Sexologue

  • 0
education sexuelle avec un sexologue escort boy

Sexologue

Category:coach,docteur,Experience,formation,lâcher-prise,sexologue Tags : 

Sexologue pour femmes exigeantes est une autre des spécialités de Jean. L’éducation sexuelle est une formation au plaisir pour les femmes qui veulent apprendre et devenir experte dans ce domaine que l’on n’enseigne pas à l’école.

***

Un matin, son mari avait tenté une nouvelle fois sans succès de lui déflorer le côté obscur, après l’avoir pourtant assoupli avec dextérité, mais son calibre dépassait encore les capacités rectales de sa femme. Il lui proposa alors de faire appel à un sexologue dont il avait entendu parler sur internet et qui faisait des merveilles dans l’éducation sexuelle des femmes mariées avec peu d’expérience dans ce domaine..

Monsieur prit donc un rendez-vous à leur domicile. Il était décidé de faire appel aux bons soins de ce professionnel pour éduquer sa femme au plaisir anal.

Le sexologue se présenta en blouse blanche, âgée de quarante ans, plutôt bel homme, style BCBG : bien rasé. Ses yeux noirs étaient très attirants.

— Entrez, docteur, je vous attendais.

— Merci d’être venu, docteur, fit timidement la dame.

Elle le précéda dans un long couloir feutré, le fit entrer dans son salon. 

— Inutile de m’expliquer votre problème, dit-il, votre mari m’en a déjà parlé. Je vais donc vous examiner, mais je pense que vous êtes aussi victime d’un blocage psychologique, consécutif sans doute à une ou plusieurs expériences décevantes. S’agit-il de cela, madame ?

— Oui docteur…

— Racontez-moi, et surtout soyez franche, appelez les choses par leur nom.

Gênée aux entournures, Madame évoqua certains souvenirs accablants, et les craintes que lui inspiraient les échecs qu’elle avait subis.

— Autrement dit, vous avez peur de la sodomie parce que vous êtes tombée sur deux hommes incapables de vous préparer  convenablement !

— C’est ça, docteur, mais par ailleurs, je m’entendais bien sexuellement avec eux…

— Je l’espère pour vous, mais là n’est pas notre souci, trancha le sexologue, nous avons à vaincre deux obstacles : votre phobie maladive d’une part et la résistance naturelle de vos sphincters d’autre part. Parce que, en votre for intérieur, vous avez envie de faire ce cadeau à votre mari, n’est-ce pas ?

— Oui, docteur.

— Pourquoi rougissez-vous, Madame ?

Il n’y avait pas lieu d’avoir honte. Quand on aime un homme, ou que l’on s’entend bien avec lui sur le plan sexuel, ce n’était pas une pratique perverse que de lui offrir le chemin de ses fesses. Beaucoup de femmes ne le faisaient pas – la sodomie restait le privilège d’une minorité – mais les autres ne savaient pas ce qu’elles perdaient, à supposer qu’elles aient un partenaire compétent en la matière.

Madame soupira. Elle avait souffert de ce qui lui était arrivé, et la blessure en elle n’était pas guérie.

— La sodomie, quand elle est bien faite, est un plaisir aussi intense que la pénétration vaginale et peut déclencher des orgasmes revigorants. Je vous parle en connaissance de cause puisque plusieurs de mes partenaires sont des  ferventes adeptes et cela depuis longtemps.

Les confidences personnelles du praticien, jointes à son assurance professionnelle, impressionnaient la dame. Cet homme d’expérience osait sans détour ni complexe évoquer ce sujet avec décontraction. ce qui la mit en confiance.

Le sexologue jugea le moment venu d’examiner sa patiente.

— Déshabillez-vous et passons dans votre chambre.

Madame s’exécuta. Quand elle fut nue :

— Vous êtes une très belle femme, remarquablement bien faite, dit le sexologue, le regard braqué sur elle. 

