avec un baiser passionné, il jouit à son tour, tremblant de la tête au pied alors que le plaisir l’inondait.