Tag Archives: massage

  • 0
Escort Homme Hétéro

Ce que veulent les femmes en louant un escort-boy

Category:Experience,Femmes,lâcher-prise,rêve Tags : 

Cette nuit-là, tu te réveilles en sursaut en pleine nuit. Tu viens de faire un rêve érotique tellement réel que ton jardin secret est tout trempé. Tu vas à la salle de bains et après t’être essuyée, tu retournes au lit près de moi, ton escort boy. Nue, tu sens le froissement de la soie du drap comme une caresse sur ton corps encore tout excité par ce rêve.

Tu fermes les yeux pour retrouver le sommeil, mais rien à faire, non seulement tu ne parviens pas à chasser ce rêve, mais le seul fait de ressasser les images et les émotions de la soirée avec ton gentleman pour femmes exigeantes, augmente aussi ton excitation.

Bougeant doucement, pour ne pas réveiller ton gigolo, tu glisses une main entre tes cuisses que tu écartes légèrement. tu introduis un doigt entre tes lèvres et atteins ton clitoris gonflé d’excitation. Te retenant de trop bouger, tu te masturbes doucement, et les sensations que tu te procures sont accrues par la chaleur du corps de ton chevalier servant.

Pendant que d’une main tu caresses et titilles ton clitoris, de l’autre tu taquines l’un après l’autre tes seins qui ont les pointes bien durcies. Tes caresses te procurent un orgasme que tu subis en te mordant les lèvres pour ne pas crier et en te retenant de bouger le plus possible.

Les derniers frissons de ta jouissance estompés, tu essaies de retrouver ton sommeil. Mais peine perdue, tu te sens encore trop excitée. Te recouchant sur le dos, tu recommences tes jeux de doigts sur ta vulve, mais cette fois tu glisses ton autre main sur la cuisse de Jean, endormi sur le dos aussi.

De sentir son corps sous ta main pendant que tu te masturbes augmente ton plaisir. Tu risques ta main sur le haut de ma cuisse et touches du bout des doigts ma virilité. tu arrêtes de bouger le temps de voir ma réaction.

Pour le moment, rien, alors tu glisses ma main sur la peau douce de mon membre, pendant que mon autre main s’occupe de ton sexe. Tu es surprise de voir que ma queue augmente de volume, même si je dors profondément. Quand elle est de bonne taille, tu décalottes le gland avec douceur et, pour toute réaction, je soupire fort; toi, tu es à nouveau au bord de l’orgasme, tu dois te retenir pour ne pas te faire jouir immédiatement.

Tu masturbes lentement mon membre qui prend sa pleine grosseur. Retirant le drap qui se trouve sur nos corps, tu vois dans la pénombre ma virilité gonflée. tu n’en peux plus, tu veux cette queue énorme maintenant en toi. Tu te lèves et, enjambant le corps inerte de ton escort boy, tu guides mon pénis vers l’entrée de ton sexe.

J’ouvre alors les yeux et dirige mes mains vers tes hanches que je caresse. Tu ondules déjà ton corps sur le mien. Ton plaisir augmente à chaque mouvement et, pour compléter, tu glisses ta main sur ta cerise du plaisir que tu branles en même temps. En quelques instants, tu atteins un formidable orgasme.

Mais ce n’est pas fini ! ton escort boy n’a pas joui et il en veut lui aussi, maintenant que tu l’as réveillé ! Nos bassins bougent au même rythme et en un rien de temps, tu as un nouvel orgasme. tu te relèves, retirant ainsi ma queue tendue et dure de ton vagin. Je semble déçu, mais je me ravise quand tu approches ta bouche de mon organe et tu l’avales goulûment. Il a le goût de ton sexe, ce qui t’excite. Tu le caresses de ta langue jusqu’à ce que tu voies mon élixir jaillir de mon membre et exploser dans ta bouche gourmande et affamée.

Ensuite, comme si rien ne s’était passé, nous allons à la salle de bains nous laver, puis nous retournons nous coucher. tu te blottis dans les bras de ton gentleman escort boy, épuisée mais satisfaite.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un masseur expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un massage sensuel ou d’une moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Réservez un massage sensuel au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous offrir ce massage. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Ou trouver un escort boy pour femmes à Paris?

Category:escort boy,Experience,lâcher-prise Tags : 

Le trajet jusqu’à l’hôtel. Le cœur de la jeune femme battait à toute allure et cognait si fort contre sa poitrine qu’elle se demandait si son escort boy pouvait l’entendre. Elle l’observait en train de conduire, son regard s’imprégnant de cet homme inconnu. Même s’il gardait ses yeux sur la route, elle savait qu’il était conscient de son regard. Ses pommettes étaient rouges. Sa mâchoire était tendue et ses doigts agrippaient le volant, comme s’il se retenait de la toucher.

Elle ne voulait pas être prudente. Elle voulait être sauvage. Imprudente. Elle voulait le supplier de garer la voiture sur le côté de la route et de la prendre ici même. Son regard se dirigea brièvement sur elle et elle eut le souffle coupé en voyant le feu intense qui brûlait dans ses yeux. Lorsqu’il regarda de nouveau la route, elle avala sa déception.

Mais Jean plaça sa main sur sa cuisse, juste sous le rebord de sa jupe, son pouce faisant des petits cercles sur sa chair. Elle haleta et l’intérieur de ses cuisses trembla, juste légèrement, mais suffisamment pour qu’il le sente.

Il prit une profonde inspiration et ses doigts se déplacèrent lentement vers le haut. La clim souleva sa jupe et la senteur incroyablement tentante de son parfum remplit les narines de la jeune femme. Elle voulait mordiller son cou, parcourir son corps de ses mains. Chaque caresse des doigts de Jean enflammait son corps.

Elle s’abaissa sur son siège, écartant les jambes, l’invitant silencieusement à la toucher encore plus. Sa main bougea de nouveau vers le haut, d’à peine deux centimètres. Sa culotte était maintenant trempée, ce qu’elle voulait qu’il sente lui-même. Elle se tortilla, essayant de le tenter à la toucher de façon plus intime.

Ils étaient maintenant dans un virage difficile. Sa main monta encore de quelques centimètres, ses doigts caressant la peau soyeuse de l’intérieur de sa cuisse. Elle était sur le point d’attraper son poignet et de tirer ses doigts contre elle lorsqu’elle s’aperçut qu’ils étaient arrivés à l’hôtel.

Après avoir éteint le moteur, il garda sa main sur sa cuisse. Plutôt que de l’emmener hors de la voiture ou de recommencer à l’embrasser, il appuya sa tête contre le siège et ferma les yeux, prenant de profondes inspirations, essayant de garder le contrôle alors que tout ce qu’elle voulait était qu’il perde contrôle et l’entraîne avec lui dans sa passion.

En silence, Jean sortit de la voiture, ouvrit la porte de la jeune femme et l’escorta jusqu’à l’hôtel avec sa main sur son dos. Dès qu’ils furent tous deux à l’intérieur de la chambre, il baissa la tête alors qu’elle se tenait sur la pointe des pieds et plaçait ses mains contre son buste. Leurs lèvres se frôlèrent. Jean laissa échapper un faible gémissement et son bras glissa vers le bas, agrippant ses fesses et l’attirant plus près contre lui. Il la tenait de manière possessive, mais il ne bougea pas pour l’embrasser de nouveau.

Elle caressa ses lèvres contre les siennes, à deux reprises. Puis, la troisième fois, le bout de sa langue se promena sur les lèvres de Jean. Il déplaça sa main libre vers le haut et agrippa doucement ses cheveux, utilisant sa prise pour incliner la tête de la jeune femme.

Il couvrit ses lèvres avec les siennes et enfonça sa langue dans sa bouche avec force et détermination. Son gémissement vibra contre ses paumes de mains, la faisant faire de même. Son baiser était dominant et possessif. Elle en voulait plus et il le lui donna, la relevant et la poussant contre le mur afin de fusionner leurs corps.

Lorsqu’il stoppa enfin le baiser, elle était tellement à bout de souffle qu’elle semblait sur le point de faire de l’hyperventilation. Il lui sourit, lui-même à bout de souffle. Ses mains trouvèrent la fermeture éclair de sa robe et l’ouvrirent.

Ils se dirigèrent vers la chambre et l’escort boy la déshabilla rapidement, puis la poussa légèrement jusqu’à ce qu’elle soit allongée sur le lit. Se tenant au-dessus d’elle, les poings fermés, la bouche entrouverte, il semblait affamé, mais désespéré de maintenir son contrôle.

De l’excitation l’envahit lorsqu’elle le regarda retirer ses vêtements. Lorsqu’il fut complètement nu, sa virilité se dirigea vers le haut, indépendante de son corps. Elle était aussi longue et épaisse qu’elle l’avait imaginée et elle déglutit lorsqu’il la rejoignit sur le lit, le matelas s’affaissant légèrement sous son poids.