Jean lui ordonna de s’allonger à plat ventre sur le lit et d’écarter les jambes. Puis, après avoir enfilé des gants de chirurgien en plastique transparent, il se pencha au-dessus des fesses de la dame. Ouvrant les lobes musclés, il tâta la rosette de son côté obscur en rivant son regard dessus.

— Votre anus est encore serré, d’autant que vous le crispez inutilement, et les muscles de vos sphincters ne sont pas aussi élastiques qu’il conviendrait, mais ce n’est qu’une question d’entraînement et de volonté. Vous avez cette volonté, Madame ?

— Oui docteur…

Tout en lui palpant les fesses et lui doigtant habilement la vulve, il poursuivit ses commentaires : une femme, avant de se faire pénétrer, doit au préalable être bien excitée. Pour une novice, une bonne préparation s’imposait, aussi allait-il lui loger un petit godemiché vibrant dans l’anus et des pinces à au bout des seins.

Il fit asseoir la dame. Celle-ci ne ressentit aucune douleur quand le sexologue lui fixa les pinces qui comprimèrent ses tétons. Le sexologue la fit mettre alors à quatre pattes en se tenant sur les coudes, et l’encouragea à demeurer détendue :

— Il ne va rien vous arriver de douloureux.

Il lubrifia le petit phallus de plastique, comparable par sa taille à la verge de son mari, et déclencha les vibrations. Des ondes de bien-être envahirent les terminaisons nerveuses et les entrailles de la femme, laquelle émit une plainte continue, en frissonnant de tous ses membres. Puis, après avoir enduit le cône de sa rosette d’un gel glacé, le docteur lui appliqua un massage anal et aussi rectal destiné à assouplir l’orifice.

La dame ressentait les prémices d’une excitation provoquée par les sollicitations des vibrations. Le sexologue accentua alors la puissance des impulsions ; la jeune femme se mit à gémir en s’agitant fébrilement.

Debout près d’elle, le sexologue lui flattait la croupe.

— La sensation, vous le constatez, est déjà agréable avec un bon gode dans l’anus, mais rien ne vaut une vraie queue bien vivante, n’est-ce pas votre avis ?

— Je vous crois… docteur… haletait la dame qui perdait le contrôle d’elle-même.

— Eh bien, cette queue, vous allez l’avoir, Madame !

— Pardon ! s’étrangla la dame en se figeant.

— Votre mari m’a donné son accord et vous devez lui obéir. Je vais avoir avoir le privilège de vous dépuceler. Je vais vous bander les yeux afin de vous permettre de vous concentrer sur vos sensations et apprendre à prendre du plaisir avec votre anus. Décontenancée, prise au dépourvu, Madame se laissa bander les yeux dès qu’elle fut descendue du lit. Le docteur la fit mettre à genoux et se présenta la verge à la main devant sa bouche.

Quand il fut à portée de ses mains, Madame lui prit le sexe. Le sexologue bandait déjà. Docile, Madame se mit à le sucer. Administrer une fellation à un homme les yeux bandés  lui causait une sensation étrange, un mélange d’excitation et d’appréhension.

Tandis qu’elle suçait la verge avec application, le sexologue lui ôta les pinces et lui caressa ses seins pour maintenir ses tétons en érection. Elle retira également le godemiché vibrant qui embrasait son rectum et se relevant, annonça que le moment était venu.

Les yeux toujours bandés, elle écoutait les derniers conseils du sexologue.

— Entrouvrez légèrement les cuisses… Oui, comme ça. Je vais me coucher sur vous et vous pénétrer. En position allongée, vous serez plus détendue qu’en levrette.

Le sexologue lui flattait les muscles fessiers avec une douceur qui l’étonnait. Accroupie derrière elle, il positionna d’une main experte son gland emballé dans un préservatif au centre de la rosette de son côté obscur..

— Vous le sentez bien placé ?

— Oui docteur, je crois…

— Respirez à fond, plusieurs fois, sans vous contracter !

Le docteur appuya sans forcer, laissant l’anus bien préparé s’ouvrir et se dilater naturellement sous la pression de son sexe raidi. Pour distraire la femme, il avait glissé ses mains sous son buste et compressait ses beaux seins dont il titillait habilement les mamelons tumescents.

