Category Archives: lâcher-prise

  • 0

Soumission pour femmes exigeantes

Category:lâcher-prise,Soumission Tags : 

Madame voulait vivre une expérience de soumission avec une homme en qui elle aurait confiance pour pouvoir vraiment lâcher prise et vivre son fantasme en toute sécurité. Elle contacte Jean un gentleman escort boy qu’elle avait trouvé sur internet et qui proposait des services d’escorting aux femmes exigeantes comme elle. Madame lui expliqua son désir de devenir la soumise d’un maître comme lui, le temps d’une soirée afin de vivre un expérience de domination dans un respect mutuel et avec protection.

Madame se rendit à l’hôtel qu’il avait réservé pour elle et frappa à la porte de la chambre où il lui avait donné rendez-vous. Son maître ouvrit la porte, lui fit signe de s’asseoir. Madame croisa les jambes en les dénudant jusqu’à mi-cuisses, croisa ses mains à la jointure du genou, se tint de façon à bomber le buste.

Madame lui dit-il: “Levez-vous et déshabillez-vous !”

Elle se leva, déboutonna fébrilement son corsage. Son cœur battait la chamade, sa respiration s’oppressait. Son maître, ne la quittait pas des yeux. Elle ôta son corsage en le faisant glisser le long de ses bras. Elle passa ses mains dans son dos pour dégrafer son soutien-gorge, qu’elle laissa choir, dévoilant des seins. Puis s’attaquant à la fermeture de sa jupe, elle se tourna sur le côté, ce qui offrit à son gentleman une vue de sa poitrine sous un angle différent et se débarrassa du vêtement. Elle se redressa en string.

Son visage était en feu, une chaleur envahissait son ventre ; ses mains tremblaient en abaissant le dernier paravent de sa pudeur. Nue, vaincue, elle se figea au garde-à-vous, le corps droit, les bras le long du corps, la poitrine haute.

Son maître lui ordonna d’écarter les cuisses. Elle les desserra ; Son maître avait le regard braqué sur la fine toison du pubis, l’amorce de la fente soyeuse.

Vous mouillez lui dit-il ?

Horriblement gênée, elle fit oui du menton, puis baissa la tête afin de cacher sa honte. Son maître se leva, s’approcha d’elle. Madame ne recula pas quand il lui posa les mains sur les seins, les palpa, les soupesa, mais elle frissonnait ; ses tétons durcissaient au contact des doigts qui les effleuraient. Il les tordit, les étira en comprimant ses seins pour en apprécier la fermeté ; il les pinça jusqu’à la faire grimacer, puis geindre.

Il lui ordonna de croiser ses mains sur la tête.

Elle obéit ; dans le mouvement, sa poitrine se souleva. Son maître la caressa en épousant ses rondeurs, empaumant ses volumes. Son regard allait des seins fermes, doux au toucher, aux yeux dans lesquels il lisait de l’émotion et de la docilité.

Son maître fit glisser ses mains le long des flancs de sa soumise, les ramena sur son petit ventre rond. Il passa ses doigts dans les poils frisés de la toison, puis entre les cuisses moites, effleurant la fente, le petit bouton du clitoris, le rebord des lèvres vaginales. Il titilla les reliefs trempés des nymphes. Madame se tendit, laissa échapper un soupir, assura son équilibre en écartant davantage les pieds au sol.

Elle n’y tenait plus, se fatiguait, s’agaçait de devoir garder les mains croisées sur le crâne. Elle aurait voulu enlacer l’homme qui la jaugeait sans vergogne, se jeter dans ses bras, se donner à lui sans plus attendre.

Elle attendait avec impatience qu’il introduise ses doigts dans son vagin brûlant. Elle crut qu’il allait le faire, quand il ordonna sans élever la voix : “Retournez-vous.”

Madame se retourna en lâchant un soupir de frustration. Il ausculta son dos, sa colonne vertébrale, ses omoplates, de nouveau ses flancs, puis s’attarda longuement sur ses fesses. Elle cambrait les reins, la croupe, tendait les fesses vers lui. Elle frétilla quand il introduisit ses doigts dans le creux de sa raie, tâtant les abords de la rosette anale.

Alors, son maître prit dans sa main un sein palpitant, puis pointa le majeur de l’autre main sur l’anus de la soumise.

Avec une lenteur calculée, forçant l’étroitesse des sphincters, il lui enfonça le doigt dans l’orifice. Comme Madame serrait les fesses, il lui administra une claque retentissante. Surprise, elle s’ouvrit de nouveau, accepta en geignant faiblement l’intromission qui violait son intimité rectale.

Son maître la tenait toujours par un sein, qu’il ne cessait de peloter. Retirant son majeur, il lui enfonça son pouce dans l’anus : le petit trou s’ouvrait, se dilatait. En même temps, son maître fouillait le vagin détrempé.

Jean accéléra les mouvements de ses doigts, pressa sa main contre la vulve. Pliant son pouce comme un crochet dans son rectum, il la besognait sans ménagement.

Elle gémissait sans pouvoir se contrôler, son corps tremblait, ses sens s’emballaient, la tête lui tournait. Elle poussa un cri rauque, explosa en se convulsant.

Madame se trémoussait frénétiquement dans sa posture indécente. Son maître la tenait fermement, pinçant plus sévèrement le téton du sein qu’il malaxait, faisant coulisser ses doigts dans ses orifices en fusion. Il la lâcha d’un coup ; elle s’effondra sur les genoux, le corps plié en deux, secouée de tremblement extatiques.

La soumise demeurait prostrée au sol, hébétée. Son délire charnel avait été d’une intensité inouïe. Elle continua à râler faiblement, jusqu’à ce qu’elle recouvre son souffle et ses esprits. Elle se redressa sur les genoux, le regard vitreux, les lèvres entrouvertes, le visage marqué par la violence de l’orgasme. Portant la main à son mamelon, celui qu’il avait pincé très fort, elle le massa.

Cet homme, qui venait de la faire jouir de façon démentielle, la subjuguait. Elle était sous sa coupe comme elle ne l’avait jamais été avec aucun autre. Elle découvrait avec effarement qu’elle était troublée par sa manière autoritaire de la traiter. Elle adorait être sa soumise.

Son maître lui ordonna de le sucer maintenant. Alors, elle avança sur les genoux pour se rapprocher de la braguette qu’il abaissait tranquillement, extirpant de son pantalon et de son boxer une longue verge à moitié tendue, qu’il agita sous son nez. Madame la saisit délicatement, la prit dans sa bouche, en l’aspirant très fort. Serrant les lèvres autour du gland, elle entama ses mouvements de succion.

Les effets de sa fellation administrée avec conviction furent rapides. Elle sentait le sexe durcir, gonfler dans sa bouche, appréciant sa saveur, sa consistance prometteuse, son volume aussi. La queue de son maître la remplissait bien, et sa longueur qui dépassait la moyenne de ce qu’elle avait déjà connu. Dès que la verge fut dressée au maximum, elle sortit sa langue, lécha copieusement toute la surface, du gland aux couilles, qu’elle lapa comme une gourmande.

Madame aimait sucer cette belle queue ; elle la trouvait tout particulièrement à son goût. Elle découvrait que son maître avait du répondant : il se laissait honorer plus longtemps que la plupart des autres hommes qu’elle avait connu, sans pour autant perdre sa maîtrise de soi. Et elle jugeait plus prudent de ne prendre aucune initiative. C’est lui qui la releva en tirant sur ses cheveux ; il la fit grimper à quatre pattes sur le lit. Soumise dans cette posture bestiale, Madame écarta ses cuisses, tendit sa croupe. Elle offrait sa chatte de soumise luisante de mouille, dont les lèvres palpitaient encore.

Son maître enfila un préservatif et  l’embrocha en levrette avec une lenteur qui raviva les sens exaltés de la femme. Elle se cabra en vidant l’air de ses poumons. Jean la tenait toujours d’une main ferme par les cheveux, et de l’autre il lui caressait les fesses, en propriétaire. Madame, gémissant de contentement, accompagnait ses va-et-vient en elle d’ondulations voluptueuses du bassin. Son impatience était enfin récompensée, sa frustration initiale comblée. Il la baisait bien, la remplissait entièrement, chaque mouvement de sa part faisait naître dans ses entrailles des ondes de jouissance.

Son maître tira sur ses cheveux, lui renversa la nuque en arrière, l’obligeant à cambrer davantage le dos et les reins. La douleur lui faisait monter les larmes aux yeux. Elle poussait des gémissements de souffrance de plus en plus sonores, mais elle était bien obligée de s’avouer que les manières brutales de son maître la ravissaient. Comment résister à un amant qui vous baisait si bien et vous faisait jouir si fort ?

Ainsi qu’elle s’y attendait, Son maître se montrait d’une endurance peu commune : il savait la mener au bord d’un nouvel orgasme, puis changer de rythme pour le retarder, ou même le contrarier. Cela allait du retrait brutal de son vagin à des pincements très vifs des tétons, ou à une amorce de fessée. La soumise subissait un tourbillon de sensations contradictoires. Elle râlait, soufflait, gémissait, se convulsait, coincée au bas-ventre par la queue puissante et à la nuque par la main refermée dans ses cheveux.

Son maître faisait d’elle ce qu’il voulait : il l’embrasait ou la refroidissait, et il la maintenait sous pression en la besognant en levrette. De temps à autre, tout en continuant à la limer à sa guise, il tâtait son orifice anal, y fourrait son doigt. Madame rêvait d’être sodomisée afin de se donner complètement à son maître et lâcher prise totalement..

Son maître la fit jouir au moment où il le décida. Sous l’effet de la pression sans cesse maintenue aux limites de l’explosion et de la durée exceptionnelle du coït, Madame connut l’orgasme le plus démentiel qu’elle ait jamais eu. Sa jouissance extatique se prolongea de longues minutes, durant lesquelles elle cria en s’ébrouant sur la queue profondément fichée dans son vagin devenu fontaine…

Son maître se retira lentement, sa virilité toujours aussi raide. Il claqua dans ses doigts en la tirant une nouvelle fois par les cheveux. Madame comprit, se remit à genoux, lui retira le préservatif et reprit son énorme queue dans sa bouche, la suça avec toute la ferveur de la reconnaissance. Son regard était flou de plaisir, tout embué de larmes de bonheur et de douleur. Elle avait les fesses rougies, très chaudes, les bouts de sein tuméfiés, mais son extase ne s’apaisait toujours pas. Devoir sucer son maître dans la posture de soumise qu’il lui imposait intensifiait son excitation.

Son maître lui ordonna de tout avaler en se répandant dans sa bouche. Elle découvrait que c’était jouissif d’obéir aux ordres. Elle se régala de son sperme épais, très abondant, qu’elle avala aussi lentement qu’elle put. Puis elle le lécha consciencieusement, lui fit sa petite toilette intime et lui rendit une verge rendue propre par sa salive de femme comblée.

Son maître, qui ne s’était pas déshabillé, rajusta sa braguette et se rassit dans son fauteuil, aussi détendu que si rien ne s’était passé.  Son maître lui ordonna de se rhabiller et de partir. Madame quitta la chambre heureuse d’avoir vécu cette expérience. Elle rêvait déjà à leur prochaine rencontre où il lui ferait vivre une soumission encore plus intense.

***

Voulez vous vivre un expérience de soumission ? Dans un moment de pure lâcher prise avec un maître gentleman. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir en compagnie d’un homme dominant qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de soumission et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de soumission pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous dominer, de vous faire séduire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir sur la soumission et comment je peux vous aider à vivre cette expérience de jouissance.

Au plaisir de faire de cette rencontre. Maître Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org
website: https://escortboy.org


  • 0
Escort Boy devant une femme

Un sentiment de gratification chaque fois que je suis un escort boy pour une dame

Category:escort boy,lâcher-prise,Massage Tags : 

Quel sentiment de gratification chaque fois que je suis l’escort boy d’une dame.

Je suis un gentleman sagement assis dans un fauteuil dans un coin d’une chambre dans une suite d’un hôtel de luxe parisien. Puis la porte de la salle de bains s’ouvre et la belle que j’accompagne entre dans la pièce. Elle tient une coupe de champagne remplie d’un liquide pétillant. Elle sourit quand elle me voit. Elle écarquille ses grands yeux de biche.

Elle avance vers moi et se penche pour que je puisse embrasser son cou, suçant le petit carré de peau juste au-dessus de sa clavicule. Elle adore cela. Ma belle penche la tête en arrière en soupirant, me laissant plus de place pour la déguster.

