Service de domination pour femmes

  • -
escort boy paris - service de domination

Service de domination pour femmes

Category:domination Tags : 

Madame cherchait depuis longtemps un service de domination pour femmes avec maître qui saurait lui donner du plaisir dans la soumission. Son fantasme de soumise allait se réaliser avec Maître Jean.

– Tu sais qu’une punition t’attend, n’est-ce pas ? ai-je demandé, en contenant tant bien que mal le grognement primal qui menaçait de s’échapper du fond de ma gorge.

Madame a ouvert la bouche, mais l’a vite refermée. Puis elle s’est contentée de hocher la tête en guise de réponse.

– Je t’ai donné des instructions claires deux fois. Et deux fois, tu les as ignorées.

J’ai levé son menton pour la forcer à me regarder dans les yeux.

Elle a hoché la tête une fois de plus, mais sa mâchoire crispée indiquait qu’elle résistait à l’envie de riposter. Au moins, elle était assez futée pour se taire. Mais très bientôt, elle ne pourrait pas rester silencieuse même si elle le voulait.

Escort Boy Paris - Accessoires de domination

Escort Boy Paris – Accessoires de domination

– Tu vas apprendre aujourd’hui que quand je donne un ordre, je m’attends à ce qu’il soit exécuté.

Ses yeux se sont étrécis et le coin de sa bouche a tressauté.
.
Je lui ai écarté les jambes, puis je lui ai giflé la chatte, lui donnant un petit aperçu de ce que je lui réservais.

J’ai pris ses seins en coupe, lui arrachant un geignement.

– Et tu vas apprendre à me supplier après que je t’ai donné la fessée. Tu vas me supplier de fourrer ma queue en toi, et tu vas hurler mon nom, ai-je déclaré sensuellement, ma voix rauque et autoritaire.

Madame tremblait, son corps secoué de frissons, sans aucun doute à l’idée de ce qu’elle s’apprêtait à subir.

Elle a perdu malgré elle le contrôle d’elle-même et lâché un gémissement quand j’ai plongé deux doigts épais dans sa chatte affamée. J’ai passé le pouce sur son clito et fléchi les doigts en elle, l’amenant près de l’orgasme. Elle arcboutait le bassin contre ma main encore et encore.

– T’es tellement mouillée pour moi. L’idée de recevoir une punition t’allume, hein ? Ça me donne l’impression que tu as délibérément mal agi. Peut-être que tu veux que je te donne la fessée ? Peut-être que tu veux que je punisse ton petit trou du cul ? Peut-être que c’était ton plan depuis le début ?

Elle a secoué la tête, mais sa respiration s’est accélérée, et j’ai senti les parois de sa chatte se resserrer autour de mes doigts. Ne voulant pas lui donner la libération qu’elle attendait désespérément, j’ai retiré les doigts aussi abruptement que je les avais fourrés en elle.
J’ai sorti une boîte noire que j’avais apporté dans mon sac de comination, justement pour cette occasion. Je l’ai posée sur le lit, puis j’ai ôté ma ceinture et je l’ai posée à côté avant de m’asseoir sur le matelas. Je voyais du coin de l’œil Madame qui observait mes moindres mouvements.

– Viens là, ai-je dit en tapant ma cuisse pour rendre mes attentes très claires. Couche-toi sur mes genoux.

Elle a écarquillé les yeux et ouvert la bouche pour protester, mais elle a dû voir l’autorité dans mon regard, parce que dès qu’elle l’a croisé, elle s’est empressée d’approcher et de poser son ventre nu sur mes cuisses.

Elle a étouffé un petit cri quand je lui ai écarté les cuisses, plaçant son cul dans la position parfaite.

Escort Boy Paris - lacher prise

Escort Boy Paris – lacher prise

Puis elle m’a regardé par-dessus l’épaule, et j’ai vu un mélange d’incertitude et d’excitation dans ses yeux. Je devinais que Madame ne s’était jamais retrouvée dans ce genre de situation de sa vie, et qu’elle ne connaissait pas la suite des événements.
J’ai passé la paume de ses cuisses à ses fesses.