Il l’embrassa de nouveau. Elle savoura le goût de sa bouche alors que les mains de Jean exploraient son corps, ses doigts se promenant entre ses jambes pour la découvrir mouillée et accueillante. Il explora ses profondeurs, l’étirant plus ouverte.

Son corps était lourd, chaud et puissant. Les doigts de la jeune femme se promenèrent sur son dos, sentant les mouvements de ses muscles avant de descendre sa main pour caresser sa bite. Elle devint plus épaisse sous son toucher et elle gémit alors que ses jambes s’écartaient encore plus pour lui.

Il la retourna soudainement. la jeune femme se mit à genoux, s’attendant à ce qu’il la pénètre. À la place, il malaxa ses fesses, les levant et les massant. Tout son corps se mit à trembler. Ses doigts tordaient et froissaient les draps.

Ses tétons effleuraient les couvertures alors que son corps se balançait contre celui de son escort boy. Ses doigts se déplacèrent autour de la taille de la jeune femme, trouva son clitoris et le massa, ce qui rendit ses genoux si faibles. Son visage appuyait contre les oreillers..

Il dirigea de nouveau ses deux mains vers ses fesses, appuyant ses pouces contre les muscles situés juste en dessous d’une façon qui faisait presque mal, mais qui lui procurait un désir immédiat.

Ses jambes s’écartèrent et elle sentit l’air frais caresser son sexe, l’excitant encore plus. Le corps de Jean cognait contre le sien, sa bite glissant entre ses jambes, mais sans la pénétrer. Elle cria fort et longtemps.

Les doigts de Jean retournèrent sur son jardin secret. Il promenait un doigt tout autour en un cercle lent et enivrant, puis il enfonça de nouveau ses doigts en elle. Les hanches de la jeune femme bougeaient d’avant en arrière.

Elle le supplia de lui donner ce dont elle avait tant besoin. Il continua de la caresser et un plaisir parcourut son corps. Sa tête cogna la tête du lit, mais elle s’en fichait. La main de Jean se posa sur sa fesse gauche tandis que son autre main glissait de nouveau autour de son clito.

Ses hanches poussaient les siennes et sa queue reposait contre le bas de son corps, tremblant contre son ventre et ses lèvres extérieures. Ses fesses se levèrent, ses avant-bras la poussant plus haut tandis que sa tête pendait entre ses épaules, ses cheveux couvrant son visage. Les sensations qui la traversaient étaient si intenses qu’elle pouvait à peine respirer. Elles l’emportaient et l’entraînaient dans monde de fantasmes lubriques.

La respiration de Jean caressait son dos et ses épaules. Il recula ses hanches. Elle entendit le son caractéristique d’un sachet déchiré et elle gémit, son besoin étant si fort qu’elle ne pouvait même plus former de mots.

Sa virilité enveloppée de latex glissa en elle. Sa main redescendit vers ses fesses et l’orgasme de la jeune femme commença soudainement, un battement lourd frappant ses profondeurs.

L’escort boy s’enfonça avec force et rapidité. Il pompait ses hanches en avant, allait en profondeur et étirait son ouverture en remplissant son fourreau collant et trempé avec sa chair. la jeune femme ne pouvait plus retenir son besoin de jouir.

Ses parois se resserrèrent autour de sa chair, s’y agrippèrent alors qu’il se retirait, puis s’enfonçait de nouveau. La main de Jean s’emmêla dans ses cheveux. Ses ongles griffaient son cuir chevelu, le faisant brûler et picoter.

Le gigolo tira sa tête en arrière et ses dents rencontrèrent son cou alors qu’il continuait à faire des mouvements de va-et-vient, sa respiration et sa bouche humide causant des sensations qui se propagèrent dans tout son corps. Ses bourses frappaient contre son corps. Ses cuisses allongées poussaient et cognaient contre les siennes. Les orteils de la jeune femme s’enroulèrent avec les contrecoups de son orgasme intense qui commençaient à atteindre l’apogée, avant de diminuer et d’atteindre de nouveau l’apogée.

Ses cris étaient gutturaux et graves alors qu’ils jouissaient tous les deux. Les gémissements de Jean étaient plus bruyants, plus graves et son poing serra encore plus fort ses cheveux lorsqu’il s’enfonça une dernière fois avant de se raidir, sa grosse queue turgescente martelant avec puissance à l’intérieur de son corps. Elle n’avait jamais ressenti un tel  lâcher prise avec un homme. Il l’avait rempli et avait balayé son esprit de plaisir absolu.

Ils s’effondrèrent sur le lit. Jean resta immobile, son corps pressant le sien contre le matelas jusqu’à ce qu’elle ait du mal à respirer. Il se retira lentement, relevant son corps en l’éloignant du sien. L’odeur de leurs ébats sexuels était forte dans l’air, c’était une odeur plaisante qui la faisait sourire avec malice.

Jean promena ses mains le long du corps de la jeune femme, ses doigts effleurant ses tétons ramollis puis la peau en dessous de son nombril. la jeune femme n’avait jamais été si heureuse d’être allongée dans les bras d’un homme après avoir fait l’amour.

Jean joua avec ses cheveux et embrassa son cou, ses joues et ses lèvres. Des baisers de papillon doux qui la faisaient se sentir sexy, belle et désirée. Désirable. Et il avait eu raison concernant ce qu’il lui avait dit plus tôt. Le gentleman la faisait se sentir en sécurité.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse , de plaisir et de lâcher prise. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org


  • 0

De plus en plus de femmes font appel à Jean, l’escort boy gentleman

Category:escort boy,lâcher-prise Tags : 

Jennifer n’aurait jamais cru qu’un homme puisse oser enfreindre son sens des convenances. Aucun homme avant cet escort boy ne l’avait possédée à ce point.Elle se leva et contourna la table pour le rejoindre, emplie d’une merveilleuse sensation de puissance.

Elle passa un bras autour de sa nuque et l’embrassa lentement, se contentant d’effleurer légèrement ses lèvres avant de faire courir la pointe de sa langue sur sa lèvre inférieure.Le gigolo la prit par la taille. Sans réfléchir, elle l’enjamba, s’assit sur ses genoux et pressa son entrejambe contre lui.

Il était dur et elle se frotta à lui.Leur baiser s’intensifia et Jennifer se sentit soudain submergée par le désir. Jean passait la main dans ses cheveux pour serrer son visage contre le sien comme s’il avait voulu la dévorer.

La puissance de son bras autour de sa taille était enivrante, la force du désir qui émanait de son corps viril, si grand par rapport au sien, la faisait se sentir délicieusement petite et désirable.Une de ses mains glissa entre ses cuisses, passa un peu trop près de son jardin secret et déclencha une sensation frémissante.
Ce ne fut que lorsqu’il eut touché chaque millimètre carré de sa peau, à l’exception de son pistil, caressé ses sourcils et le pavillon de ses oreilles, passé les paumes de ses mains sur son buste en traitant ses seins comme n’importe quelle autre partie de son corps, lorsqu’il lui eut fait étirer les bras au-dessus de la tête et bomber le dos à la façon d’un chat satisfait, effleuré la portion de peau si tendre qui se trouvait derrière ses oreilles et frôlé les interstices de ses côtes, que Jennifer sut qu’elle était prête à autre chose.

Jean prit son visage entre ses mains et concentra son regard sur le sien avec une sombre intensité animale. Jennifer ferma les yeux et se laissa embrasser avec délectation. Elle voulait être séduite, envoûtée, possédée, dans les limites du jeu auquel ils jouaient. Elle encercla son torse de ses bras et passa une jambe par-dessus la sienne.Elle souleva les hanches et sentit Jean glisser entre ses cuisses le long de sa faille moite de désir.

Il était sur le point de la pénétrer. L’extrémité de son sexe frottait son abricot, mais demeurait obstinément à l’extérieur.Une violente bouffée de frustration s’empara d’elle et elle s’écarta si vivement de son étreinte qu’il poussa un glapissement de surprise et retomba sur le côté.

Jennifer se mit à quatre pattes, le regarda par-dessus son épaule, écarta les genoux et ploya le buste en avant, exhibant franchement son sexe.Jean plaqua une main sur sa hanche, et elle déglutit lorsqu’il l’empala d’une seule longue et lente poussée.

Elle appuya son front contre le matelas et le sentit aller et venir si puissamment en elle qu’elle avait l’impression qu’il la pénétrait jusqu’à la taille. Elle n’avait plus aucune maîtrise de son corps, et c’était exactement ce qu’elle voulait.Il y eut une pause, puis elle sentit les mains de Jean écarter ses fesses.

Jennifer écarquilla les yeux, mais avant qu’elle ait eu le temps de l’arrêter, elle sentit son doigt. Le choc l’empêcha de réagir. Les poussées de son sexe retrouvèrent leur énergie, son doigt allant et venant au même rythme.Sa psyché était submergée par cette sensation de double pénétration.

Un flot glacial la parcourut et elle perdit toute notion des limites de son corps.