Son corps se détend contre le mien, ses bras serrent davantage mes épaules, elle cède entièrement. Ma main glisse sous sa robe, empoignant son sein magnifiquement doux. Elle avance dans ma main, en réclamant plus.

Je dépose des petits baisers le long de sa poitrine et plie mes jambes pour atteindre ma cible. Je frotte mon visage contre la chair veloutée de son sein, soufflant légèrement sur son téton excité.

Je léche son téton. Je le lèche encore et encore et le suce. ma belle s’accroche à ma tête comme si sa vie en dépendait. Je tire une fois sur le téton de ma belle, puis je le lâche en laissant échapper un « pop ».

Puis elle détache ses cheveux et secoue lentement la tête. Des mèches foncées ruissellent, lui donnant un air sauvage et excitant, accentuant ses beaux yeux sombres, son nez adorable et ses lèvres magnifiques.

Je passe ma main autour de sa taille et nous rapproche, poitrine contre poitrine. Je mordille sa lèvre inférieure et mes mains caressent la soie sur ses épaules.

Madame baisse les bras, me permettant de la déshabiller entièrement, laissant tomber sa robe à ses pieds. Je prends sa joue dans ma main et l’embrasse pleinement. Profondément. Je ne perds pas de temps et glisse ma langue contre la sienne, qui rejoint la mienne avec ferveur et m’embrasse sensuellement.

J’écarte ses genoux avec ma jambe et caresse la chair de ses fesses, la faisant monter sur ma cuisse. La friction la fait geindre. Elle tire mes cheveux, me forçant à l’embrasser dans un baiser au goût de champagne.

Je nous déplace sur le lit. Je la fais glisser le long de ma jambe et la dépose au milieu du lit. Ma queue, aussi enthousiaste que d’habitude, est dure et bien dressée. ma belle s’appuie sur ses coudes, me dévorant du regard. Ses joues sont rosées de désir, ses lèvres entrouvertes, et ses cuisses se frottent l’une contre l’autre avec anticipation. Tout en se léchant les lèvres, elle pose son regard sur ma virilité et attendant que je fasse le prochain pas.

Je prends ma queue raide dans ma main et la caresse de bas en haut. Ma belle regarde chacun de mes gestes, hypnotisée. Elle tend la main pour remplacer la mienne, me maniant de façon experte, caressant mon gland avec son pouce. Je ne peux pas m’empêcher de gémir.

Je lève le verre au-dessus d’elle, l’incline lentement et verse le liquide froid entre ses seins. Elle halète et sa main se resserre sur ma queue.

Puis je me penche en avant, lapant le champagne. Je lèche le liquide entre ses seins, la base souple de sa poitrine parfaite, léchant chaque goutte de champagne et de ma belle. C’est un cocktail enivrant.

Puis je prends les poignets de ma belle et les fixe au-dessus de sa tête, la laissant allongée sur le dos. Agenouillé sur le lit, je me penche et verse de nouveau un de champagne sur ses tétons, et je suce fort, un sein après l’autre.

Elle se tortille sur le lit et gémit ; un son désespéré et quémandeur qui m’excite encore plus. Quelques gouttes de plus sur son ventre. ma belle se contracte par réflexe, mais elle se détend une nouvelle fois quand ma bouche chaude survole sa peau, en suivant le chemin tracé par le liquide.

Ses gémissements se transforment en petits cris quand je lèche et suce son adorable nombril, puis ses cuisses. Ses petits cris sont de plus en plus forts et longs quand je mordille la chair de ses cuisses, me rapprochant de plus en plus de son jardin secret.

Je tiens le verre au-dessus de ses cuisses écartées et verse ce qui reste du champagne. Puis je le couvre avec ma bouche, suçant et léchant, lapant chaque goutte.

Ma tête est légère à cause du goût, du parfum et de la sensation lisse de sa chatte contre ma langue. Je gémis contre sa chair et ma belle crie de plaisir. Je mets deux doigts sur son clito et appuie fermement dessus en faisant des petits cercles rapides. Les hanches de ma belle se soulèvent et poussent instinctivement alors qu’elle approche de l’orgasme, en rythme avec ma langue qui rentre et ressort de sa chatte.

Ses cuisses serrent ma tête et je tiens fort ses hanches, la soulevant dans ma bouche. Elle se raidit alors qu’un dernier gémissement saccadé échappe de ses lèvres. Puis elle se fait molle dans mes mains, épuisée et satisfaite.

Et ça m’étonne encore. Ce sentiment de gratification que j’ai à chaque fois que je lèche une femme et je la fais jouir comme ça.

***

Avez-vous besoin de la compagnie d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous n’avez jamais connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
site: www.escortboy.org
My Reviews:  https://escortboy.org/experiences/

 


  • 0

Escort boy: un gentleman à la demande pour quelques heures ou pour tout un week-end. Je suis prêt à tout pour satisfaire tous vos désirs.

Category:escort boy,lâcher-prise Tags : 

La parade amoureuse implique tout ce qui se passe avant que les corps ne se touchent. C’est un moment de transition qui permet de quitter provisoirement les repères habituels du monde matériel, de l’action et de la raison, pour passer sur une autre scène et privilégier d’autres perceptions de notre corps.

Ce sont celles de notre imaginaire et des ondes vibratoires de notre sensualité à travers lesquelles s’exprime le désir d’union. Chacun a besoin de se sentir flatté d’avoir été choisi par l’autre et de conforter l’autre dans son bon choix. C’est un temps pour que chacun dise oui à la promesse de la rencontre des corps et accepte de mettre en jeu son sexe dans une rencontre avec un gentleman inconnu comme Jean, respectueux des règles et des valeurs.

Chacun dispose de sa propre créativité pour témoigner à l’autre qu’il lui plaît et qu’ils sont partants pour vivre ensemble cette incursion dans le monde du plaisir des sens.

C’est le moment où avec votre gigolo vous donnez ensemble du temps au temps afin de permettre la création d’un espace commun, préliminaire à la rencontre des sexes.

Tout à la fois danseurs et musiciens, nous nous branchons ainsi l’un à l’autre pour « accorder nos violons » et improviser le duo qui s’apprête à être joué.

C’est maintenant tout ce qui se passe par les caresses et les baisers qui précèdent la pénétration des sexes. C’est le bonheur de se sentir désirée, en savourant ces moments délicats, remplis d’attentions et d’ajustements à l’autre pour qu’une créativité à deux puisse émerger.

Le désir de Jean est toujours mobilisé par le regard qu’il porte sur la femme et l’écoute qu’il reçoit. La femme, elle, a besoin de paroles qui ouvrent son cœur pour le relier à son sexe ; c’est pourquoi elle est dite plus sentimentale.

La sexualité de l’homme de compagnie prend sa source à la racine de son sexe, alors que celle de la femme s’ouvre au cœur, au niveau des seins. Pour elle, les préliminaires permettent d’opérer un mouvement de descente des énergies du cœur vers le sexe, tandis que chez l’homme s’opère un mouvement inverse de remontée des énergies du sexe vers le cœur.

C’est alors le désir de la femme qui, touche l’homme, connecte son sexe à lui, et ce sont les paroles de l’homme charmeur qui, s’adaptant subtilement aux baisers et aux caresses, font descendre le désir de la femme vers son sexe.

Cette période d’échauffement et d’ajustement des sens allume la flamme intérieure que la femme ressent peu à peu apparaître dans son bassin, où celle-ci crée le désir d’être pénétrée. Dans cet art qu’est la danse amoureuse, l’homme et la femme se stimulent l’un l’autre à travers la communication de tous leurs organes sensoriels.

Les baisers et les caresses ouvrent ces portes que sont les zones érogènes : la bouche, les seins, le clitoris, le pénis, les testicules, ainsi que toute la surface de la peau.

Les amants s’attardent sur la surface extérieure des corps pour, peu à peu, franchir la frontière entre l’extérieur et l’intérieur par l’entrecroisement des langues qui s’unissent en s’embrassant ou par les caresses des doigts et des lèvres sur les orifices par lesquels s’ouvre le corps. Chacun se donne et s’abandonne, en se lovant dans les bras de l’autre.

L’étreinte abolit les frontières des corps physiques pour créer un espace commun de résonance dans lequel les amants tendent à ne faire plus qu’un. Cette peau de sensations est celle de l’érotisme, celle des échanges de corps à corps affectifs, énergétiques et spirituels.

Elle remet en jeu une communication non verbale sensitive que l’on ressent et qui est ressenti par l’autre. C’est ce qui fait que, dans l’amour, on n’a plus besoin de se parler pour se comprendre. Le désir de l’autre stimule alors son propre désir, car les bienfaits des caresses et des baisers viennent surtout de l’intention dont est porteuse la vibration de celui qui les donne. C’est d’en ressentir l’intention qui permet de s’abandonner à lui.

Le baiser mobilise la bouche et la langue. C’est en effet par la bouche que nous ressentons les premières satisfactions de notre échange de couple. L’énergie du baiser est une vibration qui résonne dans le sexe.

Il existe un lien énergétique entre la bouche et le sexe. C’est pour cela que, dans l’amour, le mélange des salives et le contact des langues, le « baiser mouillé », se répercutent dans le sexe en étant un appel au plaisir.

Cette étape des préliminaires peut durer des heures avec un gentleman comme Jean. Les femmes ont besoin d’être câlinées et aimées suffisamment avant d’être prise avec douceur puis avec virilité. Elles peuvent donc aisément trouver avec un escort boy comme Jean le « nirvana » qu’elles n’ont jamais connu, d’autant plus qu’elles peuvent ne pas savoir qu’il y a autre chose à découvrir.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un moment romantique et  sensuel, un moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique au monde dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir ou bien contactez moi.

Je suis bien plus qu’un Escort boy: je suis un gentleman à la demande pour quelques heures ou pour tout un week-end. Je suis prêt à tout pour satisfaire tous vos désirs.

Réservez ma compagnie  au plus vite, je suis là seulement pour vous.

Au plaisir de vous offrir ce moment. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Mon escort boy me fait l’amour tendrement

Category:escort boy,gentleman,gigolo,lâcher-prise Tags : 

Brusquement, Mon escort boy me plaque contre la paroi de tout son poids et sa bouche couvre la mienne d’un baiser brûlant. Ses mains sont partout : elles me caressent les seins, m’empoignent les fesses, frôlent le point délicat sous ma jupe. L’attaque est si rapide et furieuse que j’ai à peine le temps de reprendre mon souffle.

Mais cela n’a aucune importance, je suis convaincue de pouvoir vivre sans oxygène, car tant que mon gigolo continue de faire ces choses qui me font battre le coeur, c’est que je suis encore vivante. Certes, je vais probablement en ressortir un peu étourdie, mais cela en vaut la peine.

L’ascenseur tinte pour signaler l’arrêt à un étage. Avant que les portes s’ouvrent, Jean s’écarte et se replace à mes côtés. Une femme de chambre monte avec un plateau-repas. Si j’en juge par ses grands yeux écarquillés quand elle me regarde, elle doit avoir parfaitement compris ce que nous faisions. Je suis encore haletante, je suis sûre d’être un peu décoiffée et toute froissée, et je sens même que j’ai le feu aux joues.

Jean me prend par la taille et m’attire contre lui, si bien que mes fesses se retrouvent appuyées contre sa braguette. Mon coeur se met à battre de plus belle. Jamais je ne me serais considérée comme une perverse, mais je ne suis pas vraiment surprise que l’exhibitionnisme se révèle excitant pour moi. Jean m’a déjà montré de nombreuses facettes différentes de celle que je suis réellement et dont j’ignorais jusque-là l’existence.

L’ascenseur s’arrête finalement au rez-de-chaussée et Jean me conduit jusqu’à la sortie où le chauffeur nous attend avec la limousine. Une fois que nous y sommes montés, Jean m’attire contre lui et m’embrasse longuement. Je me laisse glisser sur le sol entre ses jambes et je le prends dans ma main. Sa peau est brûlante et douce comme de la soie, mais il est dur comme de la pierre et je ne peux m’empêcher de l’admirer.

Mon amant gémit en relevant mes cheveux afin de mieux voir ce que je suis en train de faire. Je ronronne de plus belle et le suce avec encore plus d’enthousiasme, désireuse de le satisfaire. Ma salive qui ruisselle le long de sa tige me facilite le mouvement et me permet de l’engloutir plus profondément.