– Je vais fesser ton petit cul.

Madame s’est tendue, mais elle n’a pas remué ni lutté contre mes caresses. Je m’attendais à une résistance de sa part, mais j’étais content qu’elle ne se débatte pas. Il y avait une femme soumise cachée derrière toute cette effronterie ; j’allais peut-être abattre ses remparts en moins de temps que je le croyais. Sa docilité pouvait aussi venir du fait qu’elle ignorait ce que je lui réservais réellement.

Et sa curiosité naturelle l’aidait à se tenir tranquille, et à me laisser la dominer ,ce que j’étais plus que prêt à faire.

Je lui ai écartelé les jambes, révélant sa chatte à ma vue. Ma belle me laissait lui faire tout ce qui me chantait en bronchant à peine.

La douleur sur son postérieur et l’humiliation de la fessée n’étaient pas encore arrivées, mais je doute que Madame soit aussi docile devant ma punition lorsque je la lui infligerais.
J’ai sensuellement fait glisser mes doigts le long du galbe de ses fesses jusqu’à son ouverture plissée.

– Je ne vais pas seulement te donner la fessée ; je vais aussi punir ce trou.

Mon doigt s’est mis à lui frictionner l’anus en petits cercles. Madame a étouffé un autre petit cri, qui s’était sans doute coincé dans sa gorge à la nouvelle que je lui avais annoncée.

J’ai retiré ma main pour prendre la boîte noire. Madame regardait droit devant elle, les poings serrés.

L’instant d’après, j’ai appliqué du lubrifiant que j’avais sorti de la boîte sur le trou plissé que j’allais conquérir. J’ai continué de le frictionner et de le titiller en y insérant une première phalange.

Madame a relevé la tête et m’a regardé par-dessus l’épaule, en dégageant les mèches blondes de son visage pour voir ce que je fabriquais.

– Qu’est-ce que c’est ? a-t-elle demandé en me voyant sortir autre chose de la boîte.
Je n’ai pas pu empêcher un sourire malicieux de me retrousser les lèvres.
– Ça s’appelle un plug anal. Il va élargir ton trou du cul pour le préparer à ma queue.

J’ai posé la main entre ses omoplates et je l’ai repoussée vers le bas, la pliant en deux sur mes genoux. La seule chose qu’elle pouvait voir était le plancher de bois sous elle. Elle en avait assez vu comme ça. Elle savait maintenant exactement ce qui s’apprêtait à étirer son délicat petit trou et jusqu’à quel point, ayant vu la grosseur du plug.

Escort Boy Paris - Osez les plaisirs interdits

Escort Boy Paris – Osez les plaisirs interdits

Elle a tressauté au contact du plug métallique sur sa peau. J’ai écarté ses fesses et j’ai pressé le plug dans sa rondelle serrée. Elle a remué de plus belle en lâchant un cri alors que je brisais lentement la barrière.

– Tiens-toi tranquille, ai-je ordonné.

Elle a geint à la morsure douloureuse de l’intrusion.

– Relaxe-toi, ai-je insisté en continuant d’enfoncer le plug, réclamant l’accès à son cul. Je veux que tu fermes les yeux et que tu te concentres sur les sensations.

Elle a secoué la tête en essayant de se libérer, mais je l’ai retenue en place plus fermement.

– C’est trop gros. Ça ne va jamais rentrer. Ça fait mal !
– Les punitions font mal, ai-je répliqué, pressant toujours. Concentre-toi sur le châtiment et sache que c’est ce qui va arriver chaque fois que tu désobéiras à mes ordres.

Madame s’est mise à agiter les bras jusqu’à ce qu’elle trouve mes mollets et s’y accroche. Son souffle tressautait dans sa gorge à chaque centimètre pénétré par le plug, qui frayait son chemin dans les chairs de ma soumise.

– Oh mon Dieu, a-t-elle geint.