Instinctivement, sa main droite se plaça au creux de ses cuisses. Elle approcha le bout de ses doigts de sa fleur et se caressa.Sa conscience se rétablit à partir de ce trio de sensations se mêlant les unes aux autres et simplifiant réciproquement : les poussées de Jean, la pression de son doigt contre son périnée et le plaisir que ses propres doigts attisaient.

Elle eut l’impression d’être soulevée par une vague.Son corps se tendit, ses jambes emprisonnèrent les cuisses de Jean et une mélopée suraiguë vibra dans sa gorge. Elle se maintint un moment sur la crête du plaisir, dans un équilibre précaire, mais un nouvel assaut de Jean provoqua sa chute.

Ses muscles internes palpitèrent autour de son sexe, l’enserrant spasmodiquement.

L’escort boy s’enfonçant une dernière fois profondément en elle pour mêler les pulsations de sa jouissance aux siennes.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un masseur expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un massage sensuel ou d’une moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Réservez un massage sensuel au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous offrir ce massage. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Le triolisme : comment assouvir ce fantasme quand on est en couple avec un escort boy

Category:candaulisme,Couple,triolisme Tags : 

Ce soir, mon mari et moi sommes partis à l’assaut de la piste de danse. Il y a trop longtemps que je ne suis pas sortie en boîte et que je n’ai laissé mon corps s’exprimer. J’ai envie de me jeter dans la foule et de sentir les corps se frotter contre le mien. Et si je trouve un deuxième mâle à mon goût… pourquoi pas ?

Mon mari va s’assoir et me regarde de loin danser sur la piste. Il fait chaud, mais je me trémousse comme si j’avais le feu aux fesses. J’aime sentir la musique qui vibre en moi et la façon dont ma jupe se soulève lorsque je pivote. L’air frais entre mes cuisses est une bénédiction.

Tous ces danseurs en sueur m’excitent et je ne suis pas mécontente de sentir un corps se coller au mien. Un gentleman se frotte par-derrière. Même si les mouvements sont furtifs, j’imagine son érection contre ma croupe et je retiens ses mains lorsqu’elles se posent sur ma taille.

Je me déhanche davantage et frotte mon postérieur contre lui. Cette fois, ce n’est pas mon imagination qui me joue des tours. Il y a bel et bien une tige dure contre le haut de mes fesses.

Je recommence à bouger lascivement, reviens vers lui et il me serre dans ses bras. Le rythme ne se prête pas à ce genre de danse, mais j’ai envie de sentir son érection, encore. Il se déhanche, se frotte contre moi et de sentir son sexe érigé me donne envie de bouger davantage.

Subtilement, je déplace mes mains, puis le caresse furtivement sur le torse, descends jusqu’à son ventre et reprends mon geste dès que je frôle ce qui déforme à peine son jeans. Ses mains sur mes hanches se raidissent, puis me serrent Le corps en feu davantage contre lui.

Sa bouche se glisse dans mon cou, m’embrasse de façon délicieuse alors que son bassin donne de petits coups prometteurs contre moi. Ma parole, il le fait exprès ! Dans une tentative forcée pour garder la tête froide, je reporte mon attention sur lui.

Ses bras me ramènent contre lui et il frotte délicatement son nez contre le mien avant de dire. Il me propose de boire un verre et j’accepte sans hésiter. D’abord parce que j’ai soif, mais aussi parce que j’espère qu’il me proposera d’aller le boire ailleurs. Chez lui, par exemple, en position horizontale. Ou verticale. Qu’est-ce que je m’en fiche ! Je suis même un peu déçue qu’il m’entraîne dans le fond de la salle, loin de la sortie, et à une table où mon mari est déjà là, en train de siroter une bière.

A cet instant, je comprends que mon mari a organisé cette sortie pour me faire vivre un expérience de triolisme avec un escort boy dont il m’avait parlé quelques semaines auparavant et cette idée m’avait alors beaucoup plus.

En moins de trois secondes, je me retrouve en sandwich entre deux hommes dont l’un des deux est mon mari et je suis la première surprise lorsque la main de l’escort boy se glisse entre mes cuisses. Autant j’en avais envie, autant ça me gêne qu’il le fasse alors que mon corps est contre celui de mon mari qui ne m’a pas dit le moindre mot.

Avec un visage souriant, il me fixe tout en remontant sa main vers mon jardin secret, se met à le caresser à travers la culotte. Pour le principe, je pose ma main sur son avant-bras, mais en réalité, je ne le retiens pas du tout.

Surtout lorsque je sens le plaisir se faufiler dans mon bas-ventre. En fait, je crève d’envie qu’il contourne le tissu et qu’il me fasse jouir ici. Pourquoi est-ce qu’on irait ailleurs, après tout ?

À son tour, mon mari m’enlace et je me retrouve dans les bras de mon mari pendant qu’un homme inconnu me tripote sans hésiter. Ça me plaît, deux hommes. L’escort boy ralentit ses caresses sur mon jardin secret en feu.

Je ferme les yeux. Mon corps s’abandonne à eux. L’un qui m’embrasse dans le cou, l’autre qui me fait grimper au paradis. C’est rapide. Probablement parce que je ne retiens rien du désir qui m’anime et de cette envie de perdre la tête qui me ronge depuis que je suis là.

Une bouche s’écrase sur la mienne pendant que je gémis et les bras qui m’enserrent la taille se raffermissent. Je suis délicieusement coincée entre deux hommes et je viens de jouir à la vue de tous. Pourtant, quand j’ouvre les yeux, je vois que personne n’a eu le loisir d’admirer le spectacle.

Retirant ses doigts de ma chair vive, Jean pousse une bière vers moi. Celle de mon mari, je crois, mais je m’en fiche. Je la prends et cale ce qui en reste d’un trait. Ça me fait un bien fou et je le remercie du regard.

D’habitude, mon mari me laisse me taper des femmes à l’occasion, mais ce soir, il avait envie de… de voir. Ou peut-être d’essayer. Il ne sait pas trop, en fait.

L’escort boy me demande si je veux qu’il me fasse l’amour devant mon mari et peut-être que mon mari voudra jouer avec nous. Je suis sûr qu’il ne dirait pas non à une jolie bouche sur sa queue.

Pour le principe, je fais mine de réfléchir, mais mon bas-ventre m’indique qu’il est plus que d’accord à l’idée d’être baisée devant un mon mari.

Dix minutes plus tard, nous retournons à notre appartement du centre-ville. Je me sens bizarre d’être là, avec deux hommes, mais je n’ai pas peur. Ou sinon de ne pas jouir à ma faim. Mais les doigts de Jean m’ont déjà convaincue qu’ils savaient mener une femme au septième ciel. De ce fait, je ne m’inquiète pas trop.

Mon mari nous propose de quoi boire, visiblement nerveux d’être là, mais je m’avance vers la baie vitrée avant de me tourner en direction de Jean, une main nonchalamment posée entre mes seins. Ni une ni deux, il écrase sa bouche sur la mienne et fait glisser les bretelles de ma robe sur mes épaules, tire mon vêtement vers le bas, dévoile ma poitrine, menue il est vrai, mais ferme. Enfin, il s’agenouille pour me retirer le tout.

Personnellement, la technique aurait été plus simple s’il avait glissé la robe vers le haut, mais un homme à mes pieds, ce n’est pas pour me déplaire. En plus, ça lui permet de me retirer ma culotte qui est plutôt bien trempée. Dans sa position, il remonte une main entre mes cuisses. Je me régale, puis je regarde mon mari qui nous observe assit sur le fauteuil.

Jean se penche pour retirer le reste de ses vêtements. Mes yeux sont décidément très sollicités. D’abord vers le sexe bandé de l’homme devant moi, mais aussi sur le visage souriant de mon mari qui se délecte de cette situation un peu à l’écart. Je donnerais cher pour les avoir tous les deux à mes genoux.

Décidément, ce jeu me fait mouiller comme une folle. Assez pour avoir envie d’attirer mon mari dans le jeu. Avec un peu de bonne volonté, il va se masturber devant moi ou me laisser sucer sa queue pendant que l’escort boy s’occupera de me pilonner à bon rythme. il faut que je me calme, autrement je ne pourrai pas me concentrer et je vais perdre la tête en trois secondes.

Jean me ramène vers lui, pose un baiser délicat sur ma bouche, comme pour vérifier que ça ne me dérange pas qu’il m’embrasse. Au contraire !

S’il pouvait le faire un peu plus bas, ce serait même parfait ! Je réponds à ses lèvres qui se mettent à me dévorer. Son excitation est vive et pas seulement dans son baiser. Son sexe se frotte sur moi et je le saisis d’une main. Comme lui, il est long et lisse.

De quoi me faire passer une très belle nuit. Je gémis en le masturbant doucement, puis je me souviens de ses paroles au club et à la possibilité d’avoir la queue de mon mari dans ma bouche en prime. Sans attendre, je me laisse tomber sur le sol pour commencer une fellation. J’y mets toute ma détermination pour le rendre fou. Plus il jouira fort, plus notre spectateur voudra se joindre à nous. Et moi, juste à cette idée, j’y investis toute mon énergie.