Je commence à accélérer la cadence, aiguillonnée par ses encouragements, quand un grondement monte des tréfonds de sa poitrine. Jean me tire violemment les cheveux et m’arrête. Puis il se met à onduler des hanches, se faisant rapidement aller et venir dans ma bouche. Je le sens me cogner le fond de la gorge à chaque fois puis se retirer presque entièrement avant de s’enfoncer à nouveau.

Je lui donne tout ce que j’ai et je le dévore comme une affamée qui n’a pas mangé depuis des jours et qui tombe sur un buffet à volonté. Toutes les leçons qu’il m’a données me sont plus utiles que jamais. Il donne des coups de hanche tout en me poussant la tête de sorte qu’il se loge tout au fond de ma gorge, et il jouit. Nous arrivons à destination.

En gentleman, il ouvre la portière et sort en me tendant la main, nous entrons dans mon immeuble. Je le plaque contre le mur et entreprends de l’embrasser tout le long du cou. En même temps, je le saisis au creux de ma paume et le masse à travers son jean. Même au repos, il est encore d’une taille impressionnante, mais il ne faut pas bien longtemps pour que la bosse dans son pantalon grossisse et durcisse sous mes doigts et je ne peux retenir le sourire satisfait qui se peint sur mes lèvres.

Il ne nous faut pas bien longtemps pour rejoindre la chambre et nous déshabiller l’un l’autre et, avant d’avoir le temps de m’en rendre compte, je me retrouve étalée sur le lit avec la tête de Jean entre les cuisses. Sa langue titille rapidement le pistil de ma fleur d’amour , puis il l’aspire dans sa bouche et le tète délicatement, tout en continuant de l’agacer avec talent du bout de la langue. Je relève les genoux et referme mes cuisses sur sa tête en gémissant au contact de son menton râpeux. Deux doigts s’insinuent en moi tandis que deux autres s’affairent entre mes fesses. Comme il me prépare pour l’invasion, je me détends du mieux que je peux, savourant les autres sensations qu’il me procure pour faire diversion. Quelques instants plus tard, je me surprends à pousser en avant pour aller avidement à la rencontre de ses doigts.

Mon escort boy me fait l’amour tendrement en me serrant contre lui et en murmurant à mon oreille. Je le sens qui pousse très lentement en avant. Je pousse un gémissement de plaisir sans commune mesure avec les autres expériences que j’ai connu avec d’autres hommes. Je sens ses douces lèvres humides et chaudes frôler mes épaules tandis qu’il commence à entrer en moi à nouveau. Jean me saisit par la hanche et me maintient fermement pendant qu’il donne ses coups de reins, de plus en plus rapides et profonds. Il  me faire connaître un monde de plaisirs indicibles.

***

Prenez le temps de goûter au plaisir ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un moment sensuel hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Prenez rendez-vous au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous donner du plaisir. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: https://escortboy.org
website: http://jeanescortboy.tumblr.com/


  • 0

Donner du plaisir à une femme pour un escort boy n’est pas ce qu’il y a de plus facile à réaliser au monde

Category:escort boy,Experience,Femmes,lâcher-prise Tags : 

Donner du plaisir à une femme n’est pas ce qu’il y a de plus facile à réaliser au monde parce qu’il faut aimer donner avant de recevoir. Mais n’est-ce pas la plus belle des récompenses que de voir dans les yeux d’une femme ce regard éperdu de bonheur lorsqu’elle atteint le moment ultime où elle va lâcher prise et se laisser emporter.

Je laisse ma main glisser sur votre ventre jusqu’entre vos cuisses et vous vous arc-boutez en gémissant. Vous vous cambrez en enfonçant vos ongles dans mon cou et en appuyant sur ma main glissée entre vos cuisses. Mes doigts accélèrent encore leur mouvement, mais quand vous commencez à vous crisper sur moi, je les retire.

J’ai tellement hâte de vous donner ce que vous réclamez, de vous savourer, et j’écarte avec beaucoup de précaution vos jambes pour pouvoir accéder à votre joli petit secret. Vous n’émettez pas le moindre cri de protestation, juste un gémissement de plaisir quand j’enfouis mon visage entre vos cuisses et commence à laper vos lèvres soyeuses du plat de la langue. Vous vous agrippez à mes cheveux et soulevez vos jambes pour les poser sur mes épaules et vous offrir entièrement à moi.

Je lève les yeux et vous voyant me regarder, je fais exprès de tirer lentement la langue avant de m’attaquer à votre délicieux petit pistil.

Je vous entends haleter et je redresse la tête pour vérifier que vous me regardez toujours. Vous continuez. Du bout des doigts, j’écarte vos chairs et libère votre jardin secret afin que vous puissiez apprécier pleinement comment je m’y prends pour vous faire jouir. Je me penche en avant et engloutis votre bouton gonflé dans ma bouche, le tire entre mes lèvres et le lâche, avant de recommencer.

Je ne me relève pas, totalement fasciné par l’effet que j’ai sur vous, mentalement, physiquement et émotionnellement. Mes yeux rivés sur votre visage guettent la plus infime expression de plaisir, car savoir que je vous fais du bien… cela me fait du bien.

Tout aussi fascinée par ce que je fais, vous suivez le moindre de mes mouvements. Je découvre mes dents et en frôle votre délicieux clitoris avant de le titiller lentement du bout de ma langue. Vous retenez votre souffle, votre main se crispe dans mes cheveux tandis que je tète votre petit bouton érigé entre mes lèvres en vous faisant un clin d’œil. Je compte vous rendre folle, et apparemment, je suis sur la bonne voie.

Pas question que je me prive de l’exquis nectar de votre fruit qui, je le sais, m’attend en récompense de mes efforts. Je ne m’arrête pas. Au contraire, je vous pousse au bord du précipice en agitant ma langue à la vitesse de l’éclair sur votre cerise d’amour que je tète et caresse de mes lèvres pour vous amener à l’orgasme.

Vous tirez et poussez ma tête d’escort boy pour me forcer à vous libérer, mais je ne cède pas d’un pouce. votre corps va m’offrir ce que j’attends et je ne m’arrêterai qu’une fois que je l’aurai obtenu. Mi-gémissante, mi-grondante, vous enfouissez soudain ma tête dans ce lieu de tous les délices.

Vos cuisses se referment violemment et prennent ma tête dans leur étau tandis que vous vous raidissez et que votre écume vient jaillir sur ma langue. Je lèche, je tète et j’avale. À mesure que s’estompe l’orgasme que je viens de vous donner, vous desserrez vos doigts et vos cuisses. Vous prenez ma tête entre vos mains et me forcez à la relever vers vous pour vous embrasser tendrement.

Vivez un moment d’extase sensuelle avec un gentleman comme moi et vous oublierez tous vos soucis. Vous pourrez enfin lâcher prise sans contraintes et vous laissez aller au plus beau des plaisirs qu’il soit sur terre. Ecrivez moi vite pour prendre un rendez vous et faisons connaissance autour d’un verre afin de lever vos inquiétude sur ce coach sensuel pour femmes exigeantes que je suis. man.jean@yahoo.fr


  • 0

Journal intime d’un escort-boy gentleman pour femmes en manque de plaisir

Category:escort boy,Experience,Femmes,lâcher-prise Tags : 

Françoise posa son soutien-gorge en dentelle rose sur la table basse et jeta un coup d’œil à la chambre de l’hotel où elle rencontrait son escort boy. Elle était décorée de façon minimaliste, avec deux tableaux sur les murs blancs, une grande télé et un lit très fonctionnel. La jeune femme fut étonnée par sa propreté.

Les stores sur les fenêtres étaient presque entièrement baissés et plongeaient ainsi la pièce dans une semi-obscurité reposante. Françoise pouvait entendre le bruit des innombrables voitures roulant sur le Boulevard à l’extérieur.

Son escort boy lui demanda de s’asseoir. Elle s’exécuta timidement. C’était la première fois qu’elle faisait ça, et elle n’était pas très sûre d’elle. Pourtant, Françoise était une femme de caractère, d’habitude. Grande et élancée, c’était une jolie trentenaire d’origine américaine aux longs cheveux noirs frisés et au teint mat. Une grande force émanait d’elle, et ses yeux perçants pétillaient d’intelligence.

Les seins nus dans cette chambre de motel, elle se sentait fragile et vulnérable. Mais son envie de sexe était plus fort qu’elle. Son escort boy s’assit sur une chaise en osier et croisa les jambes. Jean l’avait retrouvé au bar de l’hôtel et l’avait abordée avec un large sourire. Grand et large d’épaules, Jean avait des cheveux brun foncé coupés court. Jean portait des Ray-Ban métallique qu’il n’avait pas retirées en entrant dans la chambre. Son polo bleu marine et son pantalon beige lui donnaient un côté à la fois sportif et élégant. Jean lui faisait penser à Paul Newman.

Elle se demanda pourquoi un aussi bel homme avait besoin de faire le gigolo. L’homme lui demanda de retirer son short et son string, et de se toucher devant lui. Jean voulait la regarder faire. Elle baissa les yeux et hésita un instant. Elle ne s’était jamais masturbée devant un homme. Pourtant, Jean fallait qu’elle lui obéisse. Elle retira son short en jean ultra court et son string en dentelle noire, puis croisa les jambes pour dissimuler son sexe dans un dernier élan de pudeur.

Le gigolo pencha la tête sur le côté. Elle ne pouvait pas voir ses yeux à travers ses lunettes de soleil. Jean lui demanda d’écarter les cuisses. Jean voulait voir sa petite chatte. Lentement, elle décroisa ses jambes, révélant ainsi son joli sexe. Malgré son embarras, Françoise dût se rendre à l’évidence: Elle mouillait.

Elle leva la main, comme au ralenti, puis la fit glisser sur les lèvres de son sexe et sur son jardin secret. Elle avait l’impression de vivre un rêve, comme si ce qu’elle faisait n’était pas vrai, comme si elle existait maintenant dans une réalité parallèle. Françoise gémit tout en penchant la tête en arrière.  Puis elle continua à masser sa chatte trempée et émoustillée. Elle n’avait jamais ressenti une telle excitation auparavant. Elle se sentait à la fois humiliée, et pleine de désir.

Elle le regarda un instant en silence, puis porta ses doigts à sa bouche et les lécha. Elle sentit son propre goût à la fois doux et amer sur sa langue. Elle fit ce qu’il dit et fixa ses yeux sur le plafond blanc. Pendant ce temps, elle pouvait entendre Le gigolo trifouiller dans sa sacoche. Ensuite, Jean s’approcha d’elle, et elle gémit lorsqu’il appliqua de la mousse à raser sur sa jolie chatte.

Soudain, elle sentit la lame glaciale d’un rasoir glisser le long de son pubis. Légèrement apeurée, elle frissonna aussi de plaisir. Lentement, Jean se mit à la raser de façon très sensuelle, avec beaucoup de douceur. La lame allait de haut en bas, caressant sa jeune chatte de façon exquise.

Françoise frissonna en entendant ces mots crûs qui l’émoustillaient tant. D’habitude, c’était elle qui parlait franchement aux hommes, les effrayant même parfois. C’était la première fois qu’elle se sentait dominée à ce point par l’un d’entre eux. Une fois son travail terminé, l’homme essuya son pubis totalement rasé avec une compresse d’eau tiède, puis déposa un baiser sur sa chatte frémissante.

Françoise mouillait comme jamais. Elle sentit que le gigolo appliquait maintenant une matière onctueuse et tiède sur sa grotte secrète. Elle releva rapidement la tête pour voir de quoi Jean s’agissait : C’était du Nutella. Une fois qu’il eut fini, Le gigolo déposa le pot sur la table de chevet près du lit, s’allongea sur le ventre et saisit les cuisses de la jeune femme pour les écarter.

Françoise sentit sa langue chaude et humide lécher minutieusement le Nutella qui recouvrait sa chatte. Elle poussa un petit cri et se mordit la lèvre inférieure. Son escort boy s’occupait du moindre recoin de son intimité, et chaque coup de langue manquait de la faire défaillir.

Il se mit à sucer les lèvres de son sexe, lentement, comme s’il s’était agi du meilleur dessert du monde, puis Jean glissa son index dans la moiteur de sa grotte secrète tout en suçant son pistil d’amour. Françoise glapit et agrippa les cheveux courts de Son escort boy. Jamais aucun homme ne l’avait léchée aussi bien, et la double sensation de sa langue sur sa chatte et de son index dans sa grotte secrète l’envoyait au 7e ciel.