Le plug était presque inséré jusqu’au bout, étirant son trou jusqu’à ses limites. Son anus continuait de prendre de l’expansion, et sa chatte mouillait visiblement de désir. Son sphincter contracté a fini par accommoder la partie la plus épaisse du plug.

Madame a secoué la tête de nouveau, parlant d’une voix cassée.
– Jean, je ne peux pas. Ça fait mal.
– Prends de grandes respirations et relaxe-toi. Tu peux y arriver.

Lui arrachant un autre cri, j’ai donné l’ultime poussée, et son trou du cul s’est refermé autour de la tige beaucoup plus étroite rattachée à la base du plug, qui le retenait en place.
Je me suis penché et j’ai posé des baisers tendres dans le bas de son dos, puis sur chacune de ses fesses. Ma main s’est glissée sous elle et j’ai trouvé son clito, que j’ai pincé.

Elle a pressé le bassin contre mes doigts, me suppliant en silence de lui accorder la douce récompense pour sa soumission.

J’ai continué de frictionner et de caresser sa praline tandis qu’elle s’habituait à l’épaisseur du plug qui lui étirait le canal.

– Bon, ta punition va bientôt commencer, ai-je dit.
– Quoi ? Le plug n’est pas la punition ? J’ai compris. J’ai appris ma leçon. J’ai clairement reçu le message.
– C’est juste un avant-goût.

J’ai appuyé sur son dos quand elle a essayé de se débattre.

– Quand j’en aurai fini avec toi, tu ne vas plus jamais ne serait-ce qu’envisager de me désobéir. Ton corps comme ton esprit va apprendre à obéir.

J’ai tapoté la base du plug pour donner du poids à mes mots, et elle a lâché un petit gémissement.

J’ai ajusté son corps avec mon genou pour retrousser son cul et le mettre en valeur. Avant que Madame puisse réagir, je lui ai vivement claqué les fesses une fois, deux fois, puis trois fois.

Escort boy Pars - service de domination

Escort boy Pars – service de domination

Elle a désespérément essayé de se libérer de mon emprise.
– Jean, s’il te plaît ! Je suis désolée ! On n’est pas obligés de faire ça.
J’ai continué ma fessée, chaque fessée plus puissante que la précédente.

– Qui est le Maître ? ai-je demandé en ponctuant mes mots de gifles.
– Toi !
– J’exige qu’on respecte mes règles. J’exige la perfection. Tu le savais avant de faire appel à mes services, n’est-ce pas ?
– Oui, je le savais, a-t-elle grogné alors que je fessais son petit cul ferme. Je sais ce que tu exiges. Oui !
– Tu vas apprendre à me laisser le contrôle total.

Interrompant la fessée, j’ai pris la ceinture à côté de moi.
J’ai plié la sangle de cuir, sachant que j’irais mollo avec Madame, que je ne la fouetterais pas trop fort la première fois. Surtout dans cet angle, car je ne pouvais pas prendre d’élan comme je pourrais le faire si elle était couchée sur le lit. Mais bien sûr, elle ne saurait pas que cette première fessée à la ceinture était douce.

J’ai abattu le cuir sur sa chair rosie, et elle a hurlé.
– Jean ! Arrête ! J’ai dit que j’étais désolée.
– De quoi es-tu désolée ? ai-je demandé en abattant la ceinture sur ses fesses de nouveau.

Madame a lâché un autre cri, et bien que les choses se corsent, elle semblait fondre sur mon corps. Elle ne se débattait plus, ne luttait plus contre la punition. Son corps s’était soumis, et je savais qu’elle ne me disait pas seulement ce que je voulais entendre pour éviter de souffrir davantage.

– Désolée de ne pas avoir pris tes règles et tes ordres au sérieux. Je vais le faire dorénavant, Maître Jean.

Je lui ai donné un dernier coup de ceinture avant de décider de lui accorder la miséricorde, puisqu’elle m’avait appelé comme je voulais qu’elle le fasse sans que j’aie à le lui demander. Ma soumise apprenait vite.