J’empoigne ses fesses bien fermes et les pousse vers moi. Sa queue gonfle sur ma langue, se gorge de sang et ne demande qu’à jouir. Je le sens.

Quand il se met à grogner comme un animal, je retiens mon rire, mais je ne peux m’empêcher de jeter un œil en direction de mon mari qui s’est approché de nous, la queue dans une main et l’astiquant à bon rythme. Je me détache de Jean et je fixe la seconde verge.

Je ne sais pas si c’est une invitation, mais il se laisse tomber sur le canapé et relâche son sexe. Délaissant Jean, je me jette sur l’autre queue, à peine moins longue que la première, mais plus épaisse. Dans ma bouche, j’avoue qu’elle occupe un espace considérable et qu’il ne me déplairait pas de la sentir autre part.

Les doigts de l’escort boy reviennent en moi, me caressent vite et pourraient probablement me faire jouir en quelques secondes, puis je l’entends qui me questionne à voix basse, les doigts complètement au fond de mon sexe. Il me demande si je veux qu’il me prenne.

Mon corps lui répond en se mettant à couler sur lui, puis je gronde en faisant danser ma croupe, la verge de mon mari toujours entre mes lèvres. Du coin de l’œil, je le vois qui s’éloigne et il jette une boîte de condoms sur le sol, près de moi, avant d’en enfiler un. Je m’écarte.

De moins en moins capable de me concentrer sur la fellation que je prodigue à mon mari en sachant que je serais de bientôt prise en sandwich. Quand Jean s’agenouille derrière moi et me pénètre d’un coup, je gémis. Une main se pose sur ma taille, une autre sur ma tête.

Ma voix s’emporte sous le plaisir, la sienne se fait entendre. Contrairement à Jean qui jouit en grognant comme un animal, mon mari a un souffle bruyant, comme s’il retenait le son qui pourrait s’échapper de sa bouche. Moi, je n’ai pas ce problème, en ce moment, puisque j’ai la bouche bien remplie.

Je change parfois de technique pour vérifier s’il préfère quand je caresse ses testicules ou quand je fais glisser ma langue sur son gland. Derrière moi, l’escort boy s’active et commence à me faire perdre la tête. Jouir la bouche pleine, j’avoue que ça ne m’est pas arrivé souvent, alors je peine un peu à garder le rythme de ma fellation, finit par tout arrêter pour reprendre mon souffle, puis me mettre à gémir comme une folle en espérant que mon amant ne s’arrête pas maintenant.

Mon mari, que j’ai cessé de sucer, se met à se masturber, le regard rivé sur moi et la bouche grande ouverte. Lui, c’est un voyeur et de me voir jouir ainsi, ça lui plaît, j’en suis sûre. Quand j’explose, je serre les cuisses de mon mari entre mes doigts et hurle comme le ferait un loup à la lune.

Un jet de liquide me gicle en plein visage et un râle se fait entendre. Mon mari décharge sur moi en retenant son cri. Je souris devant sa perte de contrôle, mais je reporte rapidement mon attention vers l’arrière où Jean s’active de plus en plus vite. Lui, il a vraiment une voix bestiale quand il crie, mais il est comme moi : il ne se retient pas et s’enfonce complètement pour venir en moi.

Je sens sa barre de fer qui pulse, mais je ne suis pas mécontente qu’il ait mis une capote. Puis Jean m’étend sur le sol et m’écarte les cuisses devant mon mari. Je suis bien, calmée par mon précédent orgasme, et prête à subir tous les coups de langues qu’il voudra bien me donner, quoique je préfère les coups de queue, ça, je ne mentirai pas là-dessus. En même temps, j’avoue que ça m’excite de sentir le regard d’une tierce personne sur moi, alors que je suis dans une position pareille.

L’escort boy a une bouche de rêve. À voir, à embrasser, mais bien plus agréable quand elle est sur mon sexe. Il sait comment lécher une chatte, ça, je ne peux pas le nier. Sait-il autant y faire avec une queue ? Je ferme les yeux, savoure son coup de langue et je gémis pour lui montrer que ses doigts ont tout à fait leur place dans mon ventre.

Je me concentre sur les sensations plutôt que sur les explications de Jean. Des doigts me palpent, entrent en moi, touchent mon jardin secret, parfois doucement, parfois de façon rude. Enfin, ils passent aux choses sérieuses. L’escort boy recommence à embrasser mon intimité et sa langue me titille agréablement. J’avoue que je perds le fil de ce qui passe, mais je sens que mon mari prend le relais. Il est gauche et plutôt maladroit, mais d’une main sur sa tête, je le guide. Ses lèvres sont fermes et quand il frôle mon jardin secret de sa langue ferme, je frissonne en gémissant.

La bouche entre mes cuisses, mon mari se démène. Une chose est sûre : il apprend vite ! D’autres doigts se joignent aux miens sur sa tête, l’écrase Le corps en feu sur mon sexe et je me cambre de plaisir. L’escort boy se glisse à mes côtés et me sourit.

Il se met à m’embrasser avec fougue. Sa main se pose sur ma poitrine, puis griffe délicatement mon ventre. Toutes ces bouches sur moi, ça me rend folle. Je sens que je vais perdre la tête. Mon corps se met à se tortiller et je noue machinalement mes bras autour du cou de Jean pour le serrer contre moi. Notre baiser devient rapidement une plainte et je jouis sans retenir le plaisir que mon mari me donne. Je veux qu’il entende tout ce qu’il provoque en moi. Et je songe, non sans une petite pointe de triomphe, qu’un homme vient de me lécher mon pistil d’amour jusqu’à l’orgasme.

L’escort boy ne cesse plus de m’embrasser, puis mon mari apparaît de l’autre côté et je me jette sur lui à son tour, dévore sa bouche. Même en rêve, je n’aurais espéré apparaître ainsi, entre deux hommes, mais chacun paraît content de son sort. Moi la première ! Jean caresse délicatement mon jardin secret, puis fait chanter mon sexe avec le bout de ses doigts qu’il trempe à l’intérieur.

L’intermède se termine et je vérifie du côté de mon mari qu’il a envie de me prendre, lui aussi. Mon mari ne répond pas, mais je lui fais signe de venir devant moi, déterminée à le sucer pendant qu’il patiente. Il marche à genoux jusqu’à moi, mais au lieu de rester debout, il s’étend sur le dos et je grimpe sur lui pour plonger son sexe dressé entre mes lèvres. Derrière, j’entends le sachet du préservatif que l’on déchire et je suis concentrée sur ma tâche lorsque Jean me prend doucement.

Moi aussi, j’adore, mais je ne peux pas lui répondre puisque je dévore une jolie queue et tente, difficilement, de me concentrer sur la jouissance que je provoque chez mon mari. Embrochée de toute part, je me sens fébrile. Mon corps est hyper sensible et j’ai la sensation que mon sexe frétille chaque fois que Jean me pénètre. Peut-être que c’est la situation qui me rend aussi excitée ou juste le fait d’avoir eu mon lot d’orgasmes, ce soir.

Pourtant, je n’ai pas envie que ça se termine. Quand je m’empale sur la queue de mon mari, large, je ne retiens pas mon râle de satisfaction. Surtout que le corps de l’escort boy se colle au mien, par-derrière, et qu’il m’empoigne la poitrine.

Ses mains me touchent et je sens celles de mon mari qui enserrent mes cuisses. Quand il remonte son bassin, je hoquète de surprise et de plaisir. L’escort boy cherche à trouver mon jardin secret et je suis tellement prête à jouir que c’est à peine si je l’entends dire à mon mari d’attendre un peu.

Pourquoi ? N’est-ce pas un peu cruel de le brimer ainsi alors qu’il se fait prendre par sa femme ? Ah et puis, qu’est-ce que je m’en fiche, au fond. L’important, c’est que moi, j’explose. Et je le fais dans un cri qui m’irrite la gorge, en sautillant sur mon mari comme une furie, arquée vers l’arrière.

Je retombe vers l’avant, enlacée par les bras de mon mari, mais Jean me fait tomber sur le côté et je me retrouve à nouveau en sandwich entre deux hommes adorables. Ils m’embrassent pendant que je recouvre mes esprits. L’un sur la bouche et l’autre dans mon cou. Des mains se promènent sur moi. Je suis un jouet pour eux et je les laisse me toucher sans rechigner.

Mon mari sourit sous mes lèvres et je sens ses doigts qui viennent se loger en moi, puis titiller mon jardin secret. Ah oui, il apprend vite ! Pendant que je me laisse bercer par ses caresses, je sens Jean qui caresse mon petit trou.

Malgré moi, je me raidis. Pas que ça ne m’est jamais arrivé, mais je ne peux pas dire que j’apprécie ce genre de pratique plus qu’il n’en faut. Percevant mon hésitation, il cesse de bouger son doigt.