Il arrêta soudain de la lécher, puis retira ses vêtements. Elle se demanda qui était cet homme mystérieux, et quel était son passé. Etrangement, elle avait l’impression de déjà l’avoir connu. Et puis Jean s’allongea doucement sur elle, faisant glisser sa queue en érection sur son pubis et sa chatte trempée. Jean l’embrassa doucement, enroulant sa langue autour de la sienne et suçant sa lèvre inférieure comme une friandise. Jean continua à frotter doucement sa queue contre sa grotte secrète pendant plusieurs minutes, retardant de façon délicieusement cruelle le moment où Jean entrerait en elle pour la satisfaire.

Françoise n’en pouvait plus. Elle avait envie de son sexe en elle, elle avait envie qu’il la prenne comme une petite catin… Toute sa vie, elle avait dû servir son mari. Pour la première fois, elle prenait du plaisir. Elle allait en profiter jusqu’à la dernière goutte.

Sa queue trouva enfin le chemin de sa grotte secrète. Jean entra en elle lentement, très lentement, en écartant progressivement ses petites lèvres humides pour s’enfoncer dans sa grotte secrète brûlante. Le pénis de l’homme était doux, et elle n’avait pas fait l’amour depuis un certain temps.

Françoise ressentait un plaisir merveilleux, et le fait de ne pas connaître le nom ou l’identité de son escort boy l’excitait terriblement. Jean se mit à aller et venir en elle, en prenant son temps. C’était un amant très doux, pas comme les autres hommes qu’elle avait connus auparavant. Jean prenait le temps de l’embrasser, et déposait de doux baiser sur son cou tout en malaxant ses seins gonflés par le désir.

Elle était tellement trempée qu’il glissait en elle comme dans du beurre maintenant. Ivre de plaisir, elle se raidit et lui montra le blanc de ses yeux. Elle le tutoyait maintenant. Jean plongea ses yeux dans les siens, accéléra légèrement le rythme, puis saisit ses poignets et les plaqua au-dessus de sa tête. Elle se sentait totalement offerte à son désir ; elle ne pouvait rien faire pour se défendre. Jean allait et venait de plus en plus vite dans sa grotte secrète, et elle sentit qu’elle allait jouir très rapidement.

Le gigolo sourit et acquiesça avec un signe de la tête. Son visage était radieux. C’était le visage d’un homme sûr de son désir et de sa masculinité. Jean la baisait sans ménagement maintenant, s’enfonçant violemment dans son intimité chaude et moite. Leurs corps en sueur glissaient l’un contre l’autre, et elle adorait la façon qu’avait son sexe de la remplir totalement. Le gigolo saisit ses jolies fesses pour la pénétrer encore plus profondément, puis Jean suça ses seins avec avidité.

Le gigolo poussa un cri, et Françoise sentit sa queue frémir dans son intimité ce qui la fit jouir de toutes ses forces. Elle n’avait jamais autant aimé le corps d’un homme. Cet orgasme était une véritable révélation, un cataclysme qui changerait sa vie pour toujours. Le monde à l’extérieur disparut soudain. Son univers se résumait à cette chambre d’hotel, et à cet amant incroyable.

Elle n’avait jamais imaginé qu’un tel plaisir était possible. Epuisé par l’effort, l’homme retomba sur elle, puis Jean l’embrassa tendrement en caressant ses beaux cheveux. Elle le regarda pensivement, comme pour le remercier des yeux.

🎩🎩🎩

Avez-vous envie d’évacuer votre stress pour vous détendre ou bien voulez vous vivre the boyfriend experience ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un homme et sentez vous jolie, séduisante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org

 


  • 0

Comment choisir un escort boy qui soit un gentleman et un bon amant ?

Category:escort boy,lâcher-prise Tags : 

Incapable de patienter plus longtemps, l’escort boy saisit la jeune femme par les revers de son manteau et fit taire son cri de surprise en un baiser dans lequel il mit toute la passion qu’il avait au fond de lui.

Aussitôt, elle se laissa aller contre lui et lui rendit son baiser avec fougue tout en caressant sa taille, alimentant le désir brûlant qui palpitait dans tout son corps. Il l’embrassa de plus belle, voracement. Elle était délicieuse.

L’inconnu passa la langue sur sa lèvre inférieure bien charnue, puis la mordilla. Le petit soupir approbateur qu’elle poussa l’enchanta. Il fit glisser de ses épaules son manteau qui tomba à terre.

L’homme enfouit d’abord la tête dans son cou pour respirer son léger parfum et lécher sa courbe gracieuse. Il la sentit frissonner. Puis il descendit plus bas, encore plus bas, en dessous de son collier, el défit le premier bouton du chemisier pour baiser la naissance de ses seins.

Jean acheva de déboutonner son chemisier qu’il ouvrit. Puis il défit l’agrafe devant son soutien-gorge. Il prit ses deux seins dans ses mains. Elle poussa un petit cri de détresse.

Il se pencha vers elle. Son intention était de lui donner un rapide baiser mais elle noua les bras autour de son cou, enroula une jambe autour de ses cuisses et lui fit une étonnante caresse sur les lèvres du bout de la langue. Il laissa échapper un grondement de plaisir et se détacha d’elle.

Le gentleman prit un mamelon chaud et ferme entre ses lèvres pour le sucer. Elle lui saisit les deux bras et les serra. Il promena la langue jusqu’à son autre sein. Il voulait la goûter et la sentir tout entière. Il fit glisser son chemisier et les bretelles du soutien-gorge le long de ses bras.

Cet escort boy adorait le corps des femmes, leur douceur, le fait qu’il soit l’exact opposé du sien. Celui de Camille était particulièrement lisse et doux. Chaque fois qu’il faisait glisser la main ou la bouche sur sa peau satinée, il se rappelait qu’un seul homme l’avait précédé, l’avait touchée aussi intimement, et que cela faisait si longtemps que ce n’était pour elle qu’un lointain souvenir.

Maintenant, c’était lui qui la touchait. Lui seul. Il était le seul à lui donner du plaisir, à faire remonter à la surface cette passion enfouie. Il était le seul à profiter de ce qu’elle avait à offrir.

Son amant l’embrassa dans le cou et suça le point où palpitait son pouls, puis il glissa la main dans son pantalon et la posa sur son mont de Vénus brûlant à travers sa petite culotte. Il sentit sa chair céder sous la pression de ses doigts.

Elle était chaude, nota-t-il en se mettant à explorer l’intérieur de ses cuisses. Il entendit son propre souffle précipité par l’excitation et sentit son désir enfler encore.
Camille lui caressa le torse, le ventre. Elle enfonça ses doigts agiles dans ses poils et tira dessus par réflexe, en réaction aux siens qu’il glissa dans sa petite culotte.

Il s’autorisa à frôler le centre gonflé de son plaisir, puis à plonger le majeur en elle pour s’assurer qu’elle était prête, humide, palpitante, avant de retirer sa main.

Elle eut beau gémir une protestation et tenter de l’attirer contre elle, il ne la toucha pas. Il la voulait nue. Il voulait voir, toucher, goûter tout son corps. Et en particulier le secret de sa féminité.

Le gigolo allait se dévêtir à son tour ; il avait déjà les doigts sur le bouton de sa braguette. Mais la façon dont elle était assise, les pointes de ses seins tendues vers lui, les cheveux libres sur les épaules, les genoux ouverts, le regard brillant et enthousiaste, le fit s’arrêter.

Elle souleva les hanches du lit et, à quelques centimètres du regard très excité de Jean, elle fit glisser son slip sur ses cuisses, elle continua de baisser sa petite culotte, en dessous des genoux. Dans ce mouvement, elle se haussa encore et amena le centre délectable de son être à un souffle de sa bouche. Il n’y tint plus. Il la saisit par les hanches et la maintint fermement immobile.

Jean enfouit la bouche dans sa chair moite et brûlante. L’extase emporta le corps de Camille, étouffant le choc et la gêne que lui avait d’abord procurés le geste de Jean, le premier contact de sa langue.

Jean lui tenait fermement les fesses tandis que de sa langue, il prodiguait les caresses les plus merveilleuses et les plus incroyables à son clitoris, aux replis de sa chair. Elle le regardait, elle regardait bouger sa tête au rythme de son baiser. Et soudain, elle sentit le plaisir déferler en elle, lui faire contracter les muscles, crisper les poings, serrer les dents, fermer les yeux.

Elle avait l’impression que tout se resserrait, que ses hanches se soulevaient d’elles-mêmes pour accentuer la pression de la bouche de Jean sur elle, jusqu’à ce qu’elle se brise, qu’elle explose, qu’elle vole en éclats.

Oui, oui, oui ! se répétait-elle mentalement sans se soucier de savoir si elle parlait à haute voix.

L’orgasme qui l’emporta fut brûlant, dur et rapide. Excitant, à couper le souffle. Ses jambes s’affaissèrent et malgré le soutien de Jean, elle n’eut bientôt plus la force de continuer à soulever les hanches. Elle retomba sur le lit, le coeur battant violemment, la tête tournée de côté. Elle ne pouvait pas le regarder. Elle ne pouvait pas voir entre ses cuisses ses yeux sombres braqués sur elle.

C’était trop. Trop intense, trop intime. Lorsqu’elle lui avait dit vouloir une aventure, elle n’avait pas imaginé combien leurs corps seraient proches, combien ils s’enflammeraient. Elle n’avait pas imaginé combien elle adorerait ce lien créé par un accord physique si parfait. Elle n’avait pas prévu que son cœur et son esprit la trahiraient, et retireraient trop de plaisir de ce qui ne devait être qu’une aventure amusante et fugace.

Elle avala difficilement sa salive et frissonna quand Jean recula et qu’elle sentit l’air frais entre ses cuisses. Son désir renaissait déjà, son corps en demandait davantage.
Un instant plus tard, Jean lui fit tourner la tête pour la forcer à le regarder. Son geste n’avait rien de doux. Il était rude, autoritaire. Puis il lui écarta les jambes de ses genoux insistants. Elle ressentit un sursaut d’excitation, mais aussi une certaine appréhension.

Jean la pénétra d’un coup de reins puissant. Le plaisir claqua comme un fouet, et Camille se cramponna à la couette. Il allait et venait en elle avec force, impérieusement.

C’était absolument incroyable. C’était dix fois, cent fois plus intense, plus extraordinaire que ce qu’elle avait vécu par le passé. Il prononça son nom. À l’instant où elle leva le » yeux vers son visage, elle le vit l’articuler avec violence alors qu’il explosait en elle. Instinctivement, elle se resserra autour de lui et le tint tandis qu’il palpitait. Puis elle bascula à son tour dans le plaisir.

Cette fois, son orgasme fut plus relâché, plus long, plus langoureux. Elle se laissa porter en se pressant contre Jean, les ongles enfoncés dans son dos. Il ne retomba pas sur elle, mais roula sur le côté en l’entraînant avec lui pour qu’ils restent unis.

***

Comment choisir un escort boy qui soit à la fois un gentleman et un bon amant ? Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un massage sensuel ou d’une moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Réservez un massage sensuel au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous offrir ce massage. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Voulez vous vous sentir femme et vivre un moment de pure sensualité dans les bras d’un escort boy gentleman expert de l’accompagnement sur mesure

Category:Femmes,lâcher-prise Tags : 

Agnès se languissait de son escort boy qu’elle attendait dans ce bar où il lui avait donné rendez-vous, quand il arriva, elle l’évita du regard. Elle sentit que lui, de son côté, la regardait avec insistance, que son oeil la jaugeait sans vergogne, des pieds aux fesses et des seins à sa bouche. Cela suscitait chez Agnès d’étranges chaleurs aux endroits qu’il inspectait, et un trouble s’empara d’elle, qu’elle essaya de combattre.

Le lorgnant alors du coin de l’œil, elle rencontra ses yeux ; ils étaient foncés et moqueurs, sûrs de lui : il la matait ouvertement. Brusquement, il sortit de sa poche de quoi payer leurs deux commandes, se leva, la prit par la main et l’entraîna avec lui vers le fond de la salle.

Surprise par la force sans appel de sa main, gênée par le regard insistant des hommes dans le restaurant, elle n’osa trop résister et se retrouva près de la fameuse porte, qu’il ouvrit sans peine… Il entra rapidement en la tirant derrière lui, et la porte se referma derrière elle. Elle se retrouva adossée au panneau, étreinte par ce corps de mâle qui se pressait contre elle, tandis que deux fortes mains la maintenaient et que sa bouche était prise pour un baiser envahissant et sensuel.

Désormais incapable de réagir, Agnès fut étonnée d’apprécier cette bouche experte, le contact avec ce corps inconnu qui lui donnait l’impression d’être minuscule, et ces mains brûlantes, qui s’affairaient déjà sous son pull, remontaient le long de son dos, et faisaient naître sur leur passage des frissons qui se répercutaient jusqu’à son jardin secret, qui se contractait par saccades. Sans lâcher sa bouche, l’homme lui retira lentement son jean, caressant avec force ses hanches et ses fesses, pour introduire ensuite énergiquement entre elles, dans sa grotte, un, puis deux doigts, tandis qu’un autre investissait son petit trou.

On aurait dit une prise de judo sexuel et cela ne lui laissait aucune chance de se rebeller avec succès. Les doigts s’agitaient en elle, provoquant de petites secousses électriques faites de plaisir et de désir, qui se propageaient dans tout son corps.

Elle gémissait vivement et se tortillait sous l’intensité imprévue des sensations qui, de l’épicentre où elles prenaient naissance, voyageaient partout en elle. De l’autre main, il retira sans difficulté son pull, puis, comme s’il avait fait une répétition générale de son mode d’ouverture, son soutien-gorge, et tout en maintenant ses doigts en elle, et sa langue dans sa bouche, se mit à pincer alternativement les pointes de ses seins.

Et lorsqu’arriva le moment où elle ne tint plus sur ses jambes, il la laissa, appuyée debout à la porte, haletante et frémissante, et se dévêtit. Il rangea avec soin ses vêtements sur une chaise, et ramassa sur le sol ceux de Agnès pour les empiler à côté sur une chaise.

À nouveau ils s’embrassèrent, et elle s’impliqua dans ce baiser en appréciant son savoir-faire. Il prit une coupe, en but une gorgée et l’embrassa, ouvrant sa bouche et y transvasant le liquide que, surprise, elle avala, ébahie de sentir les frémissements de désir qui voyageaient dans son corps pour un homme de compagnie. Puis il lui tendit la coupe et elle comprit que c’était maintenant à elle de verser sa gorgée dans la bouche de l’inconnu, et de prolonger ainsi les baisers de la saveur pétillante du breuvage…
Ce petit jeu dura quelques minutes, le temps de vider la coupe et de chauffer les corps jusqu’à l’incandescence.

Le gigolo pour dames recommença à la caresser sur tout le corps, puis, la couchant doucement sur le lit et restant lui-même debout, il dressa ses deux pieds vers lui, et après avoir ramassé l’autre flûte de champagne, en versa sur les pieds de Agnès et entreprit de boire le champagne sur ses pieds, ou plutôt de lécher ses pieds enduits de champagne, ce qui fut pour Agnès une extase d’étonnement. Il lui lécha les orteils puis les pieds, tout en caressant ses jambes jusqu’à ses fesses qu’elle écartait en gémissant, avide de sentir sa langue plus haut…

Le gentleman s’agenouilla alors devant elle, posa ses jambes sur ses épaules et versa un peu de liquide sur sa petite toison. Il laissa celui-ci s’écouler entre ses fesses et incendier son intimité, puis se mit à lécher celle-ci avec avidité et adresse, versant du champagne à intervalles réguliers, jusqu’à vider le verre complètement, semblant apprécier le goût mélangé du nectar et du champagne.

Les sens de Agnès étaient à leur paroxysme, et lorsqu’à nouveau il introduisit, de manière puissante et ferme, ses doigts en elle, et qu’il appuya sur son pistil, elle partit en un orgasme dévastateur, agitée de soubresauts, criant à pleins poumons.

L’homme inconnu la regarda avec attention, sans un mot, jusqu’à ce qu’elle se calmât, et, repliant ses genoux sur sa poitrine, il s’agenouilla sur le lit devant elle et la pénétra hardiment. Elle cria de surprise, l’homme était sensuel et la sensation était merveilleuse… Il prit un rythme qui l’emmena rapidement vers de hauts sommets, la faisant gémir, crier et pleurer, tandis que les yeux dans ses yeux, il continuait de la pilonner, sans relâche, avec force et douceur en même temps.

Elle n’opposa aucune résistance lorsqu’il la retourna sur le ventre… Cet homme avait une manière bien à lui de mener les choses à son idée, et elle appréciait tellement cela qu’elle décida de le laisser continuer de diriger les opérations. Son sexe la prit avec force et cette fois sa dimension était encore plus sensible…

L’homme appuyait tout au fond du coeur de Agnès, qui fut prise d’un nouvel accès de jouissance, exaltée de tant de force et de vigueur, sans qu’elle pensât à se demander de quoi elle pouvait avoir l’air, la tête sur le lit, les fesses remontées et écartées au maximum par cet inconnu… Elle repartit pour un orgasme, et finit par arrêter de les compter. Elle venait de vivre un lâcher prise total avec un escort boy parisien.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un gentleman expert de l’accompagnement sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir en compagnie d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de tendresse et de plaisir sans lendemain.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’une soirée ou d’une nuit hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir. Mais n’oubliez jamais que l’on ne vit qu’une fois…

Au plaisir de faire de cette rencontre. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Recherchez-vous l’escort boy parfait pour vivre une experience sans lendemain et sans risque?

Category:escort boy,Femmes,lâcher-prise Tags : 

Cette femme éprouvait de jour en jour une envie croissante de vivre des moments intenses et brûlants avec un gentleman. Si toute la journée, avec sa famille et son entourage, elle contrôlait son attitude, elle ne cessait en fait de rêver intérieurement à une aventure érotique et ressentait l’envie de retrouver un gentleman pour prendre mille plaisirs avec lui.

Elle se décida un soir à prendre rendez-vous pour une aventure libertine avec un gentleman de l’escorting qu’elle trouva sur internet.

Elle se prépara soigneusement, comme pour un rendez-vous galant, s’habilla plutôt sexy en bottes hautes sur des pantalons serrés et un haut facile à déboutonner en décolleté carré, se maquilla et partit le rejoindre dans le restaurant d’un hôtel de luxe qu’il lui avait conseillé de réserver.

A la table était assis un homme de fort élégant, aux yeux bruns perçants qui l’attendait patiemment. A son arrivée, l’escort boy se leva, la prit par la main et la fit asseoir en face de lui.

Son escort boy s’exprimait avec beaucoup d’aisance et d’humour, et pendant qu’elle se servait de la nourriture dans les plats posés sur la table en se demandant si elle était encore dans la réalité ou déjà dans un rêve, son escort boy lui fit la conversation, l’emmenant dans un dialogue passionnant sur sa manière de voir de la vie.

Elle répondit à ses questions tout en mangeant avec plaisir ce repas succulent, et pendant qu’elle parlait son escort boy l’observait avec attention, l’air ravi et touché par ses paroles, à tel point qu’elle se sentit troublée.

Elle se sentait attirée par ce gentleman pour dames, mais ne pouvait le montrer puisque cet échange insolite continuait à se dérouler sur un ton plein de cordialité et de courtoisie.

Elle sentait son corps réagir doucement, s’ouvrant comme fleur au soleil, ses sens étaient stimulés, sa peau frissonnait à chaque regard de l’escort boy, mais elle essayait de le dissimuler pour laisser monter le désir en elle.

À un moment donné, son escort boy l’invita à le suivre dans la suite de l’hôtel. C’était une belle chambre joliment décorés, et où régnait une douce chaleur due au feu qui crépitait dans une grande cheminée.

L’escort boy invita cette femme à s’asseoir à ses côtés sur le tapis devant la cheminée, et la prit dans ses bras. Pendant un moment, ils fixèrent le feu sans se parler, le gentleman pour dames se contentant de tenir cette femme sans la regarder, en la berçant doucement.

Elle s’abandonnait contre cet homme encore inconnu, se laissant bercer, appréciant de se sentir cajolée. Elle essayait de se rappeler la dernière fois qu’elle avait été bercée et ne put trouver un seul moment de pareille tendresse. Elle lâcha complètement toutes ses défenses. Elle n’était plus qu’une femme qui manquait d’amour.

Sans rien dire, Son escort boy se mit alors à la caresser sur tout son corps, de plus en plus vivement, tout en l’embrassant avec douceur, puis avec force. Sa langue devenait impérieuse, il la promenait sur son cou et ses seins qui se retrouvèrent à l’air libre sans qu’elle sût comment.

Son gentleman devint un amant exigeant, qui lui retira ses habits tout en léchant et en mordillant chaque parcelle de son corps, éveillant en elle des flammes de désir qui la faisaient gémir d’envie, de frustration aussi, car elle voulait plus, et elle le voulait tout de suite, alors que lui la faisait attendre, éveillant ses sensations jusqu’à l’insupportable frustration. Elle se tortillait sous ses mains, ondulait des hanches pour l’appeler, gémissait sans retenue.

Jean l’attira sur lui et lui pétrit les fesses, puis son escort boy introduisit ses mains entre elles, attisant son plaisir, pendant qu’ils s’embrassaient avec ferveur, mêlaient leurs langues, se mordillant, grognant de désir.

Ses mains si douces devinrent plus fortes, plus dures, ponctuant ses caresses de petites claques qui la firent sursauter. Comme elle avait déposé ses armes dans son abandon, au lieu de réagir comme elle l’aurait fait en temps normal, elle se laissa surprendre et apprécia la jouissance accrue qui accompagnait ce jeu.

Une étrange chaleur gagnait son jardin secret et de là se répandait dans le reste de son corps. Jean se fit plus rude, accentuant la force de son étreinte, puis la précision des caresses, s’introduisant dans son côté obscur et revenant dans son jardin secret.

Titillant son bourgeon et suscitant dans son intimité une excitation trempée. Elle gémit et s’agita de plus belle. Elle montait ses fesses, lui réclamant de l’investir, devenant enragée et folle d’envie d’être prise.

Jean la regardait toujours, et soudain exigea qu’elle le regardât dans les yeux : Son escort boy voulait, expliquait-il, voir le désir monter en elle.

Elle refusa : c’était une intrusion qu’elle détestait. Jean insista, ramenant sa tête vers lui de sa grande main, mordant sa bouche pour l’obliger à céder. Mais elle refusait toujours, elle se détournait, fermait les yeux qu’il voulait lui voir ouvrir : Jean n’était plus un simple amant, mais était devenu un mâle dominant, exigeant, imposant, contre qui elle essayait de lutter.

Ils roulèrent enlacés sur le tapis, elle se débattant et essayant de se détourner, tandis qu’il la maintenait et la mordillait, lui ordonnant toujours de le regarder.

Fatiguée au bout d’un moment elle abandonna sa résistance, couchée sur le dos, alors qu’il pesait de tout son poids sur elle, la fixant avec insistance. Elle se laissa aller, les mains réunies au-dessus de sa tête tenues par sa forte poigne, elle le regarda dans les yeux.

Elle sentit alors la grande vague venir, monter, depuis son pubis jusqu’à ses seins, en secousses de chaleur et d’électricité, la grande vague du plaisir qui arrivait, elle se mit à gémir, à crier, car la vague montait, montait sans jamais s’arrêter.

Jean le comprit et d’un coup de reins se planta au fond de son ventre, allant et venant, toujours plus fort et puissant, excitant et embrassant toutes les parcelles de son corps, et la vague refluait mais montait toujours plus haut, partait et revenait encore et encore, pendant un si long moment qu’elle en perdit le souffle.

Ils se mirent à gémir ensemble, bouche contre bouche, jusqu’au grand cri qui les réunit au même plaisir. La nuit fut sans fin, ils poursuivirent leurs jeux.

Son amant alterna ainsi les moments de tendresse pendant lesquels ils parlaient paisiblement, se reposant dans les bras l’un de l’autre, et les moments de folie où Jean l’emmenait loin et haut, la retournant sur le ventre et lui massant les fesses jusqu’à ce qu’elle gémisse de plaisir en sentant ses doigts élargir son étoile, tandis qu’il léchait adroitement son intimité.

Elle alla sur son ventre pour s’empaler sur son membre dressé, jouit en sentant toujours ses mains accompagner ses mouvements, et goûta à son sexe et lui rendit son plaisir jusqu’à ce qu’elle s’endormit.

Au petit matin, elle était encore ivre des sensations nouvelles et de l’ouverture de son corps au plaisir de courtisane nue aux cheveux épars et au regard brillant dans les bras de son merveilleux amant.

Si vous aussi vous vous sentez seule et avez envie de vivre une expérience érotique avec un gentleman afin de ressentir les mille et un plaisirs d’une aventure sans conséquence. N’hésitez pas à me contacter à man.jean@yahoo.fr ou directement au 0755186013. Au plaisir de vous faire plaisir. Jean


  • 0

Escort Boy Hetero accompagne les femmes exigeantes et les couples

Category:escort boy,Femmes,lâcher-prise Tags : 

À ce moment-là, vous sentez un baiser sur votre nuque, un baiser qui vous fait frissonner. Mes deux mains d’escort boy se posent sur votre taille. Vous essayez de rester stoïque mais mes mains se font plus pressantes, descendent jusqu’à vos fesses qu’elles commencent à malaxer tout doucement.

Sous ma caresse, vos jambes s’écartent malgré vous. Vous portez juste une jupe et un petit chandail. Mes mains de gentleman remontent sous votre pull et défont votre soutien-gorge; je vous caresse les seins dont les pointes ont durci sans que vous vous en rendiez compte.

Mes lèvres de gentleman se posent sur vos épaules. Je relève complètement votre pull, pour vous embrasser le dos, tout le long de la colonne vertébrale. Vous commencez à vous détendre. Puis, alors qu’une de mes mains continue de vous caresser la poitrine, mon autre main descend sous votre jupe et s’immisce dans votre culotte.

Une douce chaleur commence à vous envahir. Je vous presse contre moi, votre dos calé contre mon torse. Ma main de gigolo se met à caresser votre jardin secret qui vibre, puis mon doigt s’introduit dans votre fente qui commence déjà à mouiller. Ma main qui vous caressait la poitrine rejoint l’autre pour vous écarter encore davantage les jambes.

Vous êtes en extase. Vous sentez mes doigts d’escort boy partout sur votre chatte. Je me mets à faire tourner deux doigts autour de votre clitoris, ce qui vous arrache un gémissement. Pendant ce temps, mon autre main glisse plus profondément dans votre culotte.

J’introduis un doigt dans votre grotte secrète, vous etes complètement déboussolée. J’introduisis un deuxième, puis un troisième doigt. Vous n’en pouvez plus. Vous êtes en transe. Mes doigts d’escort boy vont et viennent en vous. J’ai l’impression que vous etes prête à exploser. Puis une de mes mains remonte pour se poser sur vos fesses.

Là, j’introduit mon index dans votre côté obscur, doucement, c’est votre première double pénétration digitale. Vous n’en pouvez plus tellement c’est bon. Votre corps ondule sous mes caresses, vous mouillez comme jamais, vous vous liquéfiez sous les doigts experts de votre gentleman et vous vous demandez si ce plaisir connaîtra une fin.

Vous sentez soudainement une vague de chaleur vous soulever littéralement. Vous êtes en train de jouir, vous n’arrivez plus à retenir les cris qui veulent sortir de votre bouche. Votre corps est traversé par tout le plaisir que vous attendiez depuis si longtemps.  Vous venez de lâcher-prise et cela vous a fait du bien.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org


  • 0
Escort Homme Hétéro

Ce que veulent les femmes en louant un escort-boy

Category:Experience,Femmes,lâcher-prise,rêve Tags : 

Cette nuit-là, tu te réveilles en sursaut en pleine nuit. Tu viens de faire un rêve érotique tellement réel que ton jardin secret est tout trempé. Tu vas à la salle de bains et après t’être essuyée, tu retournes au lit près de moi, ton escort boy. Nue, tu sens le froissement de la soie du drap comme une caresse sur ton corps encore tout excité par ce rêve.

Tu fermes les yeux pour retrouver le sommeil, mais rien à faire, non seulement tu ne parviens pas à chasser ce rêve, mais le seul fait de ressasser les images et les émotions de la soirée avec ton gentleman pour femmes exigeantes, augmente aussi ton excitation.

Bougeant doucement, pour ne pas réveiller ton gigolo, tu glisses une main entre tes cuisses que tu écartes légèrement. tu introduis un doigt entre tes lèvres et atteins ton clitoris gonflé d’excitation. Te retenant de trop bouger, tu te masturbes doucement, et les sensations que tu te procures sont accrues par la chaleur du corps de ton chevalier servant.

Pendant que d’une main tu caresses et titilles ton clitoris, de l’autre tu taquines l’un après l’autre tes seins qui ont les pointes bien durcies. Tes caresses te procurent un orgasme que tu subis en te mordant les lèvres pour ne pas crier et en te retenant de bouger le plus possible.

Les derniers frissons de ta jouissance estompés, tu essaies de retrouver ton sommeil. Mais peine perdue, tu te sens encore trop excitée. Te recouchant sur le dos, tu recommences tes jeux de doigts sur ta vulve, mais cette fois tu glisses ton autre main sur la cuisse de Jean, endormi sur le dos aussi.

De sentir son corps sous ta main pendant que tu te masturbes augmente ton plaisir. Tu risques ta main sur le haut de ma cuisse et touches du bout des doigts ma virilité. tu arrêtes de bouger le temps de voir ma réaction.

Pour le moment, rien, alors tu glisses ma main sur la peau douce de mon membre, pendant que mon autre main s’occupe de ton sexe. Tu es surprise de voir que ma queue augmente de volume, même si je dors profondément. Quand elle est de bonne taille, tu décalottes le gland avec douceur et, pour toute réaction, je soupire fort; toi, tu es à nouveau au bord de l’orgasme, tu dois te retenir pour ne pas te faire jouir immédiatement.

Tu masturbes lentement mon membre qui prend sa pleine grosseur. Retirant le drap qui se trouve sur nos corps, tu vois dans la pénombre ma virilité gonflée. tu n’en peux plus, tu veux cette queue énorme maintenant en toi. Tu te lèves et, enjambant le corps inerte de ton escort boy, tu guides mon pénis vers l’entrée de ton sexe.

J’ouvre alors les yeux et dirige mes mains vers tes hanches que je caresse. Tu ondules déjà ton corps sur le mien. Ton plaisir augmente à chaque mouvement et, pour compléter, tu glisses ta main sur ta cerise du plaisir que tu branles en même temps. En quelques instants, tu atteins un formidable orgasme.

Mais ce n’est pas fini ! ton escort boy n’a pas joui et il en veut lui aussi, maintenant que tu l’as réveillé ! Nos bassins bougent au même rythme et en un rien de temps, tu as un nouvel orgasme. tu te relèves, retirant ainsi ma queue tendue et dure de ton vagin. Je semble déçu, mais je me ravise quand tu approches ta bouche de mon organe et tu l’avales goulûment. Il a le goût de ton sexe, ce qui t’excite. Tu le caresses de ta langue jusqu’à ce que tu voies mon élixir jaillir de mon membre et exploser dans ta bouche gourmande et affamée.

Ensuite, comme si rien ne s’était passé, nous allons à la salle de bains nous laver, puis nous retournons nous coucher. tu te blottis dans les bras de ton gentleman escort boy, épuisée mais satisfaite.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un masseur expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un massage sensuel ou d’une moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Réservez un massage sensuel au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous offrir ce massage. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Ou trouver un escort boy pour femmes à Paris?

Category:escort boy,Experience,lâcher-prise Tags : 

Le trajet jusqu’à l’hôtel. Le cœur de la jeune femme battait à toute allure et cognait si fort contre sa poitrine qu’elle se demandait si son escort boy pouvait l’entendre. Elle l’observait en train de conduire, son regard s’imprégnant de cet homme inconnu. Même s’il gardait ses yeux sur la route, elle savait qu’il était conscient de son regard. Ses pommettes étaient rouges. Sa mâchoire était tendue et ses doigts agrippaient le volant, comme s’il se retenait de la toucher.

Elle ne voulait pas être prudente. Elle voulait être sauvage. Imprudente. Elle voulait le supplier de garer la voiture sur le côté de la route et de la prendre ici même. Son regard se dirigea brièvement sur elle et elle eut le souffle coupé en voyant le feu intense qui brûlait dans ses yeux. Lorsqu’il regarda de nouveau la route, elle avala sa déception.

Mais Jean plaça sa main sur sa cuisse, juste sous le rebord de sa jupe, son pouce faisant des petits cercles sur sa chair. Elle haleta et l’intérieur de ses cuisses trembla, juste légèrement, mais suffisamment pour qu’il le sente.

Il prit une profonde inspiration et ses doigts se déplacèrent lentement vers le haut. La clim souleva sa jupe et la senteur incroyablement tentante de son parfum remplit les narines de la jeune femme. Elle voulait mordiller son cou, parcourir son corps de ses mains. Chaque caresse des doigts de Jean enflammait son corps.

Elle s’abaissa sur son siège, écartant les jambes, l’invitant silencieusement à la toucher encore plus. Sa main bougea de nouveau vers le haut, d’à peine deux centimètres. Sa culotte était maintenant trempée, ce qu’elle voulait qu’il sente lui-même. Elle se tortilla, essayant de le tenter à la toucher de façon plus intime.

Ils étaient maintenant dans un virage difficile. Sa main monta encore de quelques centimètres, ses doigts caressant la peau soyeuse de l’intérieur de sa cuisse. Elle était sur le point d’attraper son poignet et de tirer ses doigts contre elle lorsqu’elle s’aperçut qu’ils étaient arrivés à l’hôtel.

Après avoir éteint le moteur, il garda sa main sur sa cuisse. Plutôt que de l’emmener hors de la voiture ou de recommencer à l’embrasser, il appuya sa tête contre le siège et ferma les yeux, prenant de profondes inspirations, essayant de garder le contrôle alors que tout ce qu’elle voulait était qu’il perde contrôle et l’entraîne avec lui dans sa passion.

En silence, Jean sortit de la voiture, ouvrit la porte de la jeune femme et l’escorta jusqu’à l’hôtel avec sa main sur son dos. Dès qu’ils furent tous deux à l’intérieur de la chambre, il baissa la tête alors qu’elle se tenait sur la pointe des pieds et plaçait ses mains contre son buste. Leurs lèvres se frôlèrent. Jean laissa échapper un faible gémissement et son bras glissa vers le bas, agrippant ses fesses et l’attirant plus près contre lui. Il la tenait de manière possessive, mais il ne bougea pas pour l’embrasser de nouveau.

Elle caressa ses lèvres contre les siennes, à deux reprises. Puis, la troisième fois, le bout de sa langue se promena sur les lèvres de Jean. Il déplaça sa main libre vers le haut et agrippa doucement ses cheveux, utilisant sa prise pour incliner la tête de la jeune femme.

Il couvrit ses lèvres avec les siennes et enfonça sa langue dans sa bouche avec force et détermination. Son gémissement vibra contre ses paumes de mains, la faisant faire de même. Son baiser était dominant et possessif. Elle en voulait plus et il le lui donna, la relevant et la poussant contre le mur afin de fusionner leurs corps.

Lorsqu’il stoppa enfin le baiser, elle était tellement à bout de souffle qu’elle semblait sur le point de faire de l’hyperventilation. Il lui sourit, lui-même à bout de souffle. Ses mains trouvèrent la fermeture éclair de sa robe et l’ouvrirent.

Ils se dirigèrent vers la chambre et l’escort boy la déshabilla rapidement, puis la poussa légèrement jusqu’à ce qu’elle soit allongée sur le lit. Se tenant au-dessus d’elle, les poings fermés, la bouche entrouverte, il semblait affamé, mais désespéré de maintenir son contrôle.

De l’excitation l’envahit lorsqu’elle le regarda retirer ses vêtements. Lorsqu’il fut complètement nu, sa virilité se dirigea vers le haut, indépendante de son corps. Elle était aussi longue et épaisse qu’elle l’avait imaginée et elle déglutit lorsqu’il la rejoignit sur le lit, le matelas s’affaissant légèrement sous son poids.

Il l’embrassa de nouveau. Elle savoura le goût de sa bouche alors que les mains de Jean exploraient son corps, ses doigts se promenant entre ses jambes pour la découvrir mouillée et accueillante. Il explora ses profondeurs, l’étirant plus ouverte.

Son corps était lourd, chaud et puissant. Les doigts de la jeune femme se promenèrent sur son dos, sentant les mouvements de ses muscles avant de descendre sa main pour caresser sa bite. Elle devint plus épaisse sous son toucher et elle gémit alors que ses jambes s’écartaient encore plus pour lui.

Il la retourna soudainement. la jeune femme se mit à genoux, s’attendant à ce qu’il la pénètre. À la place, il malaxa ses fesses, les levant et les massant. Tout son corps se mit à trembler. Ses doigts tordaient et froissaient les draps.

Ses tétons effleuraient les couvertures alors que son corps se balançait contre celui de son escort boy. Ses doigts se déplacèrent autour de la taille de la jeune femme, trouva son clitoris et le massa, ce qui rendit ses genoux si faibles. Son visage appuyait contre les oreillers..