— Ouvrez-vous, lui chuchota-t-il à l’oreille en lui léchant le lobe charnu, faites bouger votre anus.

— J’essaie…

Il donna un coup de reins plus vif, et il l’enfila. Madame laissa échapper un gémissement alors qu’elle mouillait abondamment de sa chatte excitée à l’extrème ; un réflexe lui fit serrer les fesses, mais le gland était passé et le plus dur était fait.

— Oooh… soupira-t-elle en se mordant les lèvres, je le sens… il est entré, j’aime cela.

— Le bout est entré, confirma le docteur, maintenant je vais m’enfoncer de toute ma longueur, et ça va aller tout seul. Détendez-vous, Madame, vous êtes d’ores et déjà déflorée !

— Ça m’irrite un peu, docteur, geignit-elle en essayant de ne pas trop se tortiller.

— C’est normal. Ça va passer dès que je coulisserai en vous. Je rajoute quelques gouttes de gel sur ma verge pour faciliter l’intromission. Votre conduit rectal va se distendre et s’assouplir, la sodomie va devenir très vite un plaisir, vous allez voir. Dès que vous sentez la moindre crispation, vous accélérez votre respiration, c’est tout.

La queue du sexologue était maintenant au fond d’elle ; sans cesser de lui malaxer les seins, il allait et venait calmement dans son rectum, l’encourageant par de petits baisers sur la nuque et les épaules, le torse plaqué contre son dos. Seul son bassin s’agitait à une cadence régulière.

— Je vous sodomise de façon thérapeutique, commenta le docteur.

L’objectif n’était pas de lui faire l’amour, mais d’habituer la femme à sentir un sexe dans son anus, d’assouplir son fondement, de le dilater sans brutalité.

— Vous vous sentez comment, Madame?

— Mieux, docteur, les crispations et les irritations se sont atténuées… Je ressens déjà des vagues de plaisirs.

— Vos muqueuses anales sécrètent-elles un liquide lubrifiant qui facilite les mouvements de la verge ?

— Oui docteur, oui…

— Bon, c’est que vous acceptez maintenant la présence d’un corps étranger dans votre intimité rectale.

Madame sentait l’orgasme anal l’envahir, elle cria de plaisir en éjaculant comme une fontaine par sa chatte alors que le docteur déchargeait dans son petit cul, puis se retira en douceur, sans un mot, après avoir longuement caressé les fesses de sa ravissante patiente. Madame avait ressenti une jouissance intense, plus longue qu’un orgasme vaginal. Redoutant toutefois de s’asseoir, elle se leva, et le sexologue lui ôta son bandeau.

— Soulagée ?

— Oui docteur.

— Je reviendrai la semaine prochaine, à la même heure, lui dit le sexologue.

— Ah bon ?

— Oui, votre entraînement n’est pas terminé, Madame, et nous avons prévu, votre mari et moi, trois séances consécutives. En attendant je vous invite à attendre avant de pratiquer ce plaisir avec votre mari.

— J’ai hâte de vous revoir Docteur pour parfaire mon éducation. Vous me faites tellement de bien et mon mari va être si content.

Jean, le sexologue continua son éducation lors des séances suivantes. Monsieur et Madame furent totalement satisfait de cette formation au plaisir anal et profite encore aujourd’hui de cette jouissance peu connue et mal pratiquée.

***

Avez-vous besoin de cours d’éducation sexuelle ? Voulez-vous apprendre à faire l’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous ne connaissez pas. Apprenez à donner et à prendre du plaisir.

Je ne vous jugerai pas si vous commettez des fautes car vous êtes là pour apprendre. Je connais les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je vous aiderais à vous dépasser en vous respectant. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous apprendrais tous les secrets du plaisir lors d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous deviendrez une amante experte dans les plaisirs du Kamasutra et vous pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un cours d’éducation sexuelle pratique pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois. Carpe Diem.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org

https://escortboy.org