Dès que j’ai arrêté de la frapper, je l’ai soulevée dans mes bras et je l’ai couchée sur le dos sur le matelas. Elle a tout de suite écarté les jambes pour m’accueillir. Pour me dire de la prendre. De la revendiquer comme mienne. Sa chatte reluisait de cyprine, et l’odeur de son excitation flottait dans l’air.

– Baise-moi, Jean, a-t-elle ronronné. J’ai envie de toi.

Je me suis penché sur elle, si près que mes lèvres pourraient la toucher, mais elles ne l’ont pas fait.

– Je t’avais dit que tu me supplierais de te donner ma queue après la fessée. Supplie-moi comme un vrai soumise que tu es maintenant.
– S’il te plaît, Jean. S’il te plaît. Je veux ta queue, a-t-elle imploré comme la sage fille qu’elle était maintenant.

J’ai collé ma bouche sur la sienne, réclamant son goût à chaque caresse de ma langue. Cette femme était insatiable et avait une telle envie de sexe.

Madame éprouvait un désir ardent que je la pénétre encore et encore. Madame a fini par rompre le baiser et me regarder de ses grands yeux bleus.

Elle a pressé son corps nu contre le mien, et j’ai perdu le contrôle. Au moment où ses cuisses sont entrées en contact avec les miennes, j’ai été foutu.
Je l’ai fait pivoter et j’ai pressé mon torse contre son dos. Puis j’ai pris ses seins en coupe et j’ai niché ma queue dans la fente de ses fesses, lui mordillant l’oreille avant de chuchoter :
– Je vais te prendre comme une petite chienne.

Je lui massais les seins, et ma queue a palpité de plus belle quand Madame a gémi de plaisir, ne ressentant manifestement pas le besoin de cacher son désir grandissant.

– Ne t’arrête pas, a-t-elle ronronné en passant les mains derrière mon corps et m’empoignant le cul pour m’écraser contre elle.

Ma queue s’est enfoncée encore plus loin entre ses fesses, se rapprochant délicieusement de son petit trou.

J’ai baissé une main qui lui titillait jusque-là les mamelons jusqu’à sa chatte, que j’ai empoignée en grognant dans son oreille. Puis mes doigts ont trouvé son clito et l’ont frictionné en un mouvement circulaire. J’adorais l’entendre haleter, fier de voir combien elle se délectait de mon contact et m’en demandait encore plus en arc-boutant et frottant le bassin contre ma main. Je savais que je pouvais la faire jouir comme ça, mais je voulais l’amener juste au bord du gouffre pour mon but ultime.

Maître Jean passa ses mains sur son ventre, sur ses seins qu’il massa tendrement

Maître Jean passa ses mains sur son ventre, sur ses seins qu’il massa tendrement

J’ai empoigné ma queue de l’autre main et j’ai guidé ma trique dans les plis de sa chatte avant de m’enfoncer dans sa chaleur soyeuse. J’ai lâché un gémissement en commençant à aller et venir en elle, sentant les parois de son sexe se resserrer autour du mien. L’eau du lac passait entre nos corps et les vaguelettes causées par nos mouvements nous léchaient la peau.

Madame s’est accrochée à ma main qui était toujours sur sa chatte, joignant ses gémissements aux miens et prononçant mon prénom entre ses petits cris. Les bruits de plaisir qui s’échappaient de sa bouche m’enivraient.

Ayant un but en tête, je suis sorti de sa chatte serrée et j’ai empoigné ma queue de nouveau, mais cette fois je l’ai dirigée vers son trou du cul.

Je devais la posséder ici aussi.

Je voulais la connaître de cette façon profondément intime et primitive.
En soumise parfaite qu’elle était – même si elle l’ignorait toujours –, Madame s’est penchée en avant pour me faciliter la tâche, et elle s’est pressée contre mon gland quand il a touché son anus. Le geste tout simple m’a dit qu’elle voulait me sentir dans son cul autant que je voulais y être.