Il dirigea de nouveau ses deux mains vers ses fesses, appuyant ses pouces contre les muscles situés juste en dessous d’une façon qui faisait presque mal, mais qui lui procurait un désir immédiat.

Ses jambes s’écartèrent et elle sentit l’air frais caresser son sexe, l’excitant encore plus. Le corps de Jean cognait contre le sien, sa bite glissant entre ses jambes, mais sans la pénétrer. Elle cria fort et longtemps.

Les doigts de Jean retournèrent sur son jardin secret. Il promenait un doigt tout autour en un cercle lent et enivrant, puis il enfonça de nouveau ses doigts en elle. Les hanches de la jeune femme bougeaient d’avant en arrière.

Elle le supplia de lui donner ce dont elle avait tant besoin. Il continua de la caresser et un plaisir parcourut son corps. Sa tête cogna la tête du lit, mais elle s’en fichait. La main de Jean se posa sur sa fesse gauche tandis que son autre main glissait de nouveau autour de son clito.

Ses hanches poussaient les siennes et sa queue reposait contre le bas de son corps, tremblant contre son ventre et ses lèvres extérieures. Ses fesses se levèrent, ses avant-bras la poussant plus haut tandis que sa tête pendait entre ses épaules, ses cheveux couvrant son visage. Les sensations qui la traversaient étaient si intenses qu’elle pouvait à peine respirer. Elles l’emportaient et l’entraînaient dans monde de fantasmes lubriques.

La respiration de Jean caressait son dos et ses épaules. Il recula ses hanches. Elle entendit le son caractéristique d’un sachet déchiré et elle gémit, son besoin étant si fort qu’elle ne pouvait même plus former de mots.

Sa virilité enveloppée de latex glissa en elle. Sa main redescendit vers ses fesses et l’orgasme de la jeune femme commença soudainement, un battement lourd frappant ses profondeurs.

L’escort boy s’enfonça avec force et rapidité. Il pompait ses hanches en avant, allait en profondeur et étirait son ouverture en remplissant son fourreau collant et trempé avec sa chair. la jeune femme ne pouvait plus retenir son besoin de jouir.

Ses parois se resserrèrent autour de sa chair, s’y agrippèrent alors qu’il se retirait, puis s’enfonçait de nouveau. La main de Jean s’emmêla dans ses cheveux. Ses ongles griffaient son cuir chevelu, le faisant brûler et picoter.

Le gigolo tira sa tête en arrière et ses dents rencontrèrent son cou alors qu’il continuait à faire des mouvements de va-et-vient, sa respiration et sa bouche humide causant des sensations qui se propagèrent dans tout son corps. Ses bourses frappaient contre son corps. Ses cuisses allongées poussaient et cognaient contre les siennes. Les orteils de la jeune femme s’enroulèrent avec les contrecoups de son orgasme intense qui commençaient à atteindre l’apogée, avant de diminuer et d’atteindre de nouveau l’apogée.

Ses cris étaient gutturaux et graves alors qu’ils jouissaient tous les deux. Les gémissements de Jean étaient plus bruyants, plus graves et son poing serra encore plus fort ses cheveux lorsqu’il s’enfonça une dernière fois avant de se raidir, sa grosse queue turgescente martelant avec puissance à l’intérieur de son corps. Elle n’avait jamais ressenti un tel  lâcher prise avec un homme. Il l’avait rempli et avait balayé son esprit de plaisir absolu.

Ils s’effondrèrent sur le lit. Jean resta immobile, son corps pressant le sien contre le matelas jusqu’à ce qu’elle ait du mal à respirer. Il se retira lentement, relevant son corps en l’éloignant du sien. L’odeur de leurs ébats sexuels était forte dans l’air, c’était une odeur plaisante qui la faisait sourire avec malice.

Jean promena ses mains le long du corps de la jeune femme, ses doigts effleurant ses tétons ramollis puis la peau en dessous de son nombril. la jeune femme n’avait jamais été si heureuse d’être allongée dans les bras d’un homme après avoir fait l’amour.

Jean joua avec ses cheveux et embrassa son cou, ses joues et ses lèvres. Des baisers de papillon doux qui la faisaient se sentir sexy, belle et désirée. Désirable. Et il avait eu raison concernant ce qu’il lui avait dit plus tôt. Le gentleman la faisait se sentir en sécurité.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse , de plaisir et de lâcher prise. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org


  • 0

De plus en plus de femmes font appel à Jean, l’escort boy gentleman

Category:escort boy,lâcher-prise Tags : 

Jennifer n’aurait jamais cru qu’un homme puisse oser enfreindre son sens des convenances. Aucun homme avant cet escort boy ne l’avait possédée à ce point.Elle se leva et contourna la table pour le rejoindre, emplie d’une merveilleuse sensation de puissance.

Elle passa un bras autour de sa nuque et l’embrassa lentement, se contentant d’effleurer légèrement ses lèvres avant de faire courir la pointe de sa langue sur sa lèvre inférieure.Le gigolo la prit par la taille. Sans réfléchir, elle l’enjamba, s’assit sur ses genoux et pressa son entrejambe contre lui.

Il était dur et elle se frotta à lui.Leur baiser s’intensifia et Jennifer se sentit soudain submergée par le désir. Jean passait la main dans ses cheveux pour serrer son visage contre le sien comme s’il avait voulu la dévorer.

La puissance de son bras autour de sa taille était enivrante, la force du désir qui émanait de son corps viril, si grand par rapport au sien, la faisait se sentir délicieusement petite et désirable.Une de ses mains glissa entre ses cuisses, passa un peu trop près de son jardin secret et déclencha une sensation frémissante.
Ce ne fut que lorsqu’il eut touché chaque millimètre carré de sa peau, à l’exception de son pistil, caressé ses sourcils et le pavillon de ses oreilles, passé les paumes de ses mains sur son buste en traitant ses seins comme n’importe quelle autre partie de son corps, lorsqu’il lui eut fait étirer les bras au-dessus de la tête et bomber le dos à la façon d’un chat satisfait, effleuré la portion de peau si tendre qui se trouvait derrière ses oreilles et frôlé les interstices de ses côtes, que Jennifer sut qu’elle était prête à autre chose.

Jean prit son visage entre ses mains et concentra son regard sur le sien avec une sombre intensité animale. Jennifer ferma les yeux et se laissa embrasser avec délectation. Elle voulait être séduite, envoûtée, possédée, dans les limites du jeu auquel ils jouaient. Elle encercla son torse de ses bras et passa une jambe par-dessus la sienne.Elle souleva les hanches et sentit Jean glisser entre ses cuisses le long de sa faille moite de désir.

Il était sur le point de la pénétrer. L’extrémité de son sexe frottait son abricot, mais demeurait obstinément à l’extérieur.Une violente bouffée de frustration s’empara d’elle et elle s’écarta si vivement de son étreinte qu’il poussa un glapissement de surprise et retomba sur le côté.

Jennifer se mit à quatre pattes, le regarda par-dessus son épaule, écarta les genoux et ploya le buste en avant, exhibant franchement son sexe.Jean plaqua une main sur sa hanche, et elle déglutit lorsqu’il l’empala d’une seule longue et lente poussée.

Elle appuya son front contre le matelas et le sentit aller et venir si puissamment en elle qu’elle avait l’impression qu’il la pénétrait jusqu’à la taille. Elle n’avait plus aucune maîtrise de son corps, et c’était exactement ce qu’elle voulait.Il y eut une pause, puis elle sentit les mains de Jean écarter ses fesses.

Jennifer écarquilla les yeux, mais avant qu’elle ait eu le temps de l’arrêter, elle sentit son doigt. Le choc l’empêcha de réagir. Les poussées de son sexe retrouvèrent leur énergie, son doigt allant et venant au même rythme.Sa psyché était submergée par cette sensation de double pénétration.

Un flot glacial la parcourut et elle perdit toute notion des limites de son corps.

Instinctivement, sa main droite se plaça au creux de ses cuisses. Elle approcha le bout de ses doigts de sa fleur et se caressa.Sa conscience se rétablit à partir de ce trio de sensations se mêlant les unes aux autres et simplifiant réciproquement : les poussées de Jean, la pression de son doigt contre son périnée et le plaisir que ses propres doigts attisaient.

Elle eut l’impression d’être soulevée par une vague.Son corps se tendit, ses jambes emprisonnèrent les cuisses de Jean et une mélopée suraiguë vibra dans sa gorge. Elle se maintint un moment sur la crête du plaisir, dans un équilibre précaire, mais un nouvel assaut de Jean provoqua sa chute.

Ses muscles internes palpitèrent autour de son sexe, l’enserrant spasmodiquement.

L’escort boy s’enfonçant une dernière fois profondément en elle pour mêler les pulsations de sa jouissance aux siennes.

***

Voulez vous vous sentir femme ? Dans un moment de pure sensualité, dans les bras d’un masseur expert du plaisir féminin sur-mesure. Pourquoi vous privez vous de prendre du plaisir entre les mains d’un homme du monde qui vous traitera avec tout le respect que vous méritez et ne vous jugera pas d’avoir envie de vous détendre et d’évacuer votre stress en lâchant prise.

Laissez moi vous transporter dans la magie érotique d’un massage sensuel ou d’une moment hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience de divertissement pour adulte unique dans un respect mutuel avec protection.

Au plaisir de vous séduire, de vous faire rire, de vous divertir, de vous masser. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brulez de savoir.

Réservez un massage sensuel au plus vite car vous le valez bien.

Au plaisir de vous offrir ce massage. Jean

TEL/SMS/WHATSAPP: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
website: http://escortboy.org


  • 0

Offres d’accompagnement Gentleman Escort Boy Hétéro pour femmes

Category:lâcher-prise

Consciencieusement, son escort boy ouvrit un petit sachet et en prit quelques gouttes qu’il étala voluptueusement sur le bout de ses seins. Le liquide était collant et froid. Lorsqu’elle baissa les yeux, son mamelon brillait d’un éclat sombre.

Prise au dépourvu, elle le vit ensuite prendre ses baguettes et, sans un mot, s’en servir pour amener délicatement son mamelon à sa bouche. Penchant la tête en avant, le gentleman parisien se mit à lécher la sauce goulûment. La légère pression des baguettes de bois la mettait au supplice. Il la tenait fermement mais sans la serrer, sans lui faire mal, comme si elle était de la nourriture offerte à sa bouche. Et bientôt, la sensation de chaleur humide de sa langue sur sa peau si sensible vint s’ajouter à celle de la rigidité du bois. Il se mit à la lécher et à la titiller, jusqu’à ce qu’elle se sente fondre de plaisir.

Elle ne chercha même pas à protester lorsqu’il ouvrit le deuxième pan de son peignoir et qu’il versa un peu plus de sauce sur l’autre sein, auquel il fit subir le même sort. Et bientôt, ses caresses érotiques la conduisirent au bord de l’extase.

A présent, son peignoir s’étalait au sol comme un vieux souvenir. Jean avait entrepris de tracer des motifs de sauce asur le reste de son corps avant de les suivre du bout de la langue.

Lorsqu’il atteignit son nombril, elle sentit son sexe lourd et humide de désir.

Elle tenta de protester, mais il avait déjà écarté ses cuisses, et voilà qu’elle s’offrait à lui comme une denrée délicate. Doucement, il dévoila du bout des doigts ses parties les plus sensibles, qui n’avaient pas besoin de sauce pour luire dans la pénombre.

Puis son gigolo approcha lentement les baguettes et elle se mit à trembler.

Elle aurait pu fermer ses cuisses pour interrompre aussitôt ce jeu. Mais elle n’en fit rien et se contenta de regarder. Ses parties intimes étaient gonflées de désir et lorsqu’il effleura les zones les plus sensibles, piégeant son clitoris entre ses baguettes, elle faillit glisser au sol sous l’intensité du plaisir.

Un son étrange, entre grognement et soupir, sortit de sa gorge. Il prit de la sauce et versa quelques gouttes sur ses chairs brûlantes. Puis Jean commença lentement à la lécher, sachant à quel point elle était sensible.

Ses caresses étaient une torture. La plus merveilleuse et délicieuse des tortures. Son hédoniste d’amant ne voulait pas la faire jouir. Il la contrôlait, comme si son corps lui appartenait.

Les baguettes rigides la maintenaient en place et sa bouche, douce et mobile, lui faisait l’amour. Lentement. Délicatement. De manière exquise.

Les bras en croix, elle s’adossa contre le comptoir en granit. Et rien ne pouvait plus arrêter les cris affolés qui sortaient de sa bouche.

Elle crut qu’elle al ait mourir de plaisir. Que celui-ci durerait toujours, qu’elle ne serait jamais libérée.

Puis, comme si son homme de compagnie avait deviné qu’elle ne pourrait plus endurer longtemps ce supplice, Jean accéléra le rythme de ses mouvements, augmenta légèrement la pression des baguettes. Et bientôt, avec un cri rauque, elle explosa dans sa bouche.

Maintenant Jean s’insinuait entre ses cuisses, Jean était là pour lui donner du plaisir et elle hurla dans une fabuleuse jouissance lorsqu’il la pénétra.

***

Avez-vous besoin de l’affection d’un gentleman ? Voulez-vous des câlins d’amour ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations que vous avez connues dans les bras d’un homme romantique et sentez vous jolie, séduisante dans ses bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée, d’une nuit ou d’un week-end hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et laissez vous séduire.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org


  • 0

Comment lâcher prise durant l’amour avec un escort boy ?

Category:lâcher-prise

La dame avait donc décidé de rencontrer un escort boy dans un hôtel pour apprendre le plaisir et lâcher prise. Elle voulait réaliser son objectif, et vivre cette expérience avec un gentleman pour femmes exigeantes.

Elle entra dans la chambre qu’elle avait réservée. Elle se déshabilla complètement et s’accroupit frémissante sur le lit, pleine de peur et de désir. Ses sens étaient décuplés par le caractère insolite de la situation et chacune de ses sensations s’en trouvait amplifiée.

Ses cheveux, qui lui caressaient le dos, lui donnaient déjà des chatouillements sensuels, ses seins étaient durcis et tendus, son sexe se contractait par spasmes, elle le sentait battre à son propre rythme, une faim lui montait des reins, amenant toute une chaleur dans son corps. C’est alors qu’il entra. Sans un mot, la regardant de ses yeux sombres et impassibles, l’homme ferma la porte derrière lui.

Ce petit bruit de porte lui tordit l’estomac. Elle tremblait à présent ; mais ne bougea pas : elle avait décidé. Calmement le gentleman se déshabilla, posant soigneusement ses effets en un tas par terre. Il avança vers elle avec assurance… Son sexe était fièrement érigé. L’homme se dirigea vers le lit… Elle qui n’avait jamais vu un homme en bandaison si fière, elle eut un instant de doute et de panique. Mais elle avait décidé ! La porte était fermée : tactiquement il était trop tard…

Puis le doute et la peur disparurent lorsqu’il prit son visage dans ses deux mains et l’embrassa, et ce fut comme si elle revenait à la source. À genoux l’un devant l’autre sur le lit, ils mêlèrent leur langue, leur souffle, leur salive, leur vie. On entendait dans la pièce leur respiration haletante, et les gémissements de désirs qui s’échappaient de leurs gorges.

Elle sentit ses mains allumer des petits feux partout sur son corps, lui donnant l’impression d’avoir sa perception entièrement située aux endroits qu’elles touchaient. Elles s’attardèrent sur ses reins et elle se cambra aussitôt pour sentir les doigts caresser son jardin secret, la faisant sursauter et générant entre ses jambes une tension douloureuse et délicieuse…

Puis ses mains se séparèrent, l’une entreprit de la caresser aux fesses, lui arrachant à chaque passage entre elles de petits cris de plaisir, l’autre de caresser sa toison, avant de s’aventurer plus loin pour aller stimuler son petit paradis, cet endroit secret, si secret pour elle-même qu’elle fut ébahie de voir qu’il semblait en connaître mieux qu’elle les réactions…

La belle n’avait jamais rencontré une telle attention à ses réactions et à ses plaisirs, une telle connaissance de la libido féminine, elle ne savait pas qu’on pouvait jouir ainsi, avec une telle intensité. Elle était stupéfaite de voir le temps qu’il prenait à l’amener au plaisir, lui procurant des sensations si fortes qu’elle devait se concentrer sur sa propre respiration pour ne pas étouffer par manque d’air, envahie par tant de jouissances.

Elle l’observa avec étonnement, concentré par elle, par ses sursauts et ses frémissements, mains et langues actives sur son corps. Elle ne savait pas que cela était possible, et pensa qu’elle avait perdu trop de temps à l’ignorer !

Elle se retenait à ses épaules, n’ayant plus aucune force dans les jambes, et c’était avec délice qu’elle s’y accrochait, les yeux fermés, pour ressentir plus fort encore cette merveilleuse odeur d’homme, ces grandes mains sur sa peau douce, son sexe raidi appuyé contre le sien, le plaisir de lâcher prise, d’être une femme tout simplement…

Puis l’inconnu l’allongea sur le dos, et sans se départir de son impassibilité, la regarda un instant. Elle ouvrit les yeux et rencontra son regard… Ce simple contact fit mouiller son centre de vie et elle se mit sans s’en rendre compte à onduler des hanches, levant son bassin vers lui en gémissant de désir, l’appelant de tout son corps.

Jean se mit à la lécher et à la mordiller tour à tour, faisant lever un incendie qui se propageait par flammèches rapides de son pubis à son cerveau… l’escort boy trouva une hanche bien réceptive, puis s’affaira sur l’autre, tournant autour de l’os visible sous la peau de son ventre, grignotant le petit creux où se cachaient des ovaires en pleine exultation qui se gonflaient de bonheur.

Le gigolo remonta, mordilla un sein puis l’autre, et ceux-ci se dressèrent fièrement, fiévreusement… Elle le sentit ensuite descendre, faire de même sur son pubis, puis il écarta ses jambes… Elle hésita encore un peu, mais… Elle avait décidé !

Elle le laissa alors aller visiter ce petit coin secret et depuis quelque temps un peu abandonné, auquel l’escort boy était manifestement résolu de redonner vie…

Lorsqu’elle sentit sa langue s’insinuer dans tous les replis de son intimité, elle se mit à pousser des cris de surprise, puis de plaisir. Puis elle sentit des doigts entrer en elle et s’implanter fermement dans son côté obscur et dans sa petite chatte humide. Elle voulut s’éloigner, fermer ses jambes, c’était trop fort, elle avait peur, il fallait… Ne fallait pas…

Son mâle grogna comme un animal dérangé en plein repas, coinça ses jambes sous lui et poursuivit son entreprise, entrant toujours plus profondément en elle avec ses doigts tandis qu’il continuait de la provoquer de la langue, suscitant chez elle des plaisirs étranges et violents.

Elle voulut y résister un instant, mais les grondements de fauve s’intensifiant, elle y renonça, et s’abandonna… Ce fut alors une explosion inattendue de jouissance, un orgasme de plaisir pur qui la fit crier à pleine voix, sursauter et tressauter, pour finir haletante, respirant à grandes gorgées pour reprendre souffle.

Entre ses jambes, l’escort boy la regarda, impassible, jouir et gémir, puis il la retourna sur le ventre avec une facilité déconcertante, ramena ses cuisses sous elle, lui faisant monter les fesses, et appuya fermement sur ses reins pour la faire se cambrer…

Doucement, l’escort boy enfila un préservatif et appuya son sexe entre ses fesses, en la retenant fortement par les hanches. D’abord, il joua avec elle, faisant glisser son pénis entre ses fesses, montant et descendant le long de sa raie, suscitant des sensations exquises et légères qui circulaient dans tout son corps jusqu’à sa nuque qu’il mordillait en grognant.

Elle essayait d’avancer pour échapper aux fourmillements qu’elle éprouvait partout, mais il la retenait sans effort visible. Puis fermement, il la pénétra, glissant jusqu’à toucher son centre de plaisir, au fond, tout au fond.

Elle cria, de surprise, de plaisir, puis doucement, lentement, très lentement, Jean revint, repartit, revint encore, tantôt doucement, tantôt puissamment, la poussant et la retenant par les hanches, puis doucement, puissamment, fortement il revint encore, puis ressortit presque, puis à nouveau revint, cette fois-ci plus vite, plus fort, plus long, plus fort, plus ample, plus fort puis doucement, longuement, terriblement viril, terriblement masculin.

L’escort boy appuyait sur ses reins pour mieux la pénétrer, il grognait et grondait, tenant dans ses dents la peau de son cou ou de son épaule, pareil à un fauve en plein travail de domination sexuelle… Elle ne réfléchissait plus, n’avait plus de conscience, ne pensait qu’à la position de sa croupe relevée pour lui offrir une meilleure entrée…

À chaque mouvement elle sentait une vague toujours plus forte, toujours plus longue, l’envahir, une vague de chaleur, de langueur, qui l’envahissait et se diffusait dans chaque parcelle de son corps et de ses cellules. Une force sexuelle l’investissait, prenait possession de tout son être pour la transformer… Elle était une autre, devenait une autre, elle
était une femme entière qui se remplissait de son énergie d’homme…

Elle se mit à geindre, à gémir, puis à balbutier des mots sans suite, de petits cris sortaient de sa gorge, puis ce furent des râles de plus en plus forts. Elle se sentait habitée, reliée, elle entendait au loin une voix de femme rauque et étrange qu’elle ne reconnaissait plus, qui se mit à crier sous la jouissance quand son partenaire de jeux lui écarta les fesses rythmiquement, les pétrissant avec vigueur tout en la pénétrant plus fortement, plus longuement, jusqu’à la cime, où ils arrivèrent tous deux en une explosion de lumière, de couleurs et de sons…

Haletante, à plat ventre sur le lit, elle se sentit retournée et il lui releva les jambes contre le ventre, et il la pénétra encore et encore, et encore et encore elle gémissait sans force ni volonté, entièrement dans son plaisir, concentrée dans sa jouissance, ne désirant plus rien que de profiter de chaque étincelle qui s’allumait dans une autre partie de son
ventre…

Puis le gigolo la prit de côté, caressant ses seins et son sexe, lui arrachant des cris qu’elle ne retenait plus… Jean respirait fortement tout en la regardant de ses yeux sombres qui la faisaient trembler, puis jouir… puis trembler, puis jouir…

Puis l’escort boy la tira sur lui, et couchés ils mêlèrent leurs langues, leur salive, leur souffle, haletant et grognant, gémissant et se caressant. Elle entendait tout au loin sa voix intérieure qui lui disait de lâcher prise car c’était le moment qu’elle attendait depuis si longtemps.

Alors elle osa, elle osa descendre le long de son ventre musclé jusqu’à son sexe dressé, elle osa le prendre dans sa bouche et le boire, le grignoter, le sucer et le lécher, se balançant en rythme du fait de leur jouissance progressive, montant et descendant, guidée par les sons de plaisir qu’il émettait et par la main posée sur sa tête.

Ses cheveux épars couvraient le bas-ventre de son mâle, elle ressemblait à son tour à un fauve, à une femelle sauvage accroupie qui mangeait sa proie.

Puis la belle le sentit la tirer vers lui, il la retourna sur le dos, la pénétra et ensemble ils se perdirent dans une danse sauvage faite de sursauts et d’ondulations, enserrés et furieux, pour finir en un paroxysme frénétique accompagné de cris et suivi d’un grand calme épuisé qui les laissa aux portes du sommeil.

🎩🎩🎩

Avez-vous envie d’évacuer votre stress pour vous détendre ou bien voulez vous vivre the boyfriend experience ? Voulez-vous le faire en toute sécurité ? Réservez une séance en ma compagnie et découvrez des sensations nouvelles de pure plaisir dans les bras d’un homme et sentez vous jolie, séduisante dans mes bras.

Je ne vous jugerai pas d’avoir envie de calins, de tendresse et de plaisir sans lendemain. Je sais ce dont vous avez besoin car je connaîs les femmes et je les aime. Vous avez des limites, je les respecterai. A vous de décider jusqu’où vous souhaitez aller.

Je vous transporterai dans la magie d’une soirée hors du temps en toute discrétion et en toute sécurité. Vous oublierez tous vos soucis et pourrez lâcher prise lors d’une expérience unique dans un respect mutuel avec protection.

Offrez vous un service d’accompagnement premium pour profiter de la vie que l’on vit qu’une fois.

Au plaisir de vous faire plaisir, de vous faire rire, de vous divertir. Mais avant tout faisons connaissance autour d’un drink sans engagement et je vous dirai tout ce que vous brûlez de savoir.

Au plaisir de faire votre connaissance. Jean

Tel: +33755186013
Mail: man.jean@yahoo.fr
Website: http://escortboy.org