Je n’ose pas lui dire que les deux fois où c’est arrivé, j’étais complètement saoule et que, la première, c’était loin d’être une partie de plaisir. Et là, deux hommes allaient y passer ? Mon regard se pose dans celui de mon mari et je soupire, chassant les réserves qui m’animent.

Il recommence à bouger son doigt, puis en ajoute une deuxième. Probable qu’il a raison, car je ne ressens aucune douleur. Enfin… de ce côté-là. En réalité, ce sont les caresses de mon mari qui s’intensifient sur mon jardin secret qui accaparent mon attention.

L’escort boy demande la permission à mon mari de me prendre par derrière, celui-ci hoche la tête. Mais au lieu de me prendre, il glisse sa langue entre mes fesses et se met à me lécher. C’est très étrange et pendant un moment, même si je ne dis rien, j’avoue que ça me gêne.

Jean se glisse devant moi, à la place où se trouvait mon mari, il n’y a pas deux minutes, puis je le vois qui récupère un préservatif. Bordel, la boîte est presque vide.

Heureuse de ne plus avoir à penser à ce qui se passe de l’autre côté, je me glisse vers sa verge et me fais une joie de le reprendre entre mes lèvres.

L’avantage d’avoir deux hommes, c’est de toujours avoir une queue sous la main. Les yeux empreints de désir, il me fait signe de venir m’empaler sur lui, ce que je fais sans attendre. Ses bras me serrent et je sens le corps massif de mon mari se frotter contre le mien. Pendant que je chevauche Jean, il me glisse deux doigts derrière et soupire.

Je ne sais pas pourquoi, je frétille d’envie. La voix de mon mari me semble empreinte de désir et moi, je me sens complètement offerte à leur plaisir. Je n’ai rien à faire à part me déhancher et les laisser faire tout ce qu’ils veulent de moi. Même si je tente de me contracter, je sens que tous mes orifices s’ouvrent et plus il me doigte, moins je sens ma peau s’étirer.

Puis les mains de Jean me guident pour me sodomiser dans cette position. Je le fixe sans comprendre, légèrement anxieuse d’être au-dessus de lui. Contre toute attente, je glisse sans difficulté sur sa queue et son sourire s’affirme aussitôt.

Jamais sexe ne m’a parut aussi gros qu’à cet endroit. Selon l’angle dans lequel je me trouve, ça tire un peu, mais ce n’est jamais très désagréable.

Par précaution, j’évite de m’empaler complètement dessus. Je ne sais pas pourquoi, ça m’effraie. Pourtant, c’est plutôt doux comme pénétration. Rien à voir avec mes autres expériences.

Même si Jean me guide, j’expérimente. Tantôt penchée vers l’avant, puis cambrée vers l’arrière. J’avoue que je suis un peu déséquilibrée par ma position, mais quand je me dresse un peu plus et que mon bassin donne un petit coup sec pour se replacer, les mains de Jean me retiennent en place.

Je reprends le mouvement et je ferme les yeux, intriguée de sentir une petite vague de chaleur agréable qui se faufile en moi. Je suis loin de l’orgasme, mais je vais peut-être y prendre du plaisir. C’est déjà ça ! Sans réfléchir, j’accélère, cesse d’avoir peur de le prendre tout en moi et je fais semblant que je baise comme d’habitude. Je me mets à le chevaucher.

Doucement, d’abord, puis de mieux en mieux. Je ferme les yeux, légèrement étourdie par les sensations qui grimpent en moi. Je n’y arriverai jamais, mais soudain, ça me paraît possible de jouir ainsi. Quand le plaisir apparaît, je deviens complètement folle.

Je galope sur mon cheval et je sens mon membre qui se gonfle chaque fois qu’il se frotte sur la chair de Jean. Lui, il gémit de plus en plus fort, toujours comme un animal, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’il perde la tête. Trop tôt pour moi, mais je suis tellement avide de poursuivre que je continue de me déhancher tant que son érection n’est pas complètement disparue.

Derrière moi, mon mari se manifeste à son tour et me pousse vers l’avant, m’oblige à relever la croupe vers lui. La virilité de Jean s’échappe de mon corps, mais une autre, vigoureuse et prête à l’emploi, plus large aussi, vient m’embrocher. Dès la première pénétration, je lâche un cri.

Il me pénètre à nouveau. Doucement, puis fort, cognant son membre en moi et me faisant sursauter à chacun de ses passages. Je me mets à jouir, juché sur le corps de Jean, bien que sa présence disparaisse rapidement de mon esprit. Les coups de queue de mon mari vont me rendre folle. Tout ce que j’arrive à dire, ce sont des « oui » que j’espère suffisant pour ne pas qu’il s’arrête tant que je ne suis pas arrivée à destination.

Il me secoue en Le corps en feu grognant, puis s’acharne de plus en plus rudement sur mon postérieur. Je ne sais même plus quand l’orgasme me saisit tellement c’est rapide. C’est un feu qui gronde en moi et qui semble se répandre partout dans mon corps. Je crie.

À gorge déployée, la croupe emprisonnée sous ses mains, mais le dos cambré et la tête vers le ciel. Je reste là, prise dans l’ouragan qui vient de s’abattre sur moi quand la jouissance de mon mari me ramène à la réalité. Sous moi, L’escort boy m’observe, un bras replié derrière la tête et un sourire moqueur inscrit sur ses lèvres.

Je l’embrasse pendant que mon mari se retire, puis je sens d’autres bras qui me tirent sur le côté. Encore une fois, je suis prise en sandwich entre quatre bras qui m’étreignent. Je ferme les yeux. J’oublie tout. Je suis tellement bien.

                                                        ***

Avez-vous des fantasmes à explorer ? Beaucoup de couples rêvent de certaines situations érotiques sans pouvoir les vivre. Vous êtes tous en droit de profiter de la compagnie d’un gentleman qui traitera votre compagne comme une lady et ne jugera pas votre envie de sexe et de plaisir sans lendemain pour vivre un fantasme. Un gentleman qui vous transportera dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de divertir votre couple. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
🌐 http://escortboy.org


  • 0
Escort Boy Massage

Escort Boy Massage

Category:Massage Tags : 

Le massage est l’une des plus anciennes formes de thérapie populaire, et fût utilisé tout au long de l’histoire pour guérir le corps et l’esprit. Je l’excite bien pendant le massage et vois qu’elle prend son pied exactement comme je le souhaite.  Mes caresses la font frissonner de plaisir. C’est ce qu’elle attend de moi, que je m’occupe de son bien-être. Je veux la voir prendre du plaisir car j’aime voir les femmes lacher prise sous mes caresses et mes étreintes, je veux leur donner ce qu’elles n’ont pas pu obtenir jusqu’à notre rencontre.

Je suis exactement l’escort boy dont elle a besoin maintenant… celui qu’elle désire. Je lui donnerai tout le plaisir qu’elle mérite. Elle enlève ses doigts et je lui attrape la main, ne voulant pas renoncer au plaisir de mes caresses. Sa main dans la mienne est fine et délicate, sa peau douce et chaude. Elle essaie de me la retirer machinalement, mais je ne la laisse pas faire et mes doigts se resserrent autour des siens. Elle ne peut m’obliger à la lâcher que si je le veux bien.

Et d’ailleurs, elle ne veut pas que son gentleman la lâche. Je sens monter l’excitation en elle et mon propre corps de gigolo se raidit. Je tends l’autre main par-dessus la table et lentement, résolument, j’ouvre sa ceinture. Puis je me lève sans lui lâcher la main et je l’emmène dans la chambre.

Elle garde le silence quand nous entrons dans la chambre et que je ferme la porte derrière nous. Je lui lâche la main, je vais vers le lit et je m’assieds, je me penche en arrière et je croise les jambes. Une posture nonchalante, alors que je suis tout sauf nonchalant quand je la regarde.

Mon désir de la posséder est violent, il me consume tout entier. C’est une obsession qui va au-delà d’un simple besoin sexuel, bien que mon corps la désire ardemment. Ce n’est pas seulement que je veuille la baiser ; je veux laisser mon empreinte sur elle, laisser mes marques sur elle et en elle afin qu’elle n’ouble jamais les moments que nous allons vivre ensemble. Je veux qu’elle m’appartienne entièrement au cours de cette soirée de luxure.

Son intimité est trempée de désir et son excitation est si forte qu’elle me donne l’impression qu’il y a des mois qu’elle n’a pas été prise par un homme. J’ai besoin de tout mon sang-froid pour ne pas lui arracher ses vêtements, la faire se pencher en avant sur le lit et la marteler jusqu’à ce que j’explose.

Je me contrôle parce que je ne veux pas la faire jouir en vitesse. J’ai d’autres projets en tête aujourd’hui. En respirant profondément, je me force à rester immobile et je la regarde se déshabiller lentement.

Son visage est congestionné, sa respiration plus rapide, et je sais qu’elle me désire déjà, que son intimité est chaude et glissante, prête à m’accueillir. En même temps, je sens son hésitation dans ses gestes, je vois la méfiance dans ses yeux. Il y a encore une part d’elle qui a peur de moi, qui sait de quoi je suis capable. Mais je suis un gentleman et elle le sait.

Elle enlève d’abord son chemisier, révélant ses dessous. La bretelle rouge sang de son soutien-gorge apparait, cette couleur qui symbolise la luxure m’excite encore plus et m’envoie une nouvelle giclée d’énergie directement dans la verge. Après, c’est le tour de sa jupe mais elle garde ses bottines à talons, elle est prête à recevoir du plaisir.

Avec son soutien-gorge rouge et sa culotte assortie, elle est une femme délicieuse. Son corps délicat est athlétique et musclé, les muscles de ses bras et de ses jambes sont subtilement définis. Avec ses rondeurs, elle est très féminine, avec son derrière rebondi et ses gros seins ronds. Ses longs cheveux qui lui flottent dans le dos lui donnent l’air d’un mannequin du catalogue de lingerie Empreinte.

Ma barre de fer se frotte douloureusement contre la fermeture éclair sa culotte en dentelles. Elle me fixe de ses grands yeux noirs et s’approche avec précaution et avec hésitation, comme si j‘allais l’attaquer d’un instant à l’autre.

Je respire encore profondément pour m’en empêcher. À la place quand elle est à ma portée je me penche pour l’attraper fermement par la taille et l’attirer vers moi et la mettre entre mes jambes d’escort boy. Sa peau est douce et fraîche. En levant le bras, je trouve l’attache de son soutien-gorge et je libère ses seins de leur emprisonnement.

Quand son soutien-gorge glisse le long de ses bras ma bouche devient sèche et tout mon corps se contracte. Même si j’ai déjà vue nue des centaines de femmes, chaque nouvelle occasion est une révélation. Elle a des gros tétons d’un brun rose et ses seins sont légèrement dorés comme le reste de son corps. Incapable de résister, je prends ces monticules ronds et doux dans les mains, je les presse et je les pétris. Sa chair est lisse et ferme, ses tétons se raidissent dans mes mains. Je l’entends reprendre son souffle quand mes pouces se frottent contre leur rigidité et ma faim de la posséder s’accentue encore.

Je lui lâche les seins, je mets le doigt sous l’élastique de sa culotte et la lui fais descendre le long des jambes puis je mets la main droite sur son sexe. Mon majeur pénètre sa petite ouverture, et ma verge tressaute de la sentir mouillée. Quand mon pouce lui appuie sur le jardin secret, elle en perd le souffle, sa main m’agrippe l’épaule et ses petits ongles acérés me griffent la peau. Je ne peux plus attendre une seconde de plus. Il faut que je la possède.

Je lui demande de s’allonger sur le lit. Ma voix est pleine de désir quand je retire la main de son sexe. Je veux qu’elle se mette sur le ventre. Elle obéit à toute vitesse pendant que je me lève et que je me déshabille à mon tour.

C’est une bonne élève. Quand j’ai enlevé mes vêtements, elle est déjà couchée sur le ventre, toute nue, un oreiller soulève son derrière rebondi. Elle me regarde sous ses longs cils et je sens son impatience mêlée de nervosité. En ce moment, elle désire être prise par son escort boy. Son regard exacerbe mon excitation.

Nathalie ne bouge pas, bien que son corps se raidisse sous mes yeux. Je m’arrête au bord du lit, je tends ma main restée libre et je laisse glisser les doigts le long de sa colonne vertébrale. Elle frémit sous mes caresses. Je veux l’entendre crier, la sentir se débattre inutilement, puis la sentir fondre dans mes bras quand je la ferais jouir sans relâche.

Je me penche sur elle pour embrasser légèrement le bas de son dos et sentir son chaud parfum de femme en laissant monter notre impatience. Elle est parcourue d’un frisson et je souris, l’adrénaline coule à flots dans mes veines.

Je prends doucement Nathalie dans mes bras, je m’assieds sur le lit et je la prends sur mes genoux. Son cœur bat à se rompre, son esprit ressent déjà les prémisses de l’extraordinaire plaisir qu’elle va éprouver. Mes caresses se font plus pressantes, mes mains se promènent sur son corps avec l’intention d’éveiller son excitation encore plus loin. Ma main droite glisse entre ses cuisses, mes doigts appuient sur son clitoris et en même temps mon autre main lui agrippe les cheveux, les tire pour l’obliger à me regarder dans les yeux.

Elle semble dans un état second, ses lèvres douces sont entrouvertes quand elle me regarde, et je me penche pour lui prendre la bouche dans un long baiser profond. Elle gémit dans ma bouche, ses mains m’attrapent les épaules et je sens la chaleur monter entre nous. Mes bourses me remontent le long du corps en se contractant, ma verge désire sa chair glissante et chaude.

Je me lève sans la lâcher et je la mets sur le lit. Maintenant je ne cherche que son plaisir. Elle roule sur le ventre, dans la même position qu’avant, et je la mets à quatre pattes, les coudes pliés.

Quand elle est dans cette position, avec le derrière relevé et le dos légèrement cambré, personne ne pourrait être plus sexy. Je vois tout, les plis de son sexe délicat, le petit trou de son anus, les courbes délicieuses de ses fesses. Mon cœur bat à se rompre dans ma poitrine et ma verge emballée dans le préservatif vibre douloureusement quand je prends Nathalie par les hanches, place mon gland en face de son ouverture et m’enfonce en elle.

Je suis entouré de sa chair chaude et mouillée, elle me va comme un gant. Elle gémit, se cambre vers moi pour me prendre plus profondément, je le fais avec plaisir en me retirant un peu avant de revenir d’un coup. Un cri vient de sa gorge et je recommence, le dos hérissé de plaisir en la sentant si étroite quand elle se resserre sur moi. Des vagues de chaleur déferlent en moi et je commence à pousser sans me contrôler, me rendant à peine compte que mes doigts s’enfoncent dans la chair douce de ses hanches.

Ses gémissements et ses cris augmentent en volume, et je la sens jouir, ses muscles intimes se contractent autour de mon membre pour en aspirer le contenu. Incapable de me retenir plus longtemps, j’explose, et la force avec laquelle ma semence se projette dans les profondeurs chaudes de son corps est telle qu’elle m’aveugle.

En haletant, je m’effondre sur le côté en l’entraînant avec moi. Nous sommes trempés de sueur qui nous colle l’un à l’autre et mon cœur s’emballe. Elle aussi respire péniblement, et je sens son jardin secret se contracter encore le long de ma verge qui perd sa raideur. Ce sont les derniers soubresauts de l’orgasme qui se propagent en elle.

Nous sommes couchés l’un contre l’autre, notre respiration commence à s’apaiser. Je tiens Nathalie tout contre moi, les rondeurs douces de son derrière appuyées contre mon entrejambe, et une sensation de paix, de satisfaction commencent lentement à l’envahir. Il y a quelque chose chez moi qui calme ses démons intérieurs, qui lui permet d’apaiser ses envies de sexe.  En fermant les yeux, je resserre mon étreinte autour d’elle.


  • 0

Ce soir là, en arrivant à l’hôtel où elle avait rendez-vous avec un escort boy trouvé sur internet

Category:Massage Tags : 

Ce soir là, en arrivant à l’hôtel où elle avait rendez-vous avec un escort boy trouvé sur internet, Madame voulait un massage masculin pour sentir les mains d’un homme sur son corps et se sentir à nouveau femme. L’excitation et le stress se mêlaient dans l’esprit de la jeune femme.

Elle ne pensait plus au ménage, à son linge, aux courses, aux enfants ni même à son mari infidèle, elle ne pensait qu’à son gentleman et qu’au moment qui allait se passer.


Quand son gentleman ouvrit la porte de sa chambre, la belle ne fut pas déçue de voir un homme élégant et séduisant en face d’elle.

Jean la fit s’installer sur le lit afin de pouvoir lui donner un massage. 
Elle s’installa sur le ventre. Il lui demanda d’enlever sa robe et son soutien-gorge.

Elle garda sa petite culotte. Un brin pudique, elle garda ses bras contre sa poitrine le temps de s’allonger sur le ventre et remarqua un petit regard de Jean dans sa direction une fois qu’elle fut totalement déshabillée.

Allongée là, sur le ventre, sur le lit, la belle ne voyait pas ce que faisait son gentleman. Ses seins frissonnaient. Elle commençait à avoir froid quand elle entendit son gentleman s’approcher.

Jean s’apprêtait à masser son dos avec un soin ce qui allait détendre ses muscles et t’aider à se relaxer.

Il lui demanda d’essayer de vider son esprit et de ne pas se contracter sous ses mains. Elle sentit les mains de Jean commencer à étaler l’huile sur son dos.

Les mains chaudes du gentleman touchait son dos du bout des doigts pour ensuite entièrement toucher sa peau de toute leur paume.

Être nue devant lui procurait déjà à la belle une sensation toute nouvelle. Il ne se passait rien, son gentleman ne faisait que son travail, et pourtant la belle ressentait un désir qui ne faisait qu’augmenter.

Elle sentait les mains du gentleman caresser tout son dos, appuyer le long de sa colonne vertébrale, de sa nuque jusqu’au bas de son dos. Ses geste étaient lents, l’huile chaude faisait glisser ses mains douces sur tout le long de son dos.

La dame sentait ses doigts fins toucher son dos, ses mains passaient sur le côtés de ses flancs, d’abord au niveau du ventre puis au niveau de ses seins.

Elle pouvait sentir les doigts de Jean passer sagement sur les côtés de ses seins. Ses pouces lui massaient les trapèzes et la nuque avec douceur et sensualité et redescendaient dans le bas de son dos en longeant sa colonne et lui massaient le bas du dos, pile dans les deux petites fossettes qu’avait la belle au dessus des fesses.

Le massage de Jean faisait beaucoup de bien à la belle, l’huile sentait bon et une sensation de bien-être envahissait la pièce. Mais le corps de la jeune femme ne se relaxait pas partout.

Une partie de son corps était plus excitée que jamais. Entre ses cuisses elle pouvait sentir son cœur battre dans son jardin secret, une sensation de désir montait entre ses cuisses.

Elle avait chaud, elle était humide, les mains de Jean se baladaient sur son corps et elle ne pouvait plus se contrôler. Elle ne voulait pas mettre son gentleman mal à l’aise et ne laissait rien paraître, pourtant elle sentit les mains de Jean de plus en plus aventureuses et elle put sentir les sentir se glisser tout doucement dans sa petite culotte en dentelle rose.

Son gentleman commença par masser le bas du dos de la jeune femme, l’air de rien. Puis de plus en plus bas, ses doigts massaient le haut des fesses de sa patiente, en faisant des petits cercles ou en appuyant avec sa paume.

Puis, il massa les fesses de la jeune femme, par dessus sa culotte, il prenait ses fesses entre ses mains et les massaient. En plus de la sensation de bien-être procuré par le massage, le désir de la jeune femme atteignait son paroxysme.

Les mains de Jean sur ses fesses, tout près de son sexe, touchant sa culotte et sa peau, augmentaient à chaque seconde le désir qu’elle ressentait. Au début naïve, elle comprit vite que son gentleman jouait avec ce désir et le provoquait volontairement.

Ses doigts se perdaient entre les fesses de la jeune femme jusqu’à effleurer son intimité, toujours par dessus la dentelle de sa culotte. Toujours dans un massage parfait, son gentleman en profitait pour caresser délicatement et discrètement la fleur de la jeune femme.

Quand il la touchait, elle pouvait ressentir la chaleur et l’humidité qu’elle provoquait. La belle ne voyait toujours rien de ce qu’il se passait, la tête posée sur la table de massage elle ne sentait plus que les mains de Jean se balader sur ses fesses et, de plus en plus fréquemment et de moins en moins discrètement, effleurer son sexe.

La belle commençaient par encourager son gentleman en laissant échapper des petits soupirs de plaisir, très discrets pour commencer, dès qu’elle sentait les doigts de Jean sur son clitoris.

Plus son gentleman la caressait, plus la belle soupirait. Soudain, à sa grande surprise, la belle sentit la bouche de Jean embrasser sensuellement sa fesse droite, puis sa fesse gauche.

L’homme l’embrassait encore et encore, tout doucement, comme une caresse, en se rapprochant délicatement du centre. la belle soupirait et gémissait. son gentleman remonta et embrassa le bas du dos de la jeune femme, puis, remontant sa colonne vertébrale, embrassa tout son dos jusqu’à sa nuque.

Les lèvres délicates de Jean sur sa nuque firent frissonner la belle de plaisir. Ils finirent par s’embrasser à pleine bouche. Leurs lèvres douces se touchaient pour la première fois et pourtant c’était comme une évidence. C’était doux et sensuel.

Leurs langues se mêlèrent naturellement, elles se touchaient et jouaient ensemble. Les deux amants se caressaient les cheveux et s’embrassaient langoureusement. Rien ne pouvait plus les arrêter.

Elle ne pouvait plus se rhabiller et s’arrêter là, elle en voulait plus. Lla belle respirait fort, elle ne pouvait plus contrôler son corps. Ses hanches bougeaient d’avant en arrière frottant son clitoris contre le tissu du lit.

Des plaques rouges d’excitation étaient apparues sur sa poitrine et ses yeux restaient mi-clos. Son gentleman se replaça au dessus de la jeune femme, attrapa sa culotte en dentelle rose et la fit doucement glisser le long de ses jambes jusqu’à passer ses pieds et lui enlever totalement.

La belle se trouvait là, totalement nue, dos à son gentleman, excitée comme jamais, attendant d’être rassasiée. Son gentleman embrassa ses jambes doucement jusqu’à remonter jusqu’aux fesses complètement dénudées de la jeune femme.

A chaque baiser qui se rapprochait de son intimité, la belle gémissait de plus en plus fort. Elle voulait la bouche de Jean entre ses jambes, elle voulait sentir sa langue contre elle.

Elle voulait l’avoir rien que pour elle. Son sexe n’appelait que lui. Son gentleman embrassa ses fesses et empoigna les hanches de la jeune femme. Il la prit par les hanches et tira légèrement pour que la belle se mette à quatre pattes.

La belle hésita, c’était difficile de se mettre dans cette position. Elle avait peur que ce soit embarrassant mais son excitation prit le dessus et elle s’exécuta. Son gentleman la contrôlait complètement.

La dame à quatre pattes, son gentleman écarta les jambes de sa patiente et sans la prévenir, passe sa tête entre ses deux jambes et mis sa langue contre son sexe.

Son gentleman savait que cette position procurait des sensations explosives. Il savait qu’elle n’avait jamais rien ressenti de tel. Et ce fut le cas. A la seconde où elle sentit la langue de Jean, la belle poussa un cri de plaisir qui résonna dans la chambre.

Elle pouvait sentir sa langue contre elle, enfin. Dans cette position qu’elle n’avait jamais essayé, la belle ressentait des sensations nouvelles que jamais aucun homme ne lui avait procuré.

La langue douce de Jean faisait des allers retours sur son sexe, elle la sentait caresser son clitoris et son vagin dans le même mouvement. Jamais elle n’avait autant aimé le sexe qu’à ce moment là.

Elle redécouvrait son corps et le plaisir qu’elle pouvait ressentir. C’était comme réveiller quelque chose endormi depuis des années.

La salive de Jean faisait glisser sa langue facilement et le sexe de la jeune femme mouillait comme jamais il n’avait mouillé auparavant. Criant à chaque coup de langue, la belle ne pouvait pas croire qu’elle ne rêvait pas.

Son plaisir ne faisait qu’augmenter sous la détermination de Jean à la faire jouir. Il était clair que ce n’était pas la première fois que son gentleman léchait une femme, il était expérimentée, elle savait comment s’y prendre, et comment contrôler le plaisir féminin.

Jean léchait le sexe de la jeune femme de toute sa bouche, passant sa langue molle sur son clitoris et finissant son mouvement en léchant doucement tout son vagin. Elle s’arrêtait à la limite de l’interdit et remontait sa langue jusqu’au clitoris de la jeune femme.

Doucement, puis plus rapidement quand les gémissements de la jeune femme s’intensifiaient. Son gentleman prenait du plaisir à voir la belle perdre contrôle. Madame toujours à quatre pattes, son gentleman glissa deux de ses doigts dans la fente humide de la jeune femme qui criait de plaisir.

Jean fit quelques allers retours de plus en plus rapides jusqu’à ce que la belle hurle de plaisir et atteigne l’orgasme. la belle se recoucha sur le ventre, allongée de nouveau sur le lit.

Elle se sentait bien, tellement bien. Son gentleman, quant à elle, s’essuya la bouche d’un revers de main, satisfaite de sa performance.

Jean aimait donner du plaisir aux femmes et être libre, faire ce qu’il voulait avec qui il voulait. Il avait eu envie de la jeune femme après les nombreux échanges whatsapp qu’il avait eu.

Il avait déceler chez elle une soif d’aventure, une envie de quitter son petit trin-trin quotidien qui lui avait donné envie d’elle.

Tandis qu’il s’allongeait face à la belle sur le lit, qu’il entourait de ses bras son corps nu en se blottissant l’un contre l’autre, son gentleman regarda tendrement la belle qui profitait du moment.

L’un contre l’autre, la jeune femme songeait au moment de sexe fougueux qui venait de se produire. Ils ne se connaissaient pas il y avait encore une semaine et venait de partager un moment de pur plaisir et de désir intense.

Comment la belle aurait-elle put deviner que c’est avec un escort boy inconnu qu’elle retrouverait, après tant d’années, une partie d’elle même. Elle se sentait jeune, elle se sentait belle et elle se sentait désirée par un homme qu’elle n’avait jamais vu auparavant.

Elle se sentait délivrée de la prison transparente dans laquelle elle s’était enfermée depuis tant de temps. Elle se sentait libre mais surtout elle se sentait curieuse.

Tant de choses qu’elles n’avait pas essayé jusque là, tant d’expériences à côté desquelles elle était passée. Elle avait envie d’essayer de nouvelles choses, de nouvelles personnes, de nouveaux lieux et de nouvelles positions.

Avec son gentleman, elle se sentait libre de tout essayer. Elle ne voulait plus retomber dans cette frustration. Ce serait son petit secret, ce moment avec son gigolo, cette fois où il l’avait lécher jusqu’à l’orgasme sur le lit de cette chambre d’hôtel, elle le garderait ancré dans son esprit pour toujours.

Animée par ce moment, elle voulait de nouvelles expériences sexuelles toujours plus intenses et Jean était là pour la satisfaire chaque fois qu’elle en aurait envie..

***

Voulez vous vous être séduite ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman. Pourquoi ne pas vous évader de votre solitude et prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir.  Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Au plaisir de vivre cette rencontre avec vous. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website:  http://escortboy.org

 


  • 0

Sa compagne avait tout d’une princesse.

Category:escort boy,escort service,Uncategorized Tags : 

 

La lumière de la bougie sur la table de chevet éclairait les pétales de roses étalés sur le lit. Par la porte ouverte qui donnait sur la terrasse de leur chambre d’hôtel entrait une légère brise qui faisait bouger les rideaux. Madame et son gentleman était dehors, à regarder les étoiles en dégustant une coupe de Champagne Louis Roederer.

Sa compagne avait tout d’une princesse. C’était le moment. Le moment de s’embrasser d’un baiser passionné, à cet instant précis la Tour Eiffel s’illumina.

La dame lui prit les mains pour l’entraîner dans la chambre. Elle enleva ses talons hauts Louboutin puis enleva sa robe Gucci, Elle n’avait maintenant que son soutien gorge et sa culotte Chantal Thomass.

Elle leva ensuite les mains jusqu’au col de Jean et déboutonna sa chemise pour lui enlever. Elle caressa son torse ainsi dénudé en respirant son parfum italien qui s’échappait par chaque pore de sa peau.

Enfin, ils se prirent les mains et collèrent leur deux corps. Pieds contre pieds, poitrine contre poitrine, bassin contre bassin et lèvres contre lèvres. Ils s’embrassèrent sans bouger. Ils s’embrassèrent pour sentir l’autre contre soi.

Elle releva sensuellement ses cheveux, lançant un regard coquin au lit et se jeta à son cou pour qu’il la prenne dans ses bras. Les muscles de Jean se contractèrent et il la leva sans difficulté. Son escort boy la posa sur le dos et s’allongea à coté d’elle puis l’embrassa tendrement.

Jean était un amant extrèmement doué. Son escort boy savait faire durer les caresses juste le temps qu’il fallait et savait adapter leur intensité. La dame admirait une telle application de sa part.

Le bout de ses doigts savaient comment effleurer son corps, et faire monter progressivement le plaisir de la dame. Lentement, il remonta depuis la paume de sa main jusqu’à son épaule puis son cou. Son escort boy passa la main dans ses cheveux pour lui caresser doucement la tête.

Son escort boy lui demanda de se coucher sur le ventre. La dame obéit et il embrassa ses épaules, puis son cou en descendant le long de son dos et de ses jambes jusqu’à atteindre les orteils. Son escort boy lui massa les pieds et les mollets, doucement, comme le ferait un masseur professionnel.

Son escort boy lui embrassa les cuisses et, comme cela donnait des frissons à sa partenaire, il lui massa les fesses puis il remonta le long de sa colonne vertébrale pour l’embrasser. Jean était assis à califourchon sur elle et son membre en érection reposait sur son dos.

Toujours avec douceur, Jean colla sa virilité contre l’entre-jambes de la dame et frotta doucement. Il appuyait délicatement son corps contre le sien et quand son gland rencontra son clitoris, ils vibrèrent de plaisir. La dame, serra les jambes en gémissant.

Elle se dégagea comme elle put et se retourna pour lui faire face. Ils s’embrassèrent à la fois passionnément et sauvagement. Jean la prit par les poignets pour calmer un peu ses ardeurs. Ses mains fortes, ses bras et son torse musclés ainsi que son petit sourire la rendaient folle. Elle hocha la tête, soumise, et le laissa mener le jeu.

Son escort boy lui caressa les hanches et embrassa son ventre. Ses doigts suivirent les courbes de ses seins qu’il embrassa aussi. La première caresse fut subtile, chaude et agréable. La deuxième la fit trembler.

Jean lui massa ensuite la poitrine, ajustant la pression sur ses tétons jusqu’à ce qu’elle gémisse. La passion des deux partenaires brisait le silence nocturne de rires et de gémissements. La dame respira de plus en plus fort et de plus en plus vite. Elle s’abandonna au plaisir comme seule une femme dans les bras de Jean pouvait le faire.

Pour calmer l’euphorie de sa compagne et comme pour préserver le silence de la nuit, Jean s’empara de sa bouche en y déposant une série de baisers qui la laissèrent dans un état second, à mi chemin entre l’éveil et le rêve.

Son escort boy redescendit ensuite ses mains jusqu’à ses jambes écartées et lui massa les cuisses sans se presser. La dame élégante et éduquée, la maitresse exemplaire, l’amie parfaite, cette femme mariée devenait un peu plus sauvage à chaque caresse, une tigresse indomptable qui serrait les dents et perdait tout contrôle dans les bras de son escort boy.

Quand la langue de Jean arriva jusqu’à son intimité et caressa son jardin secret pour la première fois, la dame saisit sa tête à deux mains pour y coller son bassin. Le premier orgasme lui parcouru le corps à la vitesse de la lumière.

Sans l’écraser, il se coucha sur elle en lui effleurant le visage. Il la laissa reprendre son souffle pendant qu’il embrassait et soufflait doucement sur son front et son cou, humides de sueur.

Son escort boy peigna doucement ses cheveux avec les doigts et lui embrassa la joue rougie par l’effort et la passion. Jean savait ce qu’il lui restait à faire. Ce n’était qu’une courte trêve, un instant de calme, quelques minutes pour laisser au corps le temps de se remettre de cet orgasme. Jean savait qu’elle en avait besoin et attendit donc le moment propice.

Elle enroula ses jambes autour de lui et ils se regardèrent. Ils continuèrent à mordiller et chatouiller différentes parties de leurs corps jusqu’à ce que la dame sente l’extrémité virile de Jean à l’entrée de sa grotte torride qui l’attendait, qui lui demandait l’accès.

Ils se regardèrent en silence et quand Jean enfila un préservatif et bougea le bassin, les deux premiers centimètres de son membre franchirent le portail de son intimité.

Son escort boy continua et inséra doucement son gland. Ainsi, il se retira et la pénétra plusieurs fois de suite aussi délicatement qu’il le pouvait. Son désir lui priait d’accélérer le mouvement mais il attendit que ce soit la dame qui en fasse la demande. Cela ne tarda pas. Jean la sentit ouvrir progressivement les jambes tout en l’attirant toujours un peu plus contre elle.

Après cette petite mise en bouche, il inséra son membre entier en elle. Puis il se retira et recommença, encore et encore. Ils unissaient et éloignaient successivement leur bassin dans un mouvement de va-et-vient, sans jamais se fatiguer. Comme une machine programmée pour répéter le même mouvement.

Les sommiers des lits d’hôtel ne sont pas faits pour de telles activités. Soumis à rude épreuve, ils grinçaient et couinaient. L’été non plus n’est pas la saison la plus appropriée pour un rapport aussi torride. La peau brillante et humide, la bouche ouverte et le coeur qui s’emballe s’invitent dans le lit des amants pendant les nuits d’été.

Son escort boy embrassa son cou, ses joues, sa bouche et décrivit des mouvements circulaires avec son bassin. Jean alternait entre ces mouvements là et des va-et-vient en elle ce qui décuplait par mille les stimulations. Sa fente puis le bourgeon durci, le pistil puis sa grotte. Ils étaient tour à tour inondés de plaisir.

La dame agrippa fortement les draps à tel point qu’elle déchira presque le tissu. Jean avait la volonté de lui procurer le maximum de plaisir. Jean la vit fermer les yeux, inspirer profondément et serrer les mâchoires à chaque pénétration.

Chaque coup de bassin était suivi d’une stimulation de son pistil alors qu’il frottait son bassin contre le sien. Mais bientôt, ce petit jeu laissa place à une nouvelle pénétration, puis deux, puis trois, quatre cinq. Ce n’était plus le temps des petites caresses, il se retirait et la pénétrait successivement au rythme de ses gémissements.

Jean ne sut pas vraiment quand le deuxième orgasme de la dame commença, ou quand il se termina. L’expression de son plaisir paraissait interminable.

Son escort boy garda le même rythme, mais seulement quand il sentit que les muscles de sa grotte secrète se détendaient, il ferma les yeux, et, tout en s’unissant à la dame avec un baiser passionné, il jouit à son tour, tremblant de la tête au pied alors que le plaisir l’inondait.