Elle a étouffé un petit cri quand j’ai commencé à la pénétrer. Lentement, je l’ai étirée, prêtant une attention particulière aux bruits qu’elle émettait pour repérer tout signe de détresse ou de douleur sérieuse. Mais je n’entendais que les sons du désir et d’une passion animale.
J’ai empoigné une touffe de ses cheveux mouillés et j’ai tiré dessus jusqu’à ce qu’elle se retourne et croise mon regard.

– Relaxe-toi, ai-je dit. Laisse-moi entrer.

Les yeux vitreux et la bouche entrouverte, elle a hoché la tête légèrement et j’ai senti les parois de son canal se relâcher pour accepter ma grosse bite, et ça a suffi à me laisser m’insérer plus loin.

Ma queue a tressauté quand Madame a lâché un gémissement bruyant, comme si elle se fichait qu’on puisse nous entendre. Elle se laissait entièrement aller même sous la vive lumière du soleil. Pour la récompenser, j’ai bougé le doigt, toujours sur son clito, voulant la faire jouir avec ma queue plantée dans son cul.

– Je vais aller plus loin, et plus fort, l’ai-je avertie.

Elle a hoché la tête en grognant.

– Ton doigt. Ta queue en moi. Tout ça…
– Oui, ma belle. Jouis avec ma bite dans ton cul. Jouis pour moi, Madame.

Je n’allais pas tenir le coup très longtemps, mais j’ai attendu que ses gémissements se transforment en cris de jouissance. J’ai seulement eu besoin de sentir les spasmes de ses parois autour de ma queue pour succomber et gicler en elle. Des décharges électriques de plaisir m’ont parcouru les veines.

Ce n’est que quand Madame s’est retournée et m’a embrassé tendrement sur la bouche que je suis sorti de ma transe. Ma peau était en effervescence de la tête aux pieds. Je l’ai attirée contre mon torse, puis je me suis penché et j’ai déposé un baiser sur son front, son nez, ses joues, et enfin, ses lèvres.

❤️ ❤️ ❤️

Service de domination pour femmes est un service d’accompagnement pour femmes modernes. Beaucoup de femmes ont envie de se soumettre à un maître qui les éduquera au plaisir du lâcher-prise.

Respirez le voyage du plaisir et l’ère du jeu érotique lors d’une soirée privée libertine avec un spécialiste de la domination féminine. Entrez dans mon monde et sentez l’humidité envahir votre entrejambe grâce à la fantaisie d’une expérience de plaisir sans conséquences avec un spécialiste de l’accompagnement féminin respectueux et délicat. Service de domination pour femmes à paris pour le plaisir de la femme soumise qui est en vous. Définissez vos limites et Jean les respectera. Définissez votre mot de sécurité pour arrêter à tout moment l’expérience.

Le Spécialiste de l’accompagnement féminin vous propose une expérience exceptionnelle de divertissement avec un gentleman viril mais tendre. Vous n’oublierez jamais ce jour là. Vous pourrez enfin prendre du plaisir passionnel et vous abandonner à vos pulsions de femmes que je ferais exulter sous mes caresses de mâle viril. Profitez d’accouplement sans fin lors d’un Voyage Plaisir En Première Classe.

domination par escort boy respectueux

domination par escort boy respectueux

Quelque soit votre âge, votre origine, votre couleur de peau, votre physique, je suis là pour combler votre envie de sexe. Le Spécialiste de la domination féminine va vous transporter dans la magie jouissive d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité . Service de domination pour femmes est pour les femmes adultes célibataires, infidèles ou en couples hétéros.

2 heures – 3 heures – 4 heures et jusqu’au bout de la nuit . Quelque soit la durée, je mets un point d’honneur à vous donner du plaisir grâce mon expérience des femmes. Veuillez vous renseigner en me contactant simplement par appel ou message.

Au plaisir de faire votre connaissance. Service de domination pour femmes à paris saura vous épanouir en tant que femme soumise au plaisir et vous  faire oublier vos petits soucis dans de grands moments de plaisir.
Jean

☎ +33755186013
@ man.jean@yahoo.fr
https://escortboy.org/fr/rendez-